point

1. point

n.m. [ lat. punctum, de pungere, piquer ]
1. Signe graphique approximativement rond et de très petite dimension : Le point du « i » et du « j ».
2. Signe de ponctuation utilisant une telle marque graphique : Le point final d'un texte. Les points de suspension (...).
3. Petite marque de forme indéterminée : Une angine à points blancs.
4. Unité d'une échelle de notation d'un travail scolaire, d'une épreuve : Il faut un minimum de 200 points pour être admissible au concours.
5. Unité de compte dans un jeu, un match : Il vient de marquer 20 points supplémentaires.
6. Unité de compte, dans un système de calcul (pourcentage, indice, cote) : Ce candidat à la présidentielle a perdu deux points dans les sondages.
7. Unité de calcul des avantages d'assurance vieillesse, dans certains régimes de retraite : Le changement d'échelon hiérarchique fait gagner des points.
8. Suite de deux piqûres faites dans une étoffe au moyen d'une aiguille enfilée : Tu fais des points trop grands.
9. Manière particulière d'entrelacer, de piquer les fils : Un châle au point de riz. Le point de croix.
10. Zone qui permet de situer qqch ou qui sert de repère : Elle a des cicatrices en plusieurs points du corps
endroit, place : Un point de rencontre
11. Figure géométrique sans dimension ; intersection de deux lignes : Le point d'intersection de deux droites.
12. Question particulière ; problème précis : Je ne reviendrai pas sur ce point
chapitre : Il faut revoir notre stratégie point par point
13. Degré atteint, moment dans le cours de qqch : Concernant le rachat de l'entreprise, nous en sommes toujours au même point
14. En musique, signe (.) placé à droite d'une note ou d'un silence pour en augmenter la durée de moitié.
15. Dans les pays anglo-saxons et, souvent, dans les machines électroniques, signe utilisé à la place de la virgule pour la numération décimale.
16. En imprimerie, unité de mesure déterminant la force du corps des caractères.
À point,
au degré de cuisson convenable (entre « bien cuit » et « saignant », pour la viande) ; au bon moment : Ces remboursements sont arrivés à point.
À point nommé,
à propos ; au moment opportun.
Au point,
bien réglé, parfaitement prêt : Ce nouveau système est enfin au point.
Au point de ou au point que ou à tel point que,
marque la conséquence ; tellement que : Il ne fait pas chaud au point de sortir sans veste ou au point qu'on puisse sortir sans veste.
En tout point,
entièrement : Ces deux textes se ressemblent en tout point.
Être mal en point,
être dans un piteux état ; être malade.
Faire le point,
déterminer la position d'un navire, d'un avion ; fig., déterminer où l'on en est dans une affaire, un processus quelconque.
Marquer un point,
prendre un avantage ; fig., montrer sa supériorité.
Mettre au point,
régler : Ils doivent mettre au point les derniers détails du contrat.
Mise au point,
opération qui consiste, dans un appareil d'optique, à rendre l'image nette ; explication destinée à éclaircir, à régler des questions restées jusque-là dans le vague.
Point chaud,
endroit où un conflit armé risque d'éclater ou de s'aggraver.
Point de,
question précise dans tel domaine particulier : Nous avons discuté un point de stratégie électorale.
Point d'eau,
lieu où se trouve une source, un puits dans une région aride.
Point de côté,
douleur aiguë au thorax ou à l'abdomen, survenant à l'effort (course à pied, par ex.).
Point de fusion, d'ébullition, de liquéfaction,
température à laquelle un corps entre en fusion, en ébullition, se liquéfie.
Point d'orgue
Point du jour,
moment où le soleil commence à poindre, à paraître.
Point mort,
position du levier de changement de vitesse d'un véhicule où celui-là n'est enclenché dans aucune vitesse ; fig., dans un processus, moment où l'évolution est arrêtée : Les négociations sont au point mort.
Point noir,
comédon ; endroit où la circulation automobile est dangereuse ou difficile ; fig., difficulté grave, élément négatif : L'un des points noirs de la situation économique.
Point sensible ou névralgique,
sujet sur lequel une personne se montre susceptible.
Rendre des points,
donner des points d'avance à un adversaire ; fig., accorder un avantage à qqn considéré comme plus faible que soi.
Sur le point de,
indique un futur immédiat : Le magnétoscope est sur le point de tomber en panne
près de
Un point, c'est tout,
il n'y a rien à ajouter.

2. point

adv. [ de 1. point ]
(Avec la négation ne) Litt.ou Région. Pas : Elle n'est point venue.
Point n'est besoin de (+ inf.),
il n'y a pas besoin de : Point n'est besoin de crier, nous ne sommes pas sourds.

POINT1

(poin ; le t se lie : un poin-t important ; au pluriel, l's se lie : des points-z importants) s. m.

