poupée

(Mot repris de poupee)

poupée

n.f. [ du lat. pupa, petite fille, fém. de pupus, petit garçon ]
1. Figurine représentant une personne et servant de jouet : Jouer à la poupée. Des poupées russes des matriochkas
2. Jeune fille, jeune femme fraîche et jolie.
3. Fam. Pansement entourant un doigt.
De poupée,
très petit : Des maisons de poupée.

POUPÉE

(pou-pée) s. f.
Petite figure humaine de carton, de bois, de cire, etc. qui sert de jouet aux petites filles.
Les enfants n'ont l'âme occupée Que du continuel souci Qu'on ne fâche point leur poupée [LA FONT., Fabl. IX, 6]
Quoiqu'elles [mes lettres] ne méritent point tout l'honneur que vous leur faites, je crois qu'après avoir gardé celles que je vous écrivais quand vous faisiez des poupées, vous garderez encore celles-ci [SÉV., à Mme de Grignan, 15 nov. 1671]
Elle n'est rien encore, elle est toute dans sa poupée, elle y met toute sa coquetterie, elle ne l'y laissera pas toujours ; elle attend le moment d'être sa poupée elle-même [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Le temps de poupée, l'enfance des filles.
Mme de Maintenon avait résolu d'attacher assez la duchesse de Bourgogne pour en pouvoir amuser le roi, sans crainte qu'après le temps de poupée passé, elle pût lui devenir dangereuse [SAINT-SIMON, 38, 185]
Elle se tient comme une poupée, se dit d'une femme qui craint, en remuant, de déranger sa toilette. C'est un visage de poupée, se dit d'une jeune personne dont le visage est mignon ou coloré, ou dont le visage n'a pas plus d'expression que la face d'une poupée.
Avec son chaperon, sa mine de poupée [RÉGNIER, Sat. X]
Fig. Il en fait sa poupée, se dit d'un homme qui s'occupe avec complaisance soit d'une personne, soit d'une chose, qui s'en amuse en la parant, en l'embellissant.
Le roi et Mme de Maintenon firent leur poupée de la princesse [duchesse de Bourgogne] [SAINT-SIMON, 41, 234]
Le roi faisait sa poupée de son régiment, entrait dans tous les détails comme un simple colonel [ID., 150, 192]
Sa poupée en sait autant qu'elle, c'est-à-dire elle est d'une ignorance, d'une ingénuité extrême. Jouer à la poupée, se dit au propre d'une enfant qui joue avec sa poupée, et fig. d'une jeune fille demeurée plus simple et plus naïve que ne comporte son âge.
Une personne fort parée, homme ou femme.
J'espère que Fronsac ne vous embarrassera pas plus que de raison ; c'est la plus aimable poupée qu'on puisse voir [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, 22 mai 1711]
Ne verrai-je jamais les femmes détrompées De ces colifichets, de ces fades poupées, Qui n'ont pour imposer qu'un grand air débraillé ? [REGNARD, le Joueur, I, 2]
Ma mère m'a toujours regardée comme un être pensant dont il fallait cultiver l'âme, et non comme une poupée qu'on ajuste, qu'on montre et qu'on renferme le moment d'après [VOLT., Dial. 12]
Toutes ces poupées sortent de chez la même marchande de modes [J. J. ROUSS., Hél. II, 21]
C'est une vieille poupée, se dit d'une personne âgée qui n'a pas la maturité convenable à son âge ou à son état.
C'est, dit Thalie, à son rouge trompée, Apparemment quelque jeune Napée, Qui court en masque au bas de ce vallon. - Vous vous trompez, lui répond Apollon ; C'est tout au plus une vieille poupée En manteau court [J. B. ROUSS., Rond. épigr.]
Poupée se dit aussi d'une femme qui est sans animation et sans expression.
Que voulez-vous ? la nature en avait fait une poupée dès son enfance, et poupée jusqu'à la mort resta la blanche Whittnell [HAMILT., Gramm. 13]
Espèce de mannequin sur lequel on essaye des chapeaux, des vêtements, ou sur lequel on les place quelquefois pour les envoyer, comme modèles, dans les pays étrangers.
Je ferai coiffer une poupée pour vous l'envoyer [SÉV., 36]
Petite figure en plâtre qui sert de but dans les tirs. Abattre une poupée. Il a cassé trois poupées de suite.
Paquet d'étoupes dont on garnit le fuseau.
Terme de jardinage. Manière d'enter, ainsi dite parce qu'on entoure la greffe de linge. Enter en poupée.
Doigt malade et entortillé d'un linge.
Chiffon de toile à l'aide duquel on fait boire les veaux.
Terme de tourneur. Poupées d'un tour, deux pièces de bois, égales en longueur et en grosseur, au bout desquelles sont enclavées les deux pointes de fer qui servent à soutenir la matière du travail ; ainsi dites, parce qu'elles étaient surmontées de figures.
10° Dans les bateaux on nomme poupées, le prolongement de certaines courbes qui s'élèvent au-dessus des bordages. On enroule des cordes autour de ces poupées pour fixer le bateau.
11° Dans la manufacture de tabacs, réunion de manoques liées au sommet.
12° Poupées d'eau, nom d'une sorte de clous.
Poupées d'eau, raquettes, rosettes ou clous à selliers, etc. [, Décl. du roi, nov. 1664. Tarif]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Vesci une legiere poupée [dessin, modèle] d'uns estaus [DE LABORDE, Ém. p. 465]
    D'aornemens envelopée Por notant fust une popée [, la Rose, 14312]
  • XIVe s.
    À Robert de Varennes, brodeur et varlet de chambre du roy, pour poupées et mainages d'icelles pour la royne d'Angleterre.... [DE LA BORDE, Émaux, p. 465]
    Une ou deux poupées de lin ou de chanvre [DU CANGE, popera.]
  • XVe s.
    Le roi est jeune ; si croit jeunement.... mieux lui vaudroit.... de croire ses oncles.... que celle poupée le duc d'Irlande [FROISS., II, III, 62]
  • XVIe s.
    L'enfant, selon sa petitesse, aime les pommes, les poires, les poupées.... mais en croissant, aime les poupines vives [les femmes] [MARG., Nouv. XIX.]
    Et afin que l'argile tienne bon, l'on l'environnera avec des drappeaux.... faisant de l'ente comme une poupée, dont le nom est venu à l'ente [O. DE SERRES, 663]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, popp, poupp ; d'une forme latine fictive, pupata, dérivé du latin pupa, petite fille et poupée.

