plein, eine

PLEIN, EINE1

(plin, plè-n') adj.
Qui contient tout ce qu'il est capable de contenir, par opposition à vide. Une bouteille pleine de vin.
Que Rohaut vainement sèche pour concevoir Comment, tout étant plein, tout a pu se mouvoir [BOILEAU, Ép. v.]
Il [Spinoza] se fonde sur la méprise de Descartes, que tout est plein ; or il est aussi faux que tout soit plein, qu'il est faux que tout soit vide [VOLT., Dict. phil. Dieu.]
L'espace occupé par un corps est un espace plein ; celui qu'un corps n'occupe point est un espace vide [DIDEROT, Opin. des anc. philos. (hobbisme).]
Quand plein est mis devant son substantif, il donne une sorte d'énergie à l'expression. Une pleine bourse de louis. Un plein pot de confitures.
Il faudra qu'avant d'envoyer cette lettre j'aille passer trois heures à la recherche dans un plein coffre de papiers [J. J. ROUSS., Lett. à Mme Latour, 17 juin 1763]
Un verre plein, un verre qui est plein. Un plein verre, la quantité que contient un verre plein. Plein comme un œuf, très plein. Terme de minéralogie. Géode pleine, celle dont l'intérieur se trouve rempli par une matière qui y adhère et qu'à l'œil l'on distingue de celle de la géode. Bête pleine, bête qui porte des petits dans son ventre. Terme de pêche. Hareng plein, celui qui n'a pas encore perdu ses œufs ou sa laite. Cet homme est plein de vin, il est ivre.
Ceux-ci mêmes qui sont restés sont si pleins de vin qu'ils ne savent ce qu'ils font [SACI, Bible, Isaïe, XXVIII, 7]
Avoir le ventre plein, être bien repu. Populairement.
Elle a toujours le ventre plein, se dit d'une femme qui est souvent grosse, [, Dictionnaire de l'Académie]
Pouls plein, voy. POULS.
Où il n'y a pas d'intervalles vides. Tige pleine, tige qui ne renferme aucune cavité. Fleur pleine, celle dont la corolle ou les pétales se sont multipliés par la transformation totale des étamines. Bois plein, bois compacte et à tissu serré. Terme de menuiserie. Ouvrages en plein bois, tous ouvrages dans la construction desquels il n'y a point d'assemblages à tenon, mais dont toutes les pièces sont collées les unes sur les autres à joints droits. Bois plein, forêt bien garnie d'arbres. Terme de marine. Un navire est construit à mailles pleines, lorsqu'il n'y a pas d'intervalle entre ses couples, ou que ces intervalles sont remplis.
Par exagération. Qui contient une grande quantité.
Ville pleine de tumulte, ville pleine de peuple, ville triomphante [SACI, Bible, Isaïe, XXII, 2]
Un festin de viandes délicieuses, un festin de vin, de viandes pleines de suc et de moelle, d'un vin pur sans aucune lie [ID., ib. XXV, 6]
Dès huit heures ce matin, toute ma chambre était pleine ; la Garde, l'abbé de Grignan, le chevalier de Buous, le bien bon, Coulanges, Corbinelli [SÉV., 24 déc. 1673]
L'un meurt vide de sang, l'autre plein de séné [BOILEAU, Art p. IV]
Le souper hors du chœur chasse les chapelains, Et de chantres buvants les cabarets sont pleins [ID., Lutrin, II]
Nos poëtes sont pleins de ces descriptions courtes et vives [ROLLIN, Traité des Ét. III, 3]
Ceux qui prennent les commencements d'un art pour les principes de l'art même, sont persuadés qu'un poëme ne saurait subsister sans divinités, parce que l'Iliade en est pleine [VOLT., Poés. ép. 4]
Elle avait la bouche pleine, et ne put me répondre [ID., Facéties, Relat. appar. jésuite Bertier.]
Dans ce Paris plein d'or et de misère [BÉRANG., la Fée.]
Qui abonde en quelque chose que ce soit. Un habit plein de taches. Un chien plein de puces.
