pouvoir

(Mot repris de pouvoirs)

1. pouvoir

v.t. [ lat. posse ]
1. Être capable de ; avoir la possibilité de : Ils n'ont pu le sauver. Nous espérons pouvoir le faire être en mesure de
2. Avoir le droit, l'autorisation de : Vous ne pouvez pas rester là, c'est dangereux. Puis-je m'asseoir ? ai-je la permission de m'asseoir ?
3. (Semi-auxiliaire) Indique l'éventualité, la probabilité : Il peut pleuvoir demain risquer de
4. (Au subj., avec inversion du sujet) Sert à exprimer un souhait : Puissiez-vous avoir raison ! Puissé-je arriver à temps !
Je n'en peux rien,
en Belgique, je n'en suis pas responsable.
N'en pouvoir plus,
être épuisé par la fatigue ; être complètement rassasié ; être très usé : Cet appareil a beaucoup fonctionné, il n'en peut plus.
Ne pouvoir mal,
en Belgique, ne courir ou ne faire courir aucun risque.
Ne rien pouvoir à qqch,
ne pas être capable de l'empêcher ni de le modifier : Je n'y peux rien s'il a décidé de partir.
Pouvoir quelque chose pour qqn,
apporter une aide, un soutien : Puis-je quelque chose pour vous ? ou que puis-je pour vous ? On ne peut plus rien pour lui.

se pouvoir

v.pr. impers.
Autant que faire se peut,
dans la mesure où cela est possible.
Il se peut que (+ subj.),
il est possible que : Il se peut qu'ils soient déjà avertis.

2. pouvoir

n.m. [ de 1. pouvoir ]
1. Possibilité de faire qqch, de produire un effet : Réparer ce téléphone n'est pas en mon pouvoir je ne suis pas capable de le faire capacité, faculté
2. Autorité, puissance, détenue sur qqn, sur qqch : Abuser de son pouvoir. Le pouvoir des médias emprise, influence
3. Dans la langue juridique, aptitude à agir pour le compte de qqn ; document constatant cette délégation : Donner un pouvoir à qqn mandat, procuration
4. Autorité constituée ; gouvernement d'un pays : Parvenir au pouvoir.
5. Fonction de l'État, correspondant à un domaine distinct et exercée par un organe particulier : Le pouvoir législatif, exécutif. La séparation des pouvoirs.
6. Propriété particulière de qqch : Le pouvoir hydratant d'une crème.
Le quatrième pouvoir,
la presse.
Pouvoir d'achat,
quantité de biens et de services que permet d'obtenir une somme d'argent déterminée : Enrayer la baisse du pouvoir d'achat.

pouvoirs

n.m. pl.
Droits d'exercer certaines fonctions : En vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous déclare unis par les liens du mariage.
Pouvoirs publics,
ensemble des autorités qui détiennent la conduite de l'État.

pouvoir


Participe passé: pu
Gérondif: pouvant

Indicatif présent
je peux
je puis
tu peux
il/elle peut
nous pouvons
vous pouvez
ils/elles peuvent
Passé simple
je pus
tu pus
il/elle put
nous pûmes
vous pûtes
ils/elles purent
Imparfait
je pouvais
tu pouvais
il/elle pouvait
nous pouvions
vous pouviez
ils/elles pouvaient
Futur
je pourrai
tu pourras
il/elle pourra
nous pourrons
vous pourrez
ils/elles pourront
Conditionnel présent
je pourrais
tu pourrais
il/elle pourrait
nous pourrions
vous pourriez
ils/elles pourraient
Subjonctif imparfait
je pusse
tu pusses
il/elle pût
nous pussions
vous pussiez
ils/elles pussent
Subjonctif présent
je puisse
tu puisses
il/elle puisse
nous puissions
vous puissiez
ils/elles puissent
Impératif
Plus-que-parfait
j'avais pu
tu avais pu
il/elle avait pu
nous avions pu
vous aviez pu
ils/elles avaient pu
Futur antérieur
j'aurai pu
tu auras pu
il/elle aura pu
nous aurons pu
vous aurez pu
ils/elles auront pu
Passé composé
j'ai pu
tu as pu
il/elle a pu
nous avons pu
vous avez pu
ils/elles ont pu
Conditionnel passé
j'aurais pu
tu aurais pu
il/elle aurait pu
nous aurions pu
vous auriez pu
ils/elles auraient pu
Passé antérieur
j'eus pu
tu eus pu
il/elle eut pu
nous eûmes pu
vous eûtes pu
ils/elles eurent pu
Subjonctif passé
j'aie pu
tu aies pu
il/elle ait pu
nous ayons pu
vous ayez pu
ils/elles aient pu
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse pu
tu eusses pu
il/elle eût pu
nous eussions pu
vous eussiez pu
ils/elles eussent pu

