piller

(Mot repris de pillions)

piller

v.t. [ du lat. pilleum, chiffon ]
1. Dépouiller un lieu des biens, des richesses qui s'y trouvent, en usant de violence : Ces soldats ont pillé la région ont mis à sac ; écumer, saccager
2. Voler par des détournements frauduleux : Piller les caisses de l'État.
3. Plagier une œuvre, un auteur : Piller un roman, un poète.

piller


Participe passé: pillé
Gérondif: pillant

Indicatif présent
je pille
tu pilles
il/elle pille
nous pillons
vous pillez
ils/elles pillent
Passé simple
je pillai
tu pillas
il/elle pilla
nous pillâmes
vous pillâtes
ils/elles pillèrent
Imparfait
je pillais
tu pillais
il/elle pillait
nous pillions
vous pilliez
ils/elles pillaient
Futur
je pillerai
tu pilleras
il/elle pillera
nous pillerons
vous pillerez
ils/elles pilleront
Conditionnel présent
je pillerais
tu pillerais
il/elle pillerait
nous pillerions
vous pilleriez
ils/elles pilleraient
Subjonctif imparfait
je pillasse
tu pillasses
il/elle pillât
nous pillassions
vous pillassiez
ils/elles pillassent
Subjonctif présent
je pille
tu pilles
il/elle pille
nous pillions
vous pilliez
ils/elles pillent
Impératif
pille (tu)
pillons (nous)
pillez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais pillé
tu avais pillé
il/elle avait pillé
nous avions pillé
vous aviez pillé
ils/elles avaient pillé
Futur antérieur
j'aurai pillé
tu auras pillé
il/elle aura pillé
nous aurons pillé
vous aurez pillé
ils/elles auront pillé
Passé composé
j'ai pillé
tu as pillé
il/elle a pillé
nous avons pillé
vous avez pillé
ils/elles ont pillé
Conditionnel passé
j'aurais pillé
tu aurais pillé
il/elle aurait pillé
nous aurions pillé
vous auriez pillé
ils/elles auraient pillé
Passé antérieur
j'eus pillé
tu eus pillé
il/elle eut pillé
nous eûmes pillé
vous eûtes pillé
ils/elles eurent pillé
Subjonctif passé
j'aie pillé
tu aies pillé
il/elle ait pillé
nous ayons pillé
vous ayez pillé
ils/elles aient pillé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse pillé
tu eusses pillé
il/elle eût pillé
nous eussions pillé
vous eussiez pillé
ils/elles eussent pillé

PILLER

(pi-llé, ll mouillées, et non pi-yé) v. a.
Dépouiller, avec violence, de ses biens une ville, une maison, etc.
La flotte.... Croit surprendre la ville, et piller la contrée [CORN., Cid, III, 6]
On leur promit [aux soldats réformés] des monastères à piller [BOSSUET, Déf. Variat. 1er disc. 58]
Brennus marcha avec le gros de l'armée du côté de Delphes, pour piller les richesses immenses du temple d'Apollon [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 349, dans POUGENS]
Faria, envoyé contre des corsaires malais, chinois et d'autres pirates, alla piller les tombeaux des empereurs de la Chine, dans l'île de Calampia [RAYNAL, Hist. phil. I, 24]
Le peuple qui pille les boutiques de boulangers n'en prend pas conseil dans les livres [MARMONTEL, Mém. XI]
Il se dit des personnes dans un sens analogue.
Un chevalier, dit-elle, m'a pillée [VOLT., Ce qui pl. aux dames.]
Les cris des Polonais, que nos alliés pillent impitoyablement et qu'ils insultent, se firent entendre [SÉGUR, Hist. de Nap. III, 2]
Absolument.
Là [les Indes] il n'y a que des misérables qui pillent, et des misérables qui sont pillés [MONTESQ., Esp. XVI, 10]
Enlever, emporter par pillage.
Vos effets ont été pillés tant par les archers que par vos propres domestiques [LESAGE, Gil Blas, IX, 7]
Piller une collation, un dessert, se jeter sur une collation, sur un dessert, pour emporter les fruits, les confitures, etc.
Commettre des exactions, des concussions. Les provinces étaient pillées par les proconsuls romains. Faire des gains illicites, mettre à contribution.
Ces gueuses, pour piller la dupe qui leur rit [TH. CORN., Galant doublé, I, 1]
Oh ! par ma foi, monsieur le commissaire, nous vous pillerons, vous qui pillez les autres [DANCOURT, Bourg. à la mode, III, 8]
Fig.
Un nocturne larron, comme un hôte introduit, A, l'épée à la main, la menace à la bouche, Honteusement pillé la pudeur de sa couche [PONSARD, Lucrèce, V, 4]
En fait de littérature et de beaux-arts, prendre chez autrui des choses qu'on donne comme siennes.
Mais parlez-moi donc des poésies de cet homme [le roi de Prusse] qui a pillé tant de vers et tant de villes [VOLT., Lett. d'Argental, 15 févr. 1760]
Ce qu'il [La Beaumelle] pille, il l'appelle ses pensées [ID., ib. 18 déc. 1752]
Lorsque les historiens sont contemporains, il est difficile, au bout de quelque temps, de savoir qui est celui qui a pillé l'autre [ID., Mœurs, Rem. XI]
Comme il s'approprie, sans esprit, l'esprit des autres ! comme il gâte ce qu'il pille ! [ID., Candide, 22]
Un bel esprit, beau de l'esprit qu'il pille [BÉRANG., Bonne fille.]
Fig.
Monsieur Bourguignon, vous avez pillé cette galanterie-là quelque part [MARIVAUX, Jeux de l'am. et du has. I, 8]
En parlant des chiens, se jeter sur les animaux, sur les personnes.
Et puis, quand le chasseur croit que son chien la pille, Elle [la perdrix] lui dit adieu.... [LA FONT., Fabl. X, 1]
.... Car étant de nature à piller ses pareils, mainte mésaventure L'aurait fait retourner chez lui Avec cette partie [oreilles] en cent lieux altérée [ID., ib. X, 9]
Il se dit, dans le même sens, des personnes.
On nous voit tous, pour l'ordinaire, Piller le survenant, nous jeter sur sa peau [LA FONT., Fabl. X, 15]
Il démêle un sot de cent pas, Le poursuit, l'aboie et le pille [DESHOUL., Poés. t. II, p. 141]
Pille, terme dont on se sert pour exciter un chien à se jeter sur le gibier, pour lui faire entendre de manger un morceau qu'on lui jette, et aussi pour agacer un chien contre un autre.
Il me semble qu'il est comme ces chiens, a qui l'on dit longtemps : Tout beau, et puis tout d'un coup, pille [SÉV., 499]
À certains jeux de triomphe, piller ou faire pille, avoir le droit, dans certains cas, de prendre pour soi toutes les cartes d'une même couleur. Se dit à l'hombre, pour prendre plus de cartes qu'on ne doit.
Se piller, v. réfl. Se prendre l'un à l'autre ce que l'on a. Se piller, se jeter l'un sur l'autre.
Enfin tout d'un coup ils se pillèrent avec tant d'animosité et de furie, que les musiciens craignirent pour leurs jambes, et gagnèrent au pied, laissant leurs orgues à la discrétion des chiens [SCARRON, Rom. com. I, 15]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Tormenter les vefves, piller les orphelins [CALV., Instit. 1159]
    Je la gourmande en bloc [l'idée de la mort], par le menu elle me pille [MONT., III, 301]
    On y jectoit mille cerfs, etc. .... les abandonnant à piller au peuple [ID., IV, 12]
    Tous ceulx qui avoient manié les finances de la chose publique avoient grandement pillé et desrobbé le public [AMYOT, Arist. 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pii ; provenç. pilhar, pillar ; esp. pillar ; port. pilhar ; ital. pigliare, qui signifie prendre (d'où, au XVIe siècle, quand les italianismes abondaient dans le français, piller patience, YVER, p. 564) ; du lat pilare, voler, piller. L'l mouillée dans toutes les langues romanes suppose probablement une forme pileare.

