pince

Recherches associées à pince: prince

pince

n.f.
1. Outil à branches articulées dont les extrémités servent à saisir, à tenir qqch : Une pince de chirurgien.
2. Dispositif à deux branches pour pincer : Une pince à cheveux. Des pinces à linge épingle
3. Extrémité des grosses pattes de certains crustacés : Les pinces d'un homard.
4. Fam. Main : Il m'a serré la pince.
5. Pli cousu sur l'envers d'un vêtement pour l'ajuster plus près du corps : Faire des pinces à une jupe. Un pantalon à pinces.
Pince crocodile,
petite pince à ressort et à mâchoires dentées qui sert à assurer une liaison électrique.
Pince universelle,
pince servant à la fois à serrer, à couper, à cisailler ou à visser.

PINCE

(pin-s') s. f.
Action de pincer, de saisir avec force. Avoir bonne pince, la pince forte, la pince rude, avoir un poignet vigoureux.
Du doigt les serre, il avait bonne pince [LA FONT., Juge.]
Populairement. Craindre la pince, être menacé de la pince, craindre, risquer d'être arrêté. Cet argent est sujet à la pince, il est sujet à être pris. L'argent des communautés est ordinairement sujet à la pince. Être sujet à la pince, se dit d'une personne qui a l'habitude de chercher à faire des gains illicites. Mesurer pince à pince, mesurer juste.
L'ouvrage se doit faire pince à pince, c'est-à-dire bois à bois, justement, sans pouce ni évent, [, Instruct. aux jurés drapiers, août 1669]
Longues tenailles qui servent à remuer les bûches dans une cheminée.
Et comme ces pinces fidèles, Qui des tisons de mon ardent foyer, De temps en temps, pour m'égayer, Font pétiller les vives étincelles [DELILLE, Convers. prologue.]
Tenailles servant à différents usages, dans les métiers. Terme de relieur. Petite tenaille dont on se sert pour pincer comme il faut, c'est-à-dire pour accommoder les nerfs des livres.
En anatomie et en chirurgie, instruments dont on se sert dans diverses opérations pour saisir, attirer ou fixer certaines parties. Pince à pansement, ou pince à anneaux, instrument composé de deux branches semblables à celles des ciseaux ; au lieu d'être tranchantes sur la partie opposée aux anneaux, elles sont opposées l'une à l'autre et aplaties ; le bec est taillé d'engrenures superficielles. Pince à dissection, à artère, à ligature, pince formée par deux lames soudées à l'une de leurs extrémités, s'écartant par leur propre ressort à l'autre bout, et ne pouvant se fermer que par la pression des doigts. Pince de chirurgien, coquille univalve.
Pinces d'une écrevisse, d'un homard, parties de leurs grosses pattes avec lesquelles ils pincent quand on veut les saisir.
On en a vu une [pie] se jeter sur un merle pour le dévorer, une autre enlever une écrevisse qui la prévint en l'étranglant avec ses pinces [BUFF., Ois. t. v, p. 118]
Fig.
Jean Rousseau.... Vit émousser dans ce pays Le tranchant aigu de sa pince [VOLT., Ép. 53]
Les pinces mordicantes de l'esprit de Champfort [HÉRAULT DE SÉCHELLES, Sur la conversation.]
Au plur. Les pinces, les dents incisives des animaux herbivores. Ce cheval a mis bas les pinces, il a trois ans.
Extrémité antérieure du pied des animaux ongulés. Terme de vétérinaire. Partie inférieure antérieure du sabot du cheval. Devant d'un fer de cheval.
Terme de chasse. Les pinces des bêtes fauves, l'extrémité de l'ongle.
J'ai beau lui faire voir toutes les différences Des pinces de mon cerf et de ses connaissances [MOL., Fâch. II, 7]
Terme de tailleur et de couturière. Pli large à sa base et se terminant en pointe aiguë, ou bien large au milieu et finissant en pointe en haut et en bas. Les plis qui forment la taille des corsages plats s'appellent pinces.
10° Pince, se dit du bord inférieur d'une cloche où frappe le battant.
11° Pince à blaireau, espèce de piége.
12° Barre de fer aplatie par un bout qui sert de levier. En marine, levier de fer pointu par un bout et coudé par l'autre bout, qui est aplati et fendu comme le pied fourchu d'une chèvre.
13° Genre d'arachnides.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    ....Tous boutent dedens [le plat] Leurs mains jusqu'aux pinces des doys [E. DESCH., Poés. mss. f° 354]
  • XVIe s.
    Car vostre argent, très debonnaire prince, Sans point de faute est sujet à la pince [à être volé] [MAROT, II, 95]
    Des pieds de devant ilz [les chevaux] ne pouvoient toucher en terre qu'un petit de la pinse du pied tant seulement [AMYOT, Eum. 22]
    Une longue barre de fer, d'un costé en pince et l'autre en pointe ronde [D'AUB., Hist. II, 372]
    Si, avec le grand pied, il [le cerf] a les pinces grosses et larges, qu'il ait les os longs et creux, la jambe large et bas jointe, c'est signe de vieillesse [CHARLES IX, Chasse royale, XX]
    La medecine est fort sujette à la pince [à prendre] [CHOLIÈRES, Contes, f° 48, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. PINCER ; espagn. pinzas ; vénit. pizza, piqûre.

pince

PINCE. n. f. Extrémité antérieure du pied des animaux ongulés. Les pinces du cerf, du sanglier. Lorsque les pinces sont usées, c'est signe que la bête est vieille.

Il se dit aussi du Devant d'un fer de cheval. On n'étampe jamais en pince les fers de derrière.

Il désigne encore les Grosses pattes de devant de certains crustacés qui leur servent à saisir. Les pinces d'une écrevisse, d'un homard, etc.

Il se dit en outre, surtout au pluriel, des Dents antérieures et centrales de la mâchoire de certains animaux. Ce cheval a mis bas les pinces, il a trois ans.

Il se dit également, dans plusieurs Arts ou Métiers, de Certaines tenailles, les unes grosses, les autres petites, qui servent à différents usages. Les taillandiers, les serruriers ont de grosses pinces pour tenir leur ouvrage quand ils le mettent au feu. Les tapissiers se servent de fortes et lourdes pinces pour tendre les toiles et les étoffes qu'ils emploient. Les horlogers ont de petites pinces pour prendre et mettre en place des pièces légères.

Il se dit, en termes d'Anatomie et de Chirurgie, d'instruments dont on se sert pour saisir ou fixer certaines choses. Pinces à pansements. Pinces à dissection.

PINCE désigne aussi une Barre de fer aplatie et fendue par un bout, dont on se sert comme d'un levier. Lever une grosse pierre avec une pince.

Pince-monseigneur. Voyez ce mot à son ordre alphabétique.

PINCE se dit encore de l'Action de pincer, de saisir avec force. Cet instrument, cet outil n'a pas de pince, Ne saisit pas bien. Fam., Cet homme a la pince forte, la pince rude, Il tient avec vigueur ce qu'il a dans la main.

En termes de Tailleur et de Couturière, il désigne un Pli qu'on fait à l'étoffe et qui se termine en pointe. Cette veste est trop large, il faut y faire une pince.

pince

Pince, f. penac. Est une grosse barre de fer aiguë à l'un des bouts, servant à tourner et aveindre les pierres de gros volume, ou ce qui tient fort à quelque autre chose.

pince


PINCE, s. f. [Pein-ce: 1re lon. 2e e muet.] 1°. Bout du pied de certains animaux. "La pince d'un cerf, d'un cheval. — On dit, par extension, la pince du fer de cheval. = 2°. Pinces, au pluriel, les deux dents supérieures et inférieures de devant du cheval. = 3°. Pince, bârre de fer, aplatie par un bout, dont on se sert comme d'un levier. = 4°. Pli qu'on fait à du linge ou à de l'étofe. Cette veste est trop large, il y faut faire une pince. = 5°. Populairement, cet homme est sujet à la pince, il est d'humeur à griveler. "L'argent des Comunautés est sujet à la pince, à être pris, volé, pillé. = 6°. * Pince, pour pinçon, est un gasconisme. Tirer une pince, ou un pince, des pinces. Dites, faire un pinçon.

Traductions

pince

claw, pliers, tongs, crease, grip, pennypincher, clip, pincersכליבה (נ), מלקחת (נ), צבת (נ), צְבָת, מֶלְקַחַתfiguurnaad, klemhaak, knijper, pincet, schaar [kreeft], schaar, pootZangezarpatangπένσαalicateломpiega, pinza (pɛ̃s)
nom féminin
1. outil qui sert à tenir, à serrer qqch pince à linge
2. bout des pattes des crustacés pince de crabe

pince

[pɛ̃s] nf
(= outil) → pliers pl, pair of pliers
[homard, crabe] → pincer, claw
(COUTURE) (= pli) → dart