peur


Recherches associées à peur: peur du noir

peur

n.f. [ lat. pavor, pavoris ]
1. Sentiment d'angoisse, en présence ou à la pensée d'un danger, d'une menace : La comédienne a toujours un peu peur avant d'entrer en scène
le trac : L'enfant tremblait de peur dans le noirTu m'as fait peur en arrivant si brusquement
terreur : Tu m'as fait peur en arrivant si brusquement
tu m'as effrayé
2. État de crainte dans une situation précise : La peur de ne pas réussir
angoisse : Cette bande fait régner la peur dans le quartierJe ne comprends pas sa peur des oiseaux
panique ; sérénité : Je ne comprends pas sa peur des oiseaux
Avoir peur que (+ subj.),
craindre : J'ai peur que le film ne soit fini. Nous avons peur qu'elle ne tienne pas sa promesse.
Avoir plus de peur que de mal,
avoir subi peu de dommages par rapport à ce qui aurait pu se passer.
De peur de (+ inf.) ou que (+ subj.),
par crainte de, que : Elle ne caresse jamais les chiens qu'elle ne connaît pas de peur d'être mordue ou de peur qu'ils ne la mordent.
La peur du gendarme,
la crainte des sanctions, qui incite à ne pas commettre de délit.
Prendre peur,
commencer à ressentir une crainte : J'ai pris peur en voyant la voiture déraper.
Une peur bleue,
une peur très vive.