Résumé

Douleur qui point, qui pique.
Piqûre que l'on fait dans l'étoffe avec une aiguille enfilée d'un fil.
Nom donné à certains ouvrages de broderie.
Dentelle de fil, faite à l'aiguille.
Trou fait à des courroies.
Douzième partie de la ligne.
En typographie, mesure d'un sixième de ligne.
La plus petite partie de l'étendue.
Endroit fixe et déterminé.
10° En architecture, points perdus, points courants, point d'aspect.
11° En mécanique, point d'appui.
12° Point, en astronomie.
13° Point, en optique.
14° Point de vue.
15° Point de mire.
16° Point, en marine.
17° Le point, en exploitation de mines.
18° Point de partage.
19° Degré de température.
20° Point, en anatomie.
21° Point graisseux.
22° Point, en botanique.
23° Tache.
24° Petits grains dans un diamant.
25° Petites taches ou traits dans la miniature et la gravure.
26° Point, en sculpture.
27° Division de la règle des cordonniers et des chapeliers.
28° Point mort d'une scie.
29° Point secret, dans le monnayage.
30° Petite marque qu'on met sur un i.
31° Petite marque que l'on met dans l'écriture.
32° Point, en musique.
33° Point, en géomancie.
34° Nombre attribué à chaque carte.
35° Au piquet et ailleurs, nombre de points que composent ensemble plusieurs cartes de la même couleur.
36° Dans la plupart des jeux, nombres que l'on marque à chaque coup.
37° Au collége, marques pour le travail et la conduite.
38° Fig. Division d'un discours, d'un sermon.
39° En général, objet, terme.
40° Question, difficulté particulière.
41° Ce qu'il y a de principal, d'important.
42° État, situation.
43° Degré, période.
44° Instant, moment précis.
45° Opportunité, gré, fantaisie.
46° À point.
47° À point nommé.
48° À son point et aisement.
49° Au dernier point.
50° De point en point.
51° De tout point, en tout point.
Douleur qui point, qui pique (ce qui est le sens propre d'un mot dérivé du latin pungere, piquer). Avoir un point au dos, à l'épaule.
Je sens vos pesanteurs, votre point [SÉV., 416]
J'ai vu le chevalier.... il avait eu son point ; j'ai observé qu'il en a toujours quelque nouvelle attaque à la veille des voyages [ID., 22 avr. 1671]
Point de côté, douleur pongitive dans un lieu fixe et très circonscrit des parois thoraciques. Ne dites pas : point au côté, mais point de côté.
Piqûre que l'on fait dans l'étoffe avec une aiguille enfilée de soie, de laine, de fil, etc.
Et même l'on fit quelques points d'aiguilles [SCARR., Rom. com. I, 3]
Un coup de ciseaux, trois ou quatre points d'aiguilles ne sont pas une affaire [BARON, Homme à bonnes fort. IV, 11]
Point arrière, point d'aiguille qui empiète sur celui qu'on vient de faire. On disait autrefois arrière-point. Point devant : prendre quelques fils de l'étoffe sur l'aiguille, en laisser autant dessous, puis reprendre encore quelques fils, et ainsi de suite en glissant l'aiguille devant soi de droite à gauche. On peut faire beaucoup Je points en ne tirant l'aiguille qu'une seule fois. Ce point sert à assembler les lés des jupes et à ourler les étoffes légères. Point de côté : après avoir fait un rempli à chacun des morceaux qu'on veut assembler, on pose ce rempli sur le second morceau, à l'endroit même où finit la pliure du premier morceau, puis on prend avec l'aiguille, en travers, un ou deux fils de l'étoffe de dessous et un ou deux fils du rempli de l'étoffe de dessus, en mettant un petit espace régulier entre chaque point. Quand on rabat cette espèce de couture, elle prend le nom de couture anglaise. Point de chausson, point pour rabattre une couture sans faire de rempli, afin que la couture soit très plate. Il consiste à prendre quelques fils en ligne horizontale devant soi sur le milieu du rempli couché de la couture sans traverser l'étoffe sous le rempli, et quelques fils à l'étoffe même au-dessous du rempli un peu à gauche du premier point, puis faire un nouveau point sur le rempli toujours un peu à gauche du point précédent. Ce point se fait de droite à gauche ou de gauche à droite. Celui de gauche à droite a le fil croisé, il est plus joli à l'œil, mais il est moins plat que celui de gauche à droite. Il sert pour les bas et les gilets de flanelle. Point d'ourlet, point qui consiste à prendre un ou deux fils en biais à l'étoffe au-dessous du rempli double qu'on appelle ourlet, en perçant du même coup ce rempli double de manière que du même point les trois épaisseurs d'étoffe soient prises et que le point en dessous et en dessus soit petit. C'est le même point que le point de côté, seulement le point d'ourlet est fait de bas en haut, et le point de côté de haut en bas. Point de marque : ce point se fait sur quatre fils ; en comptant de l'endroit où le fil est attaché, on passe sur deux fils en largeur, à droite, et on prend deux fils en hauteur, de façon que le fil ressorte sous le même fil d'où il est parti, seulement deux fils plus loin : ce qui fait la moitié d'une croix ; on recommence à piquer son aiguille à gauche, en laissant deux fils de largeur et en prenant deux fils de hauteur : ce qui fait la croix entière. Point de tapisserie : il ne diffère du point de marque qu'en ce que le point de tapisserie ne se recouvre pas tout de suite, on fait plusieurs moitiés de croix, puis on revient pour les compléter, en ayant soin de toujours recouvrir le point du même côté, c'est-à-dire toujours de droite à gauche, si le premier fil a été passé de gauche à droite. Point de chaînette, point qui consiste en points de feston repris les uns dans les autres de manière à former les anneaux d'une chaîne. Point de feston, voy. FESTON, n° 4. Point de reprise : il se fait pour réunir deux parties d'étoffe déchirée ; il consiste à prendre quelques fils de l'étoffe sur l'aiguille, en laissant autant de fils ou à peu près sous l'aiguille, puis reprendre quelques fils, et ainsi de suite jusqu'à ce que les deux morceaux soient rapprochés, puis on revient un peu à la gauche du point de départ, en ayant bien soin de prendre sur l'aiguille l'étoffe qui n'a pas été prise sur l'aiguille en allant, et ainsi de suite toujours en contrariant les points. Ce point de reprise se fait sur le tulle, et forme la broderie en reprise ; c'est le même point : on prend un réseau sur l'aiguille, on en laisse un dessous ; on reprend le suivant, et ainsi de suite ; seulement, en revenant, les réseaux couverts par le fil sont repris sur l'aiguille, et ainsi de suite dans tous les réseaux de la fleur. Point de toile, point de reprise exécuté sur filet. Point de crochet, point de tricot, point de filet, voy. MAILLE. Ancien terme de chirurgie. Point doré, opération de chirurgie pour guérir les descentes, parce qu'elle se faisait quelquefois avec une aiguille et un fil d'or tortillé.
Certains ouvrages de broderie ou de tapisserie à l'aiguille, distingués les uns des autres par le déterminatif qui accompagne le mot point. Point à carreaux. Point à la turque. Point d'Angleterre.
Ces anciennes tapisseries connues sous le nom de point de Hongrie [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. VII, p. 12, dans POUGENS]
Point commun, celui qui, dans les dentelles, s'exécute en allant de gauche à droite et de droite à gauche. Point d'esprit, points de feston lâches exécutés sur du filet et repris les uns sur les autres.
Voilà du point d'esprit, de Gênes et d'Espagne [CORN., Gal. du pal. I, 6]
Point de fantaisie, celui qui est soumis aux caprices de la mode. Point de plume, espèce de broderie dont les points sont faits en biais ou arrêtes, comme les barbes d'une plume sont placées sur le milieu de la plume. Point poste, espèce de broderie qui se fait en tournant le coton ou la soie sur l'aiguille un certain nombre de fois, de manière à former une partie de feuille coupée qui s'assujettit en repiquant l'aiguille sous l'ouvrage ; on recommence et la feuille coupée est terminée. Gros point, sorte de point de tapisserie où l'aiguille prend deux fils de canevas. Petit point, celui où l'aiguille ne prend qu'un fil. Le point de cette tapisserie est beau, n'est pas beau, c'est-à-dire le travail en est beau, n'est pas beau. Point d'armes ou point de sable, espèce de broderie faite ordinairement au métier et qu'on imite sur le doigt en faisant des points arrière contrariés avec du coton fin ; elle imite une agglomération de petits grains très petits. Points d'appui, ceux que l'on doit laisser à la dentelle pour la soutenir. Dans la fabrication du velours, point noué, point fait avec un brin presque toujours formé de cinq fils de laine et quelquefois de six. Points de la Chine, rayures dans le satin, faites en forme de zigzag. Terme de menuiserie. Plancher à point de Hongrie, plancher par frises qu'on nomme aussi plancher à fougère ou à la capucine.
Point, dentelle de fil, faite à l'aiguille.
Vainement portait-il le plus beau point, la perruque la plus vaste [HAMILT., Gramm. 7]
Le pourpoint, le manteau, le grand collet de point [sous Louis XIII] [VOLT., Mœurs, 176]
Durant la lecture, je vis le jeune homme déchirer de très belles manchettes de point qu'il portait, et les jeter au feu l'une après l'autre [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Accompagné de divers déterminatifs, point désigne différentes espèces de dentelles.
Vos points de France sont plus beaux que ceux du roi, jamais hommes ne les portent fins à cause du continuel blanchissage [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, 28 février 1678]
Mme de Puysieux mangea à belles dents, pour s'amuser, pour 50000 écus de points de Gênes à ses manchettes et à son collet [SAINT-SIMON, 55, 128]
Comme si elle te disait de venir travailler à son point croisé [J. J. ROUSS., Ém. III]
Le lendemain un grand laquais en livrée, et coiffé d'un chapeau bordé d'un large point d'Espagne, m'apporta la lettre de change, que je fis porter sur-le-champ [MARMONTEL, Mém. III]
Point à l'aiguille, espèce de dentelle faite avec l'aiguille sur un réseau de tulle qui en fait le fond. Point d'Alençon (point à l'aiguille toujours fait sur un réseau de tulle), la plus belle dentelle qu'il y ait, et la plus chère ; le travail est d'un fini sans égal ; il y en a de deux sortes, la dentelle réseau et la dentelle bride. Point, terme de point d'Alençon, voy. REMPLI. Point de Venise (point à l'aiguille toujours sur un réseau qui fait le fond), dentelle ayant de la ressemblance avec le point d'Alençon, mais dont le travail est d'un fini bien inférieur.
Une cornette de vieux point de Venise, un mouchoir noir, un manteau gris effacé, une vieille jupe [SÉV., 183]
Un pasteur frais et en parfaite santé, en linge fin et en point de Venise, a sa place dans l'œuvre après les pourpres et les fourrures ; il y achève sa digestion [LA BRUY., XIV]
Point d'Angleterre, fleurs de dentelle détachées, faites en France et appliquées sur un beau réseau de tulle ; on pense que le nom d'Angleterre dérive de ce que le tulle qui servait à l'application venait d'Angleterre ; aujourd'hui il est ordinairement fabriqué à Bruxelles.
D'un linceul de point d'Angleterre Que l'on recouvre sa beauté [TH. GAUTIER, Émaux et camées, Le poëme de la femme]
Point coupé, ancienne sorte de dentelle.
Et toutefois leur entreprise Était le parfum d'un collet, Le point coupé d'une chemise [MALH., VI, 29]
Ces femmes Parmi leur point coupé tendent leurs hameçons [RÉGNIER, Sat. IX]
Dentelles de fil point coupé, passement de Flandres, Angleterre, et autres lieux, la livre pesant.... 50 [, Tarif du 18 avril 1667]
Se dit des petits trous que l'on fait à des courroies pour y passer l'ardillon. Allonger la courroie d'un point.
Dans les anciennes mesures, douzième partie de la ligne.
Terme de typographie. Mesure d'un sixième de ligne, qui sert à régler la force des caractères. Lettre de deux points, grande lettre en forme de capitale qu'on place au commencement d'un ouvrage ou de chacune de ses principales divisions, et qui a une force de corps double de celle du caractère qu'elle accompagne.
Ce que l'on conçoit comme la plus petite partie de l'étendue.
Et tout ce que je vois n'est qu'un point à mes yeux [MALH., V, 8]
Dans les choses matérielles, nous appelons un point indivisible celui au delà duquel nos sens n'aperçoivent plus rien [PASC., Pens. I, 1, éd HAVET]
Ces grands astres ne nous semblent qu'un petit point, tant nous les mettons loin de nous ! [BOSSUET, Sermons, Prédication, 1]
La distance des planètes est si grande qu'on peut les considérer les unes à l'égard des autres comme n'étant que des points [BUFF., Hist. nat. 1er disc. t. I, p. 85]
Je ne te suivrai point dans cette mer profonde Où chaque astre est un point, et chaque point un monde [DELILLE, Trois règnes, I]
L'homme alors s'est vu sur une planète presque imperceptible dans la vaste étendue du système solaire, qui lui-même n'est qu'un point insensible dans l'immensité de l'espace [LAPLACE, Expos. v, 6]
En géométrie, cette plus petite portion qu'il soit possible de concevoir, est considérée, par abstraction, comme sans étendue.
Quelques rêveurs disent qu'un point géométrique est un être simple ; mais un point géométrique est une supposition, une abstraction de l'esprit, une chimère [VOLT., Memmius, 3e lett.]
Point de section ou d'intersection, le point où deux lignes se coupent. Point de niveau, l'extrémité d'une ligne horizontale.
Endroit fixe et déterminé. Point de contact. Point central. Point de départ. Tous les efforts de l'ennemi se dirigèrent sur ce point.
Archimède, pour tirer le globe terrestre de sa place et le transporter en un autre lieu, ne demandait rien qu'un point qui fût ferme et immobile [DESC., Médit. II, 1]
M. de Chazelles proposa d'aller établir par des observations astronomiques la position exacte des principaux points du Levant [FONTEN., Chazelles.]
La musique était un point de réunion dont j'aimais à faire usage [J. J. ROUSS., Conf. v.]
Moscou est le point de ralliement général, comment le changer ? quel autre nom attirerait ? [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 7]
