peste

peste

n.f. [ du lat. pestis, épidémie, fléau ]
1. Maladie infectieuse et épidémique :La peste aviaire, porcine.
2. Personne ou chose nuisible, dangereuse : Les moustiques sont la peste de cette région calamité, fléau
3. Fam. Personne désagréable ; enfant turbulent : Cette petite peste nous a joué un vilain tour.
Choisir entre la peste et le choléra,
entre deux solutions tout aussi dommageables.
Fuir qqn, qqch comme la peste,
les éviter à tout prix.
La peste brune,
le nazisme.

peste

(pɛst)
nom féminin
1. médecine très grave maladie contagieuse La peste sévissait en Europe au Moyen Âge.
2. figuré personne très méchante Quelle peste cette fille !

PESTE

(pè-st') s. f.
Il se dit, en général, de graves maladies contagieuses ou épidémiques. La fièvre jaune est une peste originaire d'Amérique.
Le Seigneur envoya la peste dans Israël, depuis le matin de ce jour-là jusqu'au temps arrêté ; et depuis Dan jusqu'à Bersabée il mourut du peuple soixante et dix mille personnes [SACI, Bible, Rois, II, XXIV, 15]
Peste d'Athènes, maladie fébrile très grave qui sévit à Athènes d'une manière effroyable pendant la guerre du Péloponnèse, dans le Ve siècle avant l'ère chrétienne ; elle était caractérisée par une éruption. Peste antonine, maladie fébrile qui sévit dans l'empire romain, et particulièrement à Rome, sous l'empire d'Antonin ; les ravages en furent affreux. Peste bovine, maladie très contagieuse qui attaque l'espèce bovine et qui cause de très grands ravages. Par extension.
Vois combien de serpents, à mon commandement, D'Afrique jusqu'ici n'ont tardé qu'un moment, Et, contraints d'obéir à mes clameurs funestes, Ont, sur ce don fatal, vomi toutes leurs pestes [CORN., Méd. IV, 2]
Particulièrement, en termes de médecine, maladie fébrile, généralement contagieuse, endémique dans le Levant, souvent épidémique, caractérisée par des bubons et des anthrax.
M. Musnier, de Gênes, m'a écrit que la peste a été si grande à Naples, qu'il y est mort, outre une infinité de monde, quarante-quatre médecins [GUI PATIN, Lettres, t. II, p. 250]
Un mal qui répand la terreur, Mal que le ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom) [LA FONT., Fabl. VII, 1]
MM. Chicoineau et Verny, arrivés à Marseille, trouvèrent la peste accompagnée de toute la désolation, de toute la consternation, de toutes les horreurs qu'elle a jamais traînées après elle [FONTEN., Chirac]
Vous avez vu des tremblements de terre ; mais, mademoiselle, avez-vous jamais eu la peste ? - Jamais, répondit la baronne [VOLT., Candide, XI]
Peste noire, la plus formidable épidémie dont l'histoire ait conservé le souvenir, et qui régna dans le milieu du XIVe siècle ; c'était une vraie peste. Fuir quelqu'un ou quelque chose comme la peste, s'en écarter le plus possible.
Je m'aperçois tous les jours que tous ceux qui me connaissent me fuient comme la peste, disant que je suis trop médisante [LEGRAND, le Fleuve d'oubli, sc. 3]
Fig. et familièrement. Dire peste et rage de quelqu'un, en dire tout le mal possible.
Fig. Chose pernicieuse, funeste, qui corrompt le cœur ou l'esprit.
La Discorde aux crins de couleuvre, Peste fatale aux potentats [MALH., III, 2]
Tous les livres semblables [à ceux d'Escobar, de Sanchez, etc.] que Nos seigneurs les évêques appellent la peste des consciences [PASC., 2e factum pour les curés de Paris]
Plusieurs n'étant ni excités à leur salut ni instruits de leur devoir, frappés de la maladie et du péché, renfermaient dans leur sein deux pestes ensemble et mouraient d'une double mort [FLÉCH., Panég. II, 331]
Il se dit aussi des personnes qui peuvent faire beaucoup de mal.
Il ne manquait pas de flatteurs, peste fatale qui renverse plus d'États que les armes des ennemis [VAUGEL., Q. C. 5]
Quelques gens d'Israël qui étaient des hommes couverts d'iniquité, et comme des pestes publiques [SACI, Bible, Machab. I, X, 61]
Mainte peste de cour fit tant, par maint ressort, Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince.... [LA FONT., Fabl. X, 10]