POUVOIR1

(pou-voir) je peux ou je puis, tu peux, il peut, nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent ; je pouvais ; je pus, nous pûmes, vous pûtes, ils purent ; je pourrai ; je pourrais ; point d'impératif ; que je puisse, que nous puissions ; que je pusse, qu'il pût, que nous pussions ; pouvant ; pu ; quand le pronom je suit le verbe, on dit mieux puis-je que peux-je : Puis-je vous être utile ? v. n.
Avoir la faculté de, être en état de.
Chimène : Va, je ne te hais point. - Rodrigue : Tu le dois. - Chimène : Je ne puis [CORN., Cid, III, 4]
Et quand je vous demande après quel est cet homme [à qui vous venez de faire tant d'amitiés], à peine pouvez-vous dire comme il se nomme [MOL., Mis. I, 1]
Il faut bien.... Répondre comme on peut à ses empressements [ID., ib. I, 1]
Je me vois dans l'estime autant qu'on y peut être, Fort aimé du beau sexe, et bien auprès du maître ; Je crois qu'avec cela, mon cher marquis, je croi Qu'on peut par tout pays être content de soi [ID., ib. III, 1]
Sans songer où je vais, je me sauve où je puis [BOILEAU, Sat. VI]
Par quel gage éclatant et digne d'un grand roi Puis-je récompenser le mérite et la foi ? [RAC., Esth. II, 5]
Dans leur sang odieux [des Romains] j'ai pu tremper mes mains [ID., Mithr. V, 1]
L'on peut s'enrichir dans quelque art, ou dans quelque commerce que ce soit, par l'ostentation d'une certaine probité [LA BRUY., VI]
Gouverne qui peut ; et, quand on est parvenu à être le maître, on gouverne comme on peut [VOLT., Dict. phil. Gouvernement.]
Elliptiquement, après un verbe à l'impératif : qui peut, celui qui peut. Sauve qui peut ! se tire du péril qui pourra ! On dit par une construction analogue : le fera qui pourra, c'est-à-dire celui qui pourra le faire le fera.
Je ne m'ennuierai point pour ma chère moitié ; Aimera qui pourra [GRESSET, le Méch. II, 1]
On ne peut être.... on ne peut faire.... il est impossible d'être.... de faire....
On ne pouvait pas avoir été plus mal pendu que je l'avais été [VOLT., Candide, 28]
Au tric-trac, jan qui ne peut (voy. JAN 1). Je ne puis qu'y faire, je n'ai aucun moyen d'empêcher la chose dont il s'agit.
Je vois bien que j'ai tort, mais je n'y puis que faire [MOL., Femm. sav. v, 1]
Ne pouvoir pas que.... ne..., ou ne pouvoir que.... ne.... (avec le subjonctif), être dans l'impossibilité de ne pas....
Je ne puis, monseigneur, qu'au milieu de mes maux je ne m'estime fort heureux [BALZ., liv. I, lett. 4]
Je ne puis, cher ami, qu'avec toi je ne rie Des subtiles raisons de sa poltronnerie [CORN., la Suiv. IV, 6]
Vous ne pouvez pas que vous n'ayez raison [MOL., l'Av. I, 7]
Je ne puis, ma bonne, que je ne sois en peine de vous, quand je songe.... [SÉV., 12 fév. 1672]
Je ne puis que je n'admire cette modestie [BOSSUET, Cornet.]
Je ne puis cette fois que je ne les excuse [BOILEAU, Sat. X]
Ne pouvoir que ne, avec un nom de chose pour sujet, ne pouvoir point ne pas.
Ce reproche vraiment ne peut qu'il ne m'étonne [CORN., Suiv. II, 11]
La nouvelle ne put qu'elle ne causât quelque mouvement dans la faculté de théologie [, Auteurs déguisés, p. 63]
En parlant des choses, être capable de.
Si la réputation et la vertu pouvaient dispenser de la loi commune, l'illustre Julie vivrait encore [FLÉCH., Mme de Mont.]
Plus le prince [fils de Louis XIV] qu'il gouvernait avait de bonté et de docilité naturelle, plus il éloignait tout ce qui pouvait le corrompre [ID., Duc de Mont.]
L'honneur seul peut flatter un esprit généreux [RAC., Esth II, 5]
Rien ne peut prospérer sur des terres ingrates [L. RAC., la Grâce, I]
Le vrai est comme il peut, et n'a de mérite que d'être ce qu'il est [STAAL, Mém. t. I, p. 55]
Tu sais qu'un mot de moi peut donner le trépas [C. DELAV., Mar. Faliero, I, 8]
Avoir la permission, la liberté de.
Puis-je me plaindre a vous d'un retour inégal.... [CORN., Sertor. IV, 2]
Cependant aujourd'hui puis-je vous demander Quels amis vous avez prêts à vous seconder ? [RAC., Athal. I, 2]
Souvent il exprime le doute, la possibilité. Avec un nom de personne pour sujet.
Non, non, ce cher objet à qui j'ai pu déplaire [CORN., Cid, III, 1]
On pouvait le prévenir, mais on ne pouvait le corrompre [FLÉCH., Duc de Mont.]
Pourriez-vous n'être plus ce superbe Hippolyte, Implacable ennemi des amoureuses lois.... [RAC., Phèdre, I, 1]
Oenone, il peut quitter cet orgueil qui te blesse [ID., Phèdre, III, 1]
Il rit de cette perfidie [enlever une maîtresse à un autre], Et j'aurais pu m'en courroucer ; Mais je sais qu'il faut se passer Des bagatelles dans la vie [VOLT., Ép. XIX.]
Pouvant mourir dans peu d'instants, il ne disait pas un mot qui fût religieux ni sensible [STAËL, Corinne, XII, 2]
Avec un nom de chose pour sujet.
Quelque juste pourtant que puisse être sa peine [CORN., Cid, II, 8]
Sganarelle : J'ai une grande inclination pour la fille. - Marphurius : Cela peut être [MOL., Mar. forcé, 8]
Le traité de Versailles qui durera ce qu'il pourra [DIDER., Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 27, dans POUGENS]
Il se dit aussi impersonnellement en ce sens. Il pourra venir un temps meilleur.
Il en sera ce qu'il pourra [MOL., Mar. forcé, 8]
Tout allait comme il pouvait [BOSSUET, Hist. III, 5]
Il ne peut y avoir de mœurs, il ne peut point y avoir de bonne éducation, partout où c'est l'argent et non le talent qui conduit aux grandes places [D'HOLBACH, Essai préj. dans DUMARSAIS, Œuv. t. VI, p. 79]
Il peut être midi, c'est-à-dire il est probable qu'il est midi.
Il pouvait être dix heures : je venais d'éteindre ma lampe et de me coucher [BERN. DE ST-P., Paul et Virg.]
Se résoudre à.
Et je puis dans son sein enfoncer un poignard ! [CORN., Cinna, III, 2]
Et qui peut immoler sa haine à sa patrie, Lui pourrait bien aussi sacrifier sa vie [RAC., Théb. III, 6]
Lui qui me fut si cher, et qui m'a pu trahir ! [ID., Andr. II, 1]
Tyrans que j'ai vaincus, je pourrais vous servir ! Peuples que j'ai sauvés, je pourrais vous trahir ! [VOLT., Brutus, III, 7]
Cette salle est grande, il y peut cent personnes, il y a place pour cent personnes.
On se sert de ce verbe d'une façon bien étrange, qui néanmoins est si ordinaire à la cour, qu'il est certain qu'elle est très française ; on dit en parlant d'une table ou d'un carrosse : il y peut huit personnes, pour dire il y a place pour huit personnes, ou il y peut tenir huit personnes [VAUGEL., Rem. p. 163 (éd. 1704).]
Au subjonctif, il sert à exprimer un vœu, un souhait ; alors il se met en tête de la phrase, avec son sujet après lui.
Puissent tous ses voisins [de Rome] ensemble conjurés Saper ses fondements encor mal assurés.... Puissé-je de mes yeux y voir tomber ce foudre.... [CORN., Hor, IV, 5]
Vos yeux me reverront dans Oreste mon frère ; Puisse-t-il être, hélas ! moins funeste à sa mère ! [RAC., Iphig. v, 3]
Puisse périr comme eux quiconque leur ressemble ! [ID., Athal. IV, 2]
Avec un nom exprimé avant le verbe, il faut ajouter après le verbe un pronom.
Les dieux de ce dessein puissent-ils le distraire ! [RAC., Brit. IV, 4]
Le se peut se placer devant pouvoir, sans que pouvoir soit pour cela verbe réfléchi ; se appartient alors au verbe à l'infinitif qui suit : Il se peut faire, pour il peut se faire.
Mais ce champ ne se peut tellement moissonner, Que les derniers venus n'y trouvent à glaner [LA FONT., Fabl. III, 1]
Partout où se pouvait étendre son pouvoir, l'oppression et l'injustice n'étaient pas libres [FLÉCH., Duc de Mont.]
Dans ce cas, pouvoir se conjugue comme les verbes réfléchis, c'est-à-dire avec le verbe être.
