pontife


Recherches associées à pontife: flamine, poncif, sacerdoce

pontife

n.m. [ lat. pontifex ]
1. Titre donné au pape, chef suprême de la chrétienté, appelé souverain pontife.
2. Fam. Homme prétentieux qui se donne des airs d'importance.

pontife

(pɔ̃tif)
nom masculin
religion
le pape une visite officielle du souverain pontife

PONTIFE

(pon-ti-f') s. m.
Ministre du culte d'une religion.
Le pontife, c'est-à-dire celui qui est le grand prêtre parmi ses frères, sur la tête duquel l'huile de l'onction a été répandue [SACI, Bible, Lévit. XXI, 10]
Tout pontife est établi pour offrir à Dieu des dons et des victimes ; c'est pourquoi il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose qu'il puisse offrir [ID., St Paul, Épît. aux Hébr. VIII, 3]
Il savait que la judicature est une espèce de sacerdoce, où il n'est pas permis de s'engager sans l'ordre du ciel, et que Jésus-Christ n'a pas moins été fait juge que pontife par son père [FLÉCH., Lamoignon.]
Pontife de Baal, excusez ma faiblesse [RAC., Ath. II, 5]
L'empereur de la Chine est le souverain pontife [MONTESQ., Esp. XXV, 8]
Pour un culte si simple chacun pouvait être pontife dans sa famille [ID., ib. XXV, 4]
Fig.
Sur tous ces pontifes du crime.... Lance ta fureur magnanime [A. CHÉN., Odes, V]
Dans la liturgie catholique, et dans le style élevé, évêque, prélat. Le souverain pontife, le pape.
Il était impossible de ne pas révérer une suite presque non interrompue de pontifes qui avaient consolé l'Église, étendu la religion, adouci les mœurs des Hérules, des Goths, des Vandales, des Lombards et des Francs [VOLT., Ann. Emp. Introd.]
Frères pontifes, ou religieux pontifes, ou frères du pont, nom d'une association de constructeurs de ponts instituée par saint Benezet, à la fin du XIIe siècle, dont le centre fut toujours à Avignon et à laquelle on doit la construction de la plupart des ponts de la région autour de cette ville ; les supérieurs des maisons de cette association prenaient les noms de prieurs ou de commandeurs, mais les membres n'étaient point engagés dans les ordres sacrés.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Pour signifier que les pontifes et tous personnages qui s'adonnent et dedient à contemplation des choses divines.... [RAB., Pant. V, 34]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. pontifex, de pons, pont, et facere, faire, parce que, dans l'ancienne Rome, les pontifes étaient chargés du pont Sublicius, qui était sacré. Mais cette étymologie n'est rien moins que certaine. On en a proposé quelques autres parmi lesquelles on peut relever : facere in ponte, sacrifier sur le pont ; en effet les pontifes sacrifiaient sur le pont Sublicius et y accomplissaient certaines cérémonies. On a aussi rapporté le ponti du composé à l'osque pomtis, cinq ; cela signifierait les cinq sacrificateurs, et serait analogue à quinquevir.

pontife

PONTIFE. n. m. Personne revêtue d'un ministère sacré, ministre d'une religion. Aaron était le grand pontife des Hébreux. Il y avait à Rome un collège de pontifes. César était grand pontife. Tous les empereurs, jusqu'au temps de Gratien, ont pris le titre de Souverain pontife.

Dans la hiérarchie catholique, Le Souverain pontife, Le Pape.

PONTIFE se dit, en termes de Liturgie, des Évêques, des prélats en général. Dire l'office du commun des pontifes. Tel saint, pontife et martyr.

Dans le style oratoire ou poétique, il peut désigner Tout ecclésiastique, sans égard à son rang dans la hiérarchie générale.

Figurément, familièrement et par ironie, il se dit d'une Personne qui a des manières, un ton solennel et emphatique.

pontife


PONTIFE, s. m. * D'anciens Auteurs ont écrit Pontif; et le P. Sicard a encôre employé cette ortographe: "Les quatre Pontifs. = Chez les Juifs, on ne le disait que du Grand-Prêtre. Chez les Romains, il y avait un Colège de Pontifes. Le chef s'apelait Grand-Pontife: César l'était. — Chez les Chrétiens, on ne le dit que du Pape, qu'on apele souverain Pontife; excepté en termes de Bréviaire, où l'on dit, l'Ofice des Confesseurs Pontifes, c. à. d. des Saints Évêques. "Un tel Saint Pontife et Martyr. = L'Acad. ajoute qu'il se dit dans le style sublime, en la même acception. "Et vous, sacré Pontife, achevez d'ofrir pour nous, au Père Eternel, le sacrifice de réconciliation. Par le style sublime; elle entend le style élevé, le haut style.
   Rem. Pontife est toujours masculin: on doit dire la femme du Pontife, et non pas la Pontife. On lit dans les oeuvres de Bossuet: "Jesabeth, soeur d'Ochosias et femme de Joïada, souveraine Pontife, etc. C'est sans doute une faûte d'impression; et il faut lire, souverain Pontife, en le faisant raporter à Joïada.

Traductions

pontife

pontiff

pontife

כוהן (ז), כּוֹהֵן, פונטיפקס

pontife

baasje, paus, piet, pontifex

pontife

понтифекс

pontife

pontífex

pontife

pontifex

pontife

Pontifex

pontife

pontífice

pontife

pontifex

pontife

pontifex

pontife

pontyfik

pontife

pontífice

pontife

pontifex

pontife

понтифік

pontife

giáo chủ

pontife

[pɔ̃tif] nmpontiff