Fig.
Il faut avoir un point fixe pour en juger [si l'on est dans le dérèglement ou dans l'ordre] ; le port juge ceux qui sont dans le vaisseau ; mais où prendrons-nous un point dans la morale ? [PASC., Pens. VI, 4, éd. HAVET.]
Peut-être jouirait-il de cette paix, quoique fausse et criminelle, s'il pouvait trouver un point fixe dans son erreur [BOURDAL., 15e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 444]
Point de repère, point qui sert à se retrouver, à se reconnaître. Sur divers points, en différents endroits. L'insurrection éclata sur divers points. De tous les points de l'horizon, de toutes les portions de l'horizon. Des éclairs partaient de tous les points de l'horizon. Les différents points du corps, les différentes parties du corps considérées comme des lieux isolés. Un point douloureux, un point où l'on ressent de la douleur.
10° Terme d'architecture. Points perdus, se dit des centres des arcs que l'on trace dans des figures d'ornement, centres qui sont situés eux-mêmes sur la circonférence d'autres cercles. Points courants, lignes formées de points plus ou moins allongés que l'on trace sur des plans. Point d'aspect, le point d'où l'on doit considérer un bâtiment pour l'apprécier convenablement ; on dit aussi point de vue.
11° Terme de mécanique. Point d'appui, point fixe sur lequel un levier s'appuie. Terme de construction. Point d'appui, pile, colonne ou maçonnerie isolée servant à supporter une masse quelconque. Terme de manége. Point d'appui, centre du mouvement que l'on donne au cheval. Fig. Ce qui aide, soutient.
La justice est le point d'appui de l'autorité [MARMONTEL, Bélis. X]
Quoi ! vous avez une nation entière pour levier, la raison pour point d'appui, et vous n'avez pas encore bouleversé le monde ! [DANTON, Moniteur, séance du 10 mars 1793]
Là seulement il [Napoleon] convient du danger de sa position : de Vilna à Moscou, quelle soumission, quel point d'appui, de repos ou de retraite marque sa puissance ? [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 10]
12° Terme d'astronomie. Points cardinaux, le nord, le midi, l'est, l'ouest. Points solsticiaux, les deux points de l'écliptique les plus distants de l'équateur. Points équinoxiaux, les deux points où l'écliptique coupe l'équateur.
Les points où l'écliptique et l'équateur se coupent changent continuellement de place, et rétrogradent chaque année d'orient en occident d'environ 50 secondes [D'ALEMB., Introd. précess. équin. Œuv. t. XIV, p. 47, dans POUGENS.]
Points verticaux, le zénith qui est directement au-dessus de nos têtes, et le nadir qui est directement au-dessous de nos pieds. Point de la plus grande et de la plus petite distance, les apsides. Point culminant, voy. CULMINANT.
13° Terme d'optique. Point de concours, celui où les rayons convergents se rencontrent. Point d'incidence, le point d'une surface où tombe un rayon lumineux. Point de dispersion, le point où les rayons commencent à être dispersés. Point de réflexion, celui où un rayon est réfléchi, renvoyé par une surface. Point de réfraction, celui où un rayon est réfracté, rompu par un milieu. Point radieux, celui qui renvoie les rayons, d'où partent les rayons.
14° Point de vue, voy. VUE. Mettre une lunette à son point de vue, ou, simplement, à son point, voy. VUE. Mettre au point, donner à une lunette, à un appareil photographique le degré de longueur nécessaire pour que l'image soit nette.
15° Point de mire, voy. MIRE.
16° Terme de marine. L'endroit estimé ou calculé de la mer où se trouve le navire à un moment donné. Si l'on rencontre un autre navire sur sa route et qu'on lui demande : quel est votre point ? cela signifie par quel degré de latitude et longitude croyez-vous être en ce moment ? Faire son point, déterminer le point d'un bâtiment.
Parler de faire le point ou de prendre hauteur eût été de l'hébreu pour nos marins [CHATEAUB., Itin. 3e partie.]
Points d'orientement ou, simplement, points, les positions principales de la misaine, quand elle est établie. Point d'une voile, point d'attache de l'écoute au coin de la voile.
17° Terme d'exploitation de mines, de carrières. Le point, le point de la boussole vers lequel plonge une couche.
18° Terme d'hydraulique. Point de partage, voy. PARTAGE, n° 9.
19° Se dit du degré de température auquel un corps change d'état. Le point de congélation de l'eau, de l'alcool. Point de fusion, degrés de chaleur auquel les corps solides passent à l'état liquide.
20° Terme d'anatomie. Points lacrymaux, les orifices des petits conduits qui vont aboutir au sac lacrymal. Les points ciliaires, ouvertures, sur les bords ciliaires, des petites glandes qui lubrifient l'œil. Point saillant (punctum saliens), la première apparence du cœur dans un embryon qui se forme. On a dit aussi le point vivant, le point animé.
21° Point graisseux, maladie dite pinguicula dans le langage médical, qui affecte la conjonctive oculaire et qui consiste en une petite tumeur de la grosseur d'un grain de chènevis, ainsi dite parce qu'on la croyait formée de graisse, ce qui n'est pas ; l'excision peut seule la faire disparaître.
22° Terme de botanique. Petite tache plus ou moins apparente à la surface des organes végétaux, et due à une lenticelle, à un bourgeon latent, à une glande, un hile, etc.
23° Point avec une épithète de couleur, se dit de certaines taches. Il y a un point rouge à l'œil. Ce fruit, cette dent a un point noir. Un point noir, un nuage orageux et menaçant qui paraît dans le ciel.
Lorsque insensiblement un point noir et douteux De loin paraît, s'élève, et s'agrandit aux yeux [DELILLE, Én. III]
Fig. Il y a un point noir à l'horizon, c'est-à-dire quelque chose de menaçant se prépare, est à craindre. Terme de lapidaire. Petits grains blancs, noirs ou rouges, qui font tache dans un diamant.
25° Nom de petites touches ou traits qui sont employés dans la miniature et la gravure.
26° Terme de sculpture. Se dit des marques que l'on fait sur toutes les parties les plus saillantes d'une statue que l'on veut copier. Mettre une statue aux points, la dégrossir, de manière que le sculpteur n'ait plus qu'à lui donner le fini et l'expression. Metteur au point, le praticien qui exécute cette ébauche.
27° Divisions de la règle dont les cordonniers et les chapeliers se servent pour prendre mesure.
Il sait à combien de points se chaussait le roi Priam [BALZ., le Barbon.]
Le cordonnier qui chaussait Martin Guerre dépose qu'il se chaussait à douze points, et que l'accusé ne se chaussait qu'à neuf [GUYOT DE PITAVAL, Causes célèbres, I, 21]
Fig. et populairement. Ces deux personnes ne chaussent pas à même point, leurs humeurs, leurs inclinations ne concordent pas ; elles se chaussent à même point, elles se conviennent.
Vous êtes à peu près chaussés à même point [TH. CORN., l'Amour à la mode, I, 3]
28° Point mort d'une scie, le point où elle cesse d'avoir des dents.
29° Terme de monnaie. Point secret, nom de certaines lettres placées à la partie inférieure du revers de nos monnaies et indiquant la ville où la pièce a été frappée. A, Paris ; K, Bordeaux ; W, Lille ; D, Lyon ; M M, Marseille ; B, Rouen ; B B, Strasbourg.
30° Petite marque que l'on met sur un i.
C'était dans la nuit brune, Sur le clocher jauni, La lune, Comme un point sur un i [A. DE MUSSET, Ballade à la lune.]
Fig. Mettre les points sur les i, s'exprimer ou faire quelque chose avec une rigoureuse exactitude, et, particulièrement, corriger les fautes de style dans un écrit.
Je ne balancerais pas, si j'étais à votre place, à faire un mémoire en mon propre et privé nom.... je vous servirai de grammairien : je mettrai les points sur les i [VOLT., Lett. Morangiès, 30 oct. 1772]
Fig. Il faut avec cet homme mettre les points sur les i, voy I. Il n'est bon qu'à mettre les points sur les i, voy. I. Ne paraître que comme un point, être presque imperceptible.
31° Petite marque que l'on met dans l'écriture pour indiquer la fin des phrases.
Je vous quitte de celui [le style] de Fontenelle, où il y aurait sans doute beaucoup d'antithèses et plus de points que de virgules [VOLT., Lett. Thiriot, fin de déc. 1722]
Concevez, Monsieur, huit pages sans points ni virgules, partout des mots estropiés.... [P. L. COUR., Lett. à Renouard.]
Fig. Mettre les points et les virgules à un écrit, y faire de petites corrections de style.
Pour moi, je mettrai, en attendant, les points et les virgules à l'Anti-Machiavel [VOLT., Lett. Prince roy. de Prusse, 1er juin 1739]
Deux points ( : ), signe de ponctuation que l'on met d'ordinaire pour indiquer une citation, une explication. On dit aussi substantivement un deux-points, les deux-points (avec un trait d'union). Point et virgule ( ; ), signe de ponctuation, qu'on emploie pour séparer des membres de phrases subordonnés non grammaticalement, mais logiquement. Substantivement, le point-virgule. Le point-virgule marque une pause plus forte que la virgule. Point d'interrogation (?) ou point interrogant, signe de ponctuation qui se met à la fin d'une phrase interrogative. Point d'exclamation (!), ou point d'admiration, ou point admiratif, signe de ponctuation qu'on met après le dernier mot d'une phrase qui exprime l'admiration ou l'étonnement.
Je comptais de jour en jour repasser par Bruxelles, et y relire deux pièces charmantes de poésie et de raison, sur lesquelles je vous dois beaucoup de points d'admiration et aussi quelques points interrogants [VOLT., Lett. Helvétius, 27 oct. 1740]
Points suspensifs (....), signe de ponctuation qui indique que le sens est suspendu. Dans la grammaire grecque, point en haut, signe de ponctuation équivalant à nos deux points ou au point et virgule, et qui se marque par un point placé en face du haut de la lettre, si elle ne dépasse pas la portée ; au milieu, si elle la dépasse, comme Xi, Psi. Le point et virgule y représente notre point d'interrogation. Terme d'imprimerie. Points conducteurs, ou points carrés, points qui servent à prolonger une ligne, et dont on se sert surtout dans les tables et les tableaux pour mettre en rapport les objets qui se correspondent. Points voyelles, ou, absolument, points, certains caractères qui servent à marquer les voyelles dans les langues sémitiques (hébreu, arabe etc.).
32° Terme de musique. Signe de notation, qui servait autrefois à une foule d'emplois fort compliqués, qui était dit tour à tour de perfection et d'imperfection, d'augmentation, de translation et d'altération ; on n'a conservé que le point d'augmentation. Dans la notation ordinaire, le premier point qu'on place après une note augmente cette note de la moitié de sa valeur ; le second point placé après le premier augmente encore cette note du quart de sa valeur (c.-à-d. de la moitié de la valeur du premier point). Dans la notation proposée par J. J. Rousseau et reproduite par Galin, le point n'a pas une valeur relative toujours la même, il augmente le son qui précède de la durée indiquée naturellement par la mesure, et aussi par des barres de division quand il y en a. Autre usage du point :
Lorsque les sons doivent être détachés avec une certaine lourdeur, les notes sont surmontées de points ronds qui sont placés quelquefois sur une ligne courbe [FÉTIS, la musique, I, 7]
Signe ( un point avec un tiret légèrement arqué placé au-dessus)qui indique un temps d'arrêt dans la mesure. Point d'orgue, trait que la partie chantante exécute à sa volonté et pendant lequel l'accompagnement est suspendu (ainsi que la mesure).
33° Terme de géomancie. Points qu'on traçait sur le sol au hasard, et desquels on inférait une divination. Jeter les points. Se dit aussi en d'autres espèces d'horoscopes.
L'état où nous voyons l'Europe Mérite que du moins quelqu'un d'eux [astrologues] l'ait prévu : Que ne l'a-t-il donc dit ? mais nul d'eux ne l'a su ; L'immense éloignement, le point et sa vitesse, Celle aussi de nos passions, Permettent-ils à leur faiblesse De suivre pas à pas toutes nos actions ? [LA FONT., Fabl. VIII, 16]
34° Terme de jeux de cartes. Nombre attribué à chaque carte. L'as au piquet vaut onze points. Il se dit aussi des points marqués sur chacune des faces des dés.
Le seul mouvement de trois dés dans un cornet vous amènera rafle de six, le point de Vénus, très aisément en un quart d'heure [VOLT., Philos. Memmius, IV]
Il tâchera de mettre à profit ses revers mêmes, comme un joueur prudent cherche à tirer parti d'un mauvais point que le hasard lui amène [J. J. ROUSS., Imit. théât.]
35° Au piquet et à d'autres jeux, nombre de points que composent ensemble plusieurs cartes de la même couleur.
Comme au point allait la politique [MOL., Fâch. II, 2]
Avoir le point, avoir en cartes d'une même couleur un plus grand nombre de points que son adversaire.
36° Dans la plupart des jeux, nombre que l'on marque à chaque coup, et dont la somme doit atteindre un certain taux qui fait le gain de la partie. Jouer en cinquante points, en trente points.
Et [je] croyais bien au moins faire deux points uniques [MOL., Fâch. II, 2]
En un tour de main, il a pris je ne sais combien de points à M. Pastoureau [PICARD, Deux Philibert, II, 7]
Donner des points, rendre des points, céder des points à son adversaire, supposer en commençant la partie, qu'il a déjà un certain nombre de points.
Contre un Saint-Bouvain à qui je donnerais quinze points et la main [MOL., Fâch. II, 2]
Je pourrais céder des points à l'élève du café Turc [PICARD, Deux Philibert, II, 8]
Fig.
Autrefois nous appelions votre père l'original ; mais je crois que vous lui auriez rendu des points [CH. DE BERNARD, le Gentilhomme campagnard, I, 8]
Points d'annonce se dit, au trois sept, des points que l'on gagne par les figures qui se trouvent dans les levées qu'on a faites. Sur le turf, un cheval étant à 5 contre 2, 2 est le point en sa faveur ou le point pour, et 5 le point en faveur du champ ou le point contre.