Je ne voulus point commencer à rejeter tout à fait aucune des opinions qui s'étaient pu glisser autrefois en ma créance sans y avoir été introduites par la raison [DESCH., Méth. II, 5]
Je m'imagine que tu ne t'es pu empêcher de rire [D'ABLANCOURT, Lucien, Défense du discours sur ceux qui servent les grands]
Un embarras qui a continué et qui ne s'est pu débrouiller [PASC., dans COUSIN]
10° V. a. Avoir l'autorité, le crédit, le moyen, etc.
Sachant ce que vous pouvez.... je ne me mets plus en peine de mon intérêt [BALZ., liv. I, lett. 2]
Sous lui [Louis XIV], la France a appris à se connaître.. . si les Français peuvent tout, c'est que leur rot est partout leur capitaine [BOSSUET, Mar.-Thér.]
J'ai vengé l'univers autant que je l'ai pu [RAC., Mithr. v, 5]
Vous pouvez sur Pyrrhus ce que j'ai pu sur lui [Hector] [ID., Andr. III, 4]
Que peuvent contre lui [Dieu] tous les rois de la terre ? [ID., Esth. I, 3]
Je lui demandai en quoi consistait l'autorité du roi, et il me répondit : il peut tout sur les peuples ; mais les lois peuvent tout sur lui [FÉN., Tél. v.]
Peut-être ne ferait-on pas tout ce qu'on peut, sans l'espérance de faire plus qu'on ne pourra [FONTEN., Dodart.]
Lorsqu'on ne peut, monsieur, faire ce que l'on veut, Il faudrait essayer à vouloir ce qu'on peut [BARON, Andrienne, II, 1]
L'homme ne peut rien sur le produit de la création ; il ne peut rien sur les mouvements des corps célestes, sur les révolutions de ce globe qu'il habite ; il ne peut rien sur les animaux, les végétaux, les minéraux en général ; il ne peut que sur les individus [BUFF., Quadrup. t. I, p. 5]
Ils raisonnent comme s'ils ne pouvaient rien ; ils agissent comme s'ils pouvaient tout [BARTHÉL., Anach. ch. 71]
Absolument.
Lui seul pouvait pour soi, cédez alors qu'il tombe [CORN., Pomp. I, 1]
Adieu, madame, adieu, je n'ai pu davantage [ID., Héracl. III, 2]
11° Il se dit, en un sens analogue, des choses qui exercent une action.
Ce que n'a pu jamais combat, siége, embuscade, Ce que n'a pu jamais Aragon, ni Grenade [CORN., Cid, II, 9]
Essayez sur Cinna ce que peut la clémence [ID., Cinna, IV, 4]
La violence et la vérité ne peuvent rien l'une sur l'autre [PASC., Prov. XI]
La fortune ne pouvait rien sur elle : ni les maux qu'elle a prévus, ni ceux qui l'ont surprise, n'ont abattu son courage [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Mais que peuvent pour lui vos inutiles soins ? [RAC., Athal. v, 2]
On ne saurait comprendre ce que peut sur les esprits une parole, un air de bonté, un regard du général, dans un jour d'action [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 154, dans POUGENS]
12° On ne peut rien de plus habile, de plus plaisant, etc.
que..., c'est-à-dire on ne peut faire, on ne peut dire rien de plus.... On ne peut rien de plus plaisant que ce que vous dites [SÉV., 288]
On ne peut rien de plus joli que toutes vos imaginations [ID., 14 oct. 1694]
On ne peut certainement rien de plus fort que ce que dit Votre Altesse Royale pour prouver la nécessité absolue [VOLT., Lett. Pr. roy. de Pr. 23 janv. 1738]
On ne peut rien de plus précis, pour prouver l'innocence naturelle de l'homme [BERN. DE ST-P., Chaum. ind. Préamb.]
13° Les mots beaucoup, peu, plus moins, construits avec pouvoir, doivent être considérés comme les régimes directs de ce verbe, qui reste actif.
Pouvant beaucoup sur l'esprit du roi comme vous pouvez [BALZ., liv. IV, lett. 18]
Commençant dès lors à ne compter pour rien les miennes propres [opinions], à cause que je les voulais remettre toutes à l'examen, j'étais assuré de ne pouvoir mieux que de suivre celle des mieux sensés [DESC., Méth. III, 2]
Mais sur le grand César je puis fort peu de chose [CORN., Pomp. IV, 2]
Et l'État qu'il soutient ne pouvait moins pour lui [VOLT., Tancr. I, 1]
On ne peut plus, on ne peut mieux, c'est-à-dire il n'est pas possible de faire plus, de faire mieux.
Vous voilà on ne peut pas mieux, ajouta-t-elle en me prenant par la main pour me faire asseoir [MARIV., Pays. parv. part. IV]
Les métaphysiciens plagiaires sont on ne peut pas plus communs [CONDIL., Art de pens. I, 6]
14° N'en pouvoir plus, être fatigué, abattu, sans force.
Donnez, je vous prie, du pain à ceux qui sont avec moi, parce qu'ils n'en peuvent plus [SACI, Bible, Juges, VIII, 5]
Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de douleur, Il met bas son fagot [LA FONT., Fabl. I, 16]
J'ai le cœur serré à n'en pouvoir plus, quand je suis dans cette grande chambre où j'ai tant vu ma très chère et très aimable enfant [SÉV., 182]
L'empire d'Occident n'en pouvait plus [BOSSUET, Hist. I, 11]
Ce pauvre garçon n'en pouvait plus d'amour pour elle [HAMILT., Gramm. 10]
L'horreur pour le fanatisme s'introduit dans tous les esprits éclairés... je ne suis plus bon à rien ; je suis comme ce Danois qui, étant las de tuer à la bataille d'Hochstett, disait à un Anglais : brave Anglais, va-t'en tuer le reste, car je n'en puis plus [VOLT., Lett. Saurin, 28 févr. 1764]
Candide, n'en pouvant plus [il passait par les verges], demanda en grâce qu'on voulût bien avoir la bonté de lui casser la tête [ID., Cand. 2]
Vous n'en pouvez plus, lui dit-il [Charles XII], mon cher Reichel ; j'ai dormi une heure, je suis frais.... [ID., Russie, II, 6]
N'en pouvant plus que.... avec le verbe au subjonctif, impatient de....
À peine tenait-elle à terre, n'en pouvant plus qu'elle ne fût seule pour donner un libre cours à sa joie [LA FONT., Psyché. II, p. 150]
Il n'en peut mais, ce n'est pas sa faute (dans cette locution, mais représente le latin magis).
Le malheureux lion se déchire lui-même, .... Bat l'air qui n'en peut mais [LA FONT., Fabl. II, 9]
Sur la tentation ai-je quelque crédit, Et puis-je mais, chétif, si le cœur leur en dit ? [MOL., Dép. am. v, 3]
Faut-il de vos chagrins sans cesse à moi vous prendre, Et puis-je mais des soins qu'on ne va pas vous rendre ? [ID., Mis. III, 5]
Tel en pâtit qui n'en peut mais, c'est-à-dire on porte la peine de ce dont on n'est point cause.
15° Se pouvoir, v. réfl. Être possible (mot à mot, être pu ; c'est le réfléchi de pouvoir, actif).
Avez-vous donc espéré de faire l'impossible, que vous n'êtes pas satisfait d'avoir fait tout ce qui s'est pu ? [VOIT., Lett. 89]
Je ne sais pas si cela se peut ; mais je sais bien que cela est [MOL., Am. méd. II, 2]
Impersonnellement.
Le pauvre : [Mon occupation est] de prier le ciel tout le jour pour la prospérité des gens de bien qui me donnent quelque chose. - D. Juan : Il ne se peut donc pas que tu ne sois bien à ton aise ? [MOL., D. Juan, III, 2]
Il ne se peut rien de plus beau [ID., Am. magn. III, 1]
On ne saurait assez louer tout ce qu'a dit et fait Monsieur le Prince [Condé] jusqu'au dernier moment, et sa mort est, s'il se peut, plus belle que sa vie [DANGEAU, I, 427, 11 déc. 1686]
Se peut-il que Renaud tienne Armide asservie ? [QUIN., Arm. III, 1]
Il peut haïr les hommes en général, où il y a si peu de vertu ; mais il excuse les particuliers.... et il s'étudie à mériter le moins qu'il se peut une pareille indulgence [LA BRUY., XI]
Il se peut que la vue de toutes ces étoiles favorise la rêverie [FONT., Mondes, 1er soir.]
Tout ce qui se peut, autant qu'il est possible.
Les sociniens étaient ignorants, tout ce qui se peut, dans la connaissance des Pères [BAYLE, Lett. à Marais, 2 oct. 1698]
16° L'infinitif pris substantivement.
Une action que nous faisons ... doit encore venir immédiatement de Dieu, qui étant, comme premier être, cause immédiate de tout être, comme premier agissant doit être cause de toute action ; tellement qu'il fait en nous l'agir même, comme il y fait le pouvoir agir [BOSSUET, Libre arb. 8]