Vous avez là, ma fille, une peste avec vous, Avec qui, sans péché, je ne saurais plus vivre [MOL., Tart. II, 2]
C'est une peste dans une famille bourgeoise qu'une Mme Patin [DANCOURT, Chev. à la mode, v, 1]
Il regrette sincèrement le temps qu'il a perdu avec les grands et les femmes, ces pestes du talent [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 316, dans POUGENS]
Il se dit aussi des animaux nuisibles ou incommodes. Les loirs sont la peste des jardins.
Nous fûmes extrêmement incommodés des moucherons, qui sont la peste de ce pays [REGNARD, Voyage de Laponie.]
Familièrement et par exagération. C'est une méchante peste, se dit d'un méchant petit garçon, d'une jeune fille très malicieuse. Des pestes de.... des gens très désagréables.
Des pestes de valets j'admire l'insolence [HAUTEROCHE, App. tromp. I, 4]
Cela me raccommode avec ces pestes de femmes, et puis c'est le diable de me refâcher contre elles [MARIVAUX, Surp. de l'amour, I, 2]
Adj. C'est un petit peste, se dit d'un petit garçon qui est malicieux. Il est un peu peste, elle est un peu peste, se dit d'un homme, d'une femme qui a de la malice, de la malignité.
Qui se sent prude et précieuse, Pour toujours est en sûreté ; Et fût-elle peste et rieuse, Les rieurs sont de son côté [Mlle DE LA VIGNE, dans RICHELET, Dict.]
L'emploi de peste comme adjectif a vieilli.
Par imprécation.
La peste du.... Peste soit du.... La peste Soit du causeur ! [MOL., le Dép. II, 7]
Peste soit des carognes qui me laissent dans l'inquiétude ! [ID., Mar. forcé, X]
La peste soit le.... Peste soit le....
La peste le.... La peste soit la bête ! [MOL., l'Ét. I, 4]
La peste le coquin ! [ID., Festin, III, 6]
Peste soit le coquin de battre ainsi sa femme ! [ID., Méd. malgré lui, I, 2]
La peste soit fait le....
La peste soit fait l'homme, et sa chienne de face ! [ID., Éc. des f. IV, 2]
La peste m'étouffe !
La peste m'étouffe, monsieur, si je le sais ! [MOL., Impromptu, sc. 3]
Par exclamation, peste ou la peste !
Peste ! où prend mon esprit toutes ces gentillesses ? [MOL., Amph. I, 1]
Peste ! comme l'utilité vous a bientôt rapproché les distances ! [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I, 4]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il se leva à Rome une peste si violente, que les hommes en mouroient tout subitement [AMYOT, Rom. 37]
    Il s'alla accointer de Curio, l'amitié et acointance duquel luy fut une peste [ID., Anton. II]
    La peste n'est pas tousjours d'une mesme sorte : qui a esté cause que l'on lui a donné divers noms, à sçavoir fieuvre pestilente, caquesangue, coqueluche, suette, trousse-galant, bosse, charbon, pourpre et autres [PARÉ, XXIV, 1]
    Remede contre.la peste par art : fuir tost et loing, retourner tard [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pest ; du latin pestis, fléau en général, et, particulièrement, maladie dangereuse et commune à beaucoup. Corssen, Beitr. p. 396, pense que pestis est pour perdtis, de perdere, perdre, ruiner.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PESTE. Ajoutez : - REM. Les quatre vers de Mlle de la Vigne, cités au n° 5, d'après Richelet, appartiennent à une pièce qui se trouve dans Mélange curieux contenant les meilleures pièces attribuées à M. de St-Évremond, t. I, p. 78, Cologne, 1708.

peste

PESTE. n. f. Maladie épidémique, contagieuse, qui produit des bubons, des exanthèmes, etc., et qui cause une grande mortalité. Être frappé de la peste. Mourir de la peste. Avoir la peste. Gagner la peste. Communiquer la peste. En temps de peste. Sérum contre la peste. La peste se mit dans l'armée.

La peste noire, Terrible épidémie qui sévit sur une grande partie du monde, vers le milieu du quatorzième siècle.

Fig. et fam., On le fuit comme la peste, On l'évite avec un grand soin, on fait tout ce qu'on peut pour l'éviter.

Peste bovine, Maladie infectieuse et contagieuse qui sévit sur les bêtes à cornes.