PROVERBE

    Faute d'un point, pour un point Martin perdit son âne, peu de chose fait quelquefois manquer une affaire. Cela se dit aussi dans les jeux, quand, faute d'un point, on perd la partie.
37° Terme de collége. Marques pour le travail et la conduite. Donner un bon point, un mauvais point. Il a eu tant de bons points cette semaine.
38° Fig. Division d'un discours, d'un ouvrage, et particulièrement d'un sermon, en un certain nombre de parties.
Il fit [dans son sermon] deux points également beaux [SÉV., 419]
Vous serez convaincu d'abord d'une certaine vérité, et c'est leur premier point ; d'une autre vérité, et c'est leur second point ; et puis d'une troisième vérité, c'est leur troisième point [LA BRUY., XV]
C'était l'ingénieux Lamotte qui disait qu'un sermon excellent à tous égards serait celui dont le raisonneur Bourdaloue aurait fait le premier point, et le touchant Massillon le second [D'ALEMB., Éloges, Massillon.]
Des chansons en quatre points Le froid nous désole [BÉRANG., Gaudr.]
39° Fig. En général, objet, terme.
Ils rangent leurs discours au point de l'intérêt [RÉGNIER, Sat. v.]
Les accommodements ne font rien en ce point [CORN., Cid, II, 3]
Je ne vous quitte point, Seigneur, que mon amour n'ait obtenu ce point [ID., Cinna, IV, 4]
Il m'a surtout laissé ferme en ce point D'estimer beaucoup Rome, et ne la craindre point [ID., Nicom. II, 3]
Peu de gens, que le ciel chérit et gratifie, Ont le don d'agréer infus avec la vie : C'est un point qu'il leur faut laisser [LA FONT., Fabl. IV, 5]
Rien de trop est un point Dont on parle sans cesse, et qu'on n'observe point [ID., ib. IX, 11]
Et que peu de beaux corps, hôtes d'une belle âme, Assemblent l'un et l'autre point [ID., ib. VII, 2]
Votre santé, votre repos, vos affaires, ce sont les trois points de mon esprit [SÉV., 15 mars 1671]
Ses malheurs [de l'évêque de Valence] et votre mérite ont fait les deux principaux points de la conversation [ID., 6 oct. 1673]
40° Question, difficulté particulière en quelque matière que ce soit.
Ce point d'histoire est un de ceux qui m'a obligé à vous dire, en une autre occasion, qu'il y en a d'inexplicables dans les histoires, et impénétrables à ceux mêmes qui en sont les plus proches [RETZ, Mém. t. III, liv. 4, p. 500, dans POUGENS]
Vous avez essayé de détourner la question du point de fait, pour la mettre en un point de foi [PASC., Prov. XVII]
S'ils lisent l'Écriture sainte, ce n'est pas pour y apprendre la religion et la piété ; les points de chronologie, de géographie, et les difficultés de grammaire les occupent tout entiers [MALEBR., Rech. vér. IV, 7]
Le solide et l'admirable discours que celui qu'on vient d'entendre ! les points de religion les plus essentiels, comme les plus puissants motifs de conversion, y ont été traités [LA BRUY., XV]
Nous troublons l'État, nous nous tourmentons nous-mêmes, pour faire recevoir des points de religion qui ne sont point fondamentaux [MONTESQ., Lett. pers. 61]
Réponse, mon cher maître, sur tous ces points, et la plus prompte qu'il sera possible [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 4 août 1776]
41° Ce qu'il y a de principal, d'important dans une question, dans une difficulté.
Eh ! qu'importe quel animal ? ...Le point est de l'avoir ; car le trajet est grand [LA FONT., Fabl. VIII, 25]
Qui aurait trouvé le secret de se réjouir du bien sans se fâcher du mal contraire, aurait trouvé le point [PASC., Pens. VI, 63, éd. HAVET.]
Vous mettez la chose au vrai point de la question [BOSSUET, Lett. quiét. 360]
Travaillez sur votre humeur : si vous pouvez la rendre moins bilieuse et moins sombre, ce sera un grand point de gagné [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 128, dans POUGENS]
Par une suite nécessaire de la métempsychose, il [Pythagore] concluait, et c'était un des points capitaux de sa morale, que l'homme commettait un grand crime quand il tuait ou mangeait des animaux [ROLLIN, Hist. anc. XXVI, I, III, 1]
Les grands ont leurs moments ; le point, c'est de savoir les prendre [MASS., Myst. Visit.]
Portez-vous bien tous deux, mes anges, c'est là le point capital [VOLT., Lett. d'Argental, 8 mai 1769]
S'il n'y avait que trois hommes au monde, ils s'organiseraient ; l'un ferait la cour à l'autre, l'appellerait monseigneur, et ces deux unis forceraient le troisième à travailler pour eux ; car c'est là le point [P. L. COUR., Corresp. 25 juin 1806]
Se faire un point de, attacher une importance capitale à.
Elle [la princesse de Tarente] s'est fait un point de vous estimer et de vous admirer [SÉV., 6 mai 1680]
Il demandait pour les pauvres en un lieu où l'on se fait un point d'habileté de ne demander que pour soi [FLÉCH., Lamoig.]
Venir au point, venir à ce qu'il y a d'essentiel.
Un autre, renfrogné, rêveur, mélancolique, Grimaçant son discours, semble avoir la colique, Suant, crachant, toussant, pensant venir au point, Parle si finement que l'on ne l'entend point [RÉGNIER, Sat. II]
Fig. et dans un langage libre. Venir au point, obtenir ou accorder les dernières faveurs.
Un cocu se pouvait-il faire Par la volonté seule, et sans venir au point ? [LA FONT., Coupe.]
Point d'honneur, ce que l'on regarde comme intéressant l'honneur.
Vous êtes homme qui savez les maximes du point d'honneur, et je vous demande raison de l'affront qui m'a été fait [MOL., G. Dand. I, 8]
Le point d'honneur est parmi nous un moyen adroit, par lequel on fait produire à la vanité les effets de la vertu [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 236, dans POUGENS]
Prendre tout au point d'honneur, étendre trop loin la délicatesse sur le point d'honneur.
Elle [la reine mère] tourna l'esprit de Monsieur, qui s'en aigrit, et qui prit au point d'honneur que le roi fût amoureux d'une fille de Madame [Mme DE LAFAYETTE, Henr. d'Anglet.]
Terme de blason. Point d'honneur, place qui, dans un écu, répond au milieu et au-dessous du chef.
42° État, situation.
Vous voyez dans quel point la fortune me prend [VAUGEL., Q. C. III, 5]
Voilà, belle Émilie, à quel point nous en sommes [CORN., Cinna, I, 3]
Au point qu'il est j'en voudrais faire autant [ID., Pomp. v, 1]
Avoir mis à ce point une beauté si fière ! [LA FONT., Court.]
Cette affaire venue au point où la voilà [MOL., le Dép. IV, 1]
Et me réduire au point [la misère] d'où je l'ai retiré [ID., Tart. v, 3]
La chose est au point que M. de Grignan n'en saurait être blâmé [SÉV., 20 nov. 1673]
Au point de, avec un verbe à l'infinitif, en situation de.
Je n'ai point perdu temps, et, voyant leur colère Au point de ne rien craindre, en état de tout faire.... [CORN., Cinna, I, 3]
Et je l'ai mis au point de voir tout sans rien croire [MOL., Tart. IV, 5]
En bon point, mal en point, en bon état, en mauvais état.
Qui soit de pauvre mine et qui soit mal en point [RÉGNIER, Sat. II]
Voilà mon loup par terre, Mal en point, sanglant et gâté [LA FONT., Fabl. XII, 17]
Grande de taille, en bon point, jeune et fraîche [ID., Cal.]
On écrit aussi mal-en-point. Substantivement. Le bon point, la bonne situation, la situation favorable.
En Flandre on ne fit que se regarder, qui fut une grande faute, sortie toujours de ce même principe de ne vouloir pas être l'agresseur, c'est-à-dire de laisser bien arranger, dresser et organiser ses ennemis, et attendre leur bon point [SAINT-SIMON, 98, 36]
43° Degré, période.
Mais qui pourrait atteindre au point de son mérite ? [RÉGNIER, Élég. IV]
Que je serais heureux si je ne t'aimais point ! Ton malheur aurait mis mon bonheur à son point [CORN., Place roy. III, 4]
Notre malheur est grand, il est au plus haut point [ID., Hor. II, 3]
C'est une espèce de bonheur, de connaître jusqu'à quel point on doit être malheureux [LA ROCHEFOUC., Prem. pens. 15]
Je ne crois point que la nature Se soit lié les mains et nous les lie encor Jusqu'au point de marquer dans les cieux notre sort [LA FONT., Fabl. VIII, 16]
Tous les détails sont admirables, quand l'amitié est à un certain point [SÉV., 215]
La tristesse où tout le monde se trouve [après le départ pour la guerre] est une chose qu'on ne saurait imaginer au point qu'elle est [ID., 27 avr. 1672]
Si les médecins de ce pays-là... vous mettent au point d'être plus épuisée que vous ne l'êtes [ID., 8 juin 1677]
M. d'Uzès m'a fait voir un mémoire qu'il a tiré et corrigé du vôtre... fiez-vous en lui ; vous n'avez qu'à lui envoyer tout ce que vous voudrez, sans crainte que rien sorte de ses mains que dans le juste point de la perfection [ID., 9 mars 1672]
Elle ignore à quel point je suis son ennemi [RAC., Andr. II, 5]
Hé quoi ! vous de nos rois et la femme et la mère, êtes-vous à ce point parmi nous étrangère ? [ID., Athal. II, 4]
Cromwell était au plus haut point de gloire [HAMILT., Gramm. 6]
Il en est, dit Polybe, d'un État et d'une république comme du corps humain, qui a ses progrès et ses accroissements, son point de force et de maturité, sa décadence et sa fin [ROLLIN, Traité des Ét. III, 2]
Il y a un point où chaque forme de gouvernement se confond avec la suivante [J. J. ROUSS., Ém. v.]
44° Instant, moment précis.
Si nous avions eu l'usage de notre raison dès le point de notre naissance [DESC., Méth. II, 1]
Quand il voulut partir et qu'il fut sur le point, Ils demandèrent la sagesse ; C'est un trésor qui n'embarrasse point [LA FONT., Fabl. VII, 6]
Voilà le fait précis de la rupture d'Arius.... en sorte qu'il n'y avait rien de plus constant que le point de la séparation d'Arius et des ariens [BOSSUET, 2e instr. past. 94]
Sur ce point, un jambon d'assez maigre apparence Arrive sous le nom de jambon de Mayence [BOILEAU, Sat. III]
Comme autrefois Moïse sur le point de sa mort [MASS., Panégyr. St Louis.]
Sur le point décisif même des plus grandes affaires [ID., Or. fun. Prince de Conti.]
Il y a de ces instants-là qui n'ont qu'un point qu'il faut saisir, et ce point nous l'avions manqué [MARIVAUX, Marianne, 10e part.]
Sur le point que, au moment où.
Quand je pense être au point que cela s'accomplisse.... [MALH., V, 29]
Oh ciel ! sur le point que la vie Par mes propres sujets m'allait être ravie, Un Juif rend par ses soins leurs efforts impuissants [RAC., Esth. II, 3]
Se trouvant sur le bord de la mer, sur le point qu'un homme est près de partir [LA BRUY., Théoph. XX]
On dit de même : au point où. Sur le point de, au point de, avec l'infinitif, même sens.
Au point de se former mes desseins renversés [CORN., Gal. du Palais, I, 9]
Quoi ! je triomphe donc sur le point de périr ! [ID., Rodog. IV, 3]
Le sénat fut sur le point de rétablir la liberté [BOSSUET, Hist. III 7]
Point du jour, moment où le jour commence à poindre.
Et [je] ne l'ai pu savoir jusques au point du jour [CORN., Cid, IV, 3]
Il surprit au point du jour les cent vaisseaux [FÉN., Tél. XVI]
45° Opportunité, gré, fantaisie.
Qui peut sans s'émouvoir supporter une offense Peut mieux prendre à son point le temps de sa vengeance [CORN., Médée, I, 5]
Mme de Maintenon avait résolu d'être la véritable gouvernante de la princesse [duchesse de Bourgogne], de l'élever à son gré et à son point [SAINT-SIMON, 38, 185]
Verdun n'avait guère servi ni vu de monde qu'à son point et à sa manière [ID., 130, 184]
Le duc de Noailles ne pouvait avoir un chancelier plus à son point que d'Aguesseau [ID., 453, 114]
Faire venir quelqu'un à son point, l'obliger, l'engager adroitement à faire ce qu'on veut. On dit dans un sens analogue : mettre à son point.
La liberté m'est plus agréable que cette sorte de compagnie ; je la mettrai à mon point ; il faut avoir des heures à soi [SÉV., 15 nov. 1684]
Venir au point de quelqu'un, faire ce qu'il désire.
D'une faveur en une autre il passa.... Tant que la belle, après un peu d'effort, Vient à son point, et le drôle en dispose [LA FONT., Rich.]
46° À point, loc. adv. à propos.
Rien ne sert de courir : il faut partir à point [LA FONT., Fabl. VI, 10]
Tu t'es trouvé là bien à point [MOL., Festin, II, 1]
Pour goûter à point chaque mets, à table ne causez jamais [BÉRANG., Gourm.]
Il a tout à point, tout le seconde, tout le favorise.
Nul n'est ici, nous avons tout à point [LA FONT., Mazet.]
Cela lui vient à point, bien à point, se dit d'un avantage arrivant dans un moment de grand besoin.

PROVERBE

    Tout vient à point à qui sait attendre, c'est-à-dire avec du temps et de la patience, on vient à bout de tout.
Viande cuite à point, cuite ni trop, ni trop peu.
Trouva le dîner cuit à point [LA FONT., Fabl. I, 18]
Tout à point, tout à fait à point.
Nous nous rencontrons tout à point, Dit-il, et nous voici compagnons de voyage [LA FONT., Fabl. IV, 12]
47° À point nommé, loc. adv. à l'instant précis, au moment nécessaire.
Un misérable coq à point nommé chantait [LA FONT., Fabl. v, 6]
Vous allez être à point nommé servie [MOL., Tart. II, 4]
On sait à point nommé : un tel a composé la plus jolie pièce du monde sur un tel sujet [ID., Préc. 10]
Voilà le plus beau des éventails.... je l'ai gagné avec plaisir, et j'ai aimé la fortune de cette petite complaisance qu'elle a eue pour moi à point nommé [SÉV., 6 avr. 1672]
Je n'ai pu en toute ma vie parvenir qu'à trouver un seul général [c'était Parménion] ; mais les Athéniens ne manquent pas d'en trouver à point nommé dix tous les ans [mot du roi Philippe] [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 145, dans POUGENS]
48° À son point et aisement, voy. AISEMENT. L'Académie a écrit ici aisément, par une faute de typographie ; car à AISEMENT le mot est bien orthographié.
49° Au dernier point, loc. adv. Extrêmement.
Tout cela montre une âme au dernier point charmée [CORN., Sertor. v, 4]
Certes, dit-il, mon père était un pauvre sire ; Il n'osait voyager, craintif au dernier point [LA FONT., Fabl. VIII, 9]
Vous lui plaisiez au dernier point, vous vous entendiez à merveilles [SÉV., 353]
Vos abrégés sont longs au dernier point [J. B. ROUSS., Épigr. II, 12]
50° De point en point, loc. adv. Exactement, en détail.
Mes ordres en étaient de point en point suivis [CORN., Rodog. II, 2]
De grâce, contez-moi bien tout de point en point [MOL., le Dép. v, 5]
Ainsi fut accompli de point en point l'oracle [BOSSUET, Hist. II, 7]
Tout alla de point en point comme il l'avait projeté [HAMILT., Gramm. 3]
51° De tout point, en tout point, loc. adv. Totalement.
Que Diogène aussi fut un fou de tout point.... [RÉGNIER, Sat. XI]
Si vous m'en croyez, pour rendre la comédie complète de tout point, vous épouserez M. Tibaudier [MOL., Comt. d'Escarb. 22]
Nous ne sommes jamais heureux de lous points [MASS., Myst. Soum.]
Équiper un homme de tout point, l'équiper de tout ce qui lui est nécessaire. Fig. Accommoder quelqu'un, équiper quelqu'un de tout point, le traiter extrêmement mal ou de fait ou de paroles.