PROVERBES

  • Qui ne prend le bien quand il peut, ne le trouve pas quand il veut, c'est-à-dire celui qui laisse échapper une bonne occasion d'obtenir ce qu'il désire, la retrouve rarement.
  • Qui peut plus peut moins, celui qui peut le plus peut pour cela même le moins.

REMARQUE

  • On dit : je ne puis et je ne puis pas. Dans le premier exemple la négative est moins forte. Je ne puis suppose des embarras, des difficultés, des inconvénients. Je ne puis pas, exprime une impossibilité absolue.

HISTORIQUE

  • IXe s.
    In quant Deus savir et podir me dunat [me donne de savoir et de pouvoir] [, Serment]
    Si io returnar non l'int pois [si je ne puis l'en détourner] [, ib.]
  • Xe s.
    Ne ule cose non la pouret omque pleier [fléchir] [, Eulalie]
    E repausar se podist, Fragm. de Valenc. p 468. Que lo posciomes [que nous le puissions] [, ib. p. 469]
  • XIe s.
    Ne poet estre altre, turnent el consirrer [à faire ce qui est dit] ; Mais la dolur ne pothent ublier [, St Alexis, XXXII]
    Respond Rolans : j'i puis aler mult bien [, Ch. de Rol. XVIII]
    Si come il pout [put], du pin est avalet [, ib. LXXIX]
    Souz ciel n'a [il n'y a] gent qui plus poissent en champ [de bataille] [, ib. CCXVIII]
    Onze millie chevaliers [ils] poent estre [, ib. CCXX]
    Il ne poet estre [il est impossible] qu'il seient desevrez [, ib. CCLXXXVI]
  • XIIe s.
    [Amour] Me fait chanter de la plus debonaire Qu'on puist au mont [monde] ne vouer ne trouver [, Couci, II]
    Diex ! car [je] le [la] peüsse tenir Un seul jour à ma volenté ! [, ib. III]
    Par nule raison dewerpir [abandonner] ceu [ce] où li primier puyent [peuvent] mettre lor mains [ST BERN., 521]
  • XIIIe s.
    C'est grant enfance kant li hons [l'homme] ne set refraindre son couraige ; qui plus peut, plus deit soufrir, Proverbes de Seneke le philos. Ceste gent ne puent plus paier [VILLEH., XXXVIII]
    Chose que on me puist [puisse] à mal blasme atourner [, Berte, III]
    Aliste, se je puis très bien [je] marierai [, ib. VII]
    Ainsi [ils] l'ont devisé, Diex les puisse honnir [, ib. XII]
    Li veneor les chiens atice, Et amoneste durement ; Et Ysengrin bien se deffent ; As denz les mort ; qu'en puet-il mès ? [, Ren. 1227]
    Il fu jugié que noz, de nostre of. fice..., poyons et devions tenir les parties emprisonées [BEAUMANOIR, LX, 18]
    Et c'est bien resons que cil qui a esté à mon conseil ou avocat en me [ma] querele, ne puist puis estre contre moi de celle meisme querele [ID., V, 4]
  • XIVe s.
    De grises nonains à vous plaindre Nous vencns, qui passer nous vuelent, Et se painent quank'eles puelent [J. DE CONDÉ, t. III, p. 21]
  • XVe s.
    Car bien savoit [le comte de Flandre] que il les [les Gantois] avoit si avant menés que ils n'en pouvoient plus [FROISS., II, II, 150]
    Si manda par des herauts au duc de Normandie son cousin, que bataille se put faire entre eux [ID., I, I, 118]
    Une bastide de gros merriens à maniere d'une recueillette, où bien pouvoient mille hommes [ID., II, II, 67]
    Et avoient fait charpenter un engin, auquel avoit trois estages, et en chascun estage pouvoient vingt arbalestriers [ID., II, III, 2]
    Et estoit l'intention [du roi de France] que [ses gens] se delivrassent de prendre Evreux, ou de l'avoir par composition au plutost que ils pouvissent [ID., II, II, 30]
    Quand ils furent tous assemblés à St-Quentin.... ils regarderent quel nombre de gens ils pouvoient estre ; si trouverent qu'ils estoient bien six mille armures de fer... [ID., I, I, 109]
    Riens ne se puet comparer à Paris ; C'est la cité sur toutes couronnée [E. DESCH., S. les beautés de Paris.]
    Et laissa de ses gens dedens pour garder que ceux du chastel ne peusissent saillir [FENIN, 1415]
    Et pour ce que il luy sembloit que il n'en pouvoit assez faire, ne prenoit aussi comme point de repos [, Bouciq. I, 16]
    Et jamais n'en estoit peu venir à bout [COMM., IV, 5]
  • XVIe s.
    Transportezvous vers luy.... pourra estre que de luy aurez ce que pretendez [RAB., Pant. III, 21]
    Si eschapper te puis en bonne sorte, Rien ne m'escrips, mais toi mesmes apporte Cette faconde et eloquente bouche [ID., Ép. à Bouchet.]
    Peusse-je au moins d'un pinceau plus agile De ces palais les portraits façonner ! [DU BELLAY, VI, 58, verso.]
    J'ay grande pitié de toy, veu que, n'estant point prisonniere, tu puis endurer un si meschant homme que Alexandre [AMYOT, Pélop. 52]
    Que desormais autant en puisse il prendre à qui voudra telle chose entreprendre [ID., Gracques, 31]
    ....Se pourroit-il bien faire Qu'elle pensast, parlast, ou se souvinst de moy ? [RONS., 237]
    Je ne me suis peu garder d'envoyer ce porteur pour sçavoir de vos nouvelles [MARGUER., Lett. 95]
    Ce desplaisir se peult signifier par larmes, les autres surpassant tout moyen de se pouvoir exprimer [MONT., I, 7]
    Il se pouvoit vanter d'estre.... [ID., I, 91]
    Ce sexe n'y est encores pu arriver [ID., I, 210]
    Sa façon externe pouvoit n'estre pas [n'était peut-être pas] civilisée à la courtisane [ID., I, 147]
    Autant d'hommes qu'il en pourroit en une telle espace [ID., I, 247]
    Si aggravé de.... que nature n'en pouvoit plus [ID., I, 341]
    Contre fortune nul ne peut [COTGRAVE, ]
    Qui mieux ne peut à sa vieille retourne [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. pôvoi ; wallon, poleur ; provenç. et espagn. poder ; ital. potere ; d'une forme latine potere (1er e long), au lieu de posse, justifiée par le bas-latin poteret pour posset, potemus pour possumus, potebat pour poterat, etc. (voy. DIEZ, à potere). La forme wallone poleur se rapporte à puelent pour peuvent, qui s'est dit dans le Hainaut (voy. l'historique). La forme ancienne est pooir, le v est moderne et de prononciation.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. POUVOIR. - REM. Ajoutez :
  • 2. Dans le XVIe s. et au commencement du XVIIe, on écrivait peu ce que nous écrivons pu. Régnier l'a fait rimer avec feu : Es cendres d'Alexis amour nourrit le feu Que jamais par mes pleurs éteindre je n'ai peu, Dial. Était-ce une rime pour les yeux, ou prononçait-on en effet peu ?
  • 3. La tournure : il s'est pu faire, vieillit ; et au n° 10 je n'en cite d'exemples que pris chez des écrivains du XVIIe siècle. En voici un du XVIIIe :
    Quiconque s'est pu livrer aux superstitions [VOLT., Exam. important de milord Bolingbroke, ch. XXIII]
    Elle n'est donc pas tombée en désuétude ; et on peut s'en servir.
  • 4. Par un gallicisme singulier, mais reçu, on dit : il peut tant de personnes à cette table ; il peut tant de linge en cette armoire. Mais c'est une faute de dire : tant de personnes peuvent à cette table, tant de linge peut en cette armoire. Cette faute ou, si l'on veut, ce provincialisme se rencontre souvent dans la bouche des Normands.
  • 5. Voltaire a dit :
    Peut-être, en vous parlant ainsi, C'est vous donner trop de louanges ; Mais il se pourrait bien aussi Que je fais trop d'honneur aux anges [VOLT., Stances, III]
    Que je fais ou que je fasse ? cela dépend de l'intention de celui qui parle. L'indicatif est plus affirmatif que ne serait le subjonctif.

