poirée

(Mot repris de poiriez)

poirée

n.f. [ de l'anc. fr. por, poireau ]
Variété de betterave, dont on consomme les côtes.

POIRÉE

(poi-rée) s. f.
Anciennement, mélange de poireaux et autres légumes avec lesquels on faisait un potage.
Aujourd'hui, poirée, ou, plus souvent, carde poirée, variété de la bette ordinaire dont on ne mange que la côte ou nervure médiane des feuilles. Poirée sauvage, beta cycla, L. (chénopodées).

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Courtillage, c'est à savoir toute maniere de porées, pois noviaus, feves noveles en cosse vert [, Liv. des mét. 276]
  • XIVe s.
    Bettes semez en mars ; et, quand elles sont bonnes à mengier, soient coupées près de la racine, car tousjours rejettent et recroissent et deviennent porées [, Ménagier, II, 2]
    Porée blanche est dite ainsi pour ce qu'elle est faite du blanc des poreaux : Porée blanche de bettes, une espece de porée que l'en dit espinars [, ib. II, 5]
  • XVIe s.
    Et, pour de lui estre fort amée, je lui ferois mengier une poirée d'herbes cueillies la nuict Sainct Jehan à nonne [, Les Évang. des quenouilles, p. 74]
    De mengier chault potaige, et especialement porée de choulz, on en a les dens noirs [, ib. p. 80]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. porrum, poireau, proprement bouillon de poireaux.

poirée

POIRÉE. n. f. Plante potagère, variété de la bette, dont les feuilles sont larges et soutenues par une côte fort épaisse.

poirée


POIRÉE, s. f. [Poa-ré-e: 2e é fermé et long, 3e e muet.] Plante potagère à larges feuilles, et à côte large et épaisse. = Quelques-uns disent porrée, mais mal En certaines Provinces, on l'apele bette. L. T. dans d'aûtres blette. Celui-ci est le plus mauvais.

Traductions

poirée

Mangold

poirée

leek

poirée

bietola