PEUR

(peur) s. f.
Passion pénible qu'excite en nous ce qui paraît dangereux, menaçant, surnaturel.
Nos prières sont ouïes, Tout est réconcilié ; Nos peurs sont évanouies [MALH., II, 2]
Es-tu si las de vivre ? - As-tu peur de mourir ? [CORN., le Cid, II, 2]
Je sentis je ne sais quoi qui pouvait être une peur, je le pris pour un scrupule [RETZ, Mém. t. I, liv. I, p. 34, dans POUGENS]
Nous éprouvâmes en cette rencontre qu'il est bien plus naturel à la peur de consulter, que de décider [ID., ib. liv. II, p. 173]
Corrigez-vous, dira quelque sage cervelle. Eh la peur se corrige-t-elle ? [LA FONT., Fabl. II, 14]
Nous pensâmes verser mille fois.... ce qui vous surprendra, c'est que je n'avais point de peur [SÉV., 21 août 1677]
Il n'y a pas moyen d'être si mal et si brouillé avec soi-même ; il faut tâcher d'établir la peur dans son cœur et dans sa conscience [ID., mai 1690 (t. IX, p. 508, éd. RÉGNIER).]
À travers les rochers la peur les précipite [des chevaux] [RAC., Phèdre, V, 6]
En corrigeant une peur par une peur, la peur de la mort par celle de la honte [DIDER., Œuv. t. III, p. 446, dans POUGENS]
La peur est une passion dont l'animal est susceptible, quoiqu'il n'ait pas nos craintes raisonnées ou prévues [BUFF., Disc. nat. anim. Œuv. t. V, p. 351]
Fi donc, trembler ! mauvais calcul, madame ; quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur [BEAUMARCHAIS, Barb. de Sév. II, 2]
La haine a son courage, et la peur son audace [P. LEBRUN, Voy. de Grèce, ch. VI, 1]
N'avoir que la peur, en être quitte pour la peur, n'éprouver pas le mal que l'on redoutait.
Ne vous étonnez pas, vous n'aurez que la peur [RACAN, Bergeries, II, 4, Polistène]
Je lui ferai la moitié de la peur, c'est-à-dire je ne le crains pas, je lui rends menace pour menace. Avoir peur de son ombre, être très craintif, très poltron.
Tout l'agite, l'inquiète, le ronge ; il a peur de son ombre ; il ne dort ni nuit ni jour [FÉN., Tél. III]
Par exagération. Mourir de peur, craindre extrêmement. Je mourais de peur que cela n'arrivât.
Divinité qui avait des autels en Grèce et à Rome (avec une majuscule en ce sens).
Il [Alexandre] immola secrètement des victimes à la Peur : il invoqua Jupiter, Minerve et la Victoire [CONDIL., Hist. anc. II, 10]
Peur se dit, par exagération, en des cas où il s'agit non de péril, mais de ce qui nuit, de ce qui est désagréable, de ce qui inquiète, etc. J'ai eu peur de vous déranger.
Julie, on nous renferme, on a peur de nos larmes [CORN., Hor. III, 2]
Est-ce là tout ? dit-il, vous m'avez fait peur [PASC., Prov. V]
J'avais peur que ce mouvement n'en empêchât un autre ; j'avais peur de vous quitter, j'avais peur de vous suivre ; enfin, ma fille, je craignais tout de ma tendresse et de ma faiblesse [SÉV., 287]
Mon fils me conseille toujours de faire arrêter la Jarie pour ces treize cents francs.... et de faire un peu de peur à Pasgerant [ID., 4 janv. 1687]
J'ai peur que l'univers, qui sait ma récompense, N'impute mes transports à ma reconnaissance [BOILEAU, Épître VIII]
Souvent la peur d'un mal nous conduit dans un pire [ID., Art p. I]
Faire peur de quelqu'un, faire croire que quelqu'un peut nous nuire, nous faire du mal. Faire peur de quelque chose, menacer de quelque chose.
Je veux m'imaginer que cette colique dont on m'a fait peur, se sera noyée dans les fontaines de Pougues [BALZ., liv. I, lett. 5]
Ose plus, fais-lui peur d'une prison sévère [CORN., Attila, III, 1]
Faire peur, se dit de quelqu'un dont la physionomie s'est beaucoup altérée. Elle est changée à faire peur. Familièrement. Être mis à faire peur, être vêtu d'une manière bizarre et ridicule. Faire peur, se dit d'une personne très laide.
La noire à faire peur, [est dite] une brune adorable [MOL., Mis. II, 5]
Comment le garçon le mieux fait s'était coiffé d'un visage à faire peur [HAMILT., Gramm. 10]
Oui, je voudrais qu'elle [ma maîtresse] fût laide, Mais laide à faire peur [BÉRANG., Laideur.]
Faire peur aux petits enfants, se dit de celui qui excite de vaines terreurs.
Je suis surpris, mon cher Socrate, de voir que vous ayez tant de goût pour ce misanthrope qui fait peur aux petits enfants [FÉNEL., Dial. des morts anc. dial. 17]
Faire peur à quelqu'un, lui causer une peur, en sortant subitement d'une cachette, ou de toute autre façon.
Il leur cria d'un ton à faire peur.... [LA FONT., Herm.]
Faire plus de peur que de mal, se dit de ceux qui sont plus redoutables en apparence qu'en réalité.
Ces Messinois, qui font plus de peur que de mal aux autres, vous font, comme vous dites, bien plus de mal que de peur [SÉV., 460]
Absolument. Avoir peur, éprouver une certaine peur, une certaine inquiétude.
La défense, j'ai peur, sera trop tard venue [MOL., Mélic. I, 5]
De peur, loc. adv. Par l'effet de la peur. Il a consenti de peur.
De peur de, loc. prép. En craignant que.
Je me vaincrai pourtant, non de peur d'aucun blâme, Mais pour ne troubler pas une si belle flamme [CORN., Cid, V, 4]
Il faut rire avant que d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri [LA BRUY., IV]
Molière a dit elliptiquement peur, ce qui était blâmé par Vaugelas : J'empêche, peur du chat, que mon moineau ne sorte, Éc. des f. I, 2.
De peur que, loc. conj. avec le subjonctif, en craignant que.
[Chez les Perses] on y marquait [sur un registre] les services que chacun avait rendus, de peur qu'à la honte du prince et au grand malheur de l'Etat ils ne demeurassent sans récompense [BOSSUET, Hist. III, 5]

PROVERBES

  • On ne saurait guérir de la peur, c'est-à-dire les impressions que fait la peur sont insurmontables.
  • Il ne faut point aller au bois quand on a peur des feuilles, ou n'aille au bois qui a peur des feuilles, c'est-à-dire quand on craint un danger, il ne faut point aller où il se trouve.
  • On peut bien guérir du mal, mais on ne saurait guérir de la peur.
  • Tel menace qui a grand peur.
  • La peur grossit les objets, on s'exagère ce que l'on craint.
  • La peur n'est bonne à rien, la peur ne guérit de rien, elle est toujours inutile.

