prématuré, ée

PRÉMATURÉ, ÉE

(pré-ma-tu-ré, rée) adj.
Qui mûrit avant le temps. Fruit prématuré.
Fig. En général, qui vient avant le temps.
Les choses prématurées perdent leur force et donnent du dégoût [SÉV., 416]
Ces éducations prématurées qui font tant de bruit [FÉN., Éduc. filles, III]
Pascal [Blaise], fils du premier intendant qu'il y eut à Rouen, né en 1623, génie prématuré [VOLT., Louis XIV, Écrivains]
Les instructions de la nature sont tardives et lentes ; celles des hommes sont presque toujours prématurées [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Une mort prématurée, une mort qui vient avant le temps ordinaire.
Ce fut le sort de Louis XIV de voir périr en France toute sa famille par des morts prématurées [VOLT., Louis XIV, 27]
Les funérailles des enfants sont toujours prématurées lorsque les mères y assistent [DIDER., Claude et Nér. II, 44]
J'encourageai ce premier essor, en publiant les brillants essais de Malfilâtre ; je fis concevoir de lui des espérances qu'il aurait remplies, si une mort prématurée ne nous l'avait pas enlevé [MARMONTEL, Mém. VI]
Vieillesse prématurée, vieillesse qui devance l'époque où l'homme devient vieux naturellement. Il se dit aussi des personnes.
Ce prince réellement prématuré [MARMONTEL, Mém. XI]
Fig. Se dit des choses qu'il n'est pas encore temps d'entreprendre. Entreprise, démarche prématurée.
Vous voulez mourir.... on vous accusera d'un désespoir prématuré quand on saura que vous avez pris cette résolution funeste dans Erfurth, quand vous étiez encore maître de la Silésie et de la Saxe [VOLT., Lett. au roi de Prusse, octobre 1757]
Fig. Fait trop tôt.
Il y a beaucoup d'exemples de ces médailles prématurées qui tromperaient la postérité, si l'histoire, plus fidèle et plus exacte, ne prévenait de telles erreurs [VOLT., Louis XV, 8]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et si ne peuvent les heritiers de telle douairiere, pour frauder le droit dudit proprietaire, despouiller prematuré lesdits heritages chargés de douaire [, Coust. gén. t. I, p. 458]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. praematuratus, de prae, d'avance, et maturatus, mûri, de maturus, mûr (voy. MÛR).