plaid

(Mot repris de plaids)

plaid

[ plɛd] n.m. [ mot angl. ]
Couverture de voyage en lainage à carreaux.

plaid

(plɛd)
nom masculin
couverture de voyage en laine Dans la voiture, elle s'est couvert les jambes d'un plaid pour ne pas avoir froid.

PLAID1

(plè ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas) s. m.
Terme de féodalité. Se dit des assemblées dans lesquelles se jugeaient les procès, sous les rois des deux premières races.
Les comtes assemblaient, pour juger les affaires, des espèces de plaids ou d'assises [MONTESQ., Esp. XXX, 28]
Plaids généraux ou grands plaids, assises des officiers de justice. Cour des plaids communs (common pleas), une des quatre principales cours de justice d'Angleterre ; elle juge les différends civils entre parties.
Audience d'un tribunal. Tenir les plaids.
Tous les jours, le premier aux plaids et le dernier [RAC., Plaid. I, 1]
Fig.
Les Rohan faisaient des visites dans Versailles, tenaient les plaids chez la maréchale de la Mothe [SAINT-SIMON, 166, 215]
Les plaids tenants, c'est-à-dire à l'audience. Les plaids sont ouverts, l'audience est ouverte. Fig. Être sage au retour des plaids, perdre l'envie de plaider après avoir eu des procès.
Par extension, plaidoyer.
Celui devant qui se faisait le plaid, nommait un d'entre eux qui poursuivait la querelle [MONTESQ., Esp. XXVIII, 24]

PROVERBE

    Peu de chose, peu de plaid, c'est-à-dire pour expliquer une affaire de peu de conséquence, il ne faut pas de longs discours ; ou bien la chose dont on parle ne vaut pas la peine d'être contestée.
Ce mot a vieilli, excepté dans le sens historique et appliqué aux assemblées et aux juridictions du moyen âge.

HISTORIQUE

  • IXe s.
    Et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai [je ne prendrai jamais querelle avec Lothaire] [, Serment]
  • XIe s.
    Al plait ad Ais en fut juget à pendre [, Ch. de Rol. CVIII]
    Dès or comence li plait de Guenelon [, ib. CCLXIX]
  • XIIe s.
    Ne peuvent une hore avoir pez ; Toute jour sont, dient, az plez, Plais de forez, plais de monnoies, Plais de porprise, plaiz de voies, E plaiz de blet, e plaiz de moutes.... [, Rou, dans DU CANGE]
    placitum. Al jor du jugement, quant Dex tiendra ses plais [, Sax. X]
    Li bachelers ne tint plait [ne tint compte] de ses paroles, mais à force fist de la pulcele sa volented [, Rois, p. 164]
  • XIIIe s.
    Une feme avoit fet son plet à deus ribaus, qu'il tueroient son baron [mari] [BEAUMANOIR, LXIX, 16]
  • XVe s.
    Après advint que le roy Philippe print ledit messire Robert en fort grant haine, pour l'occasion d'un plaid qui estoit esmeu par devant luy, dont estoit cause la comté d'Artois [FROISS., I, I, 54]
  • XVIe s.
    En cent livres de plaid n'y a pas une maille d'amour [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. plag, plach, placht, plai, plait, plat ; anc. catal. pleit ; esp. pleito ; portug. pleito et preito ; ital. piato ; du bas-lat. placitum, assemblée publique, ainsi dite parce que les édits qui la convoquaient portaient quia tale est nostrum placitum, car tel est notre plaisir ; de placere (voy. PLAIRE).

PLAID2

(plè ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel l's se lie : des plè-z écossais) s. m.
Manteau de montagnard écossais. Manteau à manches qu'on met par-dessus ses vêtements. Couverture de voyage, ainsi dite parce qu'elle est en général de dessin écossais.

