plaie

(Mot repris de plaies)

plaie

n.f. [ du lat. plaga, coup ]
1. Déchirure provoquée dans les chairs par une blessure, une brûlure, un abcès : Une plaie au genou.
2. Fig., litt. Grande douleur morale : La plaie de leur rupture est encore toute fraîche déchirement, peine
3. Fam. Personne ou événement désagréables : Quelle plaie, ce brouillard !
Mettre le doigt sur la plaie,
trouver exactement où est le mal.
Remuer ou retourner le couteau dans la plaie,
insister lourdement sur un sujet douloureux.

PLAIE

(plê ; au XVIe siècle, Bèze dit qu'il faut prononcer plai-ie ; plai-ye ou pla-ye est en effet la prononciation ancienne ; car plaie et les autres mots de ce genre sont toujours de deux syllabes) s. f.
Solution de continuité qui est dans les parties molles du corps, qui communique avec le dehors, et qui est produite soit par une cause externe soit par une cause interne.
Il me semble que Jésus-Christ ne laissa toucher que ses plaies après sa résurrection : il ne faut nous unir qu'à ses souffrances [PASC., Pens. XXV, 8, édit. HAVET.]
Tout son corps n'est bientôt qu'une plaie [RAC., Phèdre, V, 6]
Petits hommes.... vous voilà munis d'instruments commodes [armes] qui vous servent à vous faire réciproquement de larges plaies [LA BRUY., XII]
Un homme couvert de plaies s'échappa de la maison de son créancier, et parut dans la place : le peuple s'émut à ce spectacle [MONTESQ., Esp. XII, 21]
Fig. Il [le lièvre].
s'enfuit par un trou, Non pas trou, mais trouée, horrible et large plaie Que l'on fit à la pauvre haie [LA FONT., Fabl. IV, 4]
Rouvrir une plaie, en écarter les lèvres pour empêcher que les bords ne se cicatrisent avant le fond. Fig. Rouvrir une plaie, renouveler une douleur.
Suis-je destiné à rouvrir toutes les plaies de votre famille ? [FLÉCH., Duc de Montausier.]
La mort de l'un rouvre la plaie que l'autre avait faite [FÉN., Tél. XX]
Les plaies de Notre-Seigneur, ou les cinq plaies, les blessures faites à Jésus-Christ le jour de sa passion. Fig. Rouvrir les plaies de Jésus-Christ, commettre des péchés qui l'offensent grièvement.
Mais que sera-ce quand Jésus-Christ paraîtra lui-même à ces malheureux, quand ils verront celui.... dont ils auront rouvert toutes les plaies ? [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Familièrement. Plaies et bosses, coups et blessures.
Et qu'au lieu de fêtes et noces, On leur a fait plaies et bosses [SCARR., Virg. VIII]
Familièrement. Ne demander, ne souhaiter que plaie et bosse, ne chercher, ne souhaiter que querelles, débats, combats, malheurs.
L'esprit charitable de souhaiter plaies et bosses à tout le monde est très répandu [SÉV., 29 déc. 1679]
Que dites-vous, ma chère fille, des nouvelles de cette semaine ? nous ne demandons que plaie et bosse ; mais en vérité je trouve que cette fois il y en a trop [ID., 72]
Ce qui me fit prendre tant de goût à la profession [de médecin], que je ne demandai plus que plaie et bosse [LE SAGE, Gil Bl. II, 3]
Par abus, cicatrice. Il montrait ses plaies, pour rappeler les combats où il s'était trouvé.
Ceux-ci, avec de longs services, bien des plaies sur le corps... [LA BRUY., VIII]
Les plaies des arbres, ouvertures qui se font spontanément ou qui sont faites à l'écorce des arbres par un coup, par une scie, par un instrument tranchant.
Fig. Tout ce qui porte préjudice, ou cause de la peine, de l'affliction.
Je n'ai besoin de vous dire combien le cœur tendre de la princesse Anne fut profondément blessé par cette mort [de sa sœur] ; mais ce ne fut pas là sa plus grande plaie : maîtresse de ses désirs, elle vit le monde, elle en fut vue [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Hérode a commencé à faire cette plaie à leur liberté [des Juifs] [ID., Hist. II, 10]
Nous sommes demeurés d'accord que nous étions obligés de part et d'autre de travailler à remédier au schisme qui nous sépare et fermer une si grande plaie [ID., Projet de réunion, récit.]
Que si la faute d'un domestique.... avait comme arraché d'une bouche si sage et si circonspecte une parole plutôt sévère que fâcheuse, quel soin ne prenait-elle pas d'adoucir et de guérir la plaie qu'elle avait faite ? [FLÉCH., Dauphine.]
Les plaies du cœur sont plus dangereuses que celles de l'esprit [MALEBR., Rech. vér. IV, 8]
Lorsqu'elles viennent nous découvrir les plaies de leur conscience [MASS., Carême, Confess.]
En réparant les dévastations des Espagnols, elle [la société des jésuites, au Paraguay] a commencé à guérir une des grandes plaies qu'ait encore reçues le genre humain [MONTESQ., Esp. IV, 6]
La fameuse révocation de l'édit de Nantes est regardée comme une grande plaie de l'État [VOLT., Frag. sur l'hist. XVII]
Les grandes plaies du corps et de l'âme ne saignent pas à l'instant qu'elles sont faites ; elles n'impriment pas sitôt leurs plus vives douleurs ; la nature se recueille pour en soutenir toute la violence [J. J. ROUSS., Ém. V]
Tout ce qui pleure, tout ce qui a des plaies fait ses délices [à Jésus-Christ] [CHATEAUBR., Génie, IV, III, 1]
Plaie secrète, un mal de l'âme qu'on dissimule.
Galérius rougit, et l'habile courtisan vit qu'il avait touché la plaie secrète [ID., Mart. XX]
Fig. Mettre le doigt sur la plaie, indiquer nettement la cause d'un mal.
Fig. Blessure faite par l'amour, peine d'amour.
Fermer les yeux aux plaies que vous faites [RÉGNIER, Élég. V]
De mon frère par là soulage un peu les plaies ; Accorde un faux remède à des douleurs si vraies [CORN., la Place roy. I, 1]
J'ai bien reconnu la profondeur de la plaie que l'amour m'avait faite auprès d'Eucharis [FÉN., Tél. XXII]
Il se dit des personnes mêmes qui causent un grand mal, un grand scandale.
Vous êtes [vous, grands] établis pour la perte ou pour le salut de plusieurs, des plaies ou des ressources publiques [MASS., Petit carême, Vices.]
Terme de l'Écriture. Les plaies d'Égypte, les fléaux dont Dieu punit l'endurcissement de Pharaon. Par extension, toute infliction faite par le Seigneur et manifestée par quelque souffrance.
Le Seigneur frappa de très grandes plaies Pharaon et sa maison, à cause de Saraï, femme d'Abraham [SACI, Bible, Genèse, XIII, 17]
S'il se trouve une maison frappée de la plaie de la lèpre, celui à qui appartient la maison ira en avertir le prêtre [ID., ib. Lévit. XIV, 34, 35]

