piano-forte ou forte-piano

PIANO-FORTE ou FORTE-PIANO

(pi-a-no-for-té) s. m.
Voy. FORTE-PIANO.
Un piano-forte qui est un instrument de chaudronnier en comparaison du clavecin [VOLT., Lett. en vers et en prose, 183]
Aujourd'hui, piano, instrument de musique à clavier, dont on peut renforcer ou adoucir le son à volonté (on met une s au pluriel). Piano carré. Jouer du piano. Chanter au piano. Elle est au piano. Les pianos de ce facteur.
Déjà, en 1716, un facteur de Paris, nommé Marius, avait présenté à l'examen de l'Académie des sciences deux clavecins dans lesquels il avait substitué de petits marteaux aux languettes pour frapper les cordes ; deux ans après, Cristoforo, Florentin, perfectionna cette invention, et fit le premier piano qui a servi de modèle à ceux qu'on a faits depuis lors [FÉTIS, la Musique, II, 16]
Piano vertical ou piano droit, piano dont les cordes et la table d'harmonie sont posées verticalement. Les pianos à cordes horizontales se divisent en : piano carré, où les cordes se présentent latéralement à l'exécutant ; et piano à queue, où elles se présentent par bout. Piano mécanique, piano reproduisant les morceaux de musique à l'aide de planchettes mobiles. Tenir le piano dans un concert, y exécuter la partie de piano.

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. FORTE-PIANO, où l'on explique la dénomination de forte et de piano.