précompter

(Mot repris de précompta)

PRÉCOMPTER

(pré-kon-té) v. a.
Compter par avance les sommes à déduire.
Qu'il plaise donc, dit l'autre, à vos bontés Que les aulx soient sur les coups précomptés [LA FONT., Paysan.]
Billets ou promesse sous simple signature, dans lesquels les intérêts sont payés d'avance ou précomptés avec la somme principale ; ce qui fait un commerce illicite contre les lois de l'Évangile et celles du royaume [VAUBAN, Dîme, p. 87]
L'époux qui a ameubli un héritage a, lors du partage, la faculté de le retenir en le précomptant sur sa part pour le prix qu'il vaut alors [, Code Nap. art. 1509]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Quand le seigneur gagne les fruits à faute d'hommes et de devoirs, il les prend tels qu'ils sont, sans rien precompter [rabattre] ni deduire pour les frais et labours de son vassal [LOYSEL, 568]
    Toutes despenses desduictes et precomptées [CARL., III, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Pré..., préfixe, et compter.

précompter

PRÉCOMPTER. v. tr. Compter par avance les sommes qui sont à déduire. Il faut précompter sur cette somme de dix mille francs les trois mille francs que vous avez reçus.

précompter


PRÉCOMPTER, v. act. [Prékonté: 1re et dern. é fer. 2e lon.] Compter par avance. Déduire. "Sur ces dix mille livres, il faut précompter les mille écus que vous avez déja reçus.