prédestiner

(Mot repris de prédestinais)

prédestiner

v.t.
Fixer d'avance le destin de : Ses qualités la prédestinaient à une grande carrière prédisposer, vouer

prédestiner

(pʀedɛstine)
verbe transitif
destiner par avance à un grand destin Tout le prédestinait à jouer un rôle important dans cette affaire.

PRÉDESTINER

(pré-dè-sti-né) v. a.
Destiner de toute éternité au salut.
....Que nous allions jouir avec Dieu de ce grand et éternel renouvellement qu'il a prédestiné à ses serviteurs [BOSSUET, Sermons, Temps du jubilé, 3]
En nous mettant devant les yeux la sainteté de ses élus, et en les prédestinant pour nous servir d'exemples [BOURDAL., Sainteté, 2e avent, p. 286]
Il se dit aussi, chez les calvinistes, de ceux que Dieu destine à la damnation.
Il [Dieu] appelait à l'extérieur ceux que dans le fond il avait exclus de la grâce, les prédestinant au mal [BOSSUET, Var. XIV, 26]
Destiner de toute éternité à de grandes choses, en parlant du choix de Dieu.
Dieu, qui l'avait prédestiné à être un exemple de justice dans un si beau règne et dans la première charge d'un si grand royaume [BOSSUET, le Tellier]
Par extension, dans le langage ordinaire, réserver à quelque chose d'extraordinaire qui ne peut manquer d'arriver. Sa mauvaise étoile le prédestinait à se noyer.
Dieu, qui d'un seul homme a voulu former tout le genre humain.... en a vu et prédestiné dès l'éternité les alliances et les divisions [BOSSUET, Mar.-Thér.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Dame de paradis, roïne couronnée, Tresoriere de grace, avant sainte que née, De la grace de Dieu fus tu predestinée [J. DE MEUNG, Test. 2129]
  • XIVe s.
    Plusieurs sont predestinez en la grace de Dieu, lesquelz nous tenons en ce siecle pour non nobles [, le Songe du vergier, I, 150]
  • XVIe s.
    Jesus-Christ estoit predestiné en l'esprit de Dieu, d'estre fait homme [CALV., Inst. 359]
    Ilz mauldissoient et rejettoient ceulx qui disoient estre predestiné que la guerre dureroit trois fois neuf ans [AMYOT, Nicias, 16]
    Helas ! je le sçay bien qu'ilne faut que j'espere D'echapper de vos fers, quoy que je puisse faire ; Le ciel à vous servir m'a trop predestiné [DESPORTES, Élég. I, 12]
    Puis des malheurs qui sont predestinez Le seul remede aux cœurs determinés, C'est de n'avoir esperance ni crainte [ID., Diane, I, 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. praedestinare, de prae, d'avance, et destinare, destiner.

prédestiner

PRÉDESTINER. v. tr. T. de Théologie. Vouer d'avance au salut ou à la damnation, selon la doctrine de la prédestination.

Il se dit aussi en parlant du Choix que Dieu, de toute éternité, a fait de quelques personnes pour de grandes choses. Dieu avait prédestiné Moïse pour être le conducteur de son peuple. Cet homme semblait être prédestiné à changer la face de la terre.

Il se dit encore, par extension, en parlant de Certaines choses extraordinaires et qu'il semble qu'on ne pouvait éviter. Cet homme était prédestiné au malheur.

Le participe passé PRÉDESTINÉ est aussi employé adjectivement et signifie Que Dieu a destiné à la gloire éternelle. Des âmes prédestinées. Substantivement, Être du nombre des prédestinés.

Traductions

prédestiner

predestine, foreordain

prédestiner

predestinar

prédestiner

[pʀedɛstine] vt
prédestiner qn à qch → to predestine sb for sth
prédestiner qn à faire → to predestine sb to do