SYNONYME

  • LE POINT DU JOUR, LA POINTE DU JOUR. Le point du jour est le moment précis où le jour commence à paraître, à poindre. La pointe du jour est formée par les premières lueurs qui apparaissent au matin. Aussi, tandis que l'on dit la petite pointe du jour, on ne dit pas le petit point du jour ; usage contre lequel Bernardin de Saint-Pierre a péché : Nous restâmes là jusqu'au petit point du jour, Paul et Virg.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    [Mon cœur] qui vous prie Que vostre soit sans point de vilenie [, Couci, II]
  • XIIIe s.
    Rois, s'en tel point [vous] vous metez à retour [de la croisade], France dira, Champagne et toute gent, Que vostre los avez mis en tristour [QUESNES, Romancero, p. 100]
    Diex en cist point la [reine Blanche] maintaigne [HUES DE LA FERTÉ, ib. p. 183]
    Lors fu crié par toute l'ost.... que tout li avoirs que il avoient gaaigné fust assemblés.... et que fut fait escommuniement seur qui point en retenroit [VILLEH., CVIII]
    Et je irai la chose tout à point aprester [, Berte, XVII]
    Se ce n'est par un point [une condition], celui [ce point] [j'] en veuil oster [, ib. XLIII]
    À ce point l'a Symons li voiers encontrée [, ib. XLVI]
    Mais en la fin le sait Diex si à point merir [payer, rémunérer].... [, ib. LXIII]
    Li corages, à cui tels choses [les passions] nuisent, à peine puet veoir point de verité [BRUN. LATINI, Trésor, p. 409]
    Et estoient sour le point de prendre la cité [, Chr. de Rains, p. 98]
    Et dist li uns d'aus [eux] : seigneur, nous sommes en mauvais point [, ib. 120]
    Or devés soffrir et atendre, Tant qu'en bon point le puissiés prendre [, la Rose, 3226]
    Porce que je voi et entant que moult de mals porroient avenir, se je me marioie fors des poins [hors des limites] dou royaume de France [DU CANGE, punctum.]
    Mes fix est el premier point [degré] en avalant [descendant] [BEAUMANOIR, XIX, 3]
    Noz [nous] li demandasmes où il avoit esté cele matinée que cil avoit esté tués, entre le point du jor et soleil levant [ID., XL, 20]
    Et le roy li dit : lieve sus, et me meinne cesti [celui-ci] à la herberje sauvement, et si fist-il en un point du jour [un instant] [JOINV., 264]
    Se il veoient leur point et leur lieu [ID., 241]
    Quand les gens se meurent, l'ennemi [le diable] se travaille tant comme il peut, que il les puisse faire mourir en aucune doutance des poins de la foy [ID., 197]
    Or avint que monseigneur Gauchier d'Autreche se feist armer en son paveillon de touz poins [ID., 217]
  • XIVe s.
    Et pour ce quant les uns nous blasment du trop et les autres du peu, c'est signe que nous faisons bien à point et selon vertu [ORESME, Eth. 49]
    " Sire Bertran, dit-il [le captal], or va le temps changeant ; Par devant Cocherel me tenistes dolant ; Or vous tien si endroit du tout à mon commant ". Et quant Bertran l'oÿ, si respont en riant : Vous ne m'avez pas pris à l'espée tranchant ; Mais je vous conquestai, j'ai un point plus avant [, Guesclin. 12150]
    Il leur demanda se Laban estoit sain et en bon point [, Ménagier, I, 5]
  • XVe s.
    Nonobstant tous ces points et argumens de toutes les doutes que mettre ni avenir y pouvoient, il fut adonc ordonné.... [FROISS., II, III, 18]
    Or me veux-je taire de monseigneur Jean de Hainaut jusques à tant que point sera [ID., I, I, 27]
    Le roi de Portugal vous payera bien, dit le comte aux Anglois ; toujours vient à point l'argent [ID., II, II, 139]
    [La reine, qui était grosse, supplie Edouard d'avoir pitié de six bourgeois de Calais] si lui amollia le cœur, car envis l'eust courroucie au point où elle estoit [ID., I, I, 321]
    [Je] vous veux de point en point parler et monstrer toutes les aventures, depuis.... [ID., I, I, 1]
    À ce point que ces seigneurs anglois et bretons furent revenus à Hainebon, messire Charles de Blois avoit conquis la bonne cité de Vennes.... [ID., I, I, 185]
    Je veux laisser, de tous points, à parler des choses d'Italie et de Castille, et retourner à parler de.... [COMM., VIII, 18]
    Le grand nombre [des gens d'armes] estoit assez mal empoint, car ils ne avoient point de payement.... [ID., I, 2]
    Au dessus avoit une couleuvre faicte de pierre, qui avoit sur le point [environ] de douze pieds de long [, Perceforest, t. VI, f° 29]
    La royne, qui vouloit à point mettre ce trouble [appaiser] [, ib. t. IV, f° 44]
  • XVIe s.
    Mais pour mourir, je ne vouldroys estre coqu ; c'est ung poinct qui trop me poingt [RAB., Pant. III, 9]
    Tout vient à poinct, qui peut attendre [ID., ib. IV, 48]
    Sur le point de l'execution, il [Crésus] s'escria : o Solon ! [MONT., I, 65]
    À poinct nommé [ID., I, 66]
    Toute la sagesse se resoult enfin à ce poinct de nous apprendre.... [ID., I, 69]
    Certains poincts de l'observance de nostre Eglise [ID., I, 204]
    L'art gaigne le poinct d'honneur sur la nature [ID., I, 234]
    Le riche honneur d'un manteau tyrien Ouvré en rond à poinct sydonien [DU BELL., IV, 10, recto.]
    L'histoire est de tout poinct necessaire aux roys [AMYOT, Préf. XVI, 44]
    Une grosse flotte de vaisseaux fort bien en poinct [ID., Péric. 41]
    Par mesgarde, ils frappoient sur le bout des pieds au lieu du dessous, et moy qui ay force cors, et qui me chausse à cinq poincts comme vous voyez [D'AUB., Faen. II, 4]
    Pourveu que vous vous attachiez plus exprès à mes fautes, que je vous descouvre toutes nues, comme le point qui vous porte le plus de butin [ID., Mém. Préface]
    De poinct en autre, ils me conterent l'entreprise et conspiration [CASTELN., 198]
    On fera des points d'aiguille pour reunir les levres de l'incision [PARÉ, V, 18]
    Les praticiens l'ont appellé point doré à cause du fil d'or [ID., VI, 17]
    Cela qui n'a partie aucune se nomme poinct [FORCADEL, Éléments d'Euclide, p. 1]
    Et par l'estime de mon point estions au droit du cap de Bonne Esperance [, Journ. du voy. de J. Parmentier, 1529, dans JAL]
    D'où vient ce proverbe : Pour un poinct Martin perdit son asne ? [PASQUIER, Lett. t. I, p. 504, dans LACURNE]
    Ceux [les astrologues] qui font des maisons au ciel, ces jeteurs de points, faiseurs de characteres et autres semblables [, Débat de folie et d'amour, p. 111. dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pont ; provenç. ponch, pong, ponh, punt, point ; catal punt ; espagn. punto ; portug. ponto ; ital. punto ; du lat. punctum, de punctum, supin, de pungere (voy. POINDRE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. POINT.
    28° Ajoutez :
  • En général, point mort, point de la course d'un organe de machine où il ne reçoit plus de mouvement de la force motrice, et où son mouvement n'est dû qu'à sa vitesse acquise : position, par exemple, où se trouve le bouton d'une manivelle quand l'axe de la bielle avec laquelle elle est articulée passe par le centre du cercle décrit.
  • 52° Point d'échelle, ou jour en échelle, espèce de jour qui se fait soit avec une grosse aiguille de façon à représenter les barreaux d'une échelle, soit en coupant l'étoffe au milieu d'une broderie, en rejoignant les bords et formant de petites barres coordonnées en forme d'échelle.
  • Point turc, voy. TURC.
  • Point fendu, sorte d'ancien point.
    Un tableau à l'aiguille de point fendu, représentant une Vierge [, Lett. etc. de Colbert, t. VII, p. 385]
  • 53° Point d'esprit, sorte de tulle.
    La fabrication des tulles à mouches, dits point d'esprit, et des tulles unis en poil de chèvre [, Enquête, Traité de comm. avec l'Angleterre, t. V, p. 455]
    54° Nom d'un défaut du verre dû à la présence de gaz dans son intérieur.
    La nature de ces gaz qui donnent au verre à glace un défaut connu sous le nom de point, n'a pas été jusqu'à présent déterminée avec exactitude.... le point est dû à l'action des corps réducteurs sur le sulfate de soude qui se trouve toujours en excès pendant la fabrication du verre.... le sulfure réagit sur le sulfate et produit les gaz qui restent dans le verre, si la coulée se fait à ce moment ; c'est ainsi que le verre présente du point qui peut être gros et espacé : c'est le point de charbon ; ou fin et rapproché : c'est le point de sel [H. DE PARVILLE, Journ. offic. 16 déc. 1875, p. 10383, 1re col.]
    55° Points, les cartes marquées de 2, 3, 4.... points. Papier de points, c'est-à-dire papiers pour les cartes de points, par opposition aux feuilles de moulage et à l'as de trèfle.
    Tant en feuilles de moulage et d'as de trèfle, qu'en feuilles de papier filigrané pour les cartes de points, Code des cartes à jouer [P. DUPONT, 1853, p. 75]
    Le papier filigrané, délivré en blanc aux cartiers, ne sera employé par eux qu'à la fabrication des points [, ib. p. 98]
    56° Point de certitude, signe qui, dans les ouvrages d'histoire naturelle, sert à indiquer une chose certaine, une observation personnelle.
    57° Point de vue, légère perception de la lumière qui reste chez quelques aveugles.
    Les autres [aveugles] disent qu'ils ont un point de vue : si faible qu'il soit, ils en tirent vanité [MAXIME DU CAMP, Rev. des Deux-Mondes, 15 avril 1873, p. 811]
    Il suffit de regarder les aveugles lorsqu'ils sont réunis pour reconnaître presque à coup sûr ceux qui ont un point de vue, ou qui ont conservé quelque vague souvenir de la lumière [ID., ib. p. 812]