POUVOIR2

(pou-voir) s. m.
Faculté par laquelle on peut ; ce que l'on peut.
Et vous l'allez servir de tout votre pouvoir ? [CORN., Théod. III, 6]
Autant qu'il est en notre pouvoir [PASC., Prov. VII]
Faire son pouvoir, faire ce qu'on peut (on dit aujourd'hui, faire son possible).
J'ai fait mon pouvoir, sire, et n'ai rien obtenu [CORN., Cid, II, 6]
Faites votre pouvoir, et nous ferons le nôtre [MOL., Dép. am. I, 2]
Faire son pouvoir à, s'efforcer de, faire tout ce qu'on peut.
J'obéis avec joie, et ferai mon pouvoir à vous dire bientôt ce qui s'en peut savoir [CORN., D. Sanche, v, 1]
En pouvoir, à la disposition de.
Nos biens, comme nos maux, sont en notre pouvoir [RÉGNIER, Sat. XII]
Je viens me mettre en ton pouvoir [VOLT., Zaïre, I, 4]
Au pouvoir de, même sens.
Nous sommes tous si généreux et si bons amis, qu'il ne me paraît pas au pouvoir de l'inconstante fortune de nous faire changer d'avis [SÉV., à Guitaut, 9 fév. 1683]
Ce chevalier de Tac, après avoir tué M. de Schomberg.... pour le prince d'Orange, il n'a pas été à mon pouvoir de rendre sa blessure mortelle [ID., 27 août 1690]
L'honneur d'un homme comme vous n'est point au pouvoir d'un autre, il est en lui-même et non dans l'opinion du peuple [J. J. ROUSS., Hél. I, 57]
En pouvoir de, signifie aussi : avec la faculté de.
Il n'est plus en pouvoir de me faire du mal [MOL., l'Ét. II, 8]
Elle [la véritable grandeur] s'abandonne quelquefois, se néglige, se relâche de ses avantages, toujours en pouvoir de les reprendre et de les faire valoir [LA BRUY., II]
Avoir une personne ou une chose en son pouvoir, avoir la faculté d'en disposer à son gré. On dit de même : être, tomber au pouvoir de quelqu'un, en son pouvoir.
En y comprenant les domestiques du roi [Charles XII] et d'autres personnes suivant l'armée, il y en eut 18746 [Suédois] au pouvoir du vainqueur [à Pultawa] [VOLT., Russie, I, 18]
Avoir une chose en son pouvoir, signifie aussi la posséder. Une femme en pouvoir de mari, une femme mariée qui ne peut faire aucun acte sans l'autorisation de son mari.
Il se dit aussi des choses.
Le feu a le pouvoir de calciner [, Dict. de l'Acad.]
Droit d'agir pour un autre. J'ai pouvoir de lui. Agir en vertu de pouvoir. On lui a donné un pouvoir fort ample. Être fondé de pouvoir, de pouvoirs, avoir reçu d'une personne l'autorisation de suivre une affaire à sa place. On dit aussi substantivement : un fondé de pouvoirs.
Acte par lequel on donne pouvoir d'agir (en ce sens il se dit souvent au pluriel). J'ai un pouvoir par-devant notaire. Les ambassadeurs se sont communiqué leurs pouvoirs. J'ai montré mon pouvoir, mes pouvoirs. Cela excède vos pouvoirs.
Grotius repartit pour aller à La Haye et à Amsterdam se faire donner, comme l'on dit, des pleins pouvoirs [PELLISSON, Lett. hist. t. I, p. 188]
On peut vous donner un plein pouvoir, sans craindre que vous en abusiez [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 3 janv. 1699]
Il a reçu des pleins pouvoirs ou de pleins pouvoirs, suivant que l'on considère pleins pouvoirs comme deux mots ou comme un seul mot.
Autorité, empire. Le pouvoir paternel.
Lorsqu'ils apprendront que, du temps de son ministère [de Richelieu], les Anglais ont été battus et chassés, Pignerol conquis, Casal secouru, toute la Lorraine jointe à cette couronne, la plus grande partie de l'Alsace mise sous notre pouvoir.... [VOIT., Lett. 74]
Mais le cœur d'Émilie est hors de son pouvoir [CORN., Cinna, III, 4]
Ne donnez point pouvoir sur vous pendant votre vie à votre fils, à votre femme, à votre frère ou à votre ami [SACI, Bible, Ecclés. XXXIII, 20]
Un emploi ne saurait être que glorieux, Quand il vient du pouvoir [le roi] qui m'envoie en ces lieux [MOL., Tart. V, 7]
L'homme n'a pas même pouvoir sur sa propre vie [PASC., Prov. XVIII]
Il faut que nous exercions sur le cerveau un pouvoir immédiat, puisque nous pouvons être attentifs quand nous le voulons [BOSSUET, Conn. de Dieu, III, 12]
Tant qu'elle a été heureuse, elle a fait sentir son pouvoir au monde par des bontés infinies [ID., Reine d'Anglet.]
Quand Dieu par plus d'effets montra-t-il son pouvoir ? [RAC., Ath. I, 1]
Louis le Débonnaire avait été le premier exemple du pouvoir des évêques sur les empereurs [VOLT., Mœurs, 30]
En pouvoir, revêtu d'une autorité, d'une puissance.
Ne pas traiter séparément avec les hommes en pouvoir [STAËL, Consid. révol. franç. VI, 4]
Le caractère des personnages en pouvoir [CHATEAUB., t. XXIX, p. 268, édit. POURRAT.]
Particulièrement. L'autorité qui gouverne l'État. Affermir le pouvoir. Usurper le pouvoir.
Et, de la majesté des lois Appuyant les pouvoirs suprêmes, [la paix] Fait demeurer les diadèmes Fermes sur la tête des rois [MALH., III, 2]
Le pouvoir absolu [CORN., Perthar. II, 3]
De l'absolu pouvoir vous ignorez l'ivresse [RAC., Athal. IV, 5]
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser [MONTESQ., Esp. XI, 4]
Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir [ID., ib.]
Pouvoir temporel, autorité civile. Pouvoir spirituel, autorité ecclésiastique. La distinction des deux pouvoirs s'établit durant le moyen âge. Les trois pouvoirs, le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.
Il y a dans chaque État trois sortes de pouvoirs : la puissance législative, la puissance exécutrice des choses qui dépendent du droit des gens, et la puissance exécutrice de celles qui dépendent du droit civil [ID., ib. XI, 6]
Les anciens, qui ne connaissaient pas la distinction des trois pouvoirs dans le gouvernement d'un seul, ne pouvaient se faire une idée juste de la monarchie [ID., ib. XI, 9]
Les trois pouvoirs se dit quelquefois de la réunion d'un souverain et de deux chambres.
Les personnes mêmes qui exercent le pouvoir.
On peut, sans s'abaisser, respecter le pouvoir [M. J. CHÉN., Charles IX, III, 1]
Homme du pouvoir, homme dévoué à la fortune politique de ceux qui exercent le pouvoir.
Crédit, ascendant.
Voilà notre pouvoir sur les esprits des hommes [CORN., Poly. I, 3]
Mais ai-je sur son âme encor quelque pouvoir ? [ID., ib. II, 1]
Nous n'avons pas autant de pouvoir sur les magistrats que sur les confesseurs [PASC., Prov. VI]
Cependant, à l'entendre, il [un poëte] chérit la critique ; Vous avez sur ses vers un pouvoir despotique [BOILEAU, Art p. I]
Il se dit aussi des choses.
Et sur lui la raison a repris son pouvoir [CORN., Nicom. v, 2]
Enfin Malherbe.... D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir [BOILEAU, Art p. I]
Il est vrai que les comédies de ce temps-là faisaient partie du gouvernement, et avaient un grand pouvoir sur le peuple [FONTEN., Rem. sur Aristoph. Œuv. t. IX, p. 423, dans POUGENS.]
L'empire exercé par ce qui charme en amour.
Il a trop bien senti le pouvoir de vos charmes [RAC., Andr. II, 1]
Mais dis-moi de quel œil Hermione peut voir Son hymen différé, ses charmes sans pouvoir [ID., ib. I, 1]
Terme de jurisprudence. Capacité de faire une chose. Un mineur n'a pas pouvoir de tester.
10° Au plur.Terme de droit canonique. Faculté d'exercer licitement et validement certaines fonctions du ministère ecclésiastique, comme de célébrer, prêcher, confesser, etc. Ce prêtre a des pouvoirs.
11° Au plur. Titres d'éligibilité et pièces à l'appui de l'élection d'un député. La chambre procède à la vérification des pouvoirs de chacun des députés récemment élus.
12° Terme de physique. Pouvoir émissif, rayonnant, réfléchissant, absorbant, faculté qu'a un corps d'émettre, de rayonner, de réfléchir, d'absorber la chaleur ou la lumière. Pouvoir réfringent, faculté qu'ont les cristaux et les fluides de réfracter la lumière.

SYNONYME

  • POUVOIR, PUISSANCE. Pouvoir est l'infinitif du verbe ; puissance est le participe présent avec la finale ance ; de la sorte, pouvoir marque l'action simplement ; et puissance, quelque chose de durable, de permanent : On a la puissance de faire une chose ; et on exerce le pouvoir de la faire. C'est pour cela qu'on dit la puissance d'une machine, et non son pouvoir.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Che que je l'ai [amour] à mon pooir Servie sans desloiauté [, Couci, III]
    Par tantes foiz [j'] ai esté assailliz, Que je n'ai mais pouoir de moi defendre [ID., ib. v]
    Ains [j'] ai mis en li [elle] servir Cuer et cors, force et pooir [ID., ib. X]
    Ainz se porpensera li rois aucune fie [fois], Qu'il de vous ait la force, le pooir et l'aïe [aide] [, Sax. XXXII]
  • XIIIe s.
    Donques savons nos que li pooirs est devant le faire [BRUN. LATINI, Trésor, p. 266]
    Et ce dient li message, avons-nos plain pooir d'asseürer, se vos volés [VILLEH., LI]
    Li empereres Marchufles estoit venu herbergier, devant l'assaut, en une place à tout son pooir [avec son armée] [ID., CIV]
    Se Diex lui donnoit vie, qui sur tout a pooir... [, Berte, LXV]
    Par le pouer que il donnerent aus trois preudes homes mestres du mestier, Liv. des mét, 365. Les grans nefz n'avoient pooir de venir jusques à terre [JOINV., 214]
    Quant le roi vint à Biaukaire et je le vi en sa terre et en son pooir, je pris congé de li [ID., 289]
  • XVe s.
    Monseigneur, respondit Yvain [au duc d'Anjou], à [selon] mon loyal pouvoir je obeirai à votre commandement [FROISS., II, II, 12]
    Ils dirent que ils en feroient leur pouvoir temprement [ID., I, I, 66]
    Et dit au roi de France [le héraut] comment le roi anglois estoit arresté sur les champs, et lui requeroit à avoir bataille, pouvoir contre pouvoir [ID., I, I, 90]
    Elle en fit confession sans repentance, en remonstrant qu'elle l'avoit dit à non povoir [malgré elle] [, Perceforest, t. v, f° 33]
    Contre povoir n'a commandement [on ne peut demander à un homme plus qu'il ne peut] [, ib. t. IV, f° 71]
    Le suppliant vint demourer ou povoir [district, territoire] de Demencourt, es faubours d'Arras [DU CANGE, posse.]
  • XVIe s.
    Il a peu de pouvoir qui ne peut nuire [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 306]

ÉTYMOLOGIE

  • Pouvoir 1.

pouvoir

POUVOIR. (Je puis ou je peux, tu peux, il peut; nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent. Je pouvais. Je pus, tu pus, il put; nous pûmes, vous pûtes, ils purent. J'ai pu. Je pourrai. Je pourrais. Que je puisse. Que je pusse. Que j'eusse pu. Pouvant.) v. intr. Avoir la faculté, être en état de. Pouvoir marcher. Je pourrais sortir. Je ne puis vous répondre. Je ne peux pas dormir. Il n'a pu réussir dans cette affaire. Quand le pronom je doit suivre le verbe, on préfère puis à peux. Puis-je vous être utile?

