philosopher

(Mot repris de philosophassions)

philosopher

v.i.
1. Tenir une réflexion sur des problèmes philosophiques.
2. Discuter sur un sujet quel qu'il soit : Elles philosophent sur l'avenir de leur entreprise.

philosopher

(filɔzɔfe)
verbe intransitif
discuter de façon savante Il philosophe sur tout.

philosopher


Participe passé: philosophé
Gérondif: philosophant

Indicatif présent
je philosophe
tu philosophes
il/elle philosophe
nous philosophons
vous philosophez
ils/elles philosophent
Passé simple
je philosophai
tu philosophas
il/elle philosopha
nous philosophâmes
vous philosophâtes
ils/elles philosophèrent
Imparfait
je philosophais
tu philosophais
il/elle philosophait
nous philosophions
vous philosophiez
ils/elles philosophaient
Futur
je philosopherai
tu philosopheras
il/elle philosophera
nous philosopherons
vous philosopherez
ils/elles philosopheront
Conditionnel présent
je philosopherais
tu philosopherais
il/elle philosopherait
nous philosopherions
vous philosopheriez
ils/elles philosopheraient
Subjonctif imparfait
je philosophasse
tu philosophasses
il/elle philosophât
nous philosophassions
vous philosophassiez
ils/elles philosophassent
Subjonctif présent
je philosophe
tu philosophes
il/elle philosophe
nous philosophions
vous philosophiez
ils/elles philosophent
Impératif
philosophe (tu)
philosophons (nous)
philosophez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais philosophé
tu avais philosophé
il/elle avait philosophé
nous avions philosophé
vous aviez philosophé
ils/elles avaient philosophé
Futur antérieur
j'aurai philosophé
tu auras philosophé
il/elle aura philosophé
nous aurons philosophé
vous aurez philosophé
ils/elles auront philosophé
Passé composé
j'ai philosophé
tu as philosophé
il/elle a philosophé
nous avons philosophé
vous avez philosophé
ils/elles ont philosophé
Conditionnel passé
j'aurais philosophé
tu aurais philosophé
il/elle aurait philosophé
nous aurions philosophé
vous auriez philosophé
ils/elles auraient philosophé
Passé antérieur
j'eus philosophé
tu eus philosophé
il/elle eut philosophé
nous eûmes philosophé
vous eûtes philosophé
ils/elles eurent philosophé
Subjonctif passé
j'aie philosophé
tu aies philosophé
il/elle ait philosophé
nous ayons philosophé
vous ayez philosophé
ils/elles aient philosophé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse philosophé
tu eusses philosophé
il/elle eût philosophé
nous eussions philosophé
vous eussiez philosophé
ils/elles eussent philosophé