Je suis inquiète des fièvres que je crains que vous ne preniez à Versailles ; on mande que tout en est plein [SÉV., 22 sept. 1687]
Dans un pré plein de fleurs [BOILEAU, Art p. II]
Ruffin ne manque pas de nous marquer qu'on trouva le temple de Sérapis tout plein de chemins couverts et de machines disposées pour les fourberies des prêtres [FONTEN., Oracl. II, 4]
Fig. Qui abonde, en parlant des personnes, en choses que l'on compare à celles qui remplissent matériellement.
C'est sans doute un mal que d'être plein de défauts ; mais c'est encore un plus grand mal que d'en être plein, et de ne point vouloir les reconnaître, puisque c'est y ajouter encore celui d'une illusion volontaire [PASC., Pens. part. I, art. 5]
Je suis plein d'inquiétude [ID., ib. XXV, 25 bis, éd. HAVET.]
Je ne sais si vous comprenez ces faiblesses ; pour moi, j'en suis toute pleine [SÉV., 30 juill. 1677]
Ces monstres [de mauvaises mères] pleins d'un fiel que n'ont pas les lionnes [BOILEAU, Sat. x.]
Ronsard, si plein de verve et d'enthousiasme [LA BRUY., I]
Les grands seigneurs sont pleins d'égards pour les princes [ID., VIII]
Vous venez, pleins peut-être de crime et d'adultère [MASS., Carême, Temples.]
Plein de cette cruelle joie, il fit parvenir jusqu'au roi cette satire.... [VOLT., Zadig, 4]
C'est là ce Nérestan, ce héros plein d'honneur [ID., Zaïre, IV, 5]
Un homme plein de difficultés, un homme qui cherche des difficultés à tout. Un homme plein d'expédients, un homme qui trouve des expédients pour toute chose. Être plein de loisir, avoir tout son temps à soi, n'avoir point d'affaires. Il est plein de vie, il vit encore et se porte bien.
Un bruit court.... Que ce fils qu'on croit mort est encor plein de vie [CORN., Œdipe, III, 4]
Dans le style biblique, plein de jours, qui est dans un age avancé.
Euryméduse, pleine de jours et d'expérience, apporte le pain et le vin [CHATEAUBR., les Martyrs, I]
Fig. Il se dit des choses, dans le même sens.
Les préceptes chrétiens sont les plus pleins de consolation [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 7]
Vous assurer de mon estime et de mon amitié, pleine, en vérité, de beaucoup de reconnaissance [SÉV., à M. du Plessis, 1er mai 1691]
Sa vie et sa mort, également pleines de sainteté et de grâce, deviennent l'instruction du genre humain [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Ses écrits pleins de feu partout brillent aux yeux [BOILEAU, Art p. II]
Elle est dans un palais tout plein de ses aïeux [RAC., Brit. I, 2]
Ce livre [la tactique de Guibert] est plein de grandes idées, comme sa tragédie du connétable de Bourbon est pleine de beaux vers [VOLT., Lett. d'Argental, 15 nov. 1773]
Ses regards charmants qui me semblaient pleins d'amour, parce qu'ils m'en inspiraient [J. J. ROUSSEAU, Confessions, II]
Le style est non-seulement pur et correct, mais plein de douceur et d'élégance [D'ALEMB., Éloges, Fléchier. vie.]
Entièrement occupé de personnes. Pleine de vie. Entièrement occupé de personnes.
Pleine de son pays, pleine de ses parents, Il lui passe en l'esprit cent projets différents [CORN., Suréna, II, 1]
Il y a aujourd'hui trois ans que je vis mourir Madame ; je relus hier plusieurs de ses lettres, je suis toute pleine d'elle [LA FAYETTE, Lett. Œuv. t. III, p. 216, dans POUGENS]
Toujours vide de lui-même et plein des autres, son amour-propre [de Corbinelli] est l'intime ami de leur orgueil [SÉV., 11 sept. 1689]
Je suis si pleine de vous que Je ne puis rien souffrir ni rien regarder [ID., à Mme de Grignan, 13 sept. 1679 (t. XI, p. 11, éd. RÉGNIER).]