ÉTYMOLOGIE

  • Écossais, plaid. Au XVIIe siècle, on disait plaidin :
    Serge d'Escosse demy étroite, blanche ou teinte, neuve ou vieille, appellée plaidin, [, Tarif du 18 août 1667]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. PLAID. - ÉTYM. Ajoutez : Le mot écossais plaid vient du gaélique plaide, contraction de peallaid, peau de mouton.

plaid

PLAID. n. m. Il s'est dit des Procès, assemblées et juridictions du moyen âge.

plaid

PLAID. (On prononce le D.) n. m. Manteau écossais.

plaid

Plaid, debat, question et procez, Controuersia, Lis, Iurgium, Contentio.

Les plaids ne sont pas fort eschauffez, Frigent iudicia.

Declarer cessations de plaids, Edicere iustitium, Intermittere iurisdictionem.

Ouvrir et recommencer les plaids, Iustitium remittere.

Lieu public où on souloit anciennement tenir les plaids, Forum fori.

plaid


PLAID, s. m. PLAIDANT~, ANTE, adj. PLAIDER, v. n. et act. PLAIDEUR, EûSE, s. m. et f. [Plé, plédan, dante, plédé, deur, deû-ze: 1re è moy. dans le 1er, é fer. dans les aûtres: 2e é aussi fermé au 4e, lon. au 2d et 3e et au dern.] Plaid, ne se dit au singulier que dans cette phrâse proverbiale: peu de chôse, peu de plaid: il ne faut pas un long discours pour une petite afaire, ou bien, la chôse ne vaut pas la peine d' être contestée. Plaids au pluriel, se dit dans les Provinces et dans les Justices inférieures. "Tenir les plaids, l'Audience: les plaids tenans, à l'Audience. = En st. prov. être sage au retour des plaids, perdre l'envie de plaider, aprês avoir soutenu, et sur-tout aprês avoir perdu quelque procês.
   PLAIDER, se dit de ceux, qui contestent quelque chôse en Justice et des Avocats, qui les défendent. "Ils plaident l'un contre l'autre. "Il aime à plaider: il s'est ruiné à plaider. L'Avocat, qui plaide pour vous a fort bien plaidé. "Cet Avocat plaide avec action, avec véhémence. = V. act. "Cet Avocat a bien plaidé cette caûse: il l'a bien défendûe. "Je n'ai point trouvé d'Avocat, qui voulût plaider pour moi: j'ai été obligé de plaider moi-même ma caûse. = Plaider sa caûse se dit aussi dans la conversation familière. Apuyer de bones raisons son sentiment ou sa demande. "Il plaide fort bien sa caûse. Je vous prie de plaider ma caûse auprês de cet homme. = Plaider quelqu'un, lui faire un procês: "Si vous ne me satisfaites pas, je serai obligé de vous plaider. "Elle l'a plaidé et a perdu son procès. Madame de la Fayette. "C'est tout de bon que je vais la rendre, (ma tutelle) mais je crains vos chicanes... et M. de Grignan ne songe à l'heure qu'il est qu'à me plaider, dit en plaisantant Madame de Sévigné.
   Rem. Quoique caûse, dans une certaine acception; et procês soient synonimes pour le sens, ils ne le sont pas pour l'emploi; et quoiqu'on dise plaider une caûse, plaider sa caûse, on ne dit point, plaider un procês, ni plaider son procês.
   Plaidant et plaideur, qui plaide. Le 1er ne se dit qu'au Palais. Avocat plaidant, qui s'est ataché à la plaidoirie. Les parties plaidantes. — Le 2d est du langage comun. "Les plaideurs sont à plaindre. "La triste condition que celle d'un plaideur! = Il signifie aussi, qui aime à plaider; et en ce sens, il se dit aussi au féminin: c'est un plaideur fiéfé; une franche plaideûse.

Traductions

plaid

rug

plaid

Plaid

plaid

Plaid

plaid

Plaid

plaid

Pläd

plaid

[plɛd] nmcar rug, lap robe (USA)