pouce


Recherches associées à pouce: index

pouce

n.m. [ lat. pollex, pollicis ]
1. Le plus gros et le plus court des doigts de la main, opposable aux autres doigts chez l'homme et les primates : Le pouce n'a que deux phalanges.
2. Le gros orteil du pied.
3. Anc. Mesure de longueur qui valait 27,07 millimètres.
4. (Calque de l'angl. inch) Unité de longueur valant 25,04 millimètres exactement, encore en usage dans certains pays anglo-saxons.
5. Très petite quantité : Son travail n'a pas avancé d'un pouce.
Coup de pouce,
toute action visant à infléchir l'évolution des choses dans le sens souhaité : Il a donné un petit coup de pouce à la réalité il l'a embellie de favoriser ses projets
Faire du pouce,
Fam. au Québec, faire de l'auto-stop.
Manger sur le pouce,
Fam. manger à la hâte et sans s'asseoir.
Mettre les pouces,
Fam. céder après une résistance plus ou moins longue.
Se tourner les pouces,
Fam. être inoccupé, oisif.
interj.
Dans le langage enfantin, se dit en levant le pouce pour arrêter momentanément un jeu : Pouce ! je dois rattacher mes lacets !

POUCE

(pou-s') s. m.
Le plus gros, le plus fort et le plus court des doigts de la main et du pied. Fig.
C'est le temps qui creuse une ride Dans un claveau trop indigent, Qui sur l'angle d'un marbre aride Passe son pouce intelligent [V. HUGO, Voix, 4]
Serrer les pouces, sorte de question qui consistait à comprimer les pouces avec une grande douleur dans un engin.
Sur ce qu'il voulut encore faire le muet, on fit apporter un fusil pour lui serrer les pouces [SCARR., Rom. com. II, 13]
Fig. Serrer les pouces à quelqu'un, le tourmenter, le maltraiter pour lui faire avouer quelque chose. Fig. Mettre les pouces, ou coucher les pouces, se rendre, céder, après une résistance plus ou moins longue, locution qui paraît venir de ce que le pouce tombe dans la main, quand la résistance cesse (voyez l'historique).
Il a fallu qu'il mît les pouces [, Dict. de l'Acad.]
Fig. Se mordre les pouces de quelque chose, s'en repentir.
Moi seul, tel que vous me voyez, Suis suffisant, et m'en croyez, De leur faire mordre les pouces [SCARR., Virg. VII]
Fig. Jouer du pouce, compter de l'argent pour payer. Familièrement.
Manger sur le pouce, manger à la hâte, sans prendre le temps de s'asseoir [, Dict. de l'Acad.]
Legoarant remarque que cette locution est inintelligible, et qu'il faut dire : manger un morceau sous le pouce, c'est-à-dire sans s'attabler, en tenant sa viande, son fromage, etc. au moyen du pouce, sur son pain. Il y met les quatre doigts et le pouce, il prend avidement, il manie grossièrement.
Je me contenterais même d'y tremper les quatre doigts et le pouce [LE SAGE, Gil Blas, X, 10]
J'aimerais mieux baiser mon pouce, se dit d'une chose qui fait peu de plaisir. Populairement. Malade du pouce, fainéant. Lire du pouce, feuilleter un livre en tournant les feuillets avec le pouce et sans lire attentivement.
Il lit sans cesse et le plus souvent du pouce [BONNET, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 220, dans POUGENS]
Compter, faire un calcul sur le pouce, faire un calcul sur ses doigts, à peu près, approximativement. Donner un coup de pouce, étrangler. Fig. Sucer son pouce, se donner un plaisir illusoire. Fig. Tourner ses pouces, ne rien faire, ou se livrer à une vaine occupation. Il passe son temps à tourner ses pouces. Faire aller une montre au pouce, mettre à l'heure de temps en temps une montre qui va mal.
En termes de dessin, le pouce a un tiers de face, ou une longueur de nez [BUFF., Hist. nat. Homme, Œuv. t. IV, p. 326]
Terme de zoologie. Quelques mammifères ont aux mains et même aux pieds un pouce, c'est-à-dire un premier doigt opposable aux autres. Le doigt postérieur, dans les oiseaux, quand il est solitaire. Le dernier article de la serre des crustacés.
