précieuse


Recherches associées à précieuse: préciosité

précieuse

n.f.
Au xviie siècle, femme du monde qui cherchait à se distinguer par l'élégance de ses manières et de son langage.

PRÉCIEUSE

(pré-si-eû-z') s. f.
En un sens favorable, femme qui se livrait aux plaisirs du bel esprit, et qui joignait la délicatesse du langage à la délicatesse des manières.
On dit un jour à la reine de Suède [Christine] que les précieuses étaient les jansénistes de l'amour, et la définition ne lui déplut pas [ST-ÉVREM., t. I, p. 110 (ce mot était de Ninon de Lenclos).]
Je suis certain que la première partie d'une précieuse est l'esprit, et que, pour porter ce nom, il est absolument nécessaire qu'une personne en ait, ou affecte de paraître en avoir, ou du moins qu'elle soit persuadée qu'elle en a [SAUMAISE, Dict. des précieuses, 1661, t. I]
Par la même raison que les véritables savants et les vrais braves ne se sont point encore avisés de s'offenser du docteur de la comédie et du capitan, aussi les véritables précieuses auraient tort de se piquer lorsqu'on joue les ridicules qui les imitent mal [MOL., Préc. Préface]
Les femmes qui se piquaient de cette espèce de bel esprit s'appelaient précieuses ; ce nom, si décrié par la pièce de Molière, était alors honorable [VOLT., Vie de Molière.]
C'est en raison de ce sens favorable que Molière a intitulé sa pièce les Précieuses ridicules.
Quand j'aurais eu la plus mauvaise opinion du monde de mes Précieuses ridicules avant leur représentation, je dois croire maintenant qu'elles valent quelque chose, puisque tant de gens ensemble en ont dit du bien [MOL., Préc. Préface]
J'étais à la première représentation, le 18 novembre 1659, des Précieuses ridicules, au Petit Bourbon ; Mlle de Rambouillet y était, Mme de Grignan, tout l'hôtel de Rambouillet, M. Chapelain et plusieurs autres de ma connaissance ; la pièce fut jouée avec un applaudissement général ; et j'en fus si satisfait en mon particulier, que je vis dès lors l'effet qu'elle allait produire [MÉNAGE, Ménagiana.]
En un sens défavorable, à cause de l'excès de la délicatesse, femme affectée en ses manières, en son langage.
C'était ceci, c'était cela ; C'était tout ; car les précieuses Font dessus tout les dédaigneuses [LA FONT., Fabl. VII, 5]
Est-ce qu'il y a une personne qui soit plus véritablement qu'elle ce qu'on appelle précieuse, à prendre le mot dans sa plus mauvaise signification ? .... car enfin elle l'est depuis les pieds jusqu'à la tête [MOL., Critique, 2]
Mais qui vient sur ses pas ? c'est une précieuse, Reste de ces esprits longtemps si renommés, Que d'un coup de son art Molière a diffamés [BOILEAU, Sat. x.]

précieuse

PRÉCIEUSE. s. f. Femme qui est affectée dans son air, dans ses manières, et principalement dans son langage. C'est une précieuse. Il n'est rien de si incommode qu'une précieuse. Ce mot, dans l'origine, ne se prenait pas en mauvaise part comme aujourd'hui. La comédie des Précieuses ridicules.