piller

PILLER. (ILLER se prononce IYER.) v. tr. Emporter violemment les biens d'une ville, d'une maison, etc. Piller une ville, un château. Les gens de guerre ont pillé ce village. La ville fut emportée d'assaut et pillée.

Il se dit aussi de Ceux qui commettent des exactions, des concussions, qui font dans leur charge, dans leur emploi, des gains illicites et scandaleux. Ce gouverneur abusa de son autorité pour piller la province. Cet intendant a si bien pillé son maître qu'il est devenu plus riche que lui.

Il signifie, en parlant de Littérature et de Beaux-Arts, Prendre dans les ouvrages des autres des choses que l'on donne comme siennes. Il a pillé dans de vieux auteurs la plupart des idées que renferme son livre. Ce musicien a pillé les motifs de ses plus beaux airs dans des partitions italiennes. Ces vers sont pillés de Racine, pillés dans Racine.

Il se dit aussi des Chiens qui se jettent sur les animaux ou sur les personnes. Son chien a pillé le mien. C'est un chien qui pille tous les passants. Il l'a fait piller par son chien.

En termes de Chasse, Pille! se dit pour exciter un chien à se jeter sur le gibier. On le dit aussi pour agacer un chien contre d'autres animaux, ou contre des personnes.

piller

Gaster et Piller tout, et faire degast, Populare, vel Populari, Depopulari, Perpopulari, Spoliare, Despoliare, Diripere, Depeculari, Peculatum facere, Praedam facere, Praedari, Depraedari, Expopulari, Suppilare, Compilare.

Piller tout sans rien laisser, Expilare.

Piller quelqu'un tellement que rien ne luy demeure, Exinanire aliquem.

Ronger et piller le commun, ou la republique, Arrodere rempublicam.

Petit à petit piller et desrobber, Ligurire lucra.

Se servir d'un office publique pour instrument de piller, Praede habere magistratum.

Qui ne fait que piller, Praedabundus.

Qui pille, destruit et gaste tout és champs, Populator.

Celle qui pille et despoüille, Spoliatrix, Populatrix.

Qui a esté pillé, Compilatus, Spoliatus, Expilatus, Populatus.

Synonymes et Contraires

piller

verbe piller
1.  Plagier un auteur.
2.  Dévaster un lieu.
Traductions

piller

berauben, plündern, raubenplunder, loot, ransack, pillage, rob, sackplunderen, stropen, buitmaken, roven, (uit)plunderen, plagiërenבזז (פ'), גנב (פ'), לסטם (פיעל), שדד (פ'), לִסְטֵם, בָּזַז, שָׁדַדλεηλατώграбитьsaccheggiare, svaligiareplyndre (pije)
verbe transitif
voler, dépouiller soldats qui pillent une ville

piller

[pije] vt
[+ magasin] → to loot; [+ ville, région] → to pillage, to plunder
(fig) [+ artiste, œuvre] → to plagiarize; [+ idées] → to steal