pourquoi

pourquoi

adv. interr.
Interroge sur la cause ou le but : Pourquoi Internet a-t-il tant de succès ? pour quelle raison
C'est pourquoi,
c'est la raison pour laquelle : J'étais dans le jardin, c'est pourquoi je n'ai pas entendu le téléphone.
Pourquoi pas ?,
indique que l'on envisage favorablement une hypothèse.
n.m. inv.
1. Cause, raison : Trouver le pourquoi de cette panne.
2. Question sur la raison des choses : Comment répondre à tous les pourquoi des enfants ?

POURQUOI

(pour-koi) conj.
Pour quelle chose, pour quelle raison.
Euphorbe est arrêté sans qu'on sache pourquoi [CORN., Cinna, IV, 5]
Sans vous en affliger, présumez avec moi Qu'il est plus à propos qu'il vous cèle pourquoi [ID., Poly. I, 3]
Lorsque l'on pend quelqu'un, on lui dit pourquoi c'est [MOL., Amph. III, 4]
Demander comment et pourquoi ce prodige, ce serait le détruire [BOURD., Annonc. de la Vierge, Myst. t. II, p. 106]
Un homme que j'ai vu arrive d'Amérique ; il y est resté trois ans sans entendre parler de ce que nous appelons ici l'autorité ; nul ne lui a demandé son nom, sa qualité, ni ce qu'il venait faire, ni d'où, ni pourquoi, ni comment [P. L. COUR., Livret.]
Familièrement. Vous ferez telle chose ou vous direz pourquoi, sorte de commandement ou de menace : c'est-à-dire vous ne pouvez vous dispenser de le faire. On dit de même : il faut qu'il vienne, ou qu'il dise pourquoi.
Il faut qu'il lâche prise, ou qu'il dise pourquoi [TH. CORN., Amour à la mode, II, 5]
Demandez-moi pourquoi, c'est-à-dire je ne sais pas pourquoi.
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros : les gens l'avaient prise Pour maître tel, qui traînait après soi Force écoutants ; demandez-moi pourquoi [LA FONT., Fabl. VII, 15]
Il s'emploie à la place de : pour lequel, laquelle, etc. en parlant des choses.
Est-ce un sujet pourquoi Vous fassiez sonner vos mérites ? [LA FONT., Fabl. IV, 3]
Vous mériteriez bien.... Qu'afin de vous punir je vous tinsse caché Le grand secret pourquoi je vous ai tant cherché [MOL., le Dép. I, 2]
Quand....je considère le petit espace que je remplis.... je m'effraye, et m'étonne de me voir ici plutôt que là ; car il n'y a point de raison pourquoi ici plutôt que là, pourquoi à présent plutôt que lors [PASC., Pens. XXV, 16, éd. HAVET.]
Dernière raison pourquoi la méprise dans le choix d'un état est si fort à craindre [MASS., Carême, Vocat.]
Pourquoi, adv. Pour laquelle raison (vieux en ce sens).
Interrogé par son père Lycophron se taisait ; pourquoi Périandre en colère à la fin le chassa de sa maison [P. L. COUR., Trad. d'Hérod.]
C'est pourquoi, c'est pour cette raison. Avec deux membres de phrase commençant l'un et l'autre par c'est pourquoi, dans le second pourquoi peut être remplacé par que.
C'est pourquoi il [Jésus-Christ] a souffert et est mort pour sanctifier la mort et les souffrances, et que, comme Dieu et comme homme, il a été tout ce qu'il y a de plus grand et tout ce qu'il y a de plus abject [PASC., Lett. sur la mort de son père.]
Dans le XVIIe siècle, plusieurs écrivains mettaient ce fut pourquoi avec un verbe au passé. Ce fut pourquoi les Romains immolèrent des victimes.
Il s'emploie pour interroger, et alors la construction est celle des phrases interrogatives.
Pourquoi ne suis-je point mort dans le sein de ma mère ? pourquoi n'ai-je point cessé de vivre aussitôt que j'en suis sorti ? [SACI, Bible, Job, III, 11]
Pourquoi suit-on la pluralité ? est-ce à cause qu'ils ont plus de raison ? non, mais plus de force [PASC., Pens. V, 4]