[Calchas] Terrible et plein du dieu qui l'agitait sans doute [RAC., Iphig. v, 6]
Je suis encore tout plein de M. Turgot.... je n'ai guère vu d'homme plus aimable ni plus instruit [VOLT., Lett. d'Alemb. 17 nov. 1760]
En vous parlant ils sont pleins de vous ; ne vous yoient-ils plus, ils vous oublient [J. J. ROUSS., Conf. IV]
Il est plein de lui-même, se dit d'un homme qui a trop bonne opinion de lui-même.
Ce petit marquis [le jeune Grignan].... a toujours été occupé de sa compagnie, et jamais plein de lui ; voilà ce qui s'appelle le point de la perfection [SÉV., 6 déc. 1688]
C'est un philosophe qui marche en raison composée de l'air distrait et de l'air précipité.... ayant le visage plein et l'esprit plein de lui-même [VOLT., Diatr. du doct. Akakia.]
Entièrement occupé de choses.
M. de la Rochefoucauld est mort cette nuit ; j'ai la tête si pleine de ce malheur et de l'extrême affliction de Mme de la Fayette, qu'il faut que je vous en parle [SÉV., 413]
M. de Saint-Malo.... a paru aux états [de Bretagne] transporté et plein des bontés du roi.... sans faire nulle attention à la ruine de la province.... ce style est d'un bon goût à des gens pleins, de leur côté, du mauvais état de leurs affaires ! [ID., 8 déc. 1675]
Le lendemain, je fis le même récit [de la conférence avec le ministre Claude] à quelques-uns de mes amis particuliers ; j'étais plein de la chose, et je la racontai naturellement [BOSSUET, Confér. avec Claude, avertissement.]
Adieu ! je vais, le cœur trop plein de votre image.... [RAC., Bérén. I, 4]
Charmé de mon pouvoir et plein de ma grandeur [ID., Iphig. I, 1]
Pendant qu'ils étaient pleins de ces pensées [FÉN., Télém. I]
Un homme si plein de ses intérêts et si ennemi des vôtres [LA BRUY., VI]
Son cœur altier et prompt est plein de cette injure [VOLT., Brut. I, 4]
J'étais plein de la lecture des anciens et de vos leçons, et je connaissais fort peu le théâtre de Paris [ID., Œd. Lett. au P. Porée.]
Absolument.
[Dans l'amour] l'esprit est plein ; il n'y a plus de place pour le soin ni pour l'inquiétude [PASC., Pass. de l'amour.]
Je crois vous avoir déjà dit, madame, à peu près ce que je vous dis aujourd'hui ; mais je suis si plein que je répète [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 25 janv. 1775]
Avoir le cœur plein, avoir des sujets de tristesse ou de joie, qu'on éprouve le besoin de confier à d'autres.
Elle était aise de parler à quelqu'un : son cœur était trop plein [SÉV., 12]
Fig. Qui est rassasié.
Il proteste lui-même aux fidèles qu'il n'a que faire de la multitude de leurs oblations ; qu'il est plein [BALZAC, le Prince, ch. 10]
Nous ne trouvons que trop de mangeurs ici-bas : Ceux-ci sont courtisans, ceux-là sont magistrats... Plus telles gens sont pleins, moins ils sont importuns [LA FONT., Fabl. XII, 13]
Malheur à vous qui êtes pleins et contents du monde ! [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Rebondi, replet, gras.
J'ai le visage assez plein, pour avoir le corps très décharné [SCARR., Portrait de Scarron fait par lui-même]
Giton a le teint frais, le visage plein [LA BRUY., VI]
M. Corneille était assez grand et assez plein [FONTEN., Vie de Corn.]
En termes de manége, jarrets pleins, jarrets gras. Flancs pleins, flancs qui ne sont ni creux, ni retroussés, ni coupés.
Fig. De durée ou d'étendue complète. Il fut absent trois jours pleins. Un jour plein, les vingt-quatre heures tant du jour que de la nuit. Pleine vendange, pleine récolte, vendange, récolte qui donne autant qu'on peut en attendre.