PROVERBE

    Plaie d'argent n'est pas mortelle, plaie d'argent peut se guérir, se dit d'une perte d'argent qui peut se réparer, par opposition avec quelque malheur irréparable.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Si home fait plaie à altre [, Lois de Guill. 11]
  • XIIe s.
    Toutes ses plaies commencent à saigner [, Ronc. p. 97]
    De viés [vieux] mesfait novele plaie [, Brut, t. I, p. 27, V. 540]
  • XIIIe s.
    Perdue avoit la vue par une plaie qu'il avoit eue al chief [VILLEH., XL]
    Si but et manga tant comme lui plot, et jut à femme, et sa plaie comencha à foursanner [s'exaspérer], et li feus i feri [et la chaleur s'y mit] [, Chr. de Rains, p. 80]
    Et fut la plaie si large que le sanc li venoit du cors aussi comme le bondon d'un tonnel [JOINV., 225]
  • XVe s.
    Receut plusieurs playes [blessures] pour luy [COMM., VI, 5]
  • XVIe s.
    Playe est solution de continuité recente, sanguinolente, et sans putrefaction, complete ou purulente, faite principalement ès parties molles. - Quelquesfois est appellée playe, quelquesfois ulcere recent ou simplement ulcere [PARÉ, VII, 1]
    Mettre l'emplastre près de la playe [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 273]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. plaga, plagua, playa ; espagn. llaga ; portug. chaga ; ital. piaga ; du lat. Plaga (1er a long) ; du grec, coup, du grec, frapper. De plaie l'ancienne langue avait fait le verbe plaier.

