picoterie

(Mot repris de picoteries)

PICOTERIE

(pi-ko-te-rie) s. f.
Paroles dites dans l'intention de picoter.
Quintius, qui ne voulait pas que les choses en vinssent jusqu'à la dispute, ne répliqua rien à leurs picoteries [des Étoliens dans l'assemblée Pylaïque] [MALH., Le XXXIIIe liv. de T. Live, chap. 35]
Je vois bien que c'est le départ de madame de Grignan qui vous met en méchante humeur ; mais je remarque que vous avez à point nommé, quand vous m'écrivez, des occasions de picoterie dont je me passerais fort bien [BUSSY, à Mme de Sév. 1er fév. 1671]
Cette conversation entre deux femmes, leurs petites picoteries n'élèvent l'âme du spectateur ni ne la remuent [VOLT., Comm. Corn. Rem. Sophon. I, 3]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il y a plus d'opiniastreté et de picoterie [dans le débat sur le plaisir] qu'il n'appartient à une si sainte profession [la philosophie] [MONT., I, 69]

ÉTYMOLOGIE

  • Picoter.

picoterie

PICOTERIE. n. f. Paroles dites malignement pour picoter quelqu'un. Il l'impatiente par des picoteries continuelles. Il est familier.