Ils eurent bonne année, Pleine moisson, pleine vinée [LA FONT., Fabl. VI, 4]
Plein rapport, état d'une propriété qui rapporte autant qu'elle peut rapporter. Un domaine en plein rapport. En musique, plein jeu, voy. JEU, n° 22. Chez les confiseurs, plein sucre, voy. SUCRE. Terme de chronologie. Année pleine, année lunaire de 354 jours, par opposition à l'année cave de 353. Mois plein, se dit du mois de 31 et de 30 jours, par opposition au mois cave de 28 et de 29 jours. Pleine lune, la lune quand elle présente l'aspect d'un cercle entier, c'est-à-dire quand toute la partie éclairée par le soleil est tournée vers nous. Fig. C'est une pleine lune, c'est une personne qui a le visage large et plein. On dit de même : un visage de pleine lune. Tout l'espace qui est depuis le quatorzième jusqu'au vingt et unième jour de la lune. Nous sommes dans la pleine lune. Pleine mer, la mer loin du rivage, le large (plein est pris ici dans le sens de milieu, non de rempli). Pleine mer, pleine marée, le moment du flux où la mer est la plus haute.
Avec fort peu de peine Un flux de pleine mer jusqu'ici les amène [CORN., Cid, II, 7]
De plein en plein, d'une pleine mer à une autre pleine mer.
Le 15 août, nous aurons pleine mer à sept heures dix minutes ; l'Amsterdam partira de plein en plein, [, Lett. écr. du Havre, 24 juill. 1844, dans JAL]
Terme de marine. Plein bois, la partie du navire qui est au-dessus de l'eau. Des deux vaisseaux, l'un tirait en plein bois, l'autre à démâter. Terme de billard. Prendre une bille pleine, l'atteindre avec la sienne de centre à centre. Terme de blason. Pleines armes, ensemble des pièces qui composent les armoiries d'un seigneur de haubert.
Fig. Qui a de la plénitude, de l'ampleur.
Quand le caractère de celui qui parle est austère et grave, l'expression doit être pleine, forte et précise [MARMONTEL, Œuv. t. V, p. 7]
Voix pleine, voix nette et forte qu'on entend bien.
Il avait choisi pour cette lecture des hommes d'une voix pleine, sonore, agréable [ROLLIN, Hist. ancienne, Œuv. t. V, p. 220]
Style plein et nourri, style abondant, et qui fait naître beaucoup d'idées.
Malherbe.... d'un style plein et uniforme [LA BRUY., I]
Un ouvrage plein, un ouvrage d'esprit où l'on trouve tout ce qu'il doit contenir.
On a fait l'histoire de Pierre le Grand la plus courte et la plus pleine qu'on a pu [VOLT., Russie, Préf. hist.]
La supériorité du pays de blé est démontrée par le livre aussi petit que plein de M. Melon [ID., Dict. phil. Blé.]
Une vie pleine, vie très activement employée. En termes de dévotion, des œuvres pleines, des œuvres auxquelles il ne manque rien pour sanctifier.
Si elle avait été plus fortunée, son histoire serait plus pompeuse, mais ses œuvres seraient moins pleines [BOSSUET, Reine d'Angl.]
10° Entier, absolu, complet ; en ce sens, il se met avant son substantif.
Cette pleine victoire est leur dernier ouvrage [CORN., Pomp. IV, 3]
Laissez donc cette reine en pleine liberté [ID., Nicom. IV, 5]
Avez-vous cependant une pleine assurance D'avoir assez de vie ou de persévérance ? [ID., Poly. I, 1]
Et bientôt mes desseins auront un plein effet [ID., Héracl. II, 2]
Il est bien des endroits où la pleine franchise Deviendrait ridicule et serait peu permise [MOL., Mis. I, 1]
Goûtez à pleins transports ce bonheur éclatant [ID., D. Garc. III, 4]
Rien L'est plus insupportable à l'homme que d'être en plein repos, sans passion, sans affaire.... [PASC., Pens. XXV, 26, éd. HAVET.]
