préposition

(Mot repris de prépositions)

préposition

n.f.
Mot invariable qui relie un élément d'une phrase à un autre : « De », « à », « avant », « chez », « pour » sont des prépositions.

PRÉPOSITION

(pré-pô-zi-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Terme de grammaire. Mot invariable qui sert à marquer le rapport d'un mot avec un autre.
L'emploi des prépositions demande une attention infinie [D'OLIVET, Rem. sur Racine, § 46]
Plus on étudiera notre langue, plus on admirera l'usage qu'elle sait faire de ses prépositions ; entre lesquelles distinguons-en deux, à et de, qui soutiennent presque tout l'édifice du langage français [ID., ib. § 48]
Ainsi les prépositions suppléent au défaut des cas, et les cas emportent la valeur des prépositions [DUMARSAIS, Œuvr. t. III, p. 346]
Préposition inséparable, celle qui ne peut être employée dans la langue dont elle fait partie, que réunie à un radical (comme ad, pré, per, en français). Préposition composée s'est dit d'une préposition composée de deux autres, comme dessus formé de de et sus, dedans formé de de et dans.
On a rendu la langue française si pure, qu'il n'est pas permis aux poëtes, non plus qu'à ceux qui écrivent en prose, de mettre des prépositions composées pour les simples [VAUGEL., Rem. not. Th. Corn. t. I, p. 201, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La locution seroit impropre, si on adjoustoit cette preposition en [CALV., Inst. 811]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. praepositionem, de prae, en avant, et positionem, position.

préposition

PRÉPOSITION. n. f. T. de Grammaire. Partie du discours, invariable, qui se place entre deux termes qu'elle lie ensemble en exprimant un rapport de l'un avec l'autre. Préposition de temps, de lieu, etc. Le complément d'une préposition. Cette préposition régit l'accusatif, le génitif, le datif. Dans ces phrases : Pour un tel, contre un tel, devant les juges, sur une table, dans un coffre, auprès de vous, etc., les mots Pour, contre, devant, sur, dans, auprès, etc., sont des prépositions.

preposition

Preposition, Praepositio.

préposition


PRÉPOSITION, s. f. [Prépozi-cion: 1re é fer.] Particule indéclinable, qui se met devant le mot qu'elle régit. C'est même de cette place que les prépositions ont tiré le nom qu' elles portent. = Il y a des ocasions où il faut répéter les prépositions~, et c'est sur-tout lorsque le sens est comparatif. "Il n'y a point de Capitaine pour qui j'aie plus d'estime que pour César. Si l'on disait, que César, sans répéter pour, on ne parlerait ni correctement ni nettement. Il faut dire de même: Il n'y a pas de Poète à qui je ne m'atache plus volontiers qu'à Horace; il n'y a pas d'homme sur qui je compte plus que sur lui. = Cette règle est si véritable, qu'on doit mettre la préposition de la seconde partie de la comparaison, quoiqu'elle ne soit pas exprimée dans la 1re, pourvu qu'il y ait quelque chôse qui en tiène la place; par exemple: il n'y a pas de vérité, dont on puisse moins douter que de celle-là: il n'y a point de pays, je me plaise mieux que dans la France. Là dont renferme de; point de vérité, de laquelle; et renferme dans, point de pays, dans lequel, etc. = Les prépositions régissent les noms et sont régies par les verbes, qu'elles suivent ordinairement. En vers et dans la prôse poétique, elles peuvent les précéder, et paraitre même à la tête de la phrâse.
   Mais contre elle il est tems de venger tes enfans.
       L. Racine.
  Sous d'orgueilleux vainqueurs, quand les villes succombent.
      Idem.
Dans la prôse ordinaire, on dirait: il est tems de venger tes enfans contre elle. Quand les villes succombent sous d'orgueilleux vainqueurs. = Il y a des prépositions qui en régissent d'aûtres. Telles sont de, excepté, hors. — De peut régir aprês, avec, en, entre, chez, par: je parle d'aprês un bon Auteur; ne pas bien distinguer une chôse d'avec une aûtre; il faut que la partie d'enhaut domine sur celle d'en bas; je sors de chez lui; de par le Roi. — Excepté et hors, dans le sens d'excepté, peuvent régir toutes les autres prépositions. "J'ai joué contre tous, excepté contre vous; hors avec vous; j'ai été par-tout excepté chez vous, dans toutes les maisons, hors dans la votre, etc. etc. Wailly.
   On apèle encôre prépositions des syllabes, qui s'ajoutent aux verbes simples, pour en faire des verbes composés, et par le moyen desquelles ces verbes ont diférentes significations. — Les plus comunes sont: = Ad ou A; mettre, admettre, prendre, aprendre. = Con, com, contre: courir, concourir; batre, combatre; venir, contrevenir. = De, dis: faire, défaire; paraitre, disparaitre. = E, en, em, entre, ex: puiser, épuiser; traîner, entraîner; porter, emporter; prendre, entreprendre; traire, extraire. = In, im, inter: disposer, indisposer; poser, imposer; rompre, interrompre. = Me, mau: conaitre, méconaitre — dire, maudire. = Ob: tenir, obtenir. = ; Par, per, pré, pro, pour: venir, parvenir; mettre, permettre; munir, prémunir; poser, proposer; suivre, poursuivre. = Re, : comencer, recomencer; former, réformer. = Se, sou, sur, sus: courir, secourir; tenir, soutenir; prendre, surprendre; pendre, suspendre. = Trans: porter, transporter.

Traductions

préposition

Präposition, Verhältniswortprepositionvoorzetselמילית (ז), מילת יחס (נ), מִלִּית, מִלַּת יַחַסprepoziciopreposición前置詞preposição介词πρόθεσηpreposisjonпредлогpreposizione介詞prepositionPreposition (pʀepozisjɔ̃)
nom féminin
grammaire mot qui introduit un complément

préposition

[pʀepozisjɔ̃] nfpreposition