pollu, ue

POLLU, UE

(pol-lu, lue) adj.
Qui a été souillé, profané (terme vieilli).
Ceux qui avaient touché le corps ou les cendres étaient réputés pollus [MURET, Cérém. funèb. p. 108, dans POUGENS]
Un cœur qui est pollu par des amours criminels [LE P. SIM. MARS, Myst. du roy. de Dieu, p. 337, dans POUGENS]
Voltaire l'a employé comme participe avec avoir : Du dieu du goût j'ai le temple pollu, Lett. en vers et en prose, 25.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Male pense [mauvaise pensée] ki la polie bealteit del anrme [âme] rende laide et polhue [, Job, p. 483]
  • XVIe s.
    Numa deposa la substance du feu en la garde de personnes non corrompues ny pollues [AMYOT, Num. 17]
    Ilz ont pollu et bruslé les temples [ID., Arist. 26]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. pollutus, de polluere (voy. POLLUER).