présence

présence

n.f.
1. Fait de se trouver présent (par opp. à absence) : Votre présence est indispensable. Signaler la présence de gluten dans un médicament existence
2. Qualité d'une personne qui s'impose au public par son talent, sa personnalité : Avoir de la présence sur scène.
En présence,
face à face : Cette émission met en présence les candidats à l'élection (= les fait se confronter) ; fig., en opposition : Les propositions en présence.
En présence de qqn,
cette personne étant présente : C'est arrivé en sa présence.
Faire acte de présence,
se montrer brièvement en un lieu par respect des convenances.

PRÉSENCE

(pré-zan-s') s. f.
Existence, résidence d'une personne dans un lieu marqué.
Je vous touche, et sens bien que vous avez une bouche, un nez, des yeux, un visage, tout cela proportionné comme il faut.... mais, jusqu'à ce que j'en sois assurée, cette présence de corps dont vous me parlez est présence d'esprit pour moi [LA FONT., Psyché, I, p. 53]
On ne peut perdre la présence d'un tel ami [Corbinelli] sans s'en apercevoir à tout moment [SÉV., 25 oct. 1686]
Tout semblait prospérer par sa présence [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
En 1516, le pape Léon X honora de sa présence la Rosemonde [titre d'une pièce de théâtre] du Ruccellai [VOLT., Dict. phil. Art dramatique]
Ce prince [Vendôme], retiré dans Anet, partit alors, et sa présence valut une armée [ID., Louis XIV, 22]
Droit de présence, rétribution donnée aux membres de certaines associations, de certaines compagnies, quand ils assistent aux assemblées.
Quelquefois on y recevait aussi des traitants qui, bien loin d'être payés, comme dans leurs assemblées, pour leur droit de présence, payaient là pour avoir droit d'être présents [LESAGE, Gil Blas, III, 12]
On dit dans le même sens : jetons de présence. Terme de jurisprudence. L'existence d'une personne au lieu de son domicile, et quelquefois, surtout en matière de prescription, la résidence habituelle d'une personne dans le ressort d'une cour impériale.
Si le véritable propriétaire a eu son domicile en différents temps, dans le ressort et hors du ressort, il faut, pour compléter la prescription, ajouter à ce qui manque aux dix ans de présence, un nombre d'années d'absence double de celui qui manque, pour compléter les dix ans de présence [, Code Nap. art. 2266]
Terme de palais. Tant en présence qu'en absence.
À l'église, nom technique du bâti de bois simulant la présence de la bière, et dont on fait usage dans les services pour les défunts.
Il se dit par opposition à absence.
La présence désunit plus qu'elle n'unit ; un peu d'éloignement est bon à l'estime et à l'amitié [COMTE DE CAYLUS, Acad. de ces dames et de ces messieurs, Œuvr. t. XII, p. 196, dans POUGENS]
Vue, aspect.
Et sa seule présence est un secret reproche [CORN., Nicom. II, 1]
Consolons-nous [de la mort de notre père] en l'union de nos cœurs, dans laquelle il me semble qu'il vit encore, et que notre réunion nous rend en quelque sorte sa présence, comme Jésus-Christ se rend présent en l'assemblée de ses fidèles [PASC., Lett. 17 oct. 1651]
S'il fallait, sans amis, briguant une audience, D'un magistrat glacé soutenir la présence [BOILEAU, le Lutrin, III]
Malgré leur insolence, Les mutins n'oseraient soutenir ma présence [RAC., Mithr. IV, 6]
Je ne sentis point devant lui le désordre où nous jette ordinairement la présence des grands hommes [MONTESQ., Sylla et Eucr.]
Il s'est dit au XVIIe siècle pour extérieur.
Il me gagna le cœur par une présence agréable et douce [MAROLLES, Mém. t. I, p. 244]
Il se dit aussi de la vue, de l'aspect des choses.
Et depuis quand, seigneur, craignez-vous la présence De ces paisibles lieux si chers à votre enfance ? [RAC., Phèdre, I, 1]
En les revoyant moi-même après si longtemps, j'éprouvai combien la présence des objets peut ranimer puissamment les sentiments violents dont on fut agité près d'eux [J. J. ROUSS., Hél. IV, 17]
Il se dit en parlant de Dieu.
Voyez comme elle est saisie de la présence de Dieu [BOSSUET, Marie-Thér.]
Qu'importe que les flots s'abîment sous mes pieds, Que la mort en grondant s'étende sur ma tête, Sa présence [de Dieu] m'entoure.... [GILB., le Poëte malh.]
Dans le langage de la dévotion, se mettre, se tenir en la présence de Dieu, considérer Dieu comme présent à ce que l'on va faire.
Afin que nous soyons saints et purs en sa présence [MASS., Carême, Voc.]
Venir en la présence de Dieu, se dit de prières agréées de Dieu.
Raguel lui répondit : Je ne doute point que mes prières et mes larmes ne soient venues en la présence de Dieu, et qu'il ne les ait exaucées [SACI, Bible, Tobie, VII, 13]
