potentiel, elle

POTENTIEL, ELLE

(po-tan-si-èl, è-l') adj.
Terme de logique, provenant d'Aristote. Qui est en puissance, virtuel, par opposition à effectif. Un peu de poudre chasse une balle de plomb ; c'est une qualité non pas actuelle, mais potentielle ; il faut, pour qu'elle devienne actuelle, qu'elle soit mise dans un tube et allumée.
Terme de chirurgie. Il se dit des substances qui, bien qu'énergiques, n'agissent pas immédiatement après leur application, comme les alcalis caustiques, qu'on nomme cautères potentiels, par opposition au cautère actuel qui est le fer rouge.
Terme de grammaire. Particule potentielle, particule qui indique une condition. Si est une particule potentielle. Dans la grammaire grecque, particule potentielle, particule qui donne à un mode quelconque d'un verbe le sens du mode conditionnel. Substantivement. Le potentiel, nom donné quelquefois au conditionnel.
S. m.Terme de mécanique. Le potentiel ou l'énergie potentielle est la somme des travaux accomplis par les forces qui sollicitent un système de travail, lorsqu'il parvient à son état actuel en partant d'un état initial arbitrairement choisi. Terme de physique. Potentiel d'élasticité, le travail moléculaire qu'un élément déformé d'un corps élastique est capable de fournir jusqu'à détente ou retour à son état naturel ou primitif, ou, ce qui revient au même, le travail extérieur capable de le conduire de cet état naturel à l'état de déformation et de tension où on le suppose arrivé.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Application des cauteres tant actuels que potentiels [PARÉ, Introd. 2]
    Ladite huile et eau de vie, par leur chaleur tant actuelle que potentielle, ont puissance de seder la douleur [ID., VIII, 40]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. potencial ; ital. potenziale ; du lat. potentialis, de potentia, puissance.