POINT2

(poin ; le t se lie : il n'est poin-t habile) adv.
Il renforce, comme pas, la négation ne.
Aime assez ton mari pour n'en triompher point [CORN., Hor. II, 6]
Quand je dis point, je veux dire très peu [LA FONT., Calendr.]
Et dans toute la Grèce il n'est point de familles Qui ne demandent compte à ce malheureux fils D'un père ou d'un époux qu'Hector leur a ravis [RAC., Andr. I, 2]
Je suis près de ma salle à manger où je ne mange point ; je vois mon jardin où je ne me promène point ; j'ai autour de moi des sociétés dont je ne jouis point [VOLT., Lett. d'Argental, 7 nov. 1774]
Abusivement, point nie quelquefois, même sans ne, dans les phrases interrogatives.
S'ils osent quelquefois prendre un air de grandeur, Seront-ils point traités par vous de téméraires ? [LA FONT., Fabl. VIII, 4]
Vous ennuyez-vous point De coucher toujours seul ? [ID., ib. VIII, 11]
Cette suppression de ne est une licence qui se prend surtout en vers.
Point surabondant avec jamais, aucun, etc. (voy. PAS 2, n° 2).
On ne doit point songer à garder aucunes mesures [MOL., D. Juan, III, 6]
Point se met négativement devant les substantifs, les noms de nombre, etc. par un abus né de la rapidité du langage qui sous-entend la négation et le verbe.
Point de courroux, messieurs ; mon lopin me suffit [LA FONT., Fabl. VIII, 7]
Point de vos lettres, ma fille ; je suis toute triste quand ce plaisir me manque [SÉV., 9 oct. 1689]
Point de peuple qui n'ait immolé des hommes à Dieu, et point de peuple qui n'ait été séduit par l'illusion affreuse de la magie [VOLT., Philos. théistes, sacrifices.]
Point de nouvelles, voy. NOUVELLE, n° 1, vers la fin. Point d'affaire, voy. AFFAIRE, n° 8.
Point se dit seul en réponse négative à une interrogation ou à une demande.
Angélique : Montrez-vous généreux. - G. Dandin : Non. - Angélique : De grâce. - G. Dandin : Point [MOL., G. Dand. III, 8]
Point se met négativement devant quelques adverbes, dans une réponse négative. Vous êtes facile à contenter ? - Point tant que vous le pourriez penser. On peut dire point trop ; mais non point beaucoup. Il s'emploie de même hors de toute réponse (voy. PAS 2, n° 3).
Me voilà donc chez mon parrain bien vêtu, bien nourri, fort caressé, et point battu [SCARR., Rom. com. I, 13]
Invitée ou point invitée, je ne m'en souviens pas, je fus la voir [une dame] [STAAL, Mém. t. I, p. 299]
Un honnête pigeon, point fourbe et point guerrier [VOLT., Lett. au roi de Pr. 29 juin 1741]
Il était équitable, point jaloux et point suborneur [J. J. ROUSS., Conf. III]
On dit de même : Les gens peu ou point instruits. Cet emploi de point est reçu dans le style familier ; il fait mauvais effet dans le style sérieux :
Les troupes que le maréchal Ney avaient repoussées, mais point détruites [THIERS, Hist. de l'Empire, XX]
Dites plutôt : mais non détruites.
Point.... que, point.... sinon.
Point d'aîné, point de roi, qu'en m'apportant sa tête [CORN., Rodog. II, 3]
Point d'argent qu'à la pointe de l'épée [SÉV., 2 août 1689]
Point aussi, pour non plus.
Comme il n'y aura plus de malheurs pour ceux qui avaient une entière assurance de l'éternité, il n'y a point aussi de bonheur pour ceux qui n'en ont aucune lumière [PASC., Pens. IX, 1, éd. HAVET.]
Il s'emploie dans des cas où une proposition est sous-entendue.
Il en vit s'arrêter à des combats d'enfants, et point à ses paroles [LA FONT., Fabl. VIII, 4]
Pour défendre le bien public, plusieurs le font ; mais pour la religion, point [PASC., Pens. div. 82, éd. FAUGÈRE.]
Point du tout, négation renforcée qui se dit comme point.
Les courtisans étaient, au retour, horriblement fatigués, lui [le roi] point du tout [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 117]
L'abbé Dubos prouve-t-il que les Romains qui étaient encore soumis à l'empire aient appelé Clovis ? point du tout ; prouve-t-il que la république des Armoriques ait appelé Clovis et fait même quelque traité avec lui ? point du tout encore [MONTESQ., Esp. XXX, 24]
Du tout point, tournure archaïque signifiant nullement, en aucune façon.
Celui qui ne s'émeut a l'âme d'un barbare, Ou n'en a du tout point [MALH., VI, 18]

PROVERBE

    Point d'argent, point de Suisse, sans salaire, sans récompense, point de travail, point de service.
    Point d'argent, point de suisse ; et ma porte était close [RAC., Plaid. I, 1]
    (c'est ici un calembour entre Suisse de nation et suisse de porte).

REMARQUE

  • 1. Il y a cette différence entre point et pas que, lorsqu'on répond à une interrogation, point peut être employé tout seul, au lieu que pas ne s'emploie jamais de cette manière : êtes-vous fâché ? point.
  • 2. L'Académie note encore cette différence-ci : lorsqu'on dit : N'avez-vous point vu un tel ? l'interrogation n'est qu'une question simple ; mais, lorsqu'on dit : N'avez-vous pas vu un tel ? on veut marquer par là qu'on croit que la personne qu'on interroge a vu celui dont on parle. Cette nuance est bien fugitive pour être réelle ; elle ne se rattache pas à la différence que point et pas ont dans leur signification primitive (voy. ci-dessous la synonymie).
  • 3. Voy. PAS 2, aux remarques, qui s'appliquent aussi à l'emploi de point.

SYNONYME

  • PAS, POINT. Le point étant plus près de la nullité absolue que le pas, point est plus exclusif que pas. Aussi, bien que ces deux particules se prennent facilement l'une pour l'autre, il est des cas où pas convient mieux que point : c'est quand point serait trop absolu. Ainsi il vaut mieux dire : Le facteur n'est pas encore venu, que n'est point encore venu.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Respont Rolant : ne sui point empiré [blessé] [, Ronc. p. 92]
  • XIIIe s.
    Mais li cuers lui failloit, où [il] n'[y] ot point de feintise [, Berte, XXX]
  • XVIe s.
    Point doncques ne vous mariez, respondist Pantagruel [RAB., Pant. III, 9]
    Point soupper seroyt le meilleur [ID., ib. III, 13]
    D'une j'escri plus noble et mieux famée, Sans que son los en soit point deprimé [MAROT, III, 93]
    Vous me disiez : non, vous ne l'aurez point [ID., III, 107]
    Je sçay comment, point ne faut m'advertir [ID., III, 109]
    Ancienne et sage femme, autant qu'il en estoit point [MARG., Nouv. IV]
    Et lui fit feste d'avoir la meilleure robe qu'il avoit point vue [ID., ib. VIII]
    Cela emeut une crierie et un tumulte le plus grand qui eust encore point esté sur la place [AMYOT, Cam. 72]
    Si jetta sa veüe çà et là tout à l'entour, pour voir s'il appercevroit point Alexandre [ID., Pélop. 60]

ÉTYMOLOGIE

  • Point 1. En provençal. punh est aussi employé avec la négation. Point signifie proprement une petite quantité ; mis avec la négation propre qui est ne, il la renforce. Mais dans l'ancienne langue jusqu'au XVIe siècle, il conservait sa signification positive, ainsi qu'on peut le voir à l'historique de point 2 et de point 1.

point

POINT. n. m. Action de piquer dans un tissu avec une aiguille enfilée ou Résultat de cette action. Il n'y a qu'un point ou deux à faire pour recoudre cela. Faire un point d'ourlet. Faire un point à une chemise qui est décousue.

Il se dit aussi de Diverses manières de faire la broderie ou la tapisserie à l'aiguille, qu'on distingue par des noms différents, selon leur genre ou selon le pays d'où la mode en a été apportée. Point de croix. Point de marque. Point de feston. Point de chaînette. Point de Hongrie.

Gros point, Sorte de point de tapisserie où l'aiguille prend deux fils du canevas; à la différence du Petit point, Celui où elle n'en prend qu'un. De la tapisserie au petit point.

POINT se dit encore d'une Sorte de dentelle de fil, faite à l'aiguille, qui prend diverses nominations, selon les lieux où se font les différentes espèces de cette dentelle, la manière dont elles sont faites, ou les personnes qui les ont mises en vogue. Point à l'aiguille. Point de Gênes. Point de Venise. Point d'Espagne. Point d'Alençon. Point coupé. Point à la reine.

En termes de Chirurgie, Point de suture, Point de couture fait pour tenir réunis les bords d'une plaie.

En termes de Menuiserie, Parquet en point de Hongrie, Parquet dont les lames sont disposées en rangs obliques.

POINT se dit aussi des Petits trous qu'on fait à des courroies, à des étrivières pour y passer l'ardillon. Raccourcir une courroie d'un point, de deux points.

Il se dit également d'une Douleur piquante. Un point de côté.

POINT, en termes de Géométrie, désigne La plus petite portion d'étendue qu'il soit possible de concevoir, considérée, par abstraction, comme n'ayant aucune étendue. Les mathématiciens disent que la ligne est la trace d'un point en mouvement.

Il s'emploie aussi dans le langage courant pour désigner le Minimum d'espace qui puisse être perçu. Ce vaisseau ne paraît plus que comme un point à l'horizon.

Il se dit aussi, dans le style didactique et dans le langage ordinaire, d'un Endroit fixe et déterminé. Point central. Point d'équilibre. Le point d'appui d'une poutre, d'un linteau. Point fixe. Point de contact. Point de départ. Point d'arrêt. Point de ralliement. Indiquer à plusieurs personnes un point de réunion. Des points de repère. Un point pleurétique. De tous les points de l'horizon. Sur divers points. Fig., Le point sensible.

Point de section ou d'intersection, L'endroit où deux lignes, deux plans se coupent.

En termes d'Astronomie, Points équinoxiaux, Les deux points où le grand cercle de l'écliptique coupe le grand cercle de l'équateur; Points solsticiaux, Les deux points de l'écliptique les plus distants du plan de l'équateur; Point de la plus grande et de la plus petite distance, Les apsides; Point culminant, Le point de l'écliptique situé dans le méridien; Points cardinaux, Le septentrion, le midi, l'orient et l'occident; et Points verticaux, Le point du ciel appelé zénith, qui est directement au-dessus de notre tête; et le point appelé nadir, qui est directement au-dessous de nos pieds.

Point culminant. Voyez CULMINANT.

En termes d'Optique, Point de concours, Celui où les rayons convergents se rencontrent; Point d'incidence, Le point où tombe un rayon sur la surface d'un miroir ou d'un autre corps; Point de dispersion, Le point où les rayons commencent à être divergents; Point de réfraction, Celui où un rayon se rompt sur la surface d'un verre ou sur toute autre surface réfringente; Point de réflexion, Le point d'où un rayon est réfléchi par la surface d'un miroir ou de tout autre corps; et Point radieux, Celui qui renvoie les rayons, d'où partent les rayons.

Point de mire. Voyez MIRE.

En termes d'Hydraulique, Point de partage, Point, entre deux vallées, assez élevé pour que les eaux qui s'y rendent puissent couler Indifféremment dans l'une ou dans l'autre; et, lorsqu'il s'agit des branches d'un canal, le Point où l'on place le réservoir supérieur qui doit les alimenter.

En termes de Mécanique, Point d'appui, Point fixe sur lequel une partie d'une machine s'appuie en exécutant son mouvement. Point mort, Point où deux forces se rencontrent en se faisant équilibre l'une à l'autre, de manière à arrêter le mouvement. Il s'emploie aussi figurément : Le point mort d'une affaire.

En termes d'Automobile, Point mort, Position du levier de vitesse telle que, dans la boîte, l'arbre primaire n'entraîne pas l'arbre secondaire.

En termes de Marine, Point d'un bâtiment, Latitude et longitude du lieu où il se trouve en mer. Faire le point, faire son point, Déterminer la position du navire. Il s'emploie aussi au figuré dans le sens de Faire le bilan d'une situation.