plaie

PLAIE. n. f. Lésion du corps provenant soit d'une blessure sanglante ou d'une contusion, soit d'un accident physiologique. Plaie profonde. Plaie infectée. Panser une plaie. On a laissé fermer trop tôt cette plaie. Sa plaie saigne encore. Sa plaie s'est rouverte. Une plaie qui s'envenime. Sa plaie s'est promptement cicatrisée. On a sondé, on a cautérisé la plaie. Rapprocher les lèvres d'une plaie. Tout son corps n'est qu'une plaie.

Les plaies de Notre-Seigneur ou Les cinq plaies, Les blessures qui furent faites à JÉSUS- CHRIST, le jour de sa Passion, aux mains, aux pieds et au côté gauche.

Fig., Ne rêver que plaies et bosses, Souhaiter qu'il y ait des querelles, des procès, qu'il arrive des malheurs, dans l'espérance d'en tirer profit ou simplement par malignité.

Fig., Rouvrir une plaie, Renouveler une douleur.

Fig., Les plaies des arbres, Les ouvertures qui se font, qui sont faites à l'écorce des arbres.

Prov. et fig., Plaie d'argent n'est pas mortelle se dit en parlant d'une Dépense ou d'une perte fâcheuse, mais qui ne ruine pas et qu'on peut supporter, par comparaison avec d'autres malheurs, qui sont irréparables.

PLAIE se dit aussi des Traces de plaies ou cicatrices. Il racontait ses campagnes et montrait ses plaies.

Il se dit aussi, figurément, de Ce qui est très préjudiciable à un État, à une famille, à un particulier. Le désordre des finances est la plaie de cet empire. La mendicité est la plaie de cette ville. Voilà bien la plaie de ce pays. Quelques années de paix suffiront pour guérir les plaies de l'État. Sa plaie saigne encore. Il se dit aussi des Personnes. Cet enfant est la plaie de sa famille.

Fig., Mettre le doigt sur la plaie, Indiquer nettement ce qui crée une situation fâcheuse pour un peuple, une famille, un individu.

Dans le style de l'Écriture, Les plaies d'Égypte, Les fléaux dont Dieu punit l'endurcissement du Pharaon.

plaie

Plaie, voyez Playe.

plaie


PLAIE, s. f. [Plê, monos. ê ouv. et long. = On écrivait aûtrefois playe, mais avec cette manière d'écrire, il faudrait prononcer plé-ie contre l'usage.] 1°. Solution de continuité faite aux parties molles du corps, par quelque accident, par quelque blessûre, ou par la corruption des humeurs. Panser, guérir une plaie. "On a trop tôt fermé cette plaie. = 2°. Cicatrice: "Ce guerrier montre sans cesse ses plaies pour faire preûve de sa valeur. = 3°. Figurément, il se dit dans tous les styles. "La mort de Turenne fut une grande plaie pour l' État. "Les plaies de l'âme peuvent devenir mortelles, si on les envenime. Nic. = On dit, proverbialement, ne demander que plaies et bosses, souhaiter des malheurs pour en faire son profit. Voy. BOSSE.

Synonymes et Contraires

plaie

nom féminin plaie
1.  Littéraire. Blessure morale.
2.  Familier. Personne, chose désagréable.
fléau -familier: barbe, calamité, scie.
Traductions

plaie

sore, scourge, wound, calamity, nuisance, plague, cutplaag, wond, ramp, snee, verdriet, plagaמכה (נ), נגע (ז), פציעה (נ), פצע (ז), צרעת (נ), פֶּצַע, נֶגַע, צָרַעַתplagazráněníplagoplagacalamidade, flagelo, praga, chagaWundeπληγήpiagaрана傷口sår상처sårบาดแผล (plɛ)
nom féminin
petite blessure

plaie

[plɛ] nf
(= blessure) → wound
remuer le couteau dans la plaie → to turn the knife in the wound
les dix plaies d'Égypte → the plagues of Egypt