possédé, ée

POSSÉDÉ, ÉE

(po-sé-dé, dée) part. passé de posséder
Qui est au pouvoir de. Un bien possédé injustement.
Fig. Maîtrisé.
L'âme, de son dessein jusque-là possédée.... [CORN., Cinna, III, 2]
Saintes douceurs du ciel, adorables idées, De vos sacrés attraits les âmes possédées Ne conçoivent plus rien qui les puisse émouvoir [ID., Poly. IV, 2]
Tellement possédée de son excessive douleur, qu'elle demeura longtemps les yeux attachés à terre sans se connaître [LA FONT., Psyché, II, p. 108]
Dont le démon s'est emparé.
Du Bourg nous raconta plusieurs choses curieuses d'une femme possédée [SAINT-SIMON, 49, 73]
Substantivement. Un possédé, une possédée.
Sur le soir on lui présenta plusieurs possédés, et il en chassa les esprits malins par sa parole [SACI, Bible, Évang. St Math. VIII, 16]
Dans la chapelle de Saint-Louis, au palais de Paris, la nuit de chaque jeudi saint au vendredi, les possédés du royaume se donnent rendez-vous ; les convulsions de Saint-Médard n'approchent pas des horribles simagrées que font ces malheureux [VOLT., Dict. phil. Superstition, 1]
Oserait-elle respirer près de toi ? elle y serait plus mal à son aise qu'un possédé touché par des reliques [J. J. ROUSS., Hél. VI, 2]
Fig. Comme un possédé, en vrai possédé, d'une manière violente, désordonnée.
Il dansait en vrai possédé [HAMILT., Gramm. 8]
Il y a deux heures que le seigneur don Gaspard, votre frère, vous attend en jurant comme un possédé [LESAGE, Diable boit. VIII]
Je m'arrachai les cheveux, je fus comme une possédée [ID., Bach. de Salam. VI, 9]
Fig. Celui qui paraît agité, insensé comme un possédé.
Ils étaient une douzaine de possédés après mes chausses [MOL., Pourc. II, 4]
J'ai affaire à un extravagant, à un possédé [LESAGE, Turcaret, II, 3]
En me voyant lui faire des yeux de possédé [J. J. ROUSS., Conf. III]