Sauve qui peut, Se sauve qui pourra, se tire du péril qui pourra. Le cri de sauve qui peut se fit entendre.

Prov., Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait! Si la jeunesse avait de l'expérience et que la vieillesse eût de la force!

POUVOIR s'emploie au subjonctif présent par une manière de voeu, de souhait. Puisse le ciel vous donner de longs jours! Puissiez-vous réussir dans vos projets! Puissent vos projets réussir! Puisse-t-il arriver bientôt!

POUVOIR se dit encore pour marquer la possibilité de quelque événement, de quelque dessein. Un accident pourrait arriver. Cela se peut faire. Cela pourrait bien être. Cela se peut. Cela ne se peut pas. Il pourrait bien en mourir.

Il s'emploie impersonnellement soit seul, soit avec le pronom Se, dans cette acception. Il se peut que votre projet réussisse. Il pourra venir un temps meilleur. Il pourra, il pourrait arriver que... Il se pourrait que...

Peut-être. Voyez cette expression à son rang alphabétique.

POUVOIR s'emploie aussi transitivement et signifie Avoir l'autorité, le crédit, le moyen, la faculté, etc., de faire. Vous pouvez tout sur lui, sur son esprit. Si je puis quelque chose pour votre service, je m'y emploierai avec joie. C'est un homme qui peut beaucoup dans l'affaire dont il s'agit. Je ne puis rien en cela. Il peut tout ce qu'il veut. Je ne puis pas y aller.

On ne peut plus, on ne peut mieux

, Il n'est pas possible de faire ou d'être plus, de faire ou d'être mieux. Il est on ne peut plus aimable. Il s'y conduisit on ne peut mieux.

N'en pouvoir plus, N'en plus pouvoir, Être dans un accablement causé soit par la vieillesse, soit par la maladie, soit par la fatigue, le travail, la faim, la soif, ou encore par la souffrance morale, l'inquiétude, le chagrin. Je n'en puis plus. Il est fatigué à n'en pouvoir plus. Il est accablé de travail, il n'en peut plus. Je n'en puis plus de soif, de lassitude. Quand il est arrivé chez lui, il n'en pouvait plus. J'ai trop souffert, je n'en puis plus. Après tout ce qu'il a enduré, il n'en peut plus. Ce cheval n'en peut plus.

N'en pouvoir mais, Ne pouvoir plus ou N'y rien pouvoir. Je suis désolé de ce qui arrive : je n'en peux mais, je n'en puis mais.

pouvoir

POUVOIR. n. m. Faculté de faire. En ce sens il ne se dit qu'au singulier. Je n'ai ni le pouvoir ni la volonté de vous nuire. Je n'en ai pas le pouvoir. Il est en pouvoir d'obliger. Il n'est pas au pouvoir de l'esprit humain de concevoir de telles choses. Je m'emploierai pour vous de tout mon pouvoir. Ce que vous souhaitez de moi n'est pas en mon pouvoir. Cela passe mon pouvoir. Avoir une personne ou une chose en son pouvoir, L'avoir à sa disposition, pouvoir en disposer à son gré. Rome avait en son pouvoir tous les peuples de l'univers connu. On dit de même : Être, tomber au pouvoir de quelqu'un, en son pouvoir. Cinq mille prisonniers tombèrent au pouvoir du vainqueur.

Avoir une chose en son pouvoir signifie aussi La posséder, en avoir la possession. La plupart des choses que nous avons en notre pouvoir cessent de nous plaire.

POUVOIR signifie spécialement, en termes de Physique, Propriété. Pouvoir absorbant. Pouvoir émissif.

Il se dit encore spécialement, en termes de Jurisprudence, de la Capacité de faire une chose. Un fou, un mineur n'ont pas pouvoir de faire un testament.

POUVOIR signifie encore Droit, faculté d'agir pour un autre, en vertu de l'ordre, du mandat qu'on en a reçu, soit verbalement, soit par écrit. J'ai pouvoir de lui. Agir en vertu de pouvoir. Donner un pouvoir limité. Il lui a donné pouvoir d'acheter une maison, un domaine. Il fit cet achat de tableaux pour un tel, suivant le pouvoir qu'il en avait.

Être fondé de pouvoir, de pouvoirs, Avoir reçu d'une personne l'autorisation de suivre une affaire à sa place. Substantivement, Un fondé de pouvoir, de pouvoirs.

POUVOIR désigne spécialement, en termes de Jurisprudence, l'Acte par lequel on donne pouvoir d'agir, de faire, etc.; et, en ce sens, il se met souvent au pluriel. Il a donné un pouvoir à son homme d'affaires; il lui a donné un pouvoir fort étendu. J'ai un pouvoir, un bon pouvoir par-devant notaire. J'ai montré, j'ai communiqué mon pouvoir. Le notaire étant chargé des pouvoirs de toutes les parties. Les ambassadeurs se sont communiqué leurs pouvoirs. Il a reçu pleins pouvoirs. Ce ministre a plein pouvoir pour traiter de la paix. Votre pouvoir n'est pas en bonne forme. Cela excède vos pouvoirs. Il a outrepassé ses pouvoirs. Procéder à la vérification des pouvoirs. Ses pouvoirs ont été vérifiés et ont été trouvés en règle.

Bon pour pouvoir, Formule qui s'emploie dans certains actes donnant pouvoir à quelqu'un et qui se met avant la signature.

POUVOIR signifie encore Puissance, autorité, droit de commander. Pouvoir absolu, arbitraire, tyrannique, illimité. Pouvoir sans bornes. Abuser de son pouvoir. Commettre un abus de pouvoir. Parvenir au pouvoir. Aimer le pouvoir. Affermir son pouvoir. Limiter son pouvoir. Ambitionner le pouvoir. Les dépositaires du pouvoir. Usurper le pouvoir suprême. Faire sentir son pouvoir. Exercer le pouvoir. Pouvoir royal. Pouvoir législatif, exécutif, judiciaire. La division des pouvoirs. La lutte des pouvoirs. Le pouvoir paternel. Le pouvoir temporel, le pouvoir spirituel du pape.

Être en pouvoir de mari se dit d'une Femme qui ne peut faire aucun acte sans autorisation de son mari.

POUVOIR se dit quelquefois des Personnes mêmes qui sont investies du pouvoir, de l'autorité politique. Flatter, encenser le pouvoir. Il se dit aussi au pluriel. Les pouvoirs publics.

Il signifie aussi Crédit, empire, ascendant. En ce sens il ne se dit qu'au singulier. Il a beaucoup de pouvoir dans cette maison. Il a beaucoup de pouvoir auprès du ministre, sur l'esprit du ministre. Il n'a pas de pouvoir sur lui-même, sur ses passions. Il exerce un grand pouvoir sur les esprits.

POUVOIRS, au pluriel, et en termes de Discipline ecclésiastique, désigne le Pouvoir de confesser donné à un prêtre par son évêque. Ce prêtre a des pouvoirs. Il n'a pas pris de pouvoirs. On lui a refusé les pouvoirs. On lui a retiré ses pouvoirs.

pouvoir

Pouvoir faire quelque chose, Posse, Pollere, Valere.

Pouvoir beaucoup envers aucun, Valere plurimum apud aliquem.

Sera-ce à toy de pouvoir dire, etc. An erit haec optio et potestas tua, vt dicas? etc.

Cestuy la pourra dire, Dixerit ille.

Aucun pourroit dire, Aliquis inquiat.

Pourroit-il estre vray que, etc. Scilicet grauiorem dolorem tibi patrui tui mors attulit, quam C. Graccho fratris?

Tant que je peu, Pro mea parte.

Pleust à Dieu que je le peusse faire, Vtinam esset facultatis meae.

Tu le peux faire si tu veux, Licet.

Tu pouvois de jour en jour advertir l'homme, Potestas tibi fuit quotidie hominem admonendi.

Fay ce que tu pourras, ou ce que tu as entre mains, Agas quod in manu est.

Il commença à me prier fort affectueusement qu'il peust apprendre ce de moy, Coepit me obsecrare, vt sibi liceret discere id de me.

Il peut de soymesme, Potest per se.

Ne pouvoir, Nequire.

Je ne puis, Non queo.

Je ne l'ay pas peu envoyer plustost, Potestas mittendi non fuit citius.

Ne pourroy-je sçavoir où il est allé? etc. Possum scire quo profectus sit?

Il ne peut pas tant qu'il puisse, etc. Non tantum valet vt tollat, etc.

Pourquoy ne pourra l'on? Quid causae est quin? etc. B. ex Quintil.

