poinçon

(Mot repris de poinçons)

poinçon

n.m. [ lat. punctum, de pungere, piquer ]
1. Tige de métal pointue servant à percer, à emboutir, à graver : Un poinçon de cordonnier, de médailleur.
2. Marque appliquée aux pièces d'orfèvrerie, notamm. pour en garantir le titre : Apposer un poinçon sur une bague en argent estampille

poinçon

(pwɛ̃sɔ̃)
nom masculin
1. marque faite sur un métal précieux pour prouver sa nature Regarde le poinçon : cette bague est en argent.
2. marque faite sur un ticket pour valider son utilisation J'ai déjà trois poinçons sur ma carte de cinéma.
3. outil pointu qui sert à marquer qqch donner un coup de poinçon

POINÇON1

(poin-son) s. m.
Instrument de métal, poli ordinairement, rond et pointu, qui sert à percer.
Tandis qu'Alaciel à l'aide d'un poinçon Faisait semblant d'écrire sur les arbres [LA FONT, Fiancée.]
Celui qui les conduisait [les éléphants] était forcé, pour éviter un malheur [quand ils devenaient furieux], de leur enfoncer un poinçon qui les faisait tomber morts dans l'instant [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 389, dans POUGENS.]
Fig.
Chamillart, doux et modéré, mais qui n'était point accoutumé au poinçon [à être piqué], s'aigrit et s'emporta [SAINT-SIMON, 232, 99]
Outil pour graver. Graver au poinçon.
Audran, Le Clerc de Metz travaillent à l'eau-forte, Leur poinçon est exquis, l'on en fait de l'état [M. DE MAROLLES, le Livre des peintres, etc. p. 92]
Terme de sculpture. Outil d'acier pour ébaucher l'ouvrage. Outil dont les maçons et les tailleurs de pierre se servent pour faire des trous dans les pierres.
Poinçon d'arrêt se dit, chez les artificiers, d'un instrument pointu, portant, non loin de son extrémité, une traverse qui l'empêche de pénétrer plus avant.
Grosse cheville de fer pointue par un bout, avec une forte tête de l'autre, dont se servent les vanniers.
Terme de maréchalerie. Barreau de fer terminé en pointe, pour contre-percer les fers du cheval.
Morceau d'acier gravé en relief, avec lequel on frappe les coins des monnaies et des médailles. On distingue le poinçon d'effigie, le poinçon de croix ou d'écusson, et le poinçon de légende.
Nous avons égalé les anciens dans les médailles.... c'est maintenant une chose admirable que ces poinçons et ces carrés qu'on voit rangés par ordre historique dans l'endroit de la galerie du Louvre occupé par les artistes [VOLT., Louis XIV, 33]
Terme de typographie. Morceau d'acier où les lettres sont gravées en relief, et avec lequel on frappe les matrices servant à fondre les caractères d'imprimerie.
Petit instrument d'acier, gravé en creux, pour marquer la vaisselle d'or et d'argent.
Anciennement, aiguille de tête dont les femmes se servaient pour arranger leurs cheveux quand elles se coiffaient.
Leurs robes magnifiques, leurs écharpes, leurs beaux linges, leurs poinçons de diamants [SACI, Bible, Isaïe, III, 22]
10° Terme de manége. Morceau de bois taillé en pointe ou terminé par une pointe de fer, dont on se sert au manége pour exciter les chevaux à sauter entre les piliers.
11° Arbre vertical sur lequel tourne une machine.
12° Terme de charpente. Pièce de bois qui est toute droite sous le faîte du bâtiment, et qui sert pour l'assemblage des formes et faîtes. Cette pièce de charpente, placée verticalement au milieu d'une ferme, pose par son extrémité inférieure sur l'entrait, et soutient le faîte à l'endroit où sont assemblés les arbalétriers. S. m. pl.Terme de charpente. Ce sont, dans un cintre, pour la construction d'une voûte ou d'une arcade, toutes les pièces posées debout dans lesquelles sont assemblées les courbes.
13° Coquille univalve.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Laiens s'est li paiens trestout seus [seul] enfermés ; Deus bons cotiaus d'acier en a o lui [avec soi] portés, Et poinchons et alesnes... [, Ch. d'Ant. VI, 318]
    Il est à Paris orfevre qui veut et qui faire le scet, pourtant qu'il soit tel esprouvé... de tenir et lever forge et d'avoir poinçon à contre-seing [DE LABORDE, Émaux, p. 383]
  • XVe s.
    Et au front devant estoient mis les archiers en ordonnance tous à pied, ayans chascun devant luy poinçons aguisez fichez devant eux [MONSTREL., t. II, p. 49, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Les poinçons de lettres grecques qu'il a entreprins et promis tailler et mettre es mains du dict Robert Estienne, [, Mandement de François Ier, dans Bibl. des ch. 3e série, t. III, p. 170]
    J'ay veu une fille, pour tesmoigner l'ardeur de ses promesses et aussi sa constance, se donner, du poinçon qu'elle portoit en son poil, quatre ou cinq bons coups dans le bras [MONT., I, 309]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. punzon ; ital. punzone ; du lat. punctionem, changeant de genre en passant au concret (comme dans l'anc. franç. prison pour prisonnier), de punctum, supin de pungere (voy. POINDRE). Poinçon a en charpente et dans l'ancienne langue le sens de pieu, sens venu de la forme.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. POINÇON. Ajoutez :