Pourquoi viens-tu mentir pour moi, qui ne mentis jamais pour personne ? [FLÉCH., Duc de Mont.]
Pourquoi les astres circulent-ils d'occident en orient plutôt qu'au contraire [VOLT., Dict. phil. Les pourquoi.]
Pourquoi non ? c'est-à-dire pourquoi ne le ferais-je pas ? pourquoi cela ne serait-il pas ?
Voyez ces animaux, faites comparaison De leurs beautés avec les vôtres ; êtes-vous satisfait ? Moi, dit-il, pourquoi non ? [LA FONT., Fabl. I, 7]
Substantivement.
Je doute fort, repartit le roi, qu'avec ses deux cents licornes il soit en état de percer à travers tant d'armées. - Pourquoi non ? dit Amazan. - Le roi de la Bétique sentit le sublime du pourquoi non [VOLT., Pr. de Babyl. X]
Je n'ai aucune peine à concevoir que le soleil et les étoiles pussent être habités, et il me semble que l'ingénieux Fontenelle ne devait pas borner son pourquoi non aux plantes [BONNET, Lett. div. t. XII, p. 33, dans POUGENS]
Avec pourquoi on peut sous-entendre le verbe.
Pourquoi ces éléphants, ces armes, ce bagage, Et ces vaisseaux tout prêts à quitter le rivage ? [BOILEAU, Ép. I]
Pourquoi ce livre saint, ce glaive, ce bandeau ? [RAC., Athal. IV, 1]
Il peut se construire avec le verbe à l'infinitif.
Pourquoi vouloir, sans fruit, la mort de l'innocence ? [VOLT., Oreste, V, 3]
Pourquoi.... que..., c'est-à-dire pourquoi.... sinon.... (tournure qui s'explique facilement par l'ellipse du mot autre : pour quelle chose autre que pour....).
Pourquoi le temps vous est-il donné, que pour demander à Dieu qu'il oublie vos crimes ? [MASS., Carême, Prière 1]
Pourquoi nous laissez-vous sur la terre que pour méditer votre possession éternelle ? [ID., Carême, Temps.]
Quelquefois, avec pourquoi, on peut ne pas suivre la construction interrogative ; mais c'est quand demander est antécédemment exprimé ou sous-entendu.
Suivez votre goût, raisonnez avec votre bon médecin ; je lui demande une chose : pourquoi, si votre poitrine n'est point attaquée, vous avez toujours ce poids et cette chaleur au même côté ? pourquoi vous êtes si pénétrée du froid ? et pourquoi vous êtes si maigre, surtout à la poitrine ? [SÉV., 16 févr. 1680]
Agamemnon : Pourquoi le demander, puisque vous le savez ? - Achille : Pourquoi je le demande ? ô ciel, le puis-je croire, Qu'on ose des fureurs avouer la plus noire ? [RAC., Iph. IV, 6]
Que remplaçant un second pourquoi interrogatif (tournure qui s'explique par l'ellipse de arrive-t-il ? se fait-il ? devant ce que substitué).
Oui, mais pourquoi chacun n'en fait-il pas de même, Et que nous en voyons qui paraissent joyeux Lorsque leurs femmes sont avec les beaux monsieurs ? [MOL., Éc. des fem. II, 3]
Pourquoi avez-vous tous conspiré contre moi, et que personne ne m'avertit où est le fils d'Isaï ? [BOSSUET, Polit. III, II, 10]
S. m. Le pourquoi, la cause, la raison.
Même aux plus avancés demandant le pourquoi [RÉGNIER, Sat. XVI]
Nous ne sommes pas faits pour rendre raison du pourquoi des choses [BUFF., Animaux, ch. 10]
Au surplus pourvu qu'il soit pendu n'importe le pourquoi [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 12 janv. 1763]
Nous ne savons, si je puis m'exprimer de la sorte, ni le pourquoi, ni le comment de rien [ID., Mélanges, etc. t. V, § 3]
Interrogation. Vos pourquoi sont hors de saison. Vos pourquoi ne finissent pas, se dit à une personne qui fait interrogation sur interrogation au sujet du motif des choses. Anciennement, faire le pourquoi, se disait d'une femme qui avait une faiblesse.
Et qu'on ne s'enquiert plus s'elle a fait le pourquoi [RÉGNIER, Sat. III]