Point de vue, Le point sur lequel la vue se dirige et s'arrête dans un certain éloignement. Il se dit également, en termes de Perspective, du Point que le peintre ou le dessinateur choisit, pour mettre les objets en perspective et vers lequel il dirige tous les rayons qui sont censés partir de l'oeil du spectateur. Déterminer, placer le point de vue. Il se dit aussi du Lieu où il faut se placer pour bien voir un objet. Il s'emploie encore figurément en ce sens : Envisager une chose d'un point de vue. Se mettre à un point de vue.

Point de vue désigne encore un Aspect de la nature. De cette hauteur, on découvre un magnifique point de vue. Dans cette région, les points de vue sont très variés.

Mettre à son point de vue, mettre à son point, mettre au point une lunette d'approche, Allonger ou raccourcir le tube, de manière qu'il y ait, entre l'objectif et l'oculaire, la distance nécessaire pour voir distinctement l'objet vers lequel on dirige la lunette. On dit aussi La lunette est à son point. On dit de même, en parlant des Lunettes à lire : Elles sont, elles ne sont pas à mon point, La distance à laquelle elles font converger les rayons lumineux convient ou ne convient pas à ma vue. On dit de même Mettre au point un appareil photographique, Augmenter ou diminuer la distance entre l'objectif et la plaque sensible de manière que l'image soit le plus nette possible.

Mettre au point s'emploie aussi figurément et signifie Amener une chose à l'état voulu. Mettre au point une affaire. Votre travail n'est pas au point. La mise au point d'un projet.

POINT se dit aussi d'une Petite marque ronde que l'on emploie à différents usages dans l'écriture. On termine par un point toute phrase finale, ainsi que toute proposition dont le sens est entièrement indépendant de celle qui la suit. Le tréma consiste en deux points placés horizontalement au-dessus d'une voyelle, comme dans Saül, Isaïe. Plusieurs points après un mot indiquent suspension, suppression d'un passage, lacune, etc. L'usage s'est établi de mettre des points sur les i.

Fig., Mettre les points sur les i, Être d'une précision, d'une exactitude rigoureuse. Avec cet homme il faut mettre les points sur les i, Il faut bien préciser avec lui, il faut prendre avec lui les plus grandes précautions.

Deux points (:), Point et virgule (;), Signes qu'on met à la fin d'une proposition dont le sens grammatical est complet, mais qui a une liaison logique et nécessaire avec la suivante. Les deux points s'emploient surtout à la fin des phrases immédiatement suivies de ce qui sert à les éclaircir. En termes d'Imprimerie, on dit plus ordinairement Un point-virgule pour Point et virgule.

Point d'interrogation (?), Signe qu'on met après une interrogation, une demande. Point d'exclamation (!), Signe qu'on met à la fin des phrases exclamatives ou qui expriment un vif étonnement, l'admiration, l'indignation.

Points conducteurs, Points qui servent, dans une table des matières, à compléter une ligne.

Points-voyelles ou, absolument, Points, Signes qui servent à marquer les voyelles dans certaines langues, notamment dans l'hébreu, dont l'écriture n'a de lettres proprement dites que pour représenter les consonnes.

POINT, en termes de Musique, désigne le Point que l'on met après une note, et qui augmente de moitié sa valeur. Une blanche suivie d'un point vaut trois noires.

Point d'orgue, en termes de Musique, désigne un Signe qui indique un temps d'arrêt, soit pour suspendre la mesure, soit, dans les anciens usages de l'Opéra, pour permettre à un chanteur d'exécuter un trait à sa fantaisie pendant une interruption de l'orchestre.

POINT, en termes de Sculpture, se dit des Marques que l'on fait sur toutes les parties les plus saillantes d'une statue que l'on veut copier. Mettre une statue aux points, La dégrossir de manière que le sculpteur n'ait plus qu'à l'achever. Metteur aux points, Le praticien qui exécute ce travail.

POINT, aux jeux de Cartes, se dit du Nombre qu'on attribue à chaque carte, et qui varie selon les jeux. L'as, au piquet, vaut onze points; les figures valent dix points; et les autres cartes valent le nombre de points qu'elles marquent.

Il se dit aussi, dans la plupart des jeux, du Nombre de points que composent ensemble plusieurs cartes de même couleur. Son point est meilleur que le vôtre. Accusez votre point. Avoir le point, Avoir en cartes d'une même couleur un plus grand nombre de points que son adversaire.

Il se dit encore du Nombre que l'on marque à chaque coup du jeu, et de celui dont on est convenu pour le gain de la partie. Il ne me faut plus qu'un point pour gagner la partie. Combien avez-vous de points? Jouer en trente points, en cent points.

Donner ou rendre tant de points à quelqu'un, Lui marquer, en commençant la partie, un certain nombre de points, comme s'il les avait déjà gagnés. Il est médiocrement fort au billard : je lui rends six points, et je le bats.

Fig., Rendre des points à quelqu'un, Avoir sur lui une supériorité assurée. Il lui rendrait des points.

Prov. et fig., Pour un point, faute d'un point, Martin perdit son âne, Peu de chose fait quelquefois manquer une affaire. La même phrase se dit aussi dans les jeux, lorsque, faute d'un point, on perd la partie.

POINT se dit aussi, dans les Collèges, dans les Écoles, de Certaines marques qui servent à noter la bonne ou la mauvaise conduite des écoliers et à évaluer les fautes qu'ils font dans leurs devoirs. Il a eu tant de bons points celte semaine. On lui a marqué, on lui a donné tant de mauvais points pour avoir fait du bruit en classe. On marque tant de points pour un solécisme, tant pour un barbarisme.

POINT se disait aussi de la Douzième partie d'une ligne.

Il se dit également, en termes de Typographie, d'une Mesure qui sert à déterminer la force du corps des caractères et qui vaut environ quatre dixièmes de millimètre. Des lettres de huit points. Il faut composer ce texte en corps de dix points et interligner d'un point.

POINT se dit, au figuré, des Parties qui forment la division de certains discours, de certains ouvrages, Un sermon en trois points, Le premier point d'une dissertation, d'une méditation. Passer au second point, au troisième point.

Il se dit aussi d'une Question, d'une difficulté particulière en quelque genre de connaissance que ce soit. Discuter, approfondir un point de théologie, de morale. Éclaircir un point de chronologie, d'histoire. Ils sont d'accord sur ce point ou en ce point. J'insiste sur ce point. Avoir gain de cause sur tous les points. Point de droit. Point de fait.

Il se dit également de Ce qu'il y a d'important, de principal dans une affaire, dans une question, dans une difficulté. C'est là le point de l'affaire. Il faut venir au point. Point capital. Un point décisif. Voilà le point. C'est un grand point que d'avoir obtenu le sursis. Un point délicat.

Point d'honneur, Ce qu'on regarde comme touchant à l'honneur, comme intéressant l'honneur. On ne saurait être trop délicat sur le point d'honneur. Il s'en fait un point d'honneur. Mettre son point d'honneur à faire, à ne pas faire une chose.

POINT signifie encore État, situation. Il est toujours au même point. Je l'ai retrouvé au point où je l'avais laissé. Mon ouvrage en est resté au même point. Il n'est pas en bon point. Ses affaires sont en mauvais point.

Mal en point, En mauvais état. Il est mal en point. Ses affaires sont mal en point.

POINT signifie aussi Degré, période. Le raisin est à son point de maturité, est au point de maturité convenable. Sa réputation est arrivée à un tel point qu'elle ne peut plus grandir. Il est permis de plaisanter, mais jusqu'à un certain point. Il s'inquiète de tout à un point que vous ne pouvez pas imaginer. Il est au plus haut point de sa carrière. Son insolence est arrivée au dernier point. J'ignore jusqu'à quel point il est permis d'avoir confiance en lui.

Il signifie aussi Instant, moment, temps précis dans lequel on fait quelque chose. Sur le point de mourir, il déclara...

POINT désigne encore l'Action de poindre. Le point du jour, Le moment où le jour commence à poindre. Dès le point du jour. Se lever au point du jour.

AU DERNIER POINT, loc. adv. Extrêmement excessivement. Il est brave, insolent, heureux, malheureux au dernier point.

DE TOUT POINT, EN TOUT POINT, loc. adv. Totalement, entièrement, parfaitement. C'est un homme accompli de tout point. Cet ouvrage est mauvais de tout point, en tout point. En tout point conforme à...

Équiper un homme de tout point, L'équiper de tout ce qui lui est nécessaire.

Fig., Accommoder, équiper quelqu'un de tout point, Le traiter fort mal, ou de fait, ou de paroles. Il est tombé entre les mains de gens qui l'ont accommodé de tout point. Envoyez-le-moi, je l'équiperai, je l'accommoderai de tout point. Il est vieux.

À POINT, loc. adv. À propos. Vous venez à point, nous avons besoin de vous. Vous arrivez à point, fort à point.

Cela lui vient à point, bien à point, se dit d'un Avantage qui arrive à quelqu'un qui en avait extrêmement besoin. Il était ruiné, il a recueilli une grande succession; cela lui est venu bien à point.

Prov., Tout vient à point à qui sait attendre, Avec du temps et de la patience, on vient à bout de tout.

De la viande cuite à point, De la viande cuite comme il faut, ni trop, ni trop peu.

Prov., Rien ne sert de courir, il faut partir à point, Il faut se préoccuper de, faire les choses au moment voulu.

À POINT NOMMÉ, loc. adv. Au temps précis, au moment déterminé. Le secours arriva à point nommé.

Venir à point nommé, Venir très à propos. Nous avions un très grand besoin de vous, vous êtes venu à point nommé.

DE POINT EN POINT, loc. adv. Exactement, sans rien omettre. Il m'a tout raconté de point en point. Il a exécuté de point en point tout ce qu'on lui avait ordonné.

point

POINT. adv. de négation. Pas, nullement. En voulez-vous? Je n'en veux point. Je ne doute point que cela ne soit. Ne voulez-vous point venir? Il n'a point d'argent.

POINT ne s'emploie jamais qu'avec la particule négative, ou exprimée, comme dans les phrases précédentes, ou sous-entendue, comme dans ces phrases : Les gens peu ou point instruits. Sans la connaissance de soi- même, point de solide vertu. Je pardonne à mes ennemis, et point à mes flatteurs. Homme bienveillant, point susceptible, point soupçonneux. Point d'homme plus méchant que lui. Point de travail qui le rebute. Il y a de plus cette différence entre Point et Pas, quant à l'usage, que, lorsqu'on répond à une Interrogation, Point peut être employé tout seul; au lieu que Pas ne s'emploie jamais de cette manière. En voulez-vous? Point. Êtes-vous fâché? Point.

Prov. et fig., Point d'argent, point de Suisse, On n'obtient rien de certaines gens, s'ils n'ont pas l'espoir d'être récompensés. Cela se dit aussi pour marquer qu'On ne fera rien sans être assuré d'une récompense, d'un paiement.

point

Point, ou Poinct, Sermoni vernaculo additur ad maiorem negationis expressionem. Je n'iray point, id est, Non ibo, quasi dicas, Ne punctum quidem progrediar vt eam illo. Il n'y est poinct, id est, Non est illic, quasi illius ne punctum quidem ibi est. Sumitur enim punctum pro re minima, Je n'en ay poinct.

Point, ou nullement, Nihil minus.

Point aiséement, Haud facile.

Point trop, Nihil nimis.

Il n'en est venu point plustost, Illa causa nihil ocyus venit.

Ne le fay point, Minime feceris.

Je ne m'en soucie point, Nihil moror.

Je n'en demande point plus, Nihilo plus peto.

N'entendre point bien, Parum intelligere.

Il ne faut point que tu me dies, etc. Nihil est quod dicas mihi, alium quaerebam.

Non point que, etc. Non quia prodesse nunquam satis sit, sed, et caet.

Non point que je ne, etc. Non eo quin tibi, etc.

Ne me cognois tu point? P. point, que j'aye souvenance, Non nouisti me? P. quod quidem veniat in mentem.

Les lettres de Bibulus n'estoyent point encores apportées, Cassius ineptas literas misit, necdum Bibuli erant allatae.