Toute Présence, voy. TOUTE-PRÉSENCE.
Il se dit aussi des dieux du polythéisme.
Souvenons-nous que la présence des dieux éclaire et remplit les lieux les plus obscurs et les plus solitaires [BARTHÉL., Anach. ch. 61]
La présence réelle du corps et du sang de Notre-Seigneur dans l'eucharistie, ou, simplement, la présence réelle, le corps et le sang de Jésus-Christ dans l'eucharistie.
L'hérésie d'aujourd'hui, ne concevant pas que ce sacrement contient tout ensemble et la présence de Jésus-Christ et sa figure, et qu'il soit sacrifice et commémoration de sacrifice.... [PASC., Pens. XXIV, 12 édit. HAVET.]
Le premier qui a fait secte dans l Église et qui a osé la condamner ouvertement sur la présence réelle, c'est constamment Bérenger [BOSSUET, Var. XV, 127]
Ils [les réformés] nient ordinairement cette présence réelle [de Jésus-Christ dans l'eucharistie], et substituent en sa place une présence morale, une présence mystique, une présence d'objet et de vertu [ID., Eucharistie, II, 2]
Fig.
Je travaillais du soir au matin avec une ardeur singulière, j'en étonnais les naturels du pays [le grand-duché de Berg], qui ne savaient pas que l'empereur exerçait sur ses serviteurs, et si éloignés qu'ils fussent de lui, le miracle de la présence réelle [BEUGNOT, Mém. VIII]
En chimie, existence d'une substance dans une autre. Reconnaître la présence du poison dans des aliments.
On reconnaît la présence de cette exhalaison à la flamme d'une chandelle, qui commence par tourner et diminuer jusqu'à extinction [BUFF., Min. t. II, p. 289]
La liqueur, ne tenant plus que du nickel, devient bleue ; elle était pourprée par la présence du cobalt [FOURCROY, Cours chim. t. I, p. CXVI]
Présence d'esprit, état, qualité d'un esprit qui reste présent, qui ne se trouble pas.
Je ne puis croire que ma fille bien-aimée, et toujours pleine d'esprit, et même de présence d'esprit, se soit trouvée dans cet état [SÉV., 26 nov. 1684]
Personne ne conservait assez de présence d'esprit, ni pour ordonner les manœuvres, ni pour les faire [FÉN., Tél. IV]
La présence d'esprit se pourrait définir une aptitude à profiter des occasions pour parler ou pour agir [VAUVENARGUES, De la prés. d'esp.]
La présence d'esprit, la pénétration, les observations fines sont la science des femmes [J. J. ROUSS., Ém. v.]
S'occuper en même temps d'une lettre d'affaires et d'un billet galant, quelle présence d'esprit ! [AL. DUVAL, Jeunesse de Richel. II, 5]
10° En présence, loc. adv. Face à face.
Nous tremblons.... Que, voyant Capulet, ces rivaux en présence Ne s'arrachent la vie [DUCIS, Roméo, II, 5]
Être en présence, se dit de deux troupes ennemies en face l'une de l'autre et prêtes à se combattre.
La cavalerie française fut forcée de s'écarter à gauche, et de défiler longuement dans de mauvais gués pour joindre l'ennemi ; quand on fut en présence.... [SÉGUR, Hist. Nap. VI, 2]
Fig. Les partis, les factions sont en présence, ils s'observent et se préparent à se combattre. En présence de, loc. prép. En ayant devant soi.
Enfin, Coulanges disait l'autre jour : Voyez-vous bien cette femme-là ? elle est toujours en présence de sa fille [SÉV., 110]
À la nuit qu'il fallut passer en présence des ennemis [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Pour guérir leur opiniâtreté [de ses domestiques dans le protestantisme], il déplorait en leur présence la sienne propre [FLÉCH., Duc de Mont.]
La meilleure de toutes les règles serait de parler aux dieux comme si on était en présence des hommes, et aux hommes comme si on était en présence des dieux [BARTHÉL., Anach. ch. 21]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E quant la primere eschele [troupe] de Juda apparut, li enemi orent grant paor por la presence de Deu qui tot voit [, Machab. II, 11]
    Tuit apeleient dunc la presence le rei [, Th. le mart. 66]
  • XIIIe s.
    Ce que ne voit yex [œil] en presence, Au cuer [cœur] n'a pas si grant pesance [, Hist. des trois Maries, ms. p. 240, dans LACURNE]
    Je vos comans que vos seez garenz de la semonce que je ai faite por lui en voz presences, si que vos le puissiés recorder come cort, quant besoin sera. [, Ass. de J. I, 136]
  • XIVe s.
    Concupiscence est tousjours avec delettacion pour la presence de la chose ou object delettable [ORESME, Eth. 63]
  • XVIe s.
    L'auctorité que donne une belle presence [prestance] et majesté corporelle [MONT., III, 41]
    Par cette response, elle appresta à rire à toute la presence [assistance] [DESPER., Contes, XVI]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. presensa, presentia ; espagn. presencia ; ital. presenza ; du lat. praesentia, de praesens (voy. PRÉSENT 1).