REMARQUE

  • Si la négation se trouve après pourquoi, elle doit toujours être complétée par pas. On ne dit pas : Pourquoi ne vient-il ? Mais : Pourquoi ne vient-il pas ?

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Dist à Rolant : tout fol, purquei t'esrages ? [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Ne cuidiez pas que le porcoi La damoiselle l'en connoisse [lui avoue] [, la Charrette, v. 1446]
    Il traï mes barons, onques ne sot porcoi [, Ronc. p. 299]
    Las ! pourquoi l'ai de mes ieuz regardée ? [, Couci, VI]
    Quant l'uns à l'autre atalente [plaît], Por coi nous as despartis ? [, Dame de Faiel, dans Couci]
  • XIIIe s.
    Je ne pris [prise] riens, ne beauté ne jouvent ; Porquoi ? parce que la mort tout mestroie, Anonyme, dans Couci. Et la raison pourquoi il l'a laissée là [, Berte, CXXII]
    Hastons-nous d'aler là porquoi somes venu [, ib. CXXIII]
  • XVe s.
    C'estoit la cause pourquoi il sejournoit là tant [FROISS., I, I, 115]
    Pourquoi. [c'est pourquoi] les Bretons retournerent le plus tost qu'ils purent [ID., II, II, 1]
    Disant les raisons pourquoy [COMM., I, 3]
    Les petits et les poures treuvent assez qui les pugnissent quant ilz font le pourquoy [ID., V, 18]
  • XVIe s.
    Voylà pourquoy cet exemple m'a semblé remarquable [MONT., I, 44]
    Il lui demandoit la cause de toutes choses, et vouloit tousjours sçavoir le pourquoy [AMYOT, C. d'Utiq. II]

ÉTYMOLOGIE

  • Pour, et quoi ; wallon, pokoi ; bourg. porquey.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    POURQUOI. - REM. Ajoutez :
  • 2. Il ne faut pas confondre pour quoi en deux mots et pourquoi en un seul. Pour quoi vous sentez-vous de l'attrait, pour les sciences ou pour les lettres ? Mais pourquoi les lettres plutôt que les sciences ?

pourquoi

POURQUOI. adv. et conj. Pour quelle chose, pour quelle raison. Vous étiez absent, voilà pourquoi l'on vous a oublié. Dites-moi pourquoi. Je ne sais pourquoi vous n'avez pas réussi dans telle affaire. Il s'en est allé seins dire pourquoi, sans qu'on sache pourquoi.

C'est pourquoi, C'est pour cela que, c'est pour cette raison que. J'ai une chose urgente à lui demander, c'est pourquoi j'irai le voir dès ce matin.

Vous jerez telle chose ou vous direz pourquoi, se dit, par manière de commandement et de menace, Pour faire entendre à quelqu'un qu'il ne peut se dispenser de faire la chose dont Il s'agit. On dit de même Il faut qu'il vienne, ou qu'il dise pourquoi.

Il signifie aussi Pour lequel, pour laquelle. La raison pourquoi... Il vieillit en ce sens.

POURQUOI est aussi adverbe interrogatif et signifie Pour quelle cause? pour quelle raison? Vous voulez que l'aille voir cet homme; pourquoi? Pourquoi cela? Pourquoi exige-t-il cela? Pourquoi ne le ferais-je pas? Pourquoi non? Pourquoi pas?

POURQUOI s'emploie aussi familièrement comme nom masculin. Je voudrais bien savoir le pourquoi de cette affaire. Le pourquoi et le comment. J'ignore absolument le pourquoi de tous ses refus. Le pourquoi de cela, s'il vous plaît?