Que l'homme contemple donc la nature dans sa haute et pleine majesté ! [ID., ib. I, 1]
Après un si long temps de pleine jouissance, Vos attraits sont à vous sans contestation [REGNARD, Joueur, II, 2]
J'apprends qu'en Toscane on vient d'essayer l'usage de vos principes, et qu'un plein succès en a justifié la bonté [VOLT., Lett. Turgot, 13 janv. 1776]
Il se met quelquefois après son substantif.
Il est naturel qu'un jeune homme épuisé de fatigue tombe dans un sommeil plein [VOLT., Louis XIV, 3]
Il s'y met régulièrement quand il est joint à quelque terme modificatif.
C'est aux rois, c'est aux grands, c'est aux esprits bien faits, à voir la vertu pleine en ses moindres effets [CORN., Hor. v, 3]
Cette faveur si pleine et si mal reconnue [ID., Cinna, III, 2]
Il [Sobieski] a gagné une bataille si pleine et si entière, qu'il est demeuré quinze mille Turcs sur la place [SÉV., 22 déc. 1673]
Le laboureur qui a bien travaillé sans chagrin et bien mangé sans excès, dort d'un sommeil plein et tranquille, que les rêves ne troublent point [VOLT., Dict. phil. Somnambules]
De notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, formule dont le roi se servait dans ses édits et ses déclarations.
11° Pleines armes, voy. PLEIN 2.
12° Plein, précédé de la préposition en, forme diverses locutions qui, avec plus d'énergie, signifient au milieu de.
L'affaire est d'importance, et, bien considérée, Mérite en plein conseil d'être délibérée [CORN., Cid, II, 9]
Quoi ! Rodrigue, en plein jour ! d'où te vient cette audace ? [ID., ib. v, 1]
Si vous voulez calmer toute cette tempête, Il faut en pleine place abattre cette tête [ID., Hér. III, 4]
Les examinateurs avaient dit en pleine Sorbonne que.... [PASC., Prov. I]
Enfin, ma chère fille, me voilà en pleins états [de Bretagne] ; sans cela les états seraient en pleins Rochers [la campagne de Mme de Sévigné] [SÉV., 75]
La licence de cet intérieur [du régent] était poussée au point que la comtesse de Sabran lui dit un jour en plein souper, que Dieu, après avoir créé l'homme, prit un reste de boue dont il forma l'âme des princes et des laquais [DUCLOS, Œuv. t. V, p. 201]
Duclos et d'Alembert avaient eu je ne sais quelle altercation en pleine Académie [MARMONTEL, Mém. VII]
En plein air, exposé de tout côté à l'air, hors des maisons.
Les anciens passaient presque leur vie en plein air, ou vaquant à leurs affaires ou réglant celles de l'État sur la place publique [J. J. ROUSS., Lett. à d'Alemb.]
En plein hiver, au plus fort de l'hiver. Un arbre en plein vent, voy. VENT. Un arbre en pleine terre, voy. TERRE. En pleine campagne, loin des habitations. En plein champ, au milieu des champs. Peint en pleine pâte, voy. PÂTE, n° 10. L'armée est en pleine marche, la plus grande partie des troupes qui composent l'armée sont en mouvement. L'ennemi est en pleine retraite, l'ennemi exécute sa retraite sur tous les points. L'ennemi est en pleine déroute, sa déroute est complète. Cette province est en pleine révolte, en pleine insurrection, la révolte y est complète, l'insurrection y est générale. Tailler en plein drap, voy. DRAP, n° 1.
13° Plein, construit avec la préposition à, sert à former diverses locutions qui marquent le haut degré de la chose dont il s'agit. Boire à plein verre. Crier à pleine tête. La rivière coulait à pleins bords.
Votre zèle était faux, si seul il redoutait Ce que le monde entier à pleins vœux souhaitait [CORN., Pomp. III, 2]
Marcelle les contemple à ses pieds expirants... Et tantôt se repaît de leurs derniers soupirs, Tantôt goûte à pleins yeux ses mortels déplaisirs [ID., Théod. v, 8]
Il voit de toute part combler d'heur sa famille, La javelle à plein poing tomber sous la faucille [RACAN, la Retraite.]