Si tu ne l'as point suyvie, Si tu eam minus secutus sis.

point


POINT, s. m. [Poein, monos. long.] 1°. Piqûre faite dans l'étofe avec une aiguille enfilée de soie, de laine, de fil, etc. "Il n'y a qu'un point ou deux à faire (et non pas à mettre: celui-ci parait être un gasconisme) pour achever de coûdre ou de recoûdre cet habit, etc. = Il se dit absolument des ouvrages de tapisserie à l'aiguille: on dit, le point en est beau ou laid, vilain. On distingue aussi par ce mot les diférentes manières d'y travailler. "Grôs point: point carré; point à la turque, petit point; point de Hongrie, d' Angleterre: ouvrage de point; ouvrière en point. = 2°. Petite marque ronde qui se fait sur le papier avec la plume et l'encre. "Mettre un point sur l'i; à la fin d'une phrâse. Voy. PONCTUATION. = 3°. Aux jeux de cartes, nombre qu'on atribue à chaque carte, selon les diférens jeux où l'on joûe: "L'âs, au piquet, vaut onze points, les figûres dix points. = C'est aussi collectivement, la réunion de tous ces points. "Quel est votre point? Mon point est plus fort que le vôtre. = Presque à tous les jeux, c'est le nombre que l'on marque à chaque coup de jeu. "J'ai dix points: vous n'en avez que six. Il me faut encore tant de points, pour gâgner la partie. = 4°. douleur piquante, qui se fait sentir en divers endroits du corps. On le dit particulièrement de la douleur au côté. "Avoir un point au dôs, à l'épaule, au côté (et non pas, un point de côté, comme je l'ai souvent ouï dire.) = 5°. Question. "Éclaircir un point de Chronologie, discuter un point de Droit, etc. = 6°. Ce qu'il y a de principal dans une afaire. "C'est-là le point essenciel, capital, décisif de cette afaire. "C'est là le point de la dificulté: vous ne touchez pas le point de la question. = 7°. Il se dit des parties qui font la division d'un sermon. L'Académie le dit d'un discours en général, d'un plaidoyer, d'une harangue en particulier. Il me paraît que ce n'est plus l'usage, et qu'on dit partie. Je n' ai vu le mot de point, en ce sens, que dans un discours présenté à l'Académie de Marseille pour le concours, premier point, second point. Dans tous les aûtres discours académiques, j'ai toujours vu, première, seconde, troisième partie. On ne dit, point, que des Discours sacrés, Sermons, Méditations, Panégyriques, Oraisons funèbres. = 8°. État, situation, soit par raport à la santé, soit eu égard à la fortune. "Ce malade est toujours au même point. "Cet~ homme est en bon ou en mauvais point. "Ses afaires sont en mauvais point. = 9°. Degré, période dans les chôses morales. "On peut plaisanter, râiller, mais jusqu'à un certain point. "Au plus haut point de la gloire. "Les sciences ont été portées à un haut point de perfection. = Au dernier point, adverbe. Extrêmement. "Brâve, poltron, heureux, malheureux au dernier point.
   10°. Point fournit à plusieurs aûtres expressions adverbiales du style familier, ou tout au plus médiocre. — À~ point, à tems, à propôs.
   Rien ne sert de courir, il faut partir à point.
       La Fontaine.
"Par ce moyen, les vaisseaux se trouvoient équipés à point. ROLLIN. "Il leur envoya des rafraîchissemens, qui leur vinrent bien à point. Voy. d'ANS. = À~ point nommé. "J'atends de l'argent et des hommes qui viènent par mer; ce sont deux chôses qui ne viènent pas toujours à point nommé. VOIT. "Vous étiez au milieu de mille chôses, qui empêchent qu'on ne puisse trouver sa tendresse à point nommé. SÉV. "Mon imagination sait où vous prendre à point nommé. ID. = De tout point, entièrement, parfaitement. "La démonstration est complète de tout point. BOSS. Il n'est pas du beau style, et il est peu digne du ton de l'Histoire. "Pour consomer l'afaire de tout point. VELLY. Hist. de Fr. = De point en point. Sans rien omettre. "Il a tout exécuté de point en point. = * Mal en point est vieux. "Aprenez de cela combien vous êtes mal en point ès saintes habitudes intérieures. St. Fr. de S. = Au plus haut point, au suprême degré. "Elle réunissoit au plus haut point la modestie et la fierté, les grâces nobles et touchantes, etc. MARM. = Sur le point, au moment, régit de et l'infinitif. "Sur le point d'arriver. = Au point que s' emploie tantôt pour autant que: "Est-il possible que mes lettres vous soient agréables au point que vous le dites. Sév. tantôt pour tellement que. "J'en fus indigné au point que je ne pûs m'empêcher de le témoigner. En ce sens, on dit aussi à un point, à un tel point que; et non pas en un point, en tel point. "Les maladies augmentèrent à un point qu'il me seroit impossible de vous rendre la triste situation où fut réduit l'équipage. Let. Édif.
   On dit, proverbialement, mettre les points sur les i; être minucieux et scrupuleux dans les afaires. Faire venir quelqu'un à son point: l'engager à faire ce qu'on veut. = Ils chaûssent, ou ne chaûssent pas à même point; leurs humeurs conviènent ou ne conviènent pas. Cette expression est tirée de la cordonerie, où l'on apèle points, des marques faites d'espace en espace, sur une espèce de règle, dont les Cordoniers se servent pour prendre la mesûre d'un soulier, sur le pied de ceux qu'ils ont à chausser. = Pour un point, Martin perdit son âne; peu de chôse fait manquer une afaire, ou, faûte d'un point je perds la partie. = Équiper un homme de tout point, de tout ce qui lui est nécessaire. L'acomoder de tout point, le traiter extrêmement mal. Le premier se dit dans le propre, et le second, dans le figuré familier. = À~ son point et aisement, adv. (et non pas aisément, comme on le lit dans une édition du Dict. Acad. par la faûte de l'Imprimeur); à sa comodité, à son aise, à son loisir. "Vous ferez cela à votre point et aisément.

point


POINT, particule négat. Pas, nullement. Voy. PAS. = 1°. Cette particule exige devant elle la négative ne. * Quelques Auteurs l'en ont privée en l'associant avec peu. "Le public peu ou point instruit. Rain. Stathoud. "Elle favorisoit peu ou point le dessein, etc. Hist. d'Angl. = Pluche ne retranche pas la négative ne, mais il l'emploie d'une manière qui est aussi peu convenable à point. "Il n'y avoit que peu, ou point du tout d'or préexistant. Hist. du Ciel. Qu'on ôte peu, et l'~ on~ verra combien la construction est irrégulière. Voy. PEU. = Point, sans négative, ne fait point mal dans les vers suivant.
   Souvenez-vous enfin, qu'un généreux courage
   Pardone à qui le hait, mais point à qui l'outrage.
       Crébillon.
C'est que le verbe est sous-entendu, ne pardone; mais, s'il était exprimé sans être acompagné de la particule ne, l'oreille serait choquée. = 2°. Point n'aime pas à s'associer avec plus. "Il n'y a point plus de réalité dans les aûtres destructions, etc. Pluche. Dites, il n'y a pas plus. = 3°. Point s'emploie quelquefois de manière qu'il ne parait régi par rien. "Point de récompense pour le sage que la vertu. Millot. "Sans la connoissance de soi-même, point de solide vertu. Id. On sous-entend, il n'y a. = L'usage le met aussi seul devant des adjectifs. "Homme bienfaisant, indulgent, point aigre, point soupçoneux. Griffet. Mais cela n'est bon que dans le style familier. = Enfin, point se peut mettre tout seul, en répondant à une interrogation. "En voulez-vous? Point, c. à. d. je n'en veux point. — Ce sont là trois diférences de pas d'avec point; car pas ne saurait être employé d'aucune de ces trois manières. = 4°. Hors de là, point se met aprês le verbe. Dans le style marotique, il peut se placer devant.
   Le raton, point ne s'en défie.
   Eh! qui s'en seroit défié,
   À~ voir son air de modestie,
   À~ voir son air sanctifié.
       Reyre.

point

*POINT, partic. négat. Vers la fin. "Il n'y avoit que peu, ou point du tout, etc. On critique cette phrâse, et l'on en aprouve une toute semblable au mot PEU: c'est une contradiction. La critique n'est pas juste. Voy. PEU.

Synonymes et Contraires

point

nom masculin point
1.  Lieu précis.
3.  Degré atteint.
Traductions

point

Punkt, Point, Auge, dermaßen, Sinn, Stichperiod, point, dot, full stop, spot, stitch, mark, stop, locus, moment, not at all, question, element, item, notpunt, stip, oog, spikkel, steek, (brei-, (het) aanbreken [dag], cijfer, graad, mate, naai)steek, positie, standplaats, steek [in de zij], item, stip(pel)אין (תה״פ), בל (תה״פ), לאו (תה״פ), נקודה (נ), אֵין, בַּל, לָאו, נְקֻדָּהpuntpunt, punta, randabod, tečka, jádro věci, puntík, stehpunkt, point, pointe, prik, punktum, stingpoento, punktopunto, tanto, puntadapiste, asian ydin, ommel, täpläpontpunto, segno (a tal segno)punkt, poeng, punktum, stingkropka, punkt, szewponto, ponto de vista, ponto finalpunkt, poäng, stygnτελεία, ερωτηματικό, πόντος, βελονιά, κουκκίδα, σημείοточка, пункт, мысль, очко, стежок, точокدَرْزَة, نُقْطَةbod, poanta, šav, točkaひと針, 得点, 点, 終止符, 要点마침표, 사실, 점, 점수, 한 바늘ความคิดเห็น, คะแนน, จุด, มหัพภาค จุด, รอยเย็บdikiş, noktachấm tròn nhỏ, dấu chấm câu, điểm, mũi khâu, 句点, 小圆点, , 缝合точка (pwɛ̃)
nom masculin
1. endroit, lieu point de départ point de vente les quatre points cardinaux
2. analyser une situation
3.
a. être en position d'arrêt, pour une voiture
b. ne plus évoluer, pour une situation
4. régler, organiser
5. être prêt Le système est au point.
6. être prêt à avec l'inf. être sur le point de partir
7. degré au plus haut point
8. manière de coudre des points de suture
9. unité gagnée par un joueur compter les points
10. signe qui indique la fin d'une phrase point final point d'interrogation point d'exclamation points de suspension
11. signe au-dessus du "i" et du "j" N'oubliez pas d'écrire les points !
12. thème, question C'est un point important.
13.
a. endroit d'où l'on regarde
b. opinion, avis Quel est ton point de vue ?
14. caractère commun avoir des points communs avec qqn
15. pas trop cuit un steak à point

point

[pwɛ̃]
nm
(= marque, signe) → dot
[ponctuation] → full stop (Grande-Bretagne), period (USA)
(= moment) → point
à ce point de la conversation → at that point in the conversation
Nous en sommes au même point → We have reached the same point.
à point (nommé) → just at the right time
être sur le point de faire → to be just about to do
J'étais sur le point de te téléphoner → I was just about to phone you.
(= degré) à ce point (avec adjectif) → so
à ce point abîmé que → so damaged that ...
au point que, à tel point que → so much so that
(au score)point
(= aspect) → point
Je ne suis pas d'accord sur ce point → I don't agree on this point.
en tout point → in every respect
(= endroit) → spot, point; (en géométrie)point
point de départ → point of departure
point d'arrivée → arrival point
(COUTURE, TRICOT)stitch
point de croix → cross stitch
point de tige → stem stitch
point de chaînette → chain stitch
point mousse → garter stitch, plain
point jersey → purl
(CUISINE) à point (= bien mûr) → just right; (viande)medium
"Comment voulez-vous votre steak?" - "À point." → "How would you like your steak?" - "Medium."
(autres locutions) faire le point (NAVIGATION) → to take a bearing (fig) → to take stock
faire le point sur → to review, to take stock of
mettre au point [+ mécanisme, procédé] → to develop; [+ appareil-photo] → to focus
adv (littéraire) (= pas) → not
point n'est besoin de ... → there is no need to ...
point de ... → no ...
il n'est point de liberté sans contraintes → there is no freedom without constraints
vb
voir poindre