PHILOSOPHER

(fi-lo-zo-fé) v. n.
Traiter, raisonnner des choses qui regardent la philosophie.
Bernier, après avoir philosophé cinquante ans, avoue qu'il doute des choses qu'il avait cru les plus vraies [S. ÉVREM., dans RICHELET]
Se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher [PASC., Pens. VII, 34, édit. HAVET.]
On avait philosophé trois mille ans durant sur divers principes, et il s'élève dans un coin de la terre un homme [Descartes] qui change toute la face de la philosophie.... [NICOLE, Ess. de mor. 1er traité, ch. 7]
Si j'avais quelqu'un pour m'aider à philosopher, je pense que je deviendrais une de vos écolières [en cartésianisme] [SÉV., 432]
....Des habillements, des armes, des instruments, curiosités qui, quoiqu'elles ne soient pas sorties immédiatement des mains de la nature, ne laissent pas de devenir philosophiques pour qui sait philosopher [FONTEN., Tournefort.]
Quand Descartes voulut philosopher, il quitta la France [VOLT., Lett. Damilaville, 14 mars 1764]
On dit : vivre d'abord, ensuite philosopher ; c'est le peuple qui parle ainsi ; mais le sage dit : philosopher d'abord, et vivre ensuite si l'on peut [DIDER., Claude et Nér. II, 2]
Raisonner, discuter sur diverses matières de morale ou de physique.
Le médecin vous donnant des jours et des heures qui ne sont pas en sa puissance, et toujours prêt à philosopher admirablement de la maladie après la mort [BOSSUET, Bourgoing.]
Dans la prison même et lorsqu'il buvait la ciguë, il [Socrate] philosophait, dit Plutarque, et instruisait le genre humain [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 369, dans POUGENS]
N'ayant plus de maîtresse et n'ayant pas un sou, Nous philosopherons maintenant tout le soûl [REGNARD, Joueur, IV, 13]
Que sont devenus nos anciens projets de philosopher un jour ensemble dans cette grande ville si peu philosophe [Paris] ? [VOLT., Lett. Formont, 1734]
J'espère cependant que cette santé et cette machine me permettront de jouir des bontés de Votre Majesté, et d'aller philosopher avec elle sur les grands maux et les petits biens de la vie [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 27 fév. 1777]
Argumenter, disputer trop subtilement.
Mais sans être savant et sans philosopher [MALH., V, 16]
Ce n'est point à vous de philosopher sur les abaissements et la croix de votre Sauveur [BOURDAL., Dim. de la Quinquagés. Dominic. t. I, p. 454]
Après avoir philosophé toute votre vie, n'apprendrez-vous jamais à raisonner ? [J. J. ROUSS., Émile, v.]
Raisonner sur, tirer des inductions.
Enfin il [le lièvre] se trahit lui-même Par les esprits sortant de son corps échauffé ; Miraut, sur leur odeur ayant philosophé, Conclut que c'est son lièvre [LA FONT., Fabl. v, 17]
On philosophe pourquoi cette augmentation [surcroît de dignité accordé au chancelier d'Aligre] [SÉV., 12 janv. 1674]
S. m. Le philosopher, l'action de philosopher.
Mais n'en déplaise aux vieux : ni leur philosopher Ni tant de beaux écrits qu'on lit en leurs écoles, Pour s'affranchir l'esprit ne sont que des paroles [RÉGNIER, Sat. III]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un ancien, à qui on reprochoit qu'il faisoit profe-sion de la philosophie, de laquelle pourtant en son jugement il ne tenoit pas grand compte, respondit que cela c'estoit vrayement philosopher [MONT., II, 243]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. philosophar ; espagn. filosofar ; ital. filosofare ; du lat. philosophari, de philosophus, philosophe.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PHILOSOPHER. Ajoutez : - REM. Au XVIIe siècle, philosopher s'employait au sens de raisonner sur, tirer des inductions, comme on le voit par les exemples de La Fontaine et de Mme de Sévigné, rapportés dans le n° 4. C'est ainsi que Richelieu l'emploie dans cette phrase : M. de Chazé a fort bien interrogé M. de Thou [dans le procès de Cinq-Mars], et assurément il n'est pas incapable ; mais, pour la conduite générale de l'affaire, il nous faut, à mon avis, M. de Lauzon, étant besoin qu'un commissaire qui aura cette charge soit capable de philosopher et songer perpétuellement aux moyens qu'il devra tenir pour venir à ses fins, Lettres, etc. 1642, t. VII, p. 17.

philosopher

PHILOSOPHER. v. intr. Traiter des matières de philosophie. La manière de philosopher des péripatéticiens, des stoïciens. Socrate n'aimait à philosopher que sur les moeurs.

Il signifie encore Raisonner, discourir sur diverses matières de morale ou de physique. Ils s'amusent à philosopher.

Il signifie aussi Raisonner trop subtilement, argumenter, disputer en pure perte. Il ne faut pas tant philosopher, il faut agir. À force de philosopher, on s'éloigne de la vérité. Il perd son temps à philosopher.

Synonymes et Contraires

philosopher

verbe philosopher
Discourir sur un sujet.
Traductions

philosopher

philosophize

philosopher

filosoferen

philosopher

filosofar

philosopher

[filɔzɔfe] vi → to philosophize