philosophiste

PHILOSOPHISTE

(fi-lo-zo-fi-st') s. m.
Faux philosophe.
Les droits de la religion si audacieusement attaquée par les philosophistes du jour [FRÉRON, Année litt. 1760, t. I, p. 82]
Les philosophistes modernes qui se sont arrogé avec tant d'audace le nom respectable de philosophes [ID., ib. t. II, p. 335]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PHILOSOPHISTE. Ajoutez :
    Au sens d'Arnauld, qui le premier a employé ce mot, casuiste qui argue du péché philosophique, pour atténuer les plus grosses offenses.
    Ç'aurait donc été sottement et impertinemment que tous vos philosophistes [il s'adresse aux jésuites], c'est-à-dire tous vos auteurs qui ont parlé du péché philosophique, nous ont fait entendre qu'il ne se trouvait qu'en ceux qui ignoraient Dieu, ou qui, en péchant, ne pensaient point actuellement à Dieu [ANT. ARNAULD, 5e dénonciation, I (Œuvres, 1780, t. XXXI, p. 302)]

PHILOSOPHISTE2

(fi-lo-so-fi-st') adj.
Qui a le caractère philosophique, et particulièrement de la philosophie du XVIIIe siècle.
Le gouvernement.... ne pouvait.... sans froisser le sentiment démocratique et philosophiste du pays, prendre d'une manière absolue la défense du pape [PROUDHON, Confessions d'un révolutionnaire, 1868, p. 262]

philosophiste

PHILOSOPHISTE. subs. m. Celui qui brave et rejette ces opinions et ces principes. PLA