Il semble qu'on ne pouvoit mieux, Nihil prius nec potius visum est, B. ex Liu.

Il ne se pouvoit mieux faire, Haud potuit melius fieri.

Qui est-ce qui ne peut estre sçavant? Qui empesche un chacun d'estre sçavant? Cui non licet esse docto?

Nous ne pouvons aller au contraire, Nec obniti contra sufficimus.

Quand tu pourras, Vbi tempus tibi erit.

Esperer de pouvoir faire quelque chose, Fiduciam alicuius rei faciendae habere.

Ils peuvent beaucoup sur terre et sur mer, Multum illi terra, plurimum mari pollent.

¶ Il peut estre, Forsitan.

Il ne peut estre que, etc. Il ne s'en faut rien, etc. Abesse non potest quin, etc.

Il se peut faire que les autres le pensent ainsi, Potest fieri vt alij ita arbitrentur.

Tous deux se pouvoyent faire, Poterat vtrunque.

On peut faire de moy ce qu'on veut, Pro rota me vti licet.

Comme on peut voir en ce lieu là, Vt in eo loco videre licet.

¶ Qui peut, Potis, Potens.

Qui peut combatre ou fuyr, Potens pugnae aut fugae.

Qui peut beaucoup, Pollens.

Qui peut tout, Omnipotens.

¶ Il n'en peut plus, Fatiscit, B. ex Col.

¶ A grande peine pourroyent-ils en nostre maison, AEdes nostrae vix capient eos.

Pouvoir force et puissance, Vis.

Pouvoir et authorité, ou seigneurie, Authoritas, Potestas, Potentia.

Lettres de pouvoir, Authoritas publica, B.

Pouvoir et puissance, Ius, Pollentia.

Le pouvoir et puissance d'aucun en biens, Opes.

Pouvoir et puissance de faire aucune chose, Facultas.

Pouvoir de dire ce qu'on veut, Facultas orationis.

Le pouvoir et puissance de juger les proces en tel temps et ordre que l'on veut, Ius et arbitrium temporis atque ordinis rerum iudicandarum, B.

La vertu et pouvoir de faire quelque chose, Efficientia.

Avoir pouvoir et puissance, Habere potestatem, Quire.

Avoir pouvoir par les loix de faire testament, Factionem testamenti habere.

Avoir grand pouvoir, ou plus de puissance qu'un autre, Praepollere.

Pouvoir plus soudain, ou plus meur, ou plus doux pour apprendre, Maturior facultas discendi.

Ils avoyent grand pouvoir et grand credit, et estoyent fort estimez en la republique, In republica maxime pollebant.

Toute chose qui precede une autre, tellement qu'elle a vertu et pouvoir d'engendrer et faire l'autre, est appelée cause, Quod cuique antecedit efficienter, causa est.

Qui a grand pouvoir, Pollens, Praepotens.

Qui a grand pouvoir et aisance de faire plaisir à autruy, Gratificandi facultas.

Qui n'a pouvoir et puissance, et est comme vaincu, Impotens.

Je n'y ay nul pouvoir, Nihil in ea re valeo, B.

Bailler pouvoir et puissance, Ius facere.

Bailler pouvoir et liberté, Dare copiam, vel facere.

Le senat a baillé pouvoir aux ambassadeurs de pourvoir aux choses qui s'offriront en presence, His quae praesentis disceptationis essent, libera mandata de summa rerum Senatus constituit, Budaeus ex Liu.

De tout mon pouvoir, Pro mea parte, Summa vi.

De tout son pouvoir et puissance, Velis equisque, Omni ope.

Aider de tout son pouvoir, Nauare.

S'efforcer de tout son pouvoir, Omni opere anniti, vel Omni ope, atque opera eniti, Summa ope niti vel eniti.

Faire son plein pouvoir, Contendere omnes neruos, B. ex Cicerone.

Il en fit son plein pouvoir, Omni ope contendit, B.

Il n'en a pas fait son plein pouvoir, Defunctorie hoc egit, B. ex Vlp.

Par vertu du pouvoir à soy donné et commis, Pro imperio sibi mandato, Pro iurisdictione sibi mandata, B.

Donner tout pouvoir, Libera mandata dare, B.

Nous donnons pouvoir, Permittimus, B. ex Cic.

La Cour leur a donné pouvoir de les adjourner, Curia potestatem inquisitoribus permisit diem dicendi iis ad quos criminum suspicio pertineret, B.

La loy donne pouvoir et authorité aux consuls d'en cognoistre, Dat cognitionem consulibus lex.

Donner pouvoir et congé, Facultatem facere.

Donner pouvoir et puissance de faire quelque chose, Facere potestatem, vel dare potestatem, Permittere.

Mettre son pouvoir à faire quelque chose, Vires in re aliqua adhibere.

Oster le pouvoir, Facultatem adimere, vel eripere.

Chacun selon son pouvoir, Pro se quisque, Pro virili parte, Pro sua quisque parte.

Selon mon pouvoir et sagesse, Pro copia et sapientia mea.

Comme ayant pouvoir, Pro potestate aliquid agere, B. ex Sueton.

Faire comme ayant pouvoir, et comme usant de son office, Pro imperio ac potestate agere, B. ex Martiano.

pouvoir

Pouvoir faire, Pouvoir et puissance, Cerchez Povoir.

Je voudroy le pouvoir faire, Optarim vt illius rei patrandae potestas esset. Liu. lib. 23.

