portail

(Mot repris de portails)

portail

[ pɔrtaj] n.m. [ de l'anc. fr. portal, grande porte ]
1. Porte principale d'un édifice, d'un parc : Les portails des églises romanes.
2. Site conçu pour être le point de départ de la navigation sur Internet et proposant aux utilisateurs des services thématiques et personnalisés.

PORTAIL

(por-tall, ll mouillées) s. m.
Façade d'une église où est la porte principale.
Le portail de Saint-Gervais, chef-d'œuvre d'architecture.... et qui devrait immortaliser le nom de Desbrosses, encore plus que le palais du Luxembourg, qu'il a aussi bâti [VOLT., Temple du goût.]
Au plur. Des portails.

REMARQUE

  • 1. On a dit portal encore au XVIIe siècle :
    Ces froides horreurs de l'enfer, Cette nuit, ces vieux lits de fer, Où se vont coucher les Furies, Ce gros chien qui jappe au portal [THÉOPHILE, Œuv. 1re part. p. 27]
  • 2. Au XVIIe siècle, on disait au pluriel indifféremment portails et portaux.
    Par ce point-là je n'entends, quant à moi, Tours ni portaux.... [LA FONT., Rém.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    ....si a quatre portaus, Dont li mur sunt espès et haus [, la Rose, 3833]
    Daciens lor avoit pels [pieux] de caisnes [chêne] donés, à ceus ont le portal par devant deterré [, Ch. d'Ant. VI, 764]
    Quant l'aube est aparue et li jors ajornés, De la maistriere porte fu li flaiaus coupés, Et li portaus ouvers et arieres boutés [, ib. VI, 864]
  • XVe s.
    Luy vinrent nouvelles que monseigneur d'Alençon et Jean de la Roche estoient entrés par trahison dedans S. Maixant, mais qu'un portail de la ville tenoit encore pour le roy [, Hist. d'Artus III, connest. de France, p. 776, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Le paysage est bordé bien à propos de force chasteaux et belles maisons, sur les portaux desquelles il y avoit une frontispice de belles pierres.... [D'AUB., Faen. IV, 19]
    Il fut pendu au portal de l'evesque de Wincestre [ID., Hist. I, 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, portal, portau ; wallon, poirtâ, poirtau ; bas-lat. portale ; du lat. porta, porte.

portail

PORTAIL. n. m. Grande porte. Il faut ouvrir le portail pour faire entrer la voiture. Il se dit spécialement de la Grande porte d'une église avec tout son appareil architectural. Le portail de Notre-Dame de Paris. La voussure du portail. La décoration d'un portail.

portail

Portail, m. acut. Est l'ouverture faicte au mur, soit en demy rond et deux jambages, ou en quarré sans closture de portes: Car les fermetures faites de bois tiennent à gonds et bandes ausdits jambages, ou qui sont aussi soustenuës de pivots et crapaudines, sont appelées Portes. Et est Portail en fait de grandes portes ce que Huysserie en fait d'huys. Nicole Gilles en la Chronique de Louys XI. Le Roy fit mettre le siege devant, et par divers costez fit battre la muraille, et principalement en l'endroit du portail du costé de la ville. Et peu apres: Un jeune Escuyer nommé Raoul de Launoy, vint et se monstra à une des forteresses pres le portail.

portail


PORTAIL, s. m. [Por-tail: mouillez l'l finale: ai n'y a pas le son d'e, mais l'a y conserve son propre son.] On le dit, et de la principale porte, et de la façade entière d'une Église: mais on ne le dit point des palais et des hôtels; et portail pour porte cochère, est un gasconisme. Desgr. C'en est un aussi que de le dire de la porte flamande d'un jardin et des portes d'une ville. C'est du gascon et du provençal habillés à la française.

Traductions

portail

איתון (ז), דלת (נ), שער (ז), שַׁעַר, דֶּלֶתhoofdingang, poort, hekportal, gate, porchportale, cancello, portoneπύλη, θύραпортал, воротаبوَّابَةbránaportTorpuertaporttiulazna vrataportbramaportãogrindประตูkapıcổng大门 (pɔʀtaj)
nom masculin
1. grande porte d'entrée ouvrir le portail
2. site Internet qui propose des services le portail de l'emploi

portail

[pɔʀtaj] nm
[propriété] → gate
[cathédrale] → portal