PESTE se dit, figurément, de Certaines choses pernicieuses et funestes qui corrompent les coeurs ou les esprits. Cette doctrine est une peste dont on doit prévenir les ravages. La discorde est la peste des États.

Il se dit aussi des Personnes dont le rôle est funeste, dont la fréquentation est pernicieuse. Cet homme est une peste. Cette femme est une peste. C'est une méchante peste. Les flatteurs, peste fatale aux rois et aux peuples. Peste de cour.

Fam., C'est une petite peste, se dit d'un Enfant terrible, fille ou garçon.

PESTE se dit quelquefois par une sorte d'imprécation. Peste de l'étourdi! La peste soit de l'ignorant!

PESTE est aussi une sorte d'interjection familière. Peste! Peste, que cela est beau! Peste, qu'il fait froid! Dans ces deux dernières acceptions, il vieillit et n'est plus guère employé que par affectation d'archaïsme.

peste

La Peste, Pestis, Pestilitas.

Peste qui est fort creuë, Pestis adulta.

Peste qui est venuë et a esté engendrée de la grande chaleur, Concepta aestu pestis.

Qui cause et engendre la peste, Pestilens.

Amener la peste, Pestilentiam afferre.

Engendrer la peste, Pestilentiam facere.

Peste mortelle, Pestis capitalis.

La peste est devenuë et tournée en maladies, Pestilentia in morbos euasit.

Il y eut grande peste, Pestilentia laboratum est.

La peste s'en est allée et cessée, Abiit pestilentia.

¶ Une peste, Un homme qui gaste les autres ainsi que la peste les corps, Pestis ac pernicies.

peste


PESTE, s. f. PESTIFèRE, adj. PESTIFÉRÉ, ÉE, adj. [1re è moy. 3e è moy. et long au 2d, é fermé au 3e et 4e: 2e du 1er et 4e du second e muet; 4e é fermé aux deux dern.] Peste, au propre, se dit d'une maladie épidémique et contagieûse, qui a des caractères particuliers, et qui caûse une grande mortalité. Pestifère, qui comunique la peste. Pestiféré, qui est infecté de peste. "La peste est un des fléaux de Dieu. "Avoir la peste. Être frapé de peste, ou de la peste: "Air, odeur, vapeur pestifère. "Il a été mis en quarantaine, parce qu'il venait d'un lieu pestiféré. En parlant des persones, il est subst. masc. "Sequestrer les pestiférés.
   PESTE se dit au~ figuré~, des persones et des chôses capables de corrompre l'esprit et le coeur. "Les flateurs, peste fatale, qui renverse plus d'États que les armes des ennemis. Vaugelas. (Quinte-Curce). "Ce furieux, cette peste publique, qui fait tant de maux à tous les mortels. Mde. Dacier: "Il se trouve de ces pestes de Cour, dont les mauvais Princes sont ordinairement obsédés. Charlev.
   Mainte peste de cour fit tant, par maint ressort,
   Que la candeur du Juge, ainsi que son mérite,
   Furent suspects au Prince.
       La Fontaine.
En style fig. famil. "Cet homme est une peste, une méchante peste. On le dit sur-tout d'un méchant petit garçon, d'une jeune fille vive et malicieûse. = Adj. "Il est un peu peste, un peu malin. = Interjection. "Peste, ou la peste de l'ignorant! "La peste soit du fou! = Par exclamation et par admiration: "Peste! que cela est beau! Peste! qu' il fait froid, etc.
   Pestifère ne se dit que parmi les Savans. Pestiferé est du discours ordinaire. = On dit, d'un homme, dont on évite le comerce, ou parce qu'il est dangereux, ou parce qu'il est incomode, qu'on le fuit come un pestiféré.

Synonymes et Contraires

peste

nom féminin peste
Personne méchante.
Traductions

peste

דֶבר (ז), דֶּבֶר, דבר

peste

чума

peste

pesta

peste

mor

peste

byldepest

peste

Pest

peste

pesto

peste

peste

peste

katk

peste

प्लेग

peste

kuga

peste

pestis

peste

peste, lue

peste

maras

peste

pest

peste

dżuma

peste

kuga

peste

куга

peste

pest

peste

чума

peste

dịch hạch

peste

ไข้

peste

[pɛst] nf
(= maladie) → plague
(fig) (humoristique) (= enfant, personne) → pest, nuisance