Mesure qui est la douzième partie du pied de roi, et qui se divise en douze lignes. Fig. Si on lui en donne un pouce, il en prend long comme le bras, se dit de celui qui abuse de la liberté qu'on lui donne. Fig. Un pouce de terre, une très petite étendue de propriété, de possession territoriale.
N'eût-il pas voulu déposer Pyrrhus.... bien loin de lui laisser, par un traité, un pouce de terre en Italie ? [BALZ., le Romain]
Si jamais un passant curieux te demande Le funeste récit des maux que j'ai soufferts, Dis : ce cercueil chétivement enserre La reine dont le sang règne en tout l'univers, Qui n'eut pas en mourant un seul pouce de terre [, Sonnet sur la mort de Marie de Médicis]
Le pape, qui ne possédait pas un pouce de terre dans Rome, donnait des royaumes ailleurs [VOLT., Mœurs, Rem. X]
Par analogie.
Fils n'ayant pas pour un pouce de vie [LA FONT., Faucon.]
Le pouce superficiel carré contient cent quarante-quatre lignes ou douzièmes de pouce. Le pouce cube en contient mille sept cent vingt-huit.
Pouce d'eau, pouce de fontainier, pouce fontainier, l'unité ancienne employée pour évaluer la dépense des orifices d'écoulement ; il est égal à environ 13 litres par minute, et représente la quantité d'eau qui s'écoule dans une minute par un orifice d'un pouce de section percé en une paroi verticale, et un pouce au-dessous du niveau de l'eau ; c'est une mesure de 672 pouces cubes d'eau par minute ; le demi-pouce d'eau est le quart, et la ligne d'eau la 144e partie du pouce fontainier. Le nouveau pouce d'eau généralement adopté et calculé par Prony s'écoule par un orifice circulaire de deux centimètres de diamètre, muni d'un ajutage cylindrique de 17 millimètres de longueur, et le niveau de l'eau dans le réservoir étant maintenu à une distance de 3 centimètres au-dessus de la partie supérieure de l'orifice.
La quantité d'eau fournie en 24 heures par cet orifice est de vingt mètres cubes [LEGOARANT, ]
Tom-Pouce, voy. TOM-POUCE.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Si la plaie lui vient.... al polz [, Lois de Guill. 12]
  • XIIIe s.
    La jointure qui est en mi le pauch [, Comput, f° 8]
    La vaine ki est entre le pauc et l'autre doit, si est boine à sainnier [ALEBRANT, f° 12]
    En un trou de tariere [ils] lui boutent erramment Les deux pols, puis les coignent mout angoisseusement [, Berte, XI]
    Puis a çainte une espée au senestre costés, Une toise ot de lonc ; moult estoit li brans lés, Bien avoit plaine paume et deus pols mesurés [, Ch. d'Ant. V, 378]
  • XVe s.
    Hay, hay. - Tout est mal compassé. - Comment ? - On ne joue plus du pousse [VILLON, Malep. et Baillev.]
  • XVIe s.
    Et faisant une belle reverance se retira, luy estant tombé le poulce dans la main [mettant les pouces, refusant de se battre] [CARL., I, 29]
    [Mercure] Aux pieds tousjours au guet, aux poulces dangereux [RONS., 919]
    C'est contre costume aller que du poulce sa peau gratter [GÉNIN, Récréat. II, p. 236]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pôss, poûss ; bourg. peuce ; picard, peu, peuce, peuche ; provenç. polce, pouse, poze, pous, poutz ; cat. polse ; ital. pollice ; du lat. pollicem, que l'on rattache à pollere, être fort : le gros doigt.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    POUCE. Ajoutez :
    Populairement. Et le pouce, se dit après l'expression d'une quantité, pour exprimer qu'il y a quelque chose en plus.
    On remarquait MM. Frank Ramson (pesant 212 livres),.... Lyons, président de la Banque (260 livres et le pouce) [, le Rappel, 15 fév. 1873]

    REMARQUE

    • Il est dit dans le Dictionnaire que, populairement, malade du pouce signifie fainéant. Non ; malade du pouce se dit de celui qui n'a pas d'argent, qui n'aime pas à en donner, qui ne peut pas avancer de l'argent, comme on fait avec le pouce (comparez jouer du pouce à JOUER, n° 6).

pouce

POUCE. n. m. Le plus gros et le plus court des doigts.

