piteux, euse


Recherches associées à piteux, euse: embrassant, miteux

PITEUX, EUSE

(pi-teû, teû-z') adj.
Digne de pitié, de compassion (usité, en ce sens, dans le style noble, et encore rarement).
Peuple, l'objet piteux du reste de la terre [RÉGNIER, Épître I]
Viton jamais une âme en un jour plus atteinte De joie et de douleur, d'espérance et de crainte, Asservie en esclave à plus d'événements, Et le piteux jouet de tant de changements ? [CORN., Hor. IV, 4]
Un loup vit en passant ce spectacle piteux [quatre corps étendus] [LA FONT., Fabl. VIII, 27]
Le château où arrivait le chevalier était quelquefois l'habitation d'une piteuse dame qui gémissait dans les fers d'un jaloux [CHATEAUBR., Génie, IV, V, 4]
Dans le style familier et plaisant. Qui a l'air à la fois malheureux et ridicule. Parler d'un ton piteux.
Ô Dieu ! la piteuse figure [SCARR., Virg. II]
M. de Larochefoucauld, toujours nécessiteux et piteux au milieu des richesses, obtint 42 000 livres de rente [SAINT-SIMON, 67 108]
Substantivement. Faire le piteux, se lamenter sans sujet.
L'archevêque d'Arles fit l'ignorant, le piteux, le désespéré d'avoir déplu au roi [ID., 150, 189]
Faire piteuse mine, avoir une mine rechignée.
Car en si funeste action On doit avoir l'ambition De faire une piteuse mine [SCARR., Virg. V]
Faire piteuse chère, dîner mal.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ne soyés orguilleus ne chiches ; Ayés, por enseignier les riches, Large cuer et cortois et gent Et piteus à la poure gent [, la Rose, 6610]
    Moult a dur cuer qui en mai n'aime, Quant il ot chanter sus la raime As oisiaus les dous chans piteus [mélancoliques] [, ib. 83]
    Dès le tens de l'enfance, fu le roy piteus des poures et des souffraiteus [JOINV., 297]
    Un esbatement que on dit piteux [représentation de mystères] [DU CANGE, pius.]
  • XVe s.
    Ces douze bourgeois [les députés de Gand] firent durement les piteux envers le comte de Flandres [FROISS., II, II, 55]
    Plaintes et piteuses larmes [COMM., V, 8]
    Affin que ceulx qui viendroient après luy [Louis XI] fussent ung peu plus piteux du peuple [ID., VI, 12]
  • XVIe s.
    Comme aux enfants est piteux un bon pere.... [MAROT, IV, 309]
    Il faict bien piteux et hasardeux, despendre d'un aultre [MONT., IV, 97]
    Un piteux medecin fait une mortelle playe [COTGRAVE, ]
    Femme trop piteuse fait sa fille roigneuse [ID., ]
    Ha ! que de sang se perd pour piteux payement De ce que vous pechez ! [D'AUB., Tragiques, Princes.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. pidou ; prov. piatos, pidos, pietos, pitos ; cat. piados ; espagn. piadoso ; ancien ital. piadoso ; ital. pietoso ; du lat. pietatem.