piquet

(Mot repris de piquets)

1. piquet

n.m.
Petit pieu destiné à être enfoncé dans la terre : Les piquets d'une tente.
Mettre un enfant au piquet,
Vieilli le punir en l'envoyant au coin dans une classe.
Piquet de grève,
groupe de grévistes génér. placés à l'entrée du lieu de travail pour en interdire l'accès.

2. piquet

n.m. [ de 1. piquet ]
Jeu qui se joue à deux avec trente-deux cartes.

PIQUET1

(pi-kè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des pi-kè-s enfoncés ; piquets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
Bâton pointu que l'on enfonce en terre. Des piquets enfoncés en terre. Être droit comme un piquet, se tenir droit et raide.
Droits comme des piquets campés dans ton passage [LEGRAND, Roi de Cocagne, III, 7]
Être planté comme un piquet, se tenir debout et immobile.
Va t'en l'attendre dans la rue, et ne sois point dans ma maison planté tout droit comme un piquet [MOL., l'Avare, I, 3]
Que diantre fais-tu là planté comme un piquet ? [REGNARD, Ménechmes, II, 3]
Particulièrement. Petit pieu qu'on fiche en terre pour arrêter les cordages des tentes dans un camp. Planter le piquet, camper. Lever le piquet, décamper. Fig. et familièrement. Planter le piquet, s'établir en quelque endroit.
Il avait étudié en médecine, s'était fait passer docteur à Montpellier, et avait ici planté son piquet [GUI PATIN, Lettres, t. II, p. 393]
Le baron avait fait une assemblée.... pour délivrer ses bois d'une grande quantité de loups qui y avaient planté le piquet [SCARRON, Rom. com. II, 3]
J'ai bien l'air d'avoir planté le piquet pour jamais sur les bords du lac de Genève [VOLT., Lett. Mme de Fontaine, 2 juill. 1755]
Fig. Aller planter le piquet chez quelqu'un, aller s'établir chez quelqu'un pour quelque temps.
Allons-nous-en planter le piquet chez l'oncle [DANCOURT, le Vert galant, sc. 1]
Sorte de pieu grand et fort dont on se sert dans un camp ou ailleurs pour tenir les chevaux à l'attache. Mettre les chevaux au piquet. Se dit, par catachrèse, d'un certain nombre de cavaliers commandés pour monter à cheval au premier signal.
Je m'aperçus, étant de piquet, d'une diminution dans les feux ordinaires des ennemis [SAINT-SIMON, 40, 218]
Un piquet de dragons, le sabre nu, sort de la cour intérieure de la prison [CHATEAUBR., Natch. 2e part. 1re moitié.]
Par extension. Tout détachement chargé de monter la garde dans un poste avancé et se tenant prêt à marcher au premier ordre. Un piquet d'infanterie. En général, petit détachement.
Le lord Drummond, officier au service de France, arrive heureusement [auprès du prétendant], en Écosse avec quelques piquets et trois compagnies du régiment royal-écossais [VOLT., Louis XV, 25]
Perches plantées d'espace en espace pour prendre un alignement.
La route du soleil.... ne lui échappa point [à Duval, qui, enfant, contemplait de lui-même les phénomènes célestes] ; il marqua les solstices avec deux piquets, sans savoir ce que c'était que les solstices [VOLT., Dict. phil. Astronomie.]
Sorte de punition militaire qui consistait à passer deux heures debout, un pied sur un piquet. Punition employée dans les colléges, qui consiste à se tenir debout à une place marquée pendant une heure de récréation. Faire une heure, deux heures de piquet. Il y a aussi le piquet marcheur ou ambulant, les élèves punis marchant en file dans la cour.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    S'il ne levoit le piquet devant Auray, il devoit s'attendre à une bataille [, Mém. s. du G. ch. 10]
  • XVIe s.
    Honoré de lui [Henri IV] entre trois ou quatre pour l'accompagner au placement des armées, aux reconnoissances ou aux piquets des trenchées [D'AUB., Hist. préf. 8]
    Ils en vinrent à mettre leur piquet [ajourner, assigner leur entreprise] sur le retour du comte de Montgommeri [ID., ib. II, 51]
    ....Que la perte de 1000 hommes ne sauroit le lendemain le loger où il estoit, et que partant il ne remueroit point le picquet qu'un mareschal de camp ne le vint querir [ID., ib. II, 46]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminution de pique 1 ; bourguign. piqô.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. PIQUET. Ajoutez :
    Nom, dans le Pas-de-Calais, d'un instrument, dit aussi sape, qui sert à couper le blé [, les Primes d'honneur, Paris, 1869, p. 84]

