porc

porc

[ pɔr] n.m. [ lat. porcus ]
1. Mammifère omnivore domestique, au museau terminé par un groin : Un élevage de porcs cochon
2. Viande de cet animal : Des côtes de porc.
3. Peau tannée de cet animal : Un porte-carte en croûte de porc.
4. Fig, fam. Homme sale, débauché ou glouton : Il mange comme un porc salement ; cochon
Remarque: Ne pas confondre avec pore ou port.

PORC

(por ; le c ne se prononce jamais ; au pluriel, l's ne se lie pas ; cependant quelques-uns la lient : des por-z engraissés) s. m.
Cochon, mammifère qu'on engraisse pour l'alimentation.
Le porc à l'engraisser coûtera peu de son [LA FONT., Fabl. VII, 10]
L'administration forestière fixera, d'après les droits des usagers, le nombre des porcs qui pourront être mis en pacage [, Code forestier, art. 68]
Soie de porc, le grand poil qui vient aux porcs sur le haut du cou et sur le dos. Familièrement. Il est comme le porc à l'auge, se dit de celui qui est dans un lieu où il a tout à souhait. Fig. C'est un vrai porc, se dit d'un homme sale et gourmand ou grossier.
La chair de porc. Manger du porc salé. Porc frais, chair de cochon qui n'est pas salée.
Porc sauvage, ou, simplement, porc, le sanglier, sus scrofa, L., ungulogrades, famille des pachydermes ; le porc domestique en est une variété.
Dans le temps que le porc revient à soi, l'archer Voit le long des sillons une perdrix marcher [LA FONT., Fabl. VIII, 27]
Porc de Guinée, variété de cochon.
Porc marin, porc de mer et marsouin, noms vulgaires donnés à la phocène commune (mammifères cétacés), qui est le dauphin phocène de certains auteurs.
Ancien terme de cuisine. Porc troyen, porc dans le ventre duquel on faisait cuire d'autres animaux.
Tête de porc, forme du bataillon rangé en coin.
Scories qui, dans la première fonte des mines, retiennent encore une portion du minerai qui n'est point entré en fusion. Effet que produit, sur la grande coupelle, l'argent lorsqu'il soulève le test ou la cendrée et va se fourrer au-dessous. Réservoir où va se rendre le minerai pulvérisé qui a passé par le lavoir.

PROVERBE

    À chaque porc vient la Saint-Martin [époque où l'on tue les porcs], chacun doit mourir.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Cil sont seret [garnis de soies] ensement come porc [, Ch. de Rol. CCXXXII]
  • XIIe s.
    Geter [un corps mort] en un putel e as chiens e as pors [, Th. le mart. 155]
  • XIIIe s.
    Que nulz ne cuise char de buef, de mouton ne de porc, se elle n'est bonne et loial et souffisante à bonne mouelle [, Liv. des mét. 177]
    Les rois [rets] dont [ils] soelent les pors [sangliers] prandre, Environ le bois [ils] ont fait tendre [, Lai de Melion]
  • XIVe s.
    Es autres membres de porc frès [, Bibl. des chartes, 5e série, t. I, p. 217]
  • XVe s.
    Ilz se deffendirent ainsi comme porcz sauvaiges, quant ilz sont entre les chiens [, Lancelot du lac, t. III, f° 45, dans LACURNE]
    Porcs privez [cochons] [, Perceforest, t. I, f. 118]
  • XVIe s.
    Homme de porc et de bœuf [COTGRAVE, ]
    S'escoutant parler comme un porc qui pisse [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. por ; prov. porc ; espagn. puerco ; ital. porco ; du latin porcus ; comparez l'all Ferkel, et le slavon praciá.

porc

PORC. (Le C final ne se prononce pas, sauf quelquefois devant les voyelles.) n. m. Cochon, animal domestique qu'on engraisse pour le manger et qui a entre la chair et la peau une graisse qu'on appelle Lard. Porc gras. Porc maigre. Porc blanc. Porc noir. Le porc était un animal immonde parmi les Juifs. Les mahométans ne mangent pas de viande de porc. Langue de porc. Pied de porc. Queue de porc. Tuer un porc. Saler un porc.

Soie de porc, Grand poil qui vient aux pores sur le haut du cou et sur le dos.

Fig. et fam., C'est un porc, se dit d'un Homme Sale.

PORC se dit aussi de la Viande du porc. Un rôti de porc.

Porc frais, Viande de porc qui n'est pas salée. Filet, côtelettes de porc frais.

Porc salé, Viande de porc qu'on a salée pour la conserver.

porc

Un Porc, ou Porceau, Sus suis, Porcus.

Porcespi, Histrix histricis.

Porc sanglier, Aper apri.

Porcs chastrez, Maiales.

Qui vend chair de porc, Porcinarius.

Chassons aux porcs sangliers, Insidiemur apris.

Du porc salé, Lardum.

porc


PORC, s. m. [Le c ne se prononce que dans porc-épic, comme un k. M. Marin croit qu'on doit faire sentir le c dans Porc.] Cochon. Ce mot n'est pas du langage ordinaire. On dit presque toujours cochon. Voy. ce mot. Dans les Relations et l'Histoire Naturelle, on dit indiféremment l'un ou l'aûtre. — Suivant Richelet, on se sert du mot porc, quand on parle de chair de cochon: le porc frais n'est pas sain. — L'Acad. le met sans remarque; et dans les exemples qu'elle done, elle parle de l'animal vivant, comme de sa chair, quand il a été tué. "Le porc se vautre dans l'ordûre. "Langue de porc, pied de porc. — Porc frais, la chair d'un cochon qui n' est pas salé.
   On dit, proverbialement, d'un homme mal-propre et gourmand, que c'est un vrai porc; et populairement, de celui qui est dans un lieu où il a tout à souhait, qu'il est comme le porc à l'auge.

Synonymes et Contraires

porc

nom masculin porc
Familier. Homme sale.
dégoûtant -familier: cochon, goret, sagouin -littéraire: pourceau.
Traductions

porc

Schweinefleisch, Schweinpork, pig, hog, swinevarken, varkensvlees, zwijn, varkensleer, zwijnevleesחזיר (ז), חֲזִירswyn, varkporcprase, vepřovésvinekød, gris, svinγουρούνι, χοίρος, χοιρινό κρέαςporkocarne de cerdo, cerdo, puerco, chancho, cochino, gorrinosianliha, sikadisznó, sertés, sertéshúsbabiflesk, svínmaiale, porco, suino豚, ポーク돼지, 돼지고기maialis, porcina, porcussvinekjøtt, gris, svinwieprzowinacarne de porco, porcoporcборов, свининаfläsk, gris, svin, fläskköttnguruwedomuz eti, domuzсвиняلـَحْمُ خِنْزِيرsvinjetinaสุกรthịt lợn猪肉свинско豬肉 (pɔʀ)
nom masculin
1. cochon élevage de porcs
2. viande du cochon manger du porc rôti de porc

porc

[pɔʀ] nm
(ZOOLOGIE)pig
Ils élèvent des porcs → They breed pigs.
(CUISINE)pork
du rôti de porc → roast pork
(= peau) → pigskin