plénitude

plénitude

n.f. [ lat. plenitudo, de plenus, plein ]
1. Litt. État de ce qui est complet, entier : Il a recouvré la plénitude de ses capacités intégrité, totalité
2. État le plus élevé de qqch ; sentiment de contentement absolu : Elle est dans toute la plénitude de son talent maturité bonheur

plénitude

(plenityd)
nom féminin
état de ce qui est épanoui, au mieux de ses possibilités J'ai attendu d'avoir 40 ans pour atteindre la plénitude.

PLÉNITUDE

(plé-ni-tu-d') s. f.
Terme d'obstétrique. Plénitude de l'utérus, état de plénitude de l'utérus, la grossesse. Terme de médecine. Sentiment de tension et de pesanteur qu'on éprouve à l'épigastre quand l'estomac est ou semble trop rempli.
Le bon abbé est un peu incommodé de sa plénitude et de ses vents [SÉV., 5 nov. 1784]
M. de Coulanges, qui a gardé plus de quinze jours sa chambre pour des dégoûts et des plénitudes [ID., 29 déc. 1679]
Surabondance de sang et d'humeurs. Une plénitude d'humeurs.
Il se dit, dans le style biblique, en différentes locutions. Plénitude de jours, un âge très avancé qui accomplit la vie.
Il [Abraham] mourut dans une heureuse vieillesse et un âge très avancé, étant parvenu à la plénitude de ses jours [SACI, Bible, Genèse, XXV, 8]
Il est vrai que le ciel a rempli ses désirs et qu'il a eu, pour ainsi dire, la destinée des patriarches, cette plénitude de jours qui consomme la prudence de l'homme juste [FLÉCH., le Tellier.]
La plénitude des temps, le terme marqué pour l'accomplissement des prophéties relatives au Messie.
Un enfant nous est né, disait Isaïe, parlant en prophète, et annonçant par avance ce qui devait arriver dans la plénitude des temps [BOURDAL., Nativ. de J. C. 1er avent, p 237]
Il se dit, dans un sens analogue, de tout accomplissement d'un temps.
[La mort de Pascal père] un arrêt de sa providence [de Dieu] conçu de toute éternité pour être exécuté dans la plénitude de son temps, en telle année, en tel jour.... [PASC., Lett. sur la mort de son père.]
La plénitude des nations, l'ensemble des nations opposé au peuple juif.
L'accomplissement des prophéties et des promesses sur la plénitude des nations qui doit entrer un jour dans l'enceinte de la nouvelle Jérusalem [MASS., Confér. Zèle contre les scandales]
Fig. Abondance qui remplit l'âme.
À tes moindres souhaits tu verras lors s'offrir, Non plus de quoi trembler, non plus de quoi souffrir, Mais du solide bien l'heureuse plénitude [CORN., Imit. I, 25]
Afin qu'ils aient eux-mêmes la plénitude de ma joie [SACI, Bible, Év. St Jean, XVII, 13]
Il y a une plénitude de passion [dans l'amour], il ne peut pas y avoir un commencement de réflexion [PASC., Passions de l'amour.]
Dans certains moments de plénitude de Dieu, elle ne sentait point son indigence, quoiqu'elle portât dans le cœur un insatiable désir de le posséder davantage [BOSSUET, Ét. d'orais. IX, 5]
Eux [les premiers prédicateurs de la foi] qui étaient encore remplis des prémices de cet esprit depuis peu descendu du ciel ; eux qui, comme leur maître, le répandaient de leur plénitude sur les peuples et sur les nations [MASS., Confér. Nécess. où sont les min. de se renouvel. dans l'esprit de leur vocat.]
Il y avait dans son âme cette plénitude de bonheur et d'amour qui ne permet pas de former un désir de plus [STAËL, Corinne, XI, 1]
La plénitude du cœur, l'abondance des sentiments dont le cœur est rempli.
Fig. Ce qui est plein, entier, complet.
Je ne demande pas d'avoir une plénitude de consolation sans aucune souffrance.... je ne demande pas aussi d'être dans une plénitude de maux sans consolation.... [PASC., Prière 11]
Dieu même a mis quelque chose en nous qui peut confesser la vérité de son être, en adorer la perfection, en admirer la plénitude [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Dans le temps [du Messie] que la vérité devait être montrée aux hommes avec cette plénitude [ID., Hist. II, 6]
Un Dieu lui-même, dans sa propre substance et avec toute la plénitude de sa divinité, demeure corporellement et réellement parmi nous [BOURDAL., Myst. Très St-Sacrem. t. I, p. 535]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Ilz attribuent aux princes plenitude de puissance [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    En icelui toute plenitude de perfection reside [LANOUE, 530]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. plenitudo ; du lat. plenus, plein. Plénitude a été fait au XIVe siècle. L'ancien mot était plenté ou planté, de plenitatem ; il y avait aussi pleneur.

plénitude

PLÉNITUDE. n. f. État de ce qui est plein. Il n'est guère d'usage, au propre, que comme terme de Médecine. La plénitude de l'estomac. La plénitude des vaisseaux par surabondance du sang, des humeurs.

Il se dit figurément, en parlant de Certaines choses, pour signifier qu'elles sont absolues, entières, complètes. C'est par plénitude de puissance que les rois accordaient certaines grâces, certaines rémissions qui n'étaient point fondées en droit. Il a conservé la plénitude de sa puissance. L'épiscopat est la plénitude des pouvoirs du sacerdoce. Il a recouvré la plénitude de ses facultés, de ses forces, de sa santé, de sa raison. Notre-Seigneur vint au monde dans la plénitude des temps, c'est-à-dire Au terme marqué pour l'accomplissement des prophéties qui avaient prédit sa naissance et sa mort.

La plénitude du coeur, La totalité des sentiments dont le coeur est rempli. Je vous parle dans la plénitude de mon coeur.

Avoir un sentiment de plénitude, Avoir un sentiment d'entière satisfaction physique et morale.

plénitude


PLÉNITUDE, Voy. PLEIN.

Synonymes et Contraires

plénitude

nom féminin plénitude
Littéraire. Le plus haut degré de.
déclin -littéraire: automne.
Traductions

plénitude

completeness

plénitude

מלאות (נ), מְלֵאוּת

plénitude

plenitude

plénitude

pienezza

plénitude

Fülle

plénitude

пълнота

plénitude

豐滿

plénitude

충만

plénitude

[plenityd] nffullness