piége

PIÉGE

(piè-j' ; malgré l'accent aigu, la prononciation fait entendre un accent grave) s. m.
Machine qui sert à prendre certains animaux. Tendre, dresser un piége.
Un vieux renard, mais des plus fins, Grand croqueur de poulets, grand preneur de lapins.... Fut enfin au piége attrapé [LA FONT., Fabl. v, 5]
Fig. Ce qui, comme un piége, saisit ou trompe les hommes.
Il était tombé dans le piége qu'il avait dressé à son ennemi [VAUGEL., Q. C. X, 8]
Semer des piéges sur la voie des envoyés [PATRU, Plaid. I, dans RICHELET]
Souvenez-vous que la mort est proche, parce que vous marchez au milieu des piéges et au travers des armes d'ennemis pleins de colère [SACI, Bible, Ecclés. IX, 20]
N'apprenons-nous pas des saints mêmes combien la concupiscence leur tend de piéges secrets ? [PASC., Prov. IV]
L'asile [un couvent] qu'elle avait choisi pour défendre sa liberté, devint un piége innocent pour la captiver [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Quand il [le Seigneur] voulut sauver la ville de Béthulie, il tendit, dans la beauté de Judith, un piége imprévu et inévitable à l'aveugle brutalité d'Holopherne [ID., Reine d'Anglet.]
Il donne dans le piége, achevez sans remise, Achevez de surprendre Argus et tous ses yeux [QUIN., Isis, III, 4]
Lâche Abner, dans quel piége as-tu conduit mes pas ? [RAC., Athal. v, 5]
On l'adoucit par des paroles flatteuses, on lui donna des espérances ; ce sont les deux piéges où les hommes des deux hémisphères se prennent [VOLT., Ingénu, 6]
Louis XI... qui n'était pas insensible aux éloges que Balue lui donnait sur son habileté, tomba dans le piége le plus à craindre pour les gens habiles, qui est de croire l'être plus qu'ils ne le sont [DUCLOS, Œuvr. t. II, p. 346]
Qui donne, se rend maître ; et qui reçoit, se livre ; Les princes, non contents des hommes nés pour eux, Ont des piéges aussi pour les cœurs généreux [P. LEBRUN, le Cid d'And. II, 2]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Pedica, piege, c'est las à prendre boste [DU CANGE, pedica.]
  • XVIe s.
    Aujourd'hui en siege, demain en piege [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, pige ; ital. piedica ; du lat pedica (l'accent est sur pe), proprement lien aux pieds, de pes, pedis, pied.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PIÉGE. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Or [il] me quide prendre à la piege [BENOÎT, le Roman de Troie, V. 17922]