    REMARQUE

      Il faut définir ainsi le poinçon en charpente : c'est une pièce de bois ou de métal qui est toute droite sous le faîte du bâtiment, et qui sert pour l'assemblage des fermes et faîtes ; cette pièce, placée verticalement au milieu d'une ferme, est supportée à son extrémité supérieure par les arbalétriers, et soutient l'entrait ou le tirant avec lequel elle est assemblée à sa partie inférieure.

    HISTORIQUE

      Ajoutez :
    • XIVe s.
      Ou [au] vergier avoit tantes [tentes] maintes, Dont les colomes, li poinsson [poteaux] Eraint d'argent en jusquenssom [jusqu'en haut] [MACÉ, Bible en vers, f° 99, verso, 1re col.]

POINÇON2

(poin-son) s. m.
Sorte de tonneau qui tient à peu près les deux tiers d'un muid.
Six douves de poinçon servaient d'ais et de barre [RÉGNIER, Sat. X]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Autant doit la queue de rouage come li tonniax, et li ponchon come la queue, et li petit tonnel come li grans [, Liv. des mét. 295]
  • XVIe s.
    Le meilleur fut qu'il n'y avoit aux trois tours que trente poinçons de poudre [D'AUB., Hist. I, 342]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. Outre ponchon, la vieille langue a poçon, pochin, pour une certaine mesure ; possonnes, burettes. Poisson est aussi le même mot. Mais il n'est guère possible d'aller au delà de ces rapprochements.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. POINÇON. - HIST. Ajoutez :
  • XIVe s.
    Un vieil poinsson vuit et les douves d'un autre poinsson [, Bibl. des ch. 1872, p. 361]

poinçon

POINÇON. n. m. Instrument métallique, généralement d'acier, qui a une pointe pour percer. Un étui garni de ciseaux et d'un poinçon.

POINÇON se dit particulièrement d'un Instrument dont on se sert pour marquer les ouvrages d'or et d'argent. Le poinçon de l'État indique à la fois le titre et le paiement des droits. Un poinçon d'orfèvre. De l'argenterie ancienne marquée au poinçon de Paris.

POINÇON se dit encore d'un Morceau d'acier gravé en relief, avec lequel on frappe les coins des monnaies et des médailles. On a fait un nouveau poinçon pour les monnaies. C'est tel graveur qui a fait le poinçon de cette médaille.

Il se dit également, en termes de Typographie, d'un Morceau d'acier où les lettres sont gravées en relief et avec lequel on frappe les matrices qui servent à fondre les caractères d'imprimerie. On a perdu les matrices de tels caractères, mais on en a les poinçons.

En termes de Manège, il désigne un Morceau de bois taillé en pointe, ou armé d'une pointe de fer, dont les maîtres de manège se servaient autrefois pour piquer la croupe des sauteurs qu'ils montaient et pour les exciter à détacher la ruade. Les habiles écuyers ont toujours blâmé l'usage du poinçon.

Il se dit aussi de l'Arbre vertical sur lequel tourne une machine.

En termes d'Architecture, il désigne la Pièce de bois qui, dans une charpente, s'appuie perpendiculairement sur le milieu de l'entrait et sur le haut de laquelle s'assemblent les arbalétriers.

poinçon

POINÇON. n. m. Sorte de tonneau servant à mettre du vin ou d'autres liquides. Poinçon de vin. Poinçon de cidre.

poinçon


POINÇON, s. m. [Poein-son: deux syll.] Il a deux sens, qui n'ont aucun raport l'un à l'aûtre. = Instrument de métal, qui a une pointe pour percer, pour poindre. Il en est de diférentes formes, et l'on s'en sert à divers usages. Poinçon, avec lequel on marque la vaisselle d'argent. Poinçon, dont on se sert pour l'empreinte des monaies et des médailles. Poinçon, avec lequel on frape les matrices, qui servent à fondre les caractères d'Imprimerie. = Aiguille de tête, au haut de laquelle il y a quelque pierre enchâssée, et qui sert à la coîfure des Femmes.
   2°. POINÇON, sorte de toneau, qui tient à peu prês les deux tiers d'un muid.

Traductions

poinçon

חרט (ז), מחט (נ), מנקב כרטיסים (ז), מרצע (ז), מַרְצֵעַ, חָרָט, מַחַט

poinçon

Hallmark, awl, punch, stamp

poinçon

punch

poinçon

펀치

poinçon

Punch

poinçon

[pwɛ̃sɔ̃] nm
[cordonnier] → awl
[broderie] → bodkin
(= marque) → hallmark