préparatif

préparatif

n.m.
(Surtout pl.) Arrangement pris en vue de qqch : Les préparatifs d'une fête.

PRÉPARATIF

(pré-pa-ra-tif) s. m.
Ce qui prépare.
Comme, après avoir trouvé les mois si longs.... voilà tous les préparatifs du printemps [SÉV., 14 fév. 1685]
Je n'eus pas de peine à lui faire entendre [à M. de Beauvillier] que, quand bien même son expulsion ne serait pas résolue, l'intrusion d'Harcourt en était le cousin germain, et le préparatif certain [SAINT-SIMON, 221, 236]
Au début, cet air de préparatif m'avait donné de l'inquiétude [J. J. ROUSS., Conf. v]
[Mlle Choin] vivant avec un petit nombre de vrais amis qui lui restèrent, et délivrée d'une foule de plats courtisans qui s'éloignèrent d'elle sans préparatifs ni pudeur [DUCLOS, Œuv. t. v, p. 48]
Au pl. Arrangements que l'on prend pour effectuer quelque chose.
Et nos préparatifs contre la Thessalie Ont trop de quoi punir sa flamme et sa folie [CORN., Médée, II, 4]
Darius faisait les préparatifs de la guerre [BOSSUET, Hist. I, 8]
Ma femme fait de grands préparatifs d'habits [HAMILT., Gramm. 7]
Nous ne parlâmes plus que des préparatifs de son voyage dont elle s'occupait avec beaucoup de vivacité [J. J. ROUSS., Conf. IX]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Je tien que ma parolle sera veritable trouvée, combien que le sage roi Charles avoit fait le preparatif de ceste grande felicité [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, 15]
    Ne sont-ce pas icy de vrays preparatifz que Dieu faisoit de l'Ancien Testament à ceulx de qui il vouloit muer la fortune de bien en mal ? [COMM., IV, 13]
  • XVIe s.
    Il feit de sumptueux festins au peuple romain, desquelz les preparatifz furent si grandz et si excessifz, que.... [AMYOT, Sylla, 71]
    Dissipant les preparatifs des maladies par continence. sobre diete, etc. [ID., De la tranq. d'âme, 36]

ÉTYMOLOGIE

  • Préparer. Préparatif était aussi adjectif :
    Cognoissance de soy preparative à la sagesse [CHARRON, Sagesse, préf. de la 2e édit.]
    Il avait donné l'adverbe préparativement :
    Requis preparativement, faire apparoir... [, Coust. qén. t. II, p. 915]

préparatif

PRÉPARATIF. n. m. Ce que l'on fait pour préparer, apprêt. On fait de grands préparatifs pour cette fête. On n'a fait encore aucun préparatif. Préparatifs de guerre. Les préparatifs d'un repas. Il ne faut point, il n'y faut point tant de préparatifs. Ce mot s'emploie presque toujours au pluriel.

preparatif

Un jugement preparatif de quelque autre jugement, ou action principale, Iudicium prolusorium. B.

Interdit preparatoire ou preparatif d'un autre interdit, Interdictum alterius interdicti praeparatorium. B.

Faire ses preparatifs pour s'en aller.

préparatif


PRÉPARATIF, s. m. PRÉPARATION, s. f. PRÉPARATOIRE, adj. PRÉPARER, v. act. [Préparatif, ra-cion, ra-toâ-re, : 1re é fer. 3e é fer. aussi au dern. 4e lon. au 3e.] Préparer, c'est apréter, disposer, mettre en état de... Préparer une maison, un dîner, une médecine, etc. un discours, une harangue. Préparer des enfans, ou se préparer à faire la première Communion. — Se préparer au combat, à un voyage, à la mort. = Se préparer se dit aussi des chôses. "Voilà un orage qui se prépare. Le tems se prépare à être beau. = Préparatif et préparation ont, à peu prês le même sens, celui d'aprêt; mais ils n'ont pas le même emploi: on dit, faire des préparatifs, de grands préparatifs pour une fête, pour un festin; et la préparation d'un remède: parler, précher sans préparation: toute la vie d'un Chrétien doit être une préparation à la mort. Ces exemples montrent assez la diférence de ces deux mots dans leur emploi. = Préparatoire, qui prépare. Il ne se dit qu'au Palais: procédûre, sentence préparatoire. = * Bossuet l'emploie substantivement. "Il n'y a qu'à venir au fond, et laisser tous ces préparatoires. On dit, tous ces préludes, tous ces préambules.
   REM. Se préparer, régit à devant l'infinitif. Le P. Barre met de à sa place. "L'Empereur se préparoit de faire la guerre à la France. Hist. d'Allem. Il falait, se préparait à faire, etc. = Le passif a le même régime, mais il est moins usité. Un Auteur, qui n'est ni ancien ni moderne, substitûe la prép. de à la prép. à. "Elle étoit préparée de ne participer point plutôt aux grâces de l'Église, que de changer de dessein. Vie de St. Pierre d'Alc. Il falait dire, elle étoit résolue, etc. Plutôt est dailleurs mal placé en cette phrâse. = Se préparer se dit des chôses sans régime. "De plus grands maux se préparoient encôre.

Traductions

préparatif

tilberedelse, tillavning

préparatif

antaŭzorgo, preparo, pretigo

préparatif

cura

préparatif

beredelse, förberedelse

préparatif

preparativo