REMARQUE

  • 1. Avec avoir peur que, de peur que, on met ne dans le membre de phrase subordonné : J'ai peur qu'il ne vienne ; De peur qu'il ne se blessât. Mais en vers on supprime quelquefois ce ne :
    Mon désespoir n'osait agir en sa présence, De peur que mon tourment aigrît ses déplaisirs [CORN., la Suiv. IV, 10]
    Et tu trembles de peur qu'on t'ôte ton galant [MOL., Sgan. 22]
    ....Les pieds nus, de peur qu'on m'entendît marcher, J'ai descendu la pente [LAMART., Joc. III, 88]
  • 2. Ne d'abord exprimé, puis supprimé après avoir peur que.
    J'ai peur qu'elle ne soit mal payée de son amour, que son voyage en cette ville produise peu de fruit, et que vous eussiez autant gagné à ne bouger de là [MOL., D. Juan, I, 1]
    De peur que d'un coup d'œil cet auguste visage Ne fît trembler son bras et glaçât son courage [VOLT., Henr. II]

SYNONYME

  • 1. PEUR, CRAINTE., Crainte est le terme générique pour toutes les nuances de cette sorte de sentiments ; elle peut être raisonnée et lointaine. La peur est instinctive et présente.
  • 2° PEUR, FRAYEUR., La frayeur ressemble assez à la peur, si ce n'est qu'elle est toujours plus forte, et moins dépendante du caractère de celui qui la ressent que des apparences de ce qui menace.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Nen ont poür ne de murir doutance [, Ch. de Rol. LXV]
  • XIIe s.
    En amer [aimer] gist hardemenz et paors [, Couci, VII]
    Plus ont poor de mort que n'aient de prison [, Sax. XXII]
    ....L'enfant jesu.... Que li angles del ciel fist en Egipte aler, Pur la poür d'Erode [, Th. le mart. 65]
  • XIIIe s.
    Quant li empereres Kyrsac oï que ses fils estoit pris et Morchufles couronnés, si ot grant peour de lui, et li prist une maladie dont il morut [VILLEH., XCVIII]
    Il n'i ot si hardi qui i osast aler, pour paour de sa vie [, Chr. de Rains, 118]
    Certes, fet-il, je me gabai ; Ce fis-ge por vos peor fere [, Ren. 1787]
    Poor est tremblement de pensée por cause de perill qui est present ou qui est à venir [, Digeste, f° 48]
  • XIVe s.
    Aucuns maulx sont les quiex il convient craindre simplement et est bien dé avoir en paour [ORESME, Eth. 78]
  • XVe s.
    Versez de rechief, armez-moi, De paour que quelqu'un ne m'assaille [BASSELIN, I]
    Le roy fut adverty de l'arrivée de tous ces gens dessus nommez, si entra en grant paour [à Péronne] [COMM., II, 5]
  • XVIe s.
    J'ay grant paour que toute ceste entreprinse sera semblable à la farce du pot au laict [RAB., Garg. I, 33]
    Ils n'ozent faire tort à autruy, de peur que l'on ne leur en face à eulx mesmes [AMYOT, Thesée, 6]
    Comme ceulx qui de peur du precipice s'y lancent eulx mesmes [MONT., II, 28]
    Puisque vous y estes [en Espagne auprès de François Ier prisonnier], je n'ai point de peur que tout n'aille bien, sinon que vous ne le puissiés garder d'aimer les dames espaignoles [MARGUER., Lett. 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pawou ; bourg. pô ; provenç. pavor, paor ; anc. catal. paor ; cat. mod. por, pavor ; espagn. et portug. pavor ; du lat. pavorem. Dans l'ancienne langue, paor, peor, pour est toujours dissyllabique.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PEUR. Ajoutez :
    Familièrement. Une peur bleue, une peur très forte, qui rend bleu.

