plagiaire

plagiaire

n. [ lat. plagiarius, de plagium, vol d'esclaves ]
Personne qui plagie les œuvres des autres : Cet écrivain a été traité de plagiaire copieur, faussaire

PLAGIAIRE

(pla-ji-ê-r') s. m.
Au sens propre, celui qui détourne les enfants d'autrui, qui débauche et vole les esclaves d'autrui.
Ils font plus, ils arrachent les enfants du sein des pères, ils se les supposent, ils les défigurent, ils les blessent, ils les immolent comme des victimes à leur pauvreté ; ce sont de véritables plagiaires condamnés par la loi de Constantin [GUYOT DE PITAVAL, Causes célèbres, I, 108]
Ces plagiaires impitoyables [les jésuites] qui les [les enfants] enlevaient à leurs mères [MICHELET, Du prêtre et de la femme, 1re part. ch. 1]
À peine usité en ce sens.
Celui qui prend, dans un ouvrage qu'il ne cite pas, des pensées, des expressions remarquables, ou même des morceaux entiers.
Ces larrons et plagiaires qui dérobent tous les jours l'écorce de ses œuvres [de Pic de la Mirandole], pour en tirer le suc et la moelle de leurs écrits [NAUDÉ, Rosecroix, VII, 3]
Il est assez de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui, Et que l'on nomme plagiaires [LA FONT., Fabl. IV, 9]
Molière prit deux scènes entières dans la ridicule comédie du Pédant joué de Cyrano de Bergerac : ces deux scènes sont bonnes, disait-il en plaisantant avec ses amis, elles m'appartiennent de droit, je reprends mon bien ; on aurait été, après cela, très mal reçu à traiter de plagiaire l'auteur du Tartufe et du Misanthrope [VOLT., Dict. phil. Épopée]
Je hais comme la mort l'état de plagiaire [A. DE MUSSET, la Coupe et les Lèvres, dédicace]
Adj. Auteur plagiaire. Fig. Les plagiaires de la terreur de 1793.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ils m'ont chargé de calomnie, accusé de plagiaire [plagiat], et, sans ouïr mes raisons, condamné d'ignorance et de temerité [PARÉ, XX, Préf.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. Plagiarius (1er a bref), proprement celui qui débauche et récèle les esclaves d'autrui, de plagium (a bref), crime de débaucher les esclaves, du grec du grec, oblique : celui qui met de côté, qui détourne.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PLAGIAIRE.
  • Adj. Ajoutez :
    Loin des bassesses plagiaires Ton goût [de Boileau] prudemment généreux.... [LAMOTTE, Odes, à l'ombre de Despréaux.]

plagiaire

PLAGIAIRE. adj. des deux genres. Qui s'approprie ce qu'il a pillé dans les ouvrages d'autrui. Auteur plagiaire.

Il s'emploie plus ordinairement comme nom masculin. C'est un plagiaire. Impudent plagiaire.

plagiaire


PLAGIAIRE, adj. et subst. PLAGIAT, s. m. [Plagi-ère, gi-a: 3e è moy. et long au 1er; le t final ne se prononce point dans le 2d.] Plagiaire, est celui, qui s'aproprie ce qu'il a pillé dans les ouvrages d'autrui. Plagiat, est l'action du plagiaire. "Auteur plagiaire. "C'est un plagiaire: il est acusé de plagiat. = Le plus grand usage de plagiaire est au substantif. Acad. * L'Ab. de Houteville et Le Gendre ont dit plagiarisme aparemment comme plus analogue à plagiaire que le mot plagiat: mais l'usage n'a pas admis cette innovation.

Synonymes et Contraires

plagiaire

nom plagiaire
Auteur d'un plagiat.
Traductions

plagiaire

גנב ספרותי (ז), מחקה (ז), מעתיק (ז)

plagiaire

plagiarist

plagiaire

[plaʒjɛʀ] nm/fplagiarist