prédicant

PRÉDICANT

(pré-di-kan) s. m.
Terme de dénigrement. Ministre protestant.
Georges Vischard, un des prédicants de la Réforme [BOSSUET, Déf. Variat. 1er disc. § 40]
Vous savez qu'un prédicant de village, qui a voulu excommunier M. Rousseau, a été réprimandé par un roi héros et philosophe [VOLT., Quest. mir. Lett. 4]
Lorsqu'un père de famille aura été condamné aux galères perpétuelles, soit pour avoir donné retraite chez soi à un prédicant, soit pour avoir écouté son sermon dans quelques cavernes [ID., Pol. et lég. Comm. délits et peines, 27]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ministres. qui furent par nous appelez predicanz [PASQUIER, Recherches, liv. VIII, p. 738, dans LACURNE]
    Le precheur se mit en colere, et va dire tout haut par une autorité de predicant.... [DESPER., Contes, XXXII]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. praedicare (voy. PRÊCHER).

prédicant

PRÉDICANT. n. m. On appelle ainsi un Ministre de la religion protestante, dont la fonction est de prêcher. Tous les prédicants furent bannis.

Adjectivement, Un ton, un style prédicant, se dit d'un Ton, d'un style qui a de la solennité, de la raideur.

prédicant


PRÉDICANT, s. m. On ne le dit que par mépris, d'un Ministre Protestant. J. J. Rousseau, s'en étant servi, dit dans une note. "Je n'aurois point employé ce terme, que je trouvois déprisant, si l'exemple du Conseil de Genève, qui s'en servoit en écrivant au Cardinal de Fleuri, ne m'eût apris que mon scrupule étoit mal fondé. — Je ne sais si on le dit encôre sérieûsement à Genève; mais en France, c'est un terme de mépris.

Synonymes et Contraires

prédicant

nom masculin prédicant
Personne qui fait la morale.
moralisateur -familier: prêcheur -littéraire: sermonneur.