    REMARQUE

      Ajoutez :
    • 3. Après avoir peur, Régnier a mis le verbe subordonné au futur : J'ai peur que tout à fait je deviendrai rimeur, Sat. II. Cela se trouve aussi dans Balzac : J'ai peur qu'il sera blâmé, quelque raison qu'il puisse alléguer en cette rencontre, et que le blâme s'étendra sur tous messieurs les faiseurs de livres, Lett. inédites, XC (éd Tamizey-Larroque). J'ai peur qu'on trempera M. Saumaise, Lett. inédites, LX., Cela n'est plus usité, mais n'a rien qui contredise la grammaire, si ce n'est la suppression de ne. Il est vrai que cette négation est une imitation du latin timeone, et qu'elle n'a pas du tout le sens négatif en français.

peur

PEUR. n. f. Crainte, frayeur, émotion pénible produite par l'idée ou la vue d'un danger. Avoir peur. Il eut grand-peur. Il eut une belle peur. Faire peur à quelqu'un. Je lui en ai fait la peur. Il lui fit peur des suites qu'aurait son action. Il n'en a eu que la peur. Quitte pour la peur. Il a eu plus de peur que de mal. La peur de la mort. Il a peur de tout. Il n'a peur de rien. C'est un homme qui ne connaît pas la peur. Les anciens avaient élevé des autels à la Peur.

Fig. et fam., Une peur bleue, Une grande peur.

Fig. et par exagération, Mourir de peur, Craindre beaucoup. Je meurs de peur qu'il ne lui arrive quelque accident.

Fig., Il a peur de son ombre, Les moindres choses lui font peur.

Fig. et fam., Être laid à faire peur, Être excessivement laid. Être habillé, mis à faire peur, Être vêtu d'une manière bizarre et ridicule.

Prov., La peur grossit les objets, On s'exagère ce qu'on craint.

Prov., On ne guérit pas de la peur, Les impressions que fait la crainte sur une personne timide ne peuvent s'effacer, quelque vaine qu'en soit la cause.

PEUR s'emploie avec un sens très atténué dans un grand nombre de phrases où il est clair qu'il ne s'agit pas d'une peur véritable. J'ai peur de vous ennuyer. Il a eu peur de vous déplaire, etc.

DE PEUR DE, loc. prép. Par crainte de. Il ne sort jamais la nuit, de peur des voleurs, de peur d'être attaqué.

DE PEUR QUE, loc. conj. Dans la crainte que, pour éviter que. Cachez-lui votre dessein, de peur qu'il n'y mette obstacle.

peur

Peur, ou Paour, Il vient de Pauor, Timor, Terror, Formido.

Une peur les a saisis, Occupauit animos eorum terror.

Une soudaine peur et effrayement qui vient sans cause, Panicum.

Il vint une peur, Timor eos incessit.

Avoir peur, In metu esse, Expauescere, Metu teneri, Metum accipere, Metuere, Formidare.

Aviez-vous peur que, etc. An verebamini ne, etc.

De peur que mon pere ne le sçache, Ne ad patrem hoc permanet.

Avoir grand'peur, Extimere, Peruenire in magnum timorem.

Avoir grand'peur et frayeur, Pauere.

Avoir fort grand'peur et frayeur de quelque chose, ou trembler de peur, Perhorrescere.

J'ay grand'peur, Male timeo, Magno timore sum.

J'avoy fort grand'peur qu'il ne pechast, Nimis pauebam ne peccaret.

De grand'peur que j'avoy, Prae formidine.

Accroistre la peur, Augere timoris opinionem.

Faire peur, Metum incutere, Metum afferre, vel inferre, Metu afficere, Obiicere metum animo alicuius, In metum adducere, In tumultum coniicere, Absterrere, Praebere metum, Metum alicui excitare, Dare in timorem, Metum vel pauorem alicui iniicere.

Faire telle peur à aucun qu'il s'en aille, Proterrere.

Quand on fait peur l'un à l'autre, Mutuus terror.

Delivrer d'une peur, Metum adimere.

Estre sans peur, A metu vacare.

Sans peur, Expers metu, Liber pauore.

