pourvoyeur, euse


Recherches associées à pourvoyeur, euse: fossoyeur, pourfendeur, pourvoir

POURVOYEUR, EUSE

(pour-vo-ieur, ieû-z' ; quelques-uns disent pour-voi-ieur) s. m. et f.
Celui, celle qui fournit, procure.
Cela se changeait promptement en un déjeuné dont j'étais le pourvoyeur [J. J. ROUSS., Conf. I]
Celui qui est chargé de fournir à une maison, à un établissement toutes ses provisions, viande, poisson, gibier, etc.
Les pourvoyeurs du roi et ceux des particuliers furent hier acheter dans Bruxelles même de quo nous faire faire bonne chère ces deux jours maigres [PELLISSON, Lett. hist. t. I, p. 276]
Il [Vatel] rencontre un petit pourvoyeur, qui lui apportait seulement deux charges de marée.... Vatel attend quelque temps : les autres pourvoyeurs ne vinrent point [SÉV., 47]
En allant à l'hôpital où j'ai deux mots à dire au pourvoyeur de la part de mon maître [LE SAGE, Gil Blas, II, 4]
Fig.
Tous naissent pour détruire ; et, par un triste accord, L'hyménée est partout pourvoyeur de la mort [DELILLE, Trois règnes, VIII]
S. f. Pourvoyeuse, femme chargée de fournir des provisions aux habitants d'un château, d'une maison de campagne, etc.
En mauvaise part, pourvoyeur, pourvoyeuse, entremetteur, entremetteuse.
Terme de marine. Celui des servants d'une bouche à feu qui est chargé d'aller chercher la gargousse.
Nom donné au caracal et au chacal, dans la supposition que ces animaux marchaient devant le lion pour faire lever sa proie.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Me sires Pieres de Kaisnoit, capelains dou castel et po urveeres del hospital [TAILLIAR, Recueil, p. 163]

ÉTYMOLOGIE

  • Pourvoir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    POURVOYEUR.
    Il se dit aussi, dans l'artillerie de terre, de celui des servants qui a pour fonction d'aller chercher les charges.