présence

PRÉSENCE. n. f. Existence d'une personne dans un lieu donné. Votre présence est nécessaire dans ce pays. Il a honoré cette assemblée de sa présence. L'état de ses affaires demande, exige, réclame sa présence. Il animait ses soldats par sa présence. Fuir, éviter la présence de quelqu'un. Il n'a pas osé soutenir ma présence. Il a fait cette action en ma présence. Je ferai la même chose en votre présence qu'en votre absence.

Droit de présence, Rétribution qu'on donne aux membres de certaines associations, de certaines compagnies, lorsqu'ils assistent aux assemblées, aux séances. On dit dans le même sens Jetons de présence. Voyez JETON.

Faire acte de présence, Se montrer un instant dans une réunion, dans une compagnie, dans une assemblée. On ne vous demande pas d'assister à toute la séance, mais seulement de faire acte de présence.

La présence réelle du corps et du sang de Notre-Seigneur dans l'Eucharistie ou simplement La présence réelle, Le dogme qui veut que, dans le sacrement de l'Eucharistie, le corps, le sang, l'âme et la divinité de JÉSUS-CHRIST soient réellement présents sous les espèces ou apparences du pain et du vin. Les calvinistes nient la présence réelle.

PRÉSENCE se dit particulièrement, en termes de Jurisprudence, de l'Existence d'une personne au lieu de son domicile; et quelquefois, surtout en matière de prescription, de la Résidence habituelle d'une personne dans le ressort d'une Cour d'appel.

PRÉSENCE se dit aussi en parlant de Dieu. Dieu remplit l'univers de sa présence.

Dans le langage de la Dévotion, Se mettre, se tenir en la présence de Dieu, Considérer Dieu comme présent à ce que l'on va faire.

PRÉSENCE se dit aussi figurément en parlant des Choses. La présence de la mort. Montrer du sang-froid en présence du danger. Présence d'esprit, Vivacité, promptitude de jugement qui fait faire ou dire sur-le-champ ce qu'il y a de mieux à faire ou à dire. Cet homme a de la présence d'esprit, une grande présence d'esprit. On a toujours remarqué en lui beaucoup de présence d'esprit. Il a répondu avec une présence d'esprit admirable.