À pleines mains, voy. MAIN, n° 11. Cette étoffe est à pleine main, voy. MAIN, n° 39. Ce cheval a une bouche à pleine main, voy. MAIN, n° 41. À pleine bouche, de manière à remplir la bouche. Ce vin sent la frambroise à pleine bouche.
Retirez-vous, vous puez le vin à pleine bouche [MOL., G. Dand. III, 12]
Terme de marine. Nœud à plein poing, nœud fait très promptement ou sans égard à la netteté de l'ouvrage. À pleines voiles, voy. VOILE, s. f.
14° Plein, précédé de la préposition de, entre dans quelques locutions. De plein droit, sans que le droit puisse être contesté. Il peut faire cela de plein droit. De plein saut, voy. SAUT. De plein fouet, sans sauts, ni ricochets, en parlant d'un boulet.
15° S. m.Terme de physique. Le plein, l'espace que l'on suppose entièrement rempli de matière.
Lorgnant le ciel, il prétendit y lire, Et décider sur le vide et le plein [VOLT., Poés. mêlées, 60]
Dans le langage général, ce qui est rempli.
Sur le damier.... Les cases, les couleurs, et le plein et le vide [DELILLE, Hom. des ch. I]
Une étoffe brodée tant plein que vide, une étoffe dont une partie est brodée et dont l'autre ne l'est pas. Terme de marine. Porter plein, gouverner de manière que les voiles ne soient pas dans le cas de fasier. Gouverner près et plein, serrer le vent. Porter bon plein, gouverner de manière à avoir toujours du largue dans les voiles. Plein la voile ! ordre au timonier d'avoir toujours du largue dans les voiles, de ne pas chicaner le vent. En architecture, les pleins et les vides, les parties solides, continues, et les espaces sans construction, ainsi que les jours.
Le gothique, étant tout composé de vides, se décore plus aisément de fleurs que les pleins des ordres grecs [CHATEAUB., Génie, III, V, 5]
De même que l'art de distribuer dans un tableau les lumières et les ombres s'appelle, en peinture, le clair-obscur, de même l'art de distribuer dans un bâtiment les pleins et les vides peut s'appeler, en quelque manière, le clair-obscur de l'architecture [CH. BLANC, Journal des Débats, 27 mai 1867]
Terme de maçon. Tant plein que vide, en tenant compte, dans le toisé, aussi bien de l'espace où sont les portes et les fenêtres, que des gros murs.
16° Le plein d'un mur, le massif d'un mur.
17° Le plein de la lune, le temps où la lune est pleine.
En 1666, il parut dans une grande partie de l'Italie un météore aussi lumineux que la lune en son plein [FONTEN., Guglielmini.]
Terme de marine. Plein de la mer, moment où la marée est arrivée à sa plus grande hauteur. Battre son plein, se dit de la marée qui, arrivée à son plus haut point, reste stationnaire quelque temps avant de redescendre. En pleine marée, quand le flux est le plus haut. En pleine mer, loin des côtes.
18° Le plein d'un bois, d'un taillis, le milieu.
19° Terme de calligraphie. La plus grande largeur ou grosseur du trait de plume, selon que la plume est maniée différemment. On distingue le plein parfait, le plein imparfait, le demi-plein et le délié. Terme de chirurgien. La partie moyenne d'une bande roulée à deux chefs.
20° Mettre dans le plein, mettre en plein, envoyer une balle, une flèche au milieu du but où l'on vise.
21° Terme de jeu de trictrac. Faire son plein, couvrir de deux dames les six flèches d'une des tables.
Et quand mon plein est fait, gardant mes avantages.... [REGNARD, le Joueur, I, 10]
On dit aussi : conserver son plein. Tenir son plein. Rompre son plein. Au jeu de biribi, mettre l'argent qu'on joue au milieu d'un chiffre ; lorsque ce chiffre arrive, on retire 64 fois sa mise ; et cela s'appelle gagner un plein.
