picorée

PICORÉE

(pi-ko-rée) s. f.
Action d'aller en maraude pour enlever des vivres.
Le plus grand meurtre se fit, emmi les champs, de ceux qui étaient allés à la picorée [MALH., Le XXXIIIe livre de Tite Live, ch. 19]
On a renouvelé les bans contre les soldats qui passent les gardes pour aller à la picorée [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 336, dans POUGENS]
Par extension, action des écoliers et autres personnes qui dérobent des fruits dans leurs promenades.
Ils font comme ces jeunes gens qui courent à la picorée, et qui mêlent indistinctement des fruits mûrs avec les fruits verts [CARACCIOLI, Lett. récréat. et mor. t. I, p. 99, dans POUGENS]
Par analogie, se dit du butin des abeilles et d'autres animaux.
Je m'amusais infiniment à les voir [les abeilles] revenir de la picorée, leurs petites cuisses quelquefois si chargées qu'elles avaient peine à marcher [J. J. ROUSS., Confess. VI]
Fig.
Votre œil chaud à la picorée [provocations amoureures] [RÉGNIER, Mac.]
Le produit de la picorée.
Quelquefois les piéges sont détendus sans que le gibier y soit resté ; cet accident est l'effet de la matoiserie des renards ; en avançant la patte par le côté de la planche, au lieu de s'engager sous la trappe, ils attaquent l'amorce, emportent, sains et saufs, la picorée [CHATEAUBR., Amér. Chasse.]

REMARQUE

  • Aujourd'hui, au sens militaire, picorée, picorer, picoreur, sont remplacés par maraude, marauder, maraudeur.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et si on veut savoir le nom de ces deux monstres, l'un se nomme Massacre et l'autre Picorée ; le premier, jamais on ne l'a peu rassasier de sang, ni le second de richesses [LANOUE, 57]

ÉTYMOLOGIE

  • Esp. picorea, picorée, du lat. pecus, troupeau (voy. PÉCORE). Comparez le bas-lat. pecorantes, ceux qui pillent les troupeaux.

picorée

PICORÉE. n. f. Action de picorer.

Il signifie aussi Maraude, petits larcins furtifs pratiqués surtout à la campagne et pour dérober des fruits et des légumes.

Fig., Aller à la picorée, se dit des Abeilles qui vont recueillir sur les fleurs le suc dont elles composent leur miel.

picorée


PICORÉE, s. f. *PICORER, v. n. PICOREUR, s. m. Ils expriment l'action de butiner, et celui qui butine. "Aller à la picorée: il est allé picorer: c'est un grand picoreur. Les deux derniers sont vieux. On dit encôre le premier, des soldats, au propre, et des abeilles, au figuré; et pour ceux-là, on se sert plutôt des termes de maraude, marauder, maraudeur.