PRÉSENCE se dit particulièrement, en termes de Chimie et de Médecine, surtout de Médecine légale, de l'Existence dans un corps d'une substance que l'on découvre par l'examen ou l'analyse. Les experts ont reconnu la présence du poison, de l'arsenic dans l'estomac de la victime.

EN PRÉSENCE, loc. adv. En face, en vue l'un de l'autre. Les deux armées étaient en présence, restèrent en présence. Les deux rivaux sont en présence.

Fig., Les factions, les partis sont en présence, Les factions, les partis s'observent l'un l'autre et se préparent à combattre entre eux.

EN PRÉSENCE DE, loc. prép. Devant, sous les yeux de. Cet accident s'est produit en présence de nombreux témoins.

presence

Presence, Praesentia.

Se cacher et eviter la presence du maistre, Ex conspectu heri abdere se.

En presence, Coram.

En presence de gens, Testibus praesentibus.

En la presence de cestuy là, Astante illo.

En ma presence, Ante oculos, Coram, Sub oculis.

On luy a osté par force en sa presence, Erepta est illi praesenti.

En la presence du senat, Coram senatu.

En la presence de son ost, In oculis exercitus.

présence


PRÉSENCE, s. f. PRÉSENT, ENTE, adj. PRÉSENT, s. m. [Prézance, zan, zante, zan, 1reé fer. 2e lon. 3e e muet.] Présence, est l'existence d'une persone dans un lieu. "La présence du Juge étone le criminel. "Honorez-nous de votre présence. — En présence, régit ordinairement la prép. de: cela s'est pâssé en présence de plusieurs persones. — En parlant des armées, on le dit sans régime. "Les armées étoient en présence, en vûe l'une de l'aûtre. — Dans le langage ascétique, on l'emploie avec l'article: se mettre en la présence de Dieu, considérer Dieu comme présent à ce qu'on va faire: marcher en la présence de Dieu, faire atention à la présence divine, qui nous environe, nous voit, nous éclaire, etc. = La Bruyère dit aussi, en la présence des mystères. Voy. ASSAUT.
   Rem. Suivant La Touche, il signifie quelquefois l'air, les manières. "Il est d'une présence agréable. L'usage de ce mot est douteux dans cette acception: l'Académie ne le met pas. = On dit fort bien, avoir de la présence d' esprit, ou une grande présence d'esprit; faire et dire sur le champ ce qu'il y a de plus à propôs à faire et à dire.
   PRÉSENT, 1°. En parlant des chôses, se dit de ce qui est dans le tems où nous sommes: le tems, le siècle présent: le ministère, le gouvernement présent. "La douleur présente est toujours la plus sensible. — Il s'emploie alors sans régime. = 2°. En parlant des persones, qui se rencontre au lieu, dont on parle; c'est l'oposé d'absent. Il régit alors le datif, ou dans, etc. "Ce témoin a été présent à l'action. "Dieu est présent à nos plus secrètes pensées. "J. C. est réellement présent dans l'Eucharistie.
   Rem. 1°. Cet adjectif ne doit être employé, qu'en parlant du tems où a vécu celui qui raconte. Rollin n'a pas fait cette atention. "Il ne paroit pas hors de propôs, dit-il, avant que d'entrer en matière, de tracer un portrait abrégé de l'état présent d'Athènes. Hist. Anc. Il devait dire, de l'état où était alors Athènes. Aûtrement on pourrait s'y tromper, et croire que l'Auteur va parler de l'état d'Athènes au 18e siècle. Voyez Jusqu' alors, au mot ALORS, un exemple d'une faûte en sens contraire. = 2°. Quelques-uns disent un poison présent, qui fait son éfet sur le champ. L'Acad. les autorise: elle met cette acception de ce mot dans son Dictionaire. C'est un latinisme: præsens venenum. Sen. = 