Fam., Les pourquoi des enfants ne finissent pas, Les enfants ne cessent de poser des questions. Les pourquoi et les parce que, Les questions et les réponses.

pourquoi


POURQUOI, conjonct. [Pour-koa.] Il sert ordinairement à demander la raison d'une chôse: Pourquoi êtes-vous venu si tard? = On s'en sert aussi, dans certaines ocasions, pour confirmer ou pour justifier ce qu'on avait dit auparavant; et alors on le fait précéder ordinairement par la prép. aussi: comme p. ex. "Aussi pourquoi se mêle-t'il de ce qui ne le regarde pas? = On l'emploie enfin sans interrogation, avec des verbes, qui marquent conaissance ou ignorance; et il régit l'indicatif, même dans la phrâse négative, ce qui est à remarquer. "Je sais pourquoi il en ûse de la sorte: je ne sais pas pourquoi il fait le dificile. = 1°. S'il y a une négation aprês pourquoi, il ne faut pas se contenter de mettre la négative ne: il faut y ajouter pas. "Pourquoi ne veniez-vous? est vicieux: il faut dire: que ne veniez-vous; ou bien, pourquoi ne veniez-vous pas? = 2°. On met quelquefois avec pourquoi l'infinitif, au lieu de l'indicatif: pourquoi être venu si tard? Pourquoi vous méler de cette afaire? = Il régit aussi les noms sans verbe: "Pourquoi ce mystère? Pourquoi tant de fracâs pour si peu de chôse? On sous-entend, faites-vous, fait-on. = Mais cela n'est bon que dans la phrâse interrogative; et je ne crois pas qu'on doive imiter l'Auteur de la phrâse suivante: "Voici pourquoi l'enchantement de l'Écrivain. Réfut. des Let. Pacif.
   Sans savoir pourquoi, espèce d'adverbe. "Parlant ainsi, il rougissoit sans savoir pourquoi. = On dit, familièrement, Il fera cela, ou il faut qu'il dise pourquoi, pour dire, il faut qu'il le fasse, il le faut absolument. "J'ai senti toute la force de la phrâse, dont s'est servi votre fils, pour cette estime, qu' il faut bien qui vienne, ou qu'elle dise pourquoi. Sév.
   POURQUOI est quelquefois employé substantivement, mais seulement dans le style simple. On dit souvent: il veut savoir le pourquoi et le comment. Mais je n'aime pas entendre dire à Bossuet: "Ne demandons point de pourquoi à Dieu. = Quand pourquoi est ainsi employé comme substantif, il est sans régime. N'imitez pas l'Auteur de l'Hist. du Droit Éclés. Fr. "On veut qu'ils devinent le pourquoi on les a arrêtés. Retranchez-le et dites, qu'ils devinent pourquoi, etc. = Voy. Substantif.

Synonymes et Contraires

pourquoi

nom commun pourquoi
Cause de quelque chose.
Traductions

pourquoi

(puʀkwa)
adverbe
pour quelle raison, dans quel but Pourquoi as-tu fait cela ? Pourquoi avoir menti ? Pourquoi pas ?

pourquoi

why, how come, the reason why, what for, whysמפני מהwaarom, wat, vanwaar, hoezohoekom, waaromзащоper què, per quina causapročhvorforwarum, aus welchem Grunde, weshalb, weswegen, woher, wieso, wozuγιατίkialpor quémiksiक्यूँ, क्योंmiértmengapaaf hverjuperché, per quale ragioneどうして, なんで, 何故, なぜkodėlhvorfordlaczegopor que, por que causa, por que motivo, Porquê?почему, отчегоniçin为什么, 爲什麽لـِمَاذاzaštovarförทำไมtại sao為什麼
conjonction
Je te demande pourquoi tu ris.

pourquoi

[puʀkwa]
advwhy
Elle ne m'a pas dit pourquoi → She didn't tell me why.
conjwhy
Pourquoi est-ce qu'il ne vient pas avec nous? → Why isn't he coming with us?
nm inv (= raison, cause) → reason
le pourquoi de → the reason for
le pourquoi → the reason