Sans avoir peur, Impauide, Intrepide.

peur


PEUR, s. f. PEUREUX, EûSE, adj. [Peur, monos. Peureû; reûze: 2e lon.] Crainte, frayeur, passion de l'âme, qui la porte à éviter ce qui lui parait nuisible. = Peur, frayeur, terreur. Ces trois mots ont cela de comun, qu'ils expriment un état de l'âme plus ou moins troublée par la vûe de quelque danger. Si cette vûe est vive et subite, elle caûse la peur; si elle est plus réfléchie, elle produit la frayeur. Si elle abat notre esprit, c'est la terreur. ENCYCL. Beauzée, synon. = On dit, avoir peur, grand peur, belle peur. Trembler, mourir de peur: Faire peur à quelqu'un. "Lui en faire, lui en doner la peur, etc.
   Rem. Avoir peur, régit de devant les noms et les verbes. "Il a peur de tout, de lui, etc. J'ai peur de m'engager, de m'atraper, de vous faire de la peine, etc. Avec le régime des verbes, il ne signifie que craindre. Il régit aussi comme ce verbe la conjonction que, et le subjonctif, et dans la phrâse afirmative la négative ne. "Avez-vous peur qu'il vienne; je n'ai pas peur qu'il s'en aille; j'ai peur qu'il ne me suplante. = De peur que, se met aussi avec le subjonctif, et de peur de avec l'infinitif. Le 2d se met, quand le verbe régi se raporte au sujet de la phrâse, et le 1er, quand il ne s'y raporte pas. Je l'ai fait de peur de vous fâcher; de peur que vous ne le fissiez le premier. = Quelques-uns ajoutent mal-à-propôs la négative ne devant l'infinitif, et disent: de peur de ne vous fâcher, d'autres la retranchent devant le subjonctif, de peur qu'on me contraigne. CORN. Il faut, du moins en prôse, de peur qu' on ne me contraigne.
   On dit, en style familier, avoir plus de peur que de mal.
   Je n'en eus toutefois que la peur sans le mal.
       La Font.
Et dans le même sens, en être quite pour la peur. "Il y eut une nouvelle alarme, parce que le feu couvoit sous la cendre: mais on en fut quite pour la peur. Journ. Polit. = À~ faire peur, espèce d'adjectif ou d'adverbe. "Figûre à faire peur. "Vous vous placez, sans avoir dit aux glaces, que vous êtes à faire peur. L'Ab. Coyer. "On leur a répété à chaque instant les premiers jours qu'elles étoient laides à faire peur. TH. D' ÉDUC. = Avoir peur de son ombre, être excessivement peureux. = Le Proverbe dit: on peut bien guérir du mal, mais on ne guérit pas de la peur.
   PEUREUX, qui est sujet à la peur: "Il est extrêmement peureux. "Les femmes sont naturellement peureûses.

Traductions

peur

Angst, Furcht, Schreck, Schrecken, Timofear, fright, scareangst, schrik, beduchtheid, vrees, bangheidאימה (נ), בהלה (נ), התייראות (נ), חרדה (נ), חתת (ז), יראה (נ), מורא(ז), פחד (ז), פחדנות (נ), רתת (ז), תבהלה (נ), אֵימָה, בֶּהָלָה, חֲרָדָה, יִרְאָה, מוֹרָא, פַּחַד, פַּחְדָנוּתmiedo, pavor, temor, sustopaura, spavento, sgomento不安, 恐怖medo, sustoτρομάρα, φόβος, φοβάμαιстрах, испугخَوْف, ذُعْر, رُعْبleknutí, strach, zděšenífrygt, skrækpelko, säikähdysstrah, užas갑작스러운 놀람, 두려움frykt, skrekkobawa, strachförskräckelse, panik, rädslaความกลัว, ความตกใจ, ความหวาดกลัวkorku, paniknỗi sợ, sự sợ hãi害怕, 惊骇 (pœʀ)
nom féminin
sentiment désagréable devant un danger avoir peur de qqch avoir peur de faire qqch avoir peur que qqn fasse qqch faire peur à qqn

peur

[pœʀ] nffear
avoir peur de → to be afraid of
Il a peur du noir → He's afraid of the dark.
avoir peur de faire qch → to be frightened of doing sth
Elle a peur d'y aller toute seule → She's frightened of going on her own.
J'ai peur qu'il ne soit trop tard → I'm afraid it might be too late.
J'ai peur qu'il ne vienne pas → I'm afraid he won't come., I'm afraid he might not come
J'ai peur qu'il ne vienne → I'm afraid he might come.
faire peur à qn → to frighten sb
Cet homme-là me fait peur → That man frightens me.
prendre peur → to take fright
de peur de → for fear of
de peur que → for fear that