poupée

POUPÉE. n. f. Petite figure humaine faite de bois, de carton, de cire, etc., pour servir de jouet aux enfants. Acheter une poupée. Un enfant qui joue avec sa poupée, qui habille sa poupée, qui coiffe sa poupée. Cette jeune fille n'est pas en âge d'être mariée, elle joue encore à la poupée.

Fig. et fam., C'est une vraie poupée, se dit de Celle ou même de Celui qui prend trop de soin de sa personne. C'est une vieille poupée, se dit dans le même sens d'une Personne plus que mûre qui use d'artifices de coquetterie ridicules à son âge. C'est un visage de poupée se dit d'une Personne dont le visage est trop apprêté et manque d'expression.

POUPÉE se dit aussi d'une Sorte de mannequin sur lequel on essaie des chapeaux de femme.

Il se dit encore de la Petite figure qui sert de but, dans les endroits où l'on s'exerce à tirer au pistolet. Abattre la poupée.

Il désigne aussi, familièrement, le Petit pansement dont on entoure un doigt blessé.

En termes d'Agriculture, il se dit d'une Certaine manière de greffer en entourant la greffe d'un mélange de terre et de mousse ou de foin, et de bandes de chiffons. Greffer en poupée.

En termes d'Arts, il se dit de Petits tampons qui servent à poser des couleurs différentes sur une planche de gravure. Colorier une planche à la poupée.

poupée

Une Poupée, Pupa.

¶ Une poupée ou quenouillée, ou charge de fillace, Pensum.

poupée


POUPÉE, s. f. [Pou-pé-e: 2e é fer. 3e e muet.] Petite figûre humaine, qui sert de jouet aux enfans. Poupée de bois, de plâtre, de cire, de carton. = Figurément, st. famil. on dit, d'une petite persone fort parée, que: c'est une vraie poupée; d'une jeune persone, qui a le visage mignon et coloré, que: c'est un visage de poupée; d'un homme qui prend plaisir à enjoliver un cabinet, une petite maison, etc. qu'il en fait sa poupée.

Traductions

poupée

Puppe, Dockedoll, puppet, dollypop, tonnetje, modepop, verbonden vinger, popje, dummyבובה (נ), בֻּבָּהpanenkapupo人形πούππα, κούκλαкуклаbambola, burattino, marionetta, pupaدُمْيَةdukkemuñeconukkelutka인형dukkelalkabonecadockaตุ๊กตาoyuncak bebekbúp bê洋娃娃Кукла娃娃 (pupe)
nom féminin
jouet qui ressemble à un être humain jouer à la poupée

poupée

[pupe] nfdoll
jouer à la poupée → to play with one's doll, to play with one's dolls
jardin de poupée → tiny little garden