Il faisait mettre dans les gazettes tous les pleins qui avaient été gagnés dans la semaine [COMTE DE CAYLUS, Féeries nouv. t. IX, p. 67. dans POUGENS]
Mettre en plein, au jeu de hoc, mettre l'argent que l'on joue au milieu d'un chiffre : lorsque ce chiffre sort, on retire 27 fois autant qu'on a mis.
22° Plein, prép. Autant que la chose dont on parle peut en contenir. Avoir de l'argent plein ses poches. Avoir plein ses poches d'argent.
J'avais des fleurs plein mes corbeilles [V. HUGO, Crép. 2]
23° En plein, tout en plein, complétement, pleinement. Le soleil donnait en plein sur nous.
J'ai cru bonnement à la charte, j'ai donné dans la charte en plein [P. L. COUR., Rép. aux anonym.]
Terme de marine. Navire chargé en plein, chargé autant que possible.
24° À plein, même sens.
Il se retire dans sa tente, d'où il découvrait à plein l'armée [VAUG., Q. C. IV, 12]
Au travers de son masque on voit à plein le traître [MOL., Mis. I, 1]
Qui voudra connaître à plein la vanité de l'homme [PASC., Pens. VI, 43 bis, éd. HAVET.]
Pour nous faire voir à plein les bornes et la petitesse de l'esprit humain [MASSILLON, Panég. St François de Paule.]
À pur et à plein, voy. PUR.
25° Tout plein, loc. adv. Beaucoup (il est du style familier).
Là-dessus tout plein de gens, qui jusques alors avaient vécu de grivelées.... [MALH., Le XXXIIIe livre de Tite Live, ch. 47]
M. le Grand, au jeu, était très fâcheux, et lâchait tout plein d'ordures [SAINT-SIMON, 485, 21]
Tiens, tiens, prends cette bague Et ma montre d'or fin Et de l'argent tout plein [FAVART, Annette et Lubin, SC. 3]
Il y a eu autrefois tout plein de possédés [VOLT., Dict. phil. Possédés.]
Les deux rois se sont vus ; ils se sont dit tout plein de choses douces [DIDER., Mém. t. III, p. 23, dans POUGENS]
Il y a déjà tout plein de monde sur la place [GENLIS, Théât. d'éduc. la Rosière, I, 3]

PROVERBE

    Quand le vase est trop plein, il faut bien qu'il déborde, se dit de passions, de sentiments qui finissent par éclater, quoi qu'on en ait.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Set anz tuz pleins ad ested en Espeigne [, Ch. de Rol. I]
    Pleine sa hanste [sans l'avoir brisée], del cheval [il] l'abat mort [, ib. XCI]
    [Il] Met l'olifant plein d'or et de mangons [, ib. CCLXIX]
  • XIIe s.
    Tant est Rolans pleins de chevalerie... [, Ronc. p. 28]
    Donc [il] laisse courre à plen frein estendu [, ib. p. 60]
    Plaine d'orgueil et dame sans guerdon [, Couci, II]
    Pleins de bone volonté, Chanterai com fins amis [, ib. XI]
    [Ma dame]... me conquist as moz plains de douzor [, ib. XVI]
    Au Man [ils] erent [étaient] remès [restés] plain d'ire et de contraire [contrariété] [, Sax. XXX]
  • XIIIe s.
    Come la lune parfaite, quant ele est pleine et ele a entiere clarté... [, Psautier, f° 109]
    Quant li chevalier qui estoient es huissiers [barques] virent ce, si descendirent à terre, et drecierent les eschieles au plein du mur [VILLEH., CV]
    [Berte] De qui la gent se plaignent de toutes pars à plain [, Berte, LXXIII]
    Huit jours [ils] mistrent [mirent] tous plains à l'avoir aüner [rassembler] [, ib. XCVII]
    Ele avoit ung mauvès usage, Qu'ele ne pooit ou visage Regarder riens de plain en plain [, la Rose, 285]
    Il avint que le roy donna congé à tout plein de ses gens, quant nous revenimes de prison [JOINV., 217]
  • XIVe s.
    Et de cest vice sera dit plus à plain ou tiers livre [ORESME, Eth. 37]
  • XVe s.
