police

1. police

n.f. [ du gr. politeia, organisation politique, de polis, ville ]
1. Administration, force publique qui veille au maintien de la sécurité publique ; ensemble des agents de cette administration : La police a dû intervenir. Entrer dans la police. Un inspecteur de police.
2. Ensemble des mesures ayant pour but de garantir l'ordre public : Ils assurent la police sur tout le territoire de la commune.
Faire la police,
surveiller, maintenir l'ordre ; fig., tout régenter : Il m'exaspère à toujours faire la police.
Police judiciaire ou P.J.,
service qui a pour but de rechercher et de livrer à la justice les auteurs d'infractions à la loi pénale.
Police secours,
service de police affecté aux secours d'urgence.
Police technique et scientifique,
service chargé de recueillir puis d'interpréter les indices matériels laissés sur la scène d'un crime.

2. police

n.f. [ de l'anc. prov. polissia, quittance, du gr. apodeixis, preuve ]
1. Document écrit qui consigne les clauses d'un contrat d'assurance (on dit aussi une police d'assurance) : Retournez un exemplaire signé de la police à votre assureur.
2. En imprimerie, fonte (on dit aussi une police de caractères).

POLICE1

(po-li-s') s. f.
Organisation politique.
La pente vers soi est le commencement de tout désordre, en guerre, en police, en économie [PASC., Pens. XXIV, 56, éd. HAVET.]
La police céleste avec laquelle Dieu régit les hommes l'oblige à leur faire connaître qu'il déteste infiniment le péché [BOSSUET, Sermons, Rechutes, 2]
C'est là que, chargé de la protection des lois et des polices humaines.... il réprimait la licence des uns, relevait la faiblesse des autres.... [FLÉCH., le Tellier.]
Les cyclopes ne connaissent point de lois ; ils n'observent aucune règle de police [FÉN., t. XXI, p. 393]
Des peuples sauvages qui vivaient sans loi, sans police [MASS., Panégyr. Saint Benoît.]
Les Grecs n'imaginèrent point la vraie distribution des trois pouvoirs dans le gouvernement d'un seul : ils ne l'imaginèrent que dans le gouvernement de plusieurs, et ils appelèrent cette sorte de constitution police [MONTESQ., Esp. XI, 11]
Quoi ! depuis que vous êtes établis en corps de peuple, vous n'avez pas encore le secret d'obliger tous les riches à faire travailler tous les pauvres ? vous n'en êtes dont pas encore aux premiers éléments de la police ? [VOLT., Dial. 1]
Ordre, règlement établi dans un État, dans une ville, pour tout ce qui regarde la sûreté et la commodité des citoyens.
Un homme de bien laisse régler l'ordre des successions et de la police aux lois civiles, comme il laisse régler le langage et la forme des habits à la coutume [BOSSUET, Connaiss. IV, 5]
Et par une exacte police il sauva ce peuple [FLÉCH., Duc de Mont.]
Si l'on faisait une exacte police, On ne souffrirait point tous ces vilains mots-là [BOURSAULT, Mots à la mode, 15]
Selon Jurieu l'unité d'une Église n'est qu'une simple police [FÉN., t. II, p. 86]
À Sparte les magistratures brisaient les instruments dont l'harmonie était trop délicieuse, et c'était là une de leurs plus importantes polices [ID., t. XVII, p. 103]
Les adultères, les vengeances.... ne sont plus pour vous que des défenses humaines, et des polices établies par la politique des législateurs [MASS., Carême, Vérité de la relig.]
Elle [une certaine loi] confond toutes les idées, faisant un crime d'État de ce qui n'est qu'une violation de police [MONTESQ., Esp. XX, 14]
Dans l'exercice de la police, c'est plutôt le magistrat qui punit que la loi ; dans les jugements des crimes, c'est plutôt la loi qui punit que le magistrat [ID., ib. XXVI, 24]
L'administration qui exerce la police. Le préfet de police à Paris. Commissaire de police. Agent de police. Inspecteur de police. Espion de police.
Ou si, par un arrêt, la grossière police D'un jeu si nécessaire interdit l'exercice [BOILEAU, Sat. X]
Les matières de police sont des choses de chaque instant, et où il ne s'agit ordinairement que de peu : il ne faut donc guère de formalités [MONTESQ., Espr. XXVII, 24]
Les limiers de la police Sont à craindre en ce moment [BÉRANG., Judas.]
Malgré messieurs de la police, Le vaudeville est si frondeur [ID., Désaug.]
Haute police, l'ensemble des moyens employés, des dispositions prises ou à prendre dans l'intérêt de l'État et de la sécurité des citoyens. Ce personnage a été sous la surveillance de la haute police. Être sous la surveillance de la police, se dit de ceux qui, par suite d'un jugement, ne peuvent, pendant plus ou moins longtemps, disposer de leur personne sans l'autorisation de la police. Lieutenant de police, nom du magistrat qui présidait à la police de la ville de Paris.
Police correctionnelle, tribunal connaissant des délits qui sont plus graves que les contraventions à la police ordinaire, mais qui ne le sont pas assez pour être déférés aux cours d'assises. Tribunal de police, de simple police, tribunal qui connaît des infractions aux règlements de police. Cette juridiction est attribuée au juge de paix et au maire, ou au juge de paix seulement, suivant les cas. On dit de même : juge de police ; jugement de police ; citation à la police.
L'ordre et le règlement établi dans une assemblée, dans une société.
Que pour l'ordre, la police et les lois de cette assemblée [l'Académie française], on a trouvé à propos de les réduire en un statut à part [PELLISSON, Hist. de l'Acad. I]
Les prêtres chez les Germains mettaient la police dans l'assemblée [MONTESQ., Esp. XVIII, 31]
On entend par police des grains les règlements que fait le gouvernement lorsqu'il veut lui-même diriger le commerce des grains [CONDIL., Comm. gouv. II, 12]
Quelle doit être la police des diètes ? quelles règles doivent-elles suivre en délibérant sur les affaires ? [ID., Études hist. III, 5]
Par extension.
La seconde tentative de centralisation météorologique eut lieu sous les ordres d'un grand navigateur, le célèbre capitaine Beecher ; vainement le nouveau directeur de la police atmosphérique indique le moyen de mettre de l'ordre dans tous ces documents confus.... [FONVIELLE, Presse scientifique, 16 juin 1863, p. 747]
Faire la police, faire régner l'ordre, la sûreté.
Nos frégates faisaient la police, et les Ottomans respiraient sous le pavillon français [CHATEAUB., Itin. 1re part.]
Fig. Faire la police, régenter.
Croyez-moi, monsieur, peu de gens ont le droit de faire la police du monde [MARMONTEL, Cont. mor. Misanth.]
Police médicale ou sanitaire, tout ce qui se rapporte à la conservation de la santé dans les villes et durant les épidémies.
Bonnet de police, bonnet de drap dont les militaires font usage quand ils ne sont pas en tenue. Salle de police, voy. SALLE.

PROVERBES

  • Bonne police est cause d'abondance.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Ne le roy ne se doit mie tenir si commun et si familier, que chascun parle à luy qui veult.... et est une chose hors de police faire le contraire.... [, Bibl. des ch. 6e série, t. II, p. 139]
    S'ilz sont pervers et rigoureux, Vous y mettrez bonne police [, Rec. de farces, etc. p. 391]
    Ainsi desiroit de tout son cueur de povoir mettre une grant pollice en ce royaulme et principallement sur la longueur des procès.... [COMM., VI, 6]
  • XVIe s.
    Platon, en la police qu'il forge à discretion [MONT., I, 16]
    Nature ne se desment pas en cela de la generale police [ID., I, 105]
    Cette police de la plus part de nos colleges m'a tousjours despleu [ID., I, 183]
    Promit d'empoisonner le roy, et pour y parvenir voicy la police qu'il y tint [PASQUIER, Rech. VI, p. 547, dans LACURNE]
    Nos rois.... Ploians la pieté au joug de leur service, Gardent religion pour ame de police [D'AUB., Tragiques, Princes]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. politia, du grec , gouvernement (voy. POLITIQUE).

POLICE2

(po-li-s') s. f.
Contrat par lequel on s'engage à indemniser quelqu'un de certaines pertes.
Police d'assurance est un contrat par lequel le marchand répond du vaisseau au bourgeois [c'est-à-dire, par lequel le marchand qui loue le navire pour y mettre ses marchandises en répond au propriétaire], ou bien un contrat par lequel on promet indemnité et assurance des choses qui sont transportées par mer de pays en un autre, au moyen de tant pour cent que l'assuré paye à son assureur quand le navire est de retour [, Ms. du XVIIe siècle, dans JAL]
Le contrat appellé police d'assurance sera rédigé par écrit, et pourra être fait sous signature privée [, Ordonn. août 1681]
Terme de marine. Police de chargement, se dit quelquefois pour connaissement.
Des connaissements ou polices de chargement : les connaissements, polices de chargement ou reconnaissances des marchandises chargées dans le vaisseau, seront signées par le maître, ou par l'écrivain du bâtiment [, Ordonn. août 1681]
Terme de typographie. Police d'un caractère, l'assortiment des différentes sortes dont il est composé, lettres, capitales, points, virgules, etc.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Bailleront les gardes des dites portes bullete, autrement dite police, à ceux qui auront passé le dit sel [DU CANGE, pollex.]
  • XVe s.
    Le suppliant a esté l'un des gardes des salins de Pettays, où il a baillé du sel aux marchans plus grant quantité qu'il n'estoit contenu es pollices qu'il bailloit ausdiz marchans de leurs chargemens [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. polissia ; ital. polizza ; bas-lat. pollex, polegium, poletum, poleticum, registre, pièce écrite, altération de polyptychum (voy. POUILLÉ et POLYPTIQUE).

police

POLICE. n. f. Ordre, règlement établi dans un État, dans une ville, pour tout ce qui regarde la sûreté, la tranquillité et la commodité des citoyens, des habitants. Règlement, ordonnance de police. La police est bien faite, est mal faite dans cette ville. Il n'y a pas de police dans cette ville. En bonne police, telle chose devrait être défendue. La police des marchés. La police des grains. La police des moeurs. La police des jeux. Police administrative. Police municipale. Police judiciaire. Police militaire. Police maritime. Police sanitaire.

Il se dit aussi de l'Administration qui exerce la police. Il y avait autrefois un lieutenant général de police à Paris. Préfet de police. Commissaire de police. Inspecteur de police. Agent de police. Indicateur de police. Les bureaux de la police. Il est signalé à la police. La police délivre des permis de séjour aux étrangers. Être mis sous la surveillance de la haute police.

Police correctionnelle, Tribunal qui connaît des faits qualifiés Délits, par opposition au Tribunal de simple police qui connaît des Contraventions, et à la Cour d'assises qui connaît des faits qualifiés Crimes. Il a été traduit, jugé, condamné en police correctionnelle.

POLICE se dit aussi de l'Ordre et du règlement établi dans quelque assemblée, dans quelque société que ce soit. La police d'un camp. La police d'une armée, d'un régiment. La police du bord. La police d'une communauté. On est parfois obligé de faire sa police soi-même.

En termes militaires, Garde de police, Détachement chargé du maintien de l'ordre au quartier ou en campagne.

Salle de police, Lieu où l'on fait subir aux soldats de courtes détentions pour des fautes légères. Mettre, envoyer un soldat à la salle de police.

Bonnet de police, Bonnet de drap que portent les militaires, à la caserne ou au quartier, quand ils ne sont pas en tenue.

police

POLICE. n. f. Contrat par lequel une compagnie d'assurances s'engage, moyennant une somme convenue, appelée Prime, à indemniser quelqu'un de certaines pertes ou dommages éventuels. Police d'assurance.

Il se dit aussi d'un Contrat d'abonnement au gaz, à l'électricité, etc.

police

Police, f. penac. Est reglement d'un estat et communauté, soit monarchique, aristocratique, ou democratique, en denrées, habits, commerce, et autres choses concernants le bien de tous. Il vient du Grec politéia, extraict de polis, Cité, par ce que la Cité a esté le premier subject de tel reglement, qui en est emané ausdits estats, chascun desquels consiste en plusieurs villes.

Police, le fait et gouvernement d'une Republique, Politia.

police


POLICE, subst. fém. POLICER, v. act. [Dern. e muet au 1er, é fermé au 2d.] 1°. Ils expriment l'ordre établi dans une ville pour tout ce qui regarde la sûreté et la comodité des habitans. "Établir, faire observer, exercer la police. "Policer une ville, un État, des peuples. = Police se dit aussi de la juridiction établie pour la Police. "Assigner quelqu' un à la Police.
   2°. POLICE, par extension, se dit de l'ordre établi dans quelque société que ce soit. Ainsi on dit la police d'un Camp, d'une Armée, d' une Comunauté.
   3°. POLICE est un contrat entre Négocians. Police de chargement, écrit par lequel le maître d'un navire reconait qu'il a reçu tel chargement, et s'oblige de le porter au lieu de sa destination. Ce mot se dit sur la méditerranée. Sur l'océan, on dit plutôt conaissement. = Police d'assurance est un contrat par lequel un particulier ou une société s'oblige de réparer les pertes et les domages qui peuvent ariver à un vaisseau, ou aux marchandises de son chargement, pendant un voyage, moyénant une certaine somme qu' on est convenu de lui payer.
   Rem. Police est emprunté de l'Espagnol, poliça, qui signifie cédule. Ce sont les Négocians de Marseille qui ont introduit ce mot dans le comerce.

Traductions

police

Polizeipolice, policy, constabulary, font, military policepolitie, verzekeringspolisגופן (ז), מפלג (ז), משטרה (נ), מִשְׁטָרָה, גּוֹפָןpolicieαστυνομίαpolicíapolitiepolizia, font, fonte di caratteri, P.S., polizza, questura, tipo, tipo carattereشُرْطَةpolitipoliisivoimatpolicija警察경찰politipolicjapolíciaполицияpolisตำรวจpoliscảnh sát警察Полиция (pɔlis)
nom féminin
institution chargée de faire respecter la loi prévenir la police

police

[pɔlis] nf
(= forces de l'ordre) → police
La police recherche le voleur → The police are looking for the thief.
(= discipline) assurer la police de, assurer la police dans → to keep order in
peine de simple police sentence given by a magistrates' or police court