philosophé

philosophe

PHILOSOPHE. n. m. Celui qui se consacre à la philosophie. Pythagore est le premier d'entre les Grecs qui ait pris le nom de philosophe. Les philosophes païens. Philosophe stoïcien, platonicien, épicurien. Philosophe sceptique.

Il s'est dit au dix-huitième siècle pour désigner les Écrivains épris d'idées de réforme en matière religieuse, politique, sociale et morale. Les philosophes ont favorisé la publication de l'Encyclopédie.

Par apposition, Un roi philosophe, un poète philosophe, une femme philosophe.

Il désigne aussi, dans une acception particulière, Celui qui cultive sa raison, qui conforme sa conduite à des principes et travaille à fortifier son âme contre les coups du sort. Il vécut et mourut en philosophe. Un vrai philosophe sait résister à ses passions et se vaincre lui- même. Au féminin, Cette femme est une philosophe.

Il se dit encore d'un Homme qui mène une vie tranquille et retirée, hors de l'embarras des affaires. Il s'est retiré pour toujours à la campagne; c'est un philosophe, un vrai philosophe.

Il se dit aussi, dans les Collèges, d'un Écolier qui étudie la philosophie.

Il s'emploie adjectivement, dans les deux genres, et signifie Qui est résigné, qui supporte avec sagesse et force d'âme les épreuves. Il s'est montré très philosophe en cette circonstance.

philosophe

Philosophe, Philosophus.

Menus philosophes, Plebei philosophi.

Qui fait du philosophe, Philosophaster.

Appartenant à philosophe, Philosophicus.

philosophe


PHILOSOPHE, s. m. PHILOSOPHER, v. n. PHILOSOPHIE. s. f. PHILOSOPHIQUE, adj. PHILOSOPHIQUEMENT, adv. [Filozofe, , fi-e, fike, fike-man: 4e e muet au 1er, é fer. au 2d, lon. au 3e: 5e e muet aux 2 dern.] La Philosophie, en général, est la Science qui consiste à conaître les chôses par leurs causes et leurs éfets. Suivant son étymologie, qui est grecque, ce mot signifie l'amour de la sagesse. "Savoir, étudier, enseigner la Philosophie. "La Philosophie comprend la Logique, la Métaphysique, la Morale, la Physique. = On prend le mot de Philosophie en particulier, tantôt pour la Métaphysique, tantôt pour la Morale. = On l'emploie souvent aussi pour signifier une certaine élévation et fermeté d'esprit par laquelle on se met au-dessus des accidens de la vie et des préjugés, des fausses opinions du monde. "On a souvent démontré que la Religion est la vraie Philosophie; et que la Philosophie humaine toute seule est une faible ressource dans les grandes adversités.
   PHILOSOPHIE, en termes d'Imprimerie, est un caractère qui est entre le Cicéro et le Petit-Romain.
   PHILOSOPHE est 1°. celui qui s'aplique à la Philosophie. = 2°. Homme sage, qui se met au-dessus de l'ambition, de la cupidité, et mène une vie tranquile et retirée. = 3°. Abusivement, incrédule, libertin d'esprit, qui, sous prétexte de s'afranchir des préjugés, se met au-dessus des devoirs de la Religion et des bienséances, s'élève même, quand il le peut sans danger, contre les lois divines et humaines et contre le Gouvernement. Cette espèce de Philosophes s'est extrêmement acrûe. = 4°. Ècolier qui étudie en Philosophie. = Il s'emploie quelquefois adjectivement. "Des âmes Philosophes: le peuple philosophe. L'Abé Sabat. de Castres. "Un ton philosophe, sans pédanterie. J. J. Rousseau. Ce mot est aujourd'hui presque toujours pris en mauvaise part. Marin.
   PHILOSOPHER signifie tantôt traiter des matières de philosophie, tantôt raisoner conformément aux principes de la Philosophie; tantôt parler, converser sur diverses choses de Morale et de Physique; tantôt raisoner trop subtilement sur quelque chôse. "Il ne faut pas tant philosopher.
   PHILOSOPHIQUE, qui apartient à la Philosophie. Raisonement, discours philosophique. = Philosophiquement, d'une manière philosophique: Parler d'une chôse philosophiquement. = En philosophe: "Vivre philosophiquement.