pouvoir


POUVOIR, v. act. et n. [Pou-voar.] Je puis, (et quelquefois, je peux) tu peux, il peut: nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent; je pouvois ou pouvais; je pus, j'ai pu, je pourrai, je pourrois ou pourrais; que je puisse, je pusse, pouvant, pu. = La conversation et la poésie soufrent je peux. Académie. = Le participe passif ne se décline jamais: on ne dit point, chôses qu' il a pues, comme on dit, qu'il a faites.
   POUVOIR, neutre: avoir la faculté de... Il régit l'infinitif sans préposition. "Je puis le faire. = V. impers. "Il peut se faire, il peut arriver que, etc. = V. act. Avoir l'autorité, le moyen, la faculté. "Vous pouvez tout sur son esprit. "Il est dificile, quand on peut tout ce qu'on veut, de ne vouloir que ce qu'on doit. Il peut bien des chôses; mais il ne peut pas celle-là. "Il peut beaucoup: je ne puis rien en cela.
   Rem. On écrivait autrefois, au prétérit: je peus, tu peus, il peut, nous peumes, vous peutes, ils peurent. On écrit depuis long-tems, je pus, etc. nous pûmes, etc. = Bossuet dans un de ses ouvrages, done à pouvoir le v. être pour auxiliaire: qui ne s'est pu faire pour, qui n'a pu se faire. L'illustre Auteur, en mettant, selon son usage, le pronom se devant le verbe régissant, et non pas devant l'infinitif régi, a été induit en erreur; car le pronom se traine toujours à sa suite l'auxiliaire être. M. Arnaud a dit aussi: je ne sais comment vous vous êtes pu promettre que, etc. Et Pluche, comment s'est-il pu faire, etc. C'est la même faûte, produite par la même erreur. = Pouvoir s'emploie à l'impératif, ou, pour mieux dire, à l'optatif, sans la conjonction que: Puissent les Dieux vous conserver à vos enfans. Télém. "Puisse votre exemple aprendre aux enfans combien il est dangereux de s'écarter de l'obéissance paternelle et du chemin de la vertu! Marin, Julie.
   On dit, dans le st. fam. n'en pouvoir plus: il ne faut pas le confondre avec ne pouvoir plus. Le 1er signifie, être fatigué, harassé; le 2d, n'avoir plus le pouvoir de faire: N'en pouvoir plus, n'est pas une expression noble. elle est à sa place dans une Fable:
   Un Lion décrépit, goutteux, n' en pouvant plus,
   Voulut que l'on trouvât remède à sa vieillesse.
       La Fontaine.
Mais quand on lit dans Bossuet: la Foi Chrétienne s' affermissoit et s'étendoit tous les jours; mais l'Empire d'Occident n' en pouvoit plus: on desirerait que cet illustre Écrivain eût choisi une aûtre expression. = N'en pouvoir mais, était, du tems de Vaugelas, une expression ordinaire à la Cour: mais il la trouvait bien bâsse. On ne peut s'en servir en écrivant, dit-il, si ce n'est en satire, en comédie, en épigramme, encôre faut-il que ce soit dans le burlesque. — Elle est du style proverbial. Acad. = On dit, dans le st. familier: Je ne puis qu'y faire, pour, je ne sais qu'y faire. "On va crier au paradoxe: je ne puis qu'y faire: qu'on prouve que j'ai tort. Linguet. = On dit aussi, je ne puis que je ne fasse, pour, je ne puis m'empêcher de faire:
   Je ne puis qu'en cette préface;
   Je ne partage entre elle et vous,
   Un peu de cet encens qu'on recueille au Parnasse.
       La Fontaine.
Un des Auteurs des Let. Édif. ajoute pas, contre l'usage, ce me semble. "On ne peut pas qu'on ne soit affligé de voir le mêlange de leurs erreurs avec des vérités catholiques. = Avec l'infinitif, on met pas aux deux membres de la phrâse: je ne puis pas ne pas faire. MALHERBE a retranché le second pas.
   Ne peuvent pas n'être surpris.
   Il faudrait dit~ Ménage: ne peuvent pas n'être pas surpris. Et moi je dis, qu'à retrancher un pas, il faudrait que ce fût le premier. Je ne condamnerais pas Malherbe, s'il avait dit:
   Ne peuvent n'être pas surpris.
Car avec le verbe pouvoir, on retranche volontiers la négative pas, et je ne puis le faire, est tout aussi bien, et souvent mieux que, je ne puis pas le faire. = Je ne puis, joint à des verbes à l'infinitif, qui expriment l'opinion, régit la conjonction que, la particule ne et le subjonctif. "Je ne puis croire que vous ne l'ayiez trouvé. "Il ne pouvoit s'ôter de l'esprit que sa femme ne lui fut infidèle. Let. Édif. = Dans le style fam. on suprime quelquefois le verbe pouvoir dans des ocasions où le sens parait l'exiger. "Il est bon d'avoir quelqu'un avec qui se délasser. MARM. On sous-entend, l' on puisse. — Il se peut, régit aussi que et le subjonctif: il se peut qu'il le veuille: mais j' en doute. "Pourquoi cette délicatesse te paraît-elle si étrange? — Et comment se pourroit-il qu'elle ne me le parût pas? Font. = C'est une négligence d'employer le verbe pouvoir avec peut-être, possible, impossible. "Peut-être, avec le secours de ses amis, pourra-t-il réussir? Dites, réussira-t-il? "Il est impossible qu'on puisse s'imaginer quelle douleur lui causa cette mort. Dites: on ne peut s'imaginer, etc. Wailly. = On pourrait faire, etc. se dit quelquefois en menaçant. "Obéissez à l'Empereur, sans quoi l'on pourrait vous faire souffrir de cruels tourmens. GRIFET, Ann. Chrét. — Cette expression n'est pas fort noble, et n'est guère bonne que dans le st. fam.
   POUVOIR, s. m. Autorité, crédit, faculté de faire. Il régit de devant les noms et les verbes. "La femme est au pouvoir du mari: "Il sied bien de mépriser les injûres, quand on a le pouvoir de s'en venger. = Pouvoir, puissance, faculté (synon.) Le 1er vient des secours ou de la liberté d' agir; le 2d, des forces; le 3e, des propriétés naturelles. "L'homme sans la grâce n'a pas le pouvoir de faire le bien (surnaturel), la jeunesse manque de sagesse pour délibérer, et la vieillesse, de puissance pour exécuter. L'âme humaine a la faculté de raisoner, et en même tems la faculté de le faire tout de travers. Gir. Synon. = Le pouvoir diminûe: la puissance s'afaiblit: la faculté se perd. "L'habitude diminûe beaucoup le pouvoir de la liberté: l'âge n'afaiblit que la puissance et non le desir de satisfaire ses passions: l'âme ne perd de ses facultés, que par les accidens qui arrivent aux organes du corps. Id. Ibid.
   Rem. 1°. Pouvoir ne se dit au pluriel, que de l'étendûe de la comission ou de l'autorité donée à des Envoyés, à des Médiateurs, à des arbitres. "Ses pouvoirs sont fort étendus. Il a pâssé ses pouvoirs. = On dit, en ce sens, pleins-pouvoirs, et l'on doit dire des pleins-pouvoirs, et non pas, de pleins pouvoirs, comme on dit des petits-maitres, et non pas de petits-maitres. "Il fit expédier des pleins pouvoirs à son frere. Hist. de France.

Synonymes et Contraires

pouvoir

nom masculin pouvoir
1.  Possibilité de faire quelque chose.
2.  Qualité particulière de.
4.  Droit pour quelqu'un d'agir.
5.  Les dirigeants eux-mêmes.

pouvoir

verbe pouvoir
2.  Avoir la permission de.
3.  Se prêter à telle action, etc.
Traductions

pouvoir

(puvwaʀ)
verbe transitif
1. avoir la capacité, la possibilité de Je ne peux plus marcher.
2. avoir le droit, la permission de Vous pouvez sortir.

pouvoir


verbe impersonnel
être possible, arriver peut-être Il pourrait pleuvoir demain. Il se peut que je vienne.

pouvoir

können, dürfen, vermögen, Befähigung, auskommen, Gewalt, Herrschaft, Machtcan, may, power, be able to, controlkunnen, macht, mogen, bevoegdheid, vermogen, machtiging, mogelijk, recht, volmacht, zeggenschap, heerschappijאדנות (נ), און (ז), יכול (פ'), יש לאל ידו, כוח (ז), מאוד (ז), נגידות (נ), סמכות (נ), סמכותיות (נ), עוצמה (נ), ריבונות (נ), רשות (נ), שלטון (ז), שררה (נ), תוקף (ז), כּוֹחַ, תּוֹקֵף, שִׁלְטוֹן, שְׂרָרָה, מְאוֹד, רִבּוֹנוּת, יָכוֹל, יכולkan, magpodermoc, moci, moct, možnákunne, kan, magt, måskeμπορώ, εξουσία, αρχομανής, ισχύςpovi, povopodervalta, voida, osata, saattaamoći, moćpotere, sapereできる, ・・・できる, かもしれない, 能力posse, potuimóc, władza, siłapoder, ter a faculdade de, potestade, talvezputeaмочь, уметь, власть, иметь возможностьgitta, må, mäkta, orka, kanske, kunna, maktقُوَّة, مِنَ الـمُحْتَمَل, يَسْتَطِيعُ...할 수 있다, ~일지도 모른다, 힘kan, makt, muligensสามารถ, อาจจะ, อำนาจgüç, muktedir olmak, yapabilmekcó thể, quyền lực力量, 可能做, (puvwaʀ)
nom masculin
1. capacité, possibilité baisse du pouvoir d'achat
2. fait de diriger, autorité de qqn prendre le pouvoir le parti au pouvoir
3. les personnes, les institutions qui gouvernent

pouvoir

[puvwaʀ]
nm
(= influence, autorité) → power
Le Premier ministre a beaucoup de pouvoir → The prime minister has a lot of power.
avoir pouvoir de faire (= autorisation) → to have the authority to do, to have authority to do (= droit) → to have the right to do
(= dirigeants) le pouvoir → those in power
les pouvoirs publics → the authorities
vb aux
(= avoir la possibilité de) → to be able to
Je suis déçu de ne pas pouvoir le faire → I am disappointed not to be able to do it.
Je ne pourrai pas venir samedi → I won't be able to come on Saturday., I can't come on Saturday.
Je n'ai pas pu le réparer → I couldn't repair it., I wasn't able to repair it.
Je peux lui téléphoner si tu veux → I can phone her if you like.
(= avoir la permission de)
Vous pouvez aller au cinéma → You can go to the pictures.
Puis-je venir vous voir samedi? → May I come and see you on Saturday?
(hypothèse)
Il a pu avoir un accident → He may have had an accident., He might have had an accident., He could have had an accident.
Il aurait pu le dire! → He might have said so!, He could have said so!
(autres locutions) tu ne peux pas savoir! → you have no idea!
tu peux le dire! → you can say that again!
vb impers
il peut arriver que → it may be that
il pourrait pleuvoir → it might rain
vt
J'ai fait tout ce que j'ai pu → I did all I could.
Fais ce que tu peux → Do what you can.
Je n'y peux rien → I can't do anything about it.
on ne peut
Je me porte on ne peut mieux → I'm absolutely fine., I couldn't be better.
Elle est on ne peut plus gentille → She couldn't be nicer., She's as nice as can be.
je n'en peux plus (fatigue) → I'm exhausted; (patience) → I can't take any more [puvwaʀ] vpr/impers
il se peut que → it may be that, it might be that, it's possible that
Il se peut qu'elle ait déménagé → It's possible that she's moved house.
cela se pourrait → that's quite possible
il se peut que j'y aille → I might go
pouvoir absolu nmabsolute power
pouvoir absorbant nmabsorbency
pouvoir calorifique nmcalorific value
pouvoir d'achat nmpurchasing power