Fig. et fam., Serrer les pouces à quelqu'un, Le contraindre par des menaces ou des violences à dire ce qu'on veut savoir de lui.

Fig. et fam., Se mordre les pouces d'une chose, S'en repentir. Il a fait un sot mariage, il s'en mordra les pouces. J'ai prêté de l'argent à ce joueur, je m'en suis bien mordu les pouces.

Fig. et fam., Lire du pouce, Parcourir un livre en tournant rapidement les feuillets avec le pouce.

Fam., Il y met les quatre doigts et le pouce, se dit d'un Homme qui prend avidement et malproprement dans un plat ce qui est à sa portée. Il se dit aussi figurément en parlant de Tout ce qu'une personne fait sans ménagement et sans délicatesse. Il vieillit.

Fig. et fam., Mettre les pouces, Se rendre, céder après une résistance plus ou moins longue. Je l'ai forcé à mettre les pouces.

Fig. et fam., Manger, déjeuner sur le pouce, À la hâte, sans prendre le temps de s'asseoir.

Fam., Se tourner les pouces, Être inoccupé, ne savoir que faire.

Fam., Donner le coup de pouce à quelque chose se dit de Quelqu'un qui imprime une légère poussée à une chose pour qu'elle aille à son gré. Donner le coup de pouce à une pendule, à une balance. Il s'emploie figurément et signifie Arranger, forcer, exagérer légèrement. Il a fallu qu'il donne un coup de pouce à ce texte pour lui faire dire ce qu'il en a tiré.

Pouce! Terme de Jeu employé par les enfants, qui lèvent le pouce pour donner le signal de suspendre la lutte ou la partie.

POUCE se dit, en termes de Zoologie, d'un Doigt que quelques mammifères ont aux mains et même aux pieds, et qui, comme le pouce chez l'homme, est opposable aux autres doigts.

POUCE, se disait aussi, dans l'ancien Système des mesures, de la Douzième partie d'un pied. Le pouce vaut à peu près 27 millimètres.

Fig., N'avoir pas un pouce de terre, N'avoir aucun bien en fonds.

pouce


POUCE, s. m. [Pou-ce: 2e e muet.] 1°. Le plus grôs des doigts de la main. = 2°. Mesûre qui est de douze lignes, et la douzième partie d'un pied. = Pouce d'eau, la quantité d'eau qui s'écoule par une ouvertûre d'un pouce de diamètre. = On dit proverbialement, serrer les pouces à quelqu'un; lui faire quelque violence, pour lui faire avouer ce qu'on veut savoir. = Il s'en mordra les pouces (On dit plus comunément les doigts) il s'en repentira. = Jouer du pouce; compter de l'argent. = J'aimerais autant baiser mon pouce, se dit d'une chôse dont on ne se soucie guère. = n'avoir pas un pouce de terre: n'avoir aucun bien fonds. = Quand quelqu'un abûse de la liberté qu'on lui done, on dit: si on lui en done un pouce, il en prendra long comme le bras.

Traductions

pouce

Daumen, Zollthumb, inch, pollexduim, duimbreed, grote teen, ik geef me gewonnen!, inchאגודל (ז), אינץ' (ז), בוהן (ז), שעל (ז), שַׁעַל, בֹּהֶן, אֲגוּדָלduimpalectommelfinger, tommepoleksopulgar, pulgadapeukalo, tuumahüvelykujjpollicetommelfinger, tomme, tommelpolegar, polegadaбольшой палец, большой палец руки, дюймtumme, tumbaşparmak, baş parmak, inçαντίχειρας, ίντσα, δάχτυλο, πόντοςإِبْهامُ الْيَد, بُوصَةُinč, palacインチ, 親指엄지손가락, 인치cal, kciukนิ้ว, นิ้วโป้งinch, ngón tay cái拇指, 英寸 (pus)
nom masculin
gros doigt de la main sucer son pouce

pouce

[pus] nm
(= doigt) → thumb
Je me suis coincé le pouce dans la porte → I trapped my thumb in the door.
se tourner les pouces, se rouler les pouces → to twiddle one's thumbs
manger sur le pouce → to grab a quick bite to eat
(= mesure) → inch (2.54 centimetres)