    Et les mirent hors à plein jour [FROISS., I, I, 132]
    Quand ce jugement fut rendu par pleine sentence de tous les barons [ID., I, I, 154]
    Et à bon droit et action, Pourrez, de vostre plain povoir, Me mectre à execution [CH. D'ORL., Ball. 79]
    La fortune rit à plaine gueulle et bat ses paulmes, quand il meschiet [mésarrive] à grands seigneurs [AL. CHART., le Curial.]
  • XVIe s.
    Desja elle m'ayme tout à plain, je le congnoy, et suys à ce predestiné des phées [RAB., Pant. II, 21]
    Je l'ayme desja tout plain, et ja en suys tout assoty [ID., ib. III, 18]
    Il n'y a nul plein chrestien, sinon celui qui... [CALVIN, Instit. 1169]
    À pleine bouche [MONT., I, 24]
    La pleine possession d'un bien [ID., I, 241]
    Aller en chemise en plein hyver [ID., I, 259]
    En pleine mer [MONT., II, 325]
    Avoir les moustaches pleines [fournies] [ID., I, 392]
    Les atomes d'Epicurus, le plein et le vuide de Democritus [ID., II, 285]
    Les bons escripts, pleins et solides [ID., II, 329]
    Mon aller n'est pas naturel, s'il n'est à pleines voiles [ID., III, 278]
    Se mettant en chemin de plein jour [AMYOT, Cam. 44]
    Qu'il venoit avec pleine puissance de leur pardonner [ID., ib. 51]
    Absouldre quelqu'un à pur et à plein [ID., Publ. 21]
    En pleine place [AMYOT, Péric. 7]
    Ilz prirent une souris qui estoit pleine, et feit cinq petits souriceaux dedans la ratouere mesme [ID., Sylla, 16]
    Il luy jetta un plein panier de fiente sur la teste [ID., Pomp. 67]
    Si renvoya tous les autres pleins d'argent et de promesses [ID., ib. 73]
    La mer estant au plain [D'AUB., Hist. III, 14]
    Lorsque ta mere estoit preste à gesir de toy, Si Jupiter, des dieux et des hommes le roy, Lui eust juré ces mots : l'enfant dont tu es pleine... [RONSARD, à Olivier de Magny.]
    Tel est plein qui se plaint [COTGRAVE, ]
    On lie bien le sac avant qu'il soit plein [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. pien ; provenç. plen ; catal. ple ; espagn. pleno, lleno ; portug. pleno ; ital. pieno ; du lat. plenus, plein, plere, emplir ; slave, plunu (les deux u accent bref) ; sanscr. prana (1er a long), purna (u long), plein ; radical sanscrit, par, emplir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. PLEIN. Ajoutez :
    27° Terme de grammaire. Dans les langues isolantes, mot plein, mot qui, dans un composé, a gardé sa valeur, par opposition à mot vide, mot qui l'a perdue et qui ne joue plus qu'un rôle de suffixe.
    28°
    En termes d'assurances, le plein d'une compagnie est le maximum des sommes qu'elle consent à assurer [, Journ. des actuaires français, janv. 1873, t. II, p. 88]
    29° En termes de jeu, numéro plein, numéro unique, par opposition à numéros multiples.
    À Bade, quand un joueur met 100 francs sur un numéro plein, sa probabilité de gain est 1/38 [É. DORMOY, Journ. des actuaires français, t. II, p. 48]
    À la roulette, il est moins désavantageux de mettre sur un numéro plein que sur 2, sur 2 que sur 4, etc. ; plus on éparpille ses mises, plus on diminue ses chances [ID., ib. p. 49]

PLEIN, EINE2

(plin, plè-n') adj.
Terme de blason. Armes pleines, celles qu'on porte telles qu'elles sont, sans écartelure ni brisure. Écu plein, écu rempli d'un seul émail. Cette maison porte son écu d'or plein, de gueules plein.

ÉTYMOLOGIE

  • Ici plein est une faute, et il faudrait écrire plain, plaine, c'est-à-dire tout uni (voy. PLAIN 1).