PIQUET2

(pi-kè ; le t ne se lie pas : pi-kè à écrire) s. m.
Sorte de jeu qu'on joue aujourd'hui avec trente-deux cartes, mais qui se jouait avec trente-six cartes.
Console-moi, marquis, d'une étrange partie Qu'au piquet je perdis hier contre un Saint-Bouvain à qui je donnerais quinze points et la main [MOL., Fâch. II, 2]
Mme de Brinvilliers n'est pas si aise que moi ; elle est en prison ; elle se défend assez bien ; elle demanda hier à jouer au piquet parce qu'elle s'ennuyait [SÉV., 29 avr. 1676]
Un grand ballet exécuté à la cour de Charles VII, et sur lequel on eut l'idée du jeu de piquet, qui certainement ne fut imaginé que vers la fin du règne de ce prince [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvr. t. III, p. 318, dans POUGENS]
Faire un cent de piquet, jouer une partie de piquet, parce que la partie se joue ordinairement en cent points. Au piquet, il y a un talon que les joueurs prennent après avoir écarté. Fig.
Je ne sais si souvent vous jouez au piquet ; Mais au moins faites-vous des écarts admirables [MOL., l'Ét. IV, 8]
Fig. Compter au piquet, se dit d'une chose qui, en son espèce, sort de ligne. Notre petit vagabond recevra demain une correction qui comptera au piquet. Piquet a écrire, manière de jouer le piquet, qui consiste dans une série de parties. Piquet voleur, ou piquet à trois ; il se joue comme le piquet ordinaire, sauf que chaque joueur reçoit dix cartes, celui qui fait la donne écartant deux cartes pour prendre le talon ; il est dit voleur, parce que pour le coup de capote il est facile à deux des joueurs de s'entendre contre le troisième. Piquet à tourner.
Nous avons fait un piquet à tourner où, par parenthèse, j'ai essuyé un coup unique : quatorze d'as, quatorze de rois, sixième majeure, repic et capot en dernier [DIDEROT, Mém. t. I, p. 170, dans POUGENS]
Un jeu de piquet, les cartes qui servent au piquet, par opposition à cartes entières. Un sixain de piquet, un paquet de six jeux de cartes propres au piquet.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Jouer au piquet [OUDIN, Curios. franç.]

ÉTYMOLOGIE

  • Jeu de cartes, ainsi nommé, dit-on, de son inventeur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. PIQUET. Ajoutez :
    Un piquet, une partie, un cent de piquet.
    Le temps ne permettait pas de se promener ; Mangogul n'osait proposer un piquet [DIDEROT, Bijoux indiscrets, I, 3]

piquet

PIQUET. n. m. Petit pieu qu'on fiche en terre pour tendre et arrêter les cordes des tentes, des pavillons. Les piquets d'une tente.

PIQUET se dit aussi d'un Pieu plus grand et Plus fort, dont on se sert pour mettre des chevaux à l'attache, par le moyen des cordes. Mettre, tenir des chevaux au piquet.

PIQUET se dit encore des Bâtons, des perches qu'on plante en terre d'espace en espace, pour prendre un alignement. Planter des piquets.

Fam., Être droit comme un piquet, Se tenir droit d'une manière raide et affectée. Être planté comme un piquet, Se tenir debout et immobile. Que faites-vous là planté comme un piquet?

PIQUET, en termes de Guerre, désigne un Groupe de cavaliers ou de fantassins commandés pour un certain service. Un piquet de dragons, de chasseurs à pied. Cette compagnie est de piquet. Envoyer un piquet d'honneur.

Il se dit aussi d'une Sorte de punition scolaire qui consiste à être mis debout, pendant un certain temps, contre un arbre ou contre un mur. Mettre un écolier au piquet.

piquet

PIQUET. n. m. Jeu de cartes. Ferez-vous mon piquet ce soir? Jouer un cent de piquet.

Un jeu de piquet, L'ensemble des trente- deux cartes qui servent à jouer au piquet.

piquet


PIQUET, s. m. [Pikè: 2e è moy.] 1°. Petit pieu qu'on fiche en terre pour tenir une tente, un pavillon en état. = 2°. En termes de guerre, certain nombre de soldats toujours prêts à marcher aux ordres des Oficiers. "Prendre les piquèts de l'armée pour une expédition: ce jour là ils étaient de piquèt. — Lever le piquèt, décamper. = En style prov. planter le piquèt en un lieu, s'y établir:
   Elle prend l'autre lot, y plante le piquet.
       La Font.
= 3°. Long bâton ou perche qu'on plante d'espace en espace pour prendre un alignement. "Planter des piquèts. = 4°. Sorte de jeu de cartes fort conu. "Jouer au piquèt.

Traductions

piquet

piketpaal, stok, wapenbalk, piket, (het) in de hoek staan, paaltje, baken, tentharingpicket, peg, stake, stump, pole, post, tent pegיתד (נ), יָתֵדpalisetoHering, Pflock, Zeltpflockπερίπολος, πασσαλάκι για αντίσκηνοpaletto, picchetto, picchetto da tendaوَتَدُ الـخَيْمَةstanový kolíkteltpløkestacavaarnakolčić za konopテントペグ천막 고정 말뚝teltpluggśledźestacaколышек для палаткиtältpinneตอกหมุดสำหรับเต็นท์çadır kazığıchốt lều帐蓬桩 (pikɛ)
nom masculin
gros bâton planté dans la terre attacher un cheval au piquet

piquet

[pikɛ] nm
post
Le chien est attaché à un piquet → The dog is tied to a post.
[tente] → peg
Il nous manque un des piquets de la tente → One of our tent pegs is missing.
mettre un élève au piquet → to make a pupil stand in the corner
piquet de grève nmpicket
piquet d'incendie nmfire-fighting squad