poltronnement

POLTRONNEMENT

(pol-tro-ne-man) adv.
D'une façon poltronne.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    En le refusant poltronnement [le combat] [BRANTÔME, M. de Guyse.]
    Ce guerrier inexpugnable [le duc de Guise] a esté tué le plus poltronnement que l'on sçauroit dire par un portant le nom de Poltrot [PASQUIER, Lett. t. I, p. 241]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • POLTRONNEMENT. Ajoutez :
    Tuer un homme de bien et le tuer poltronnement et traîtrement, c'est mettre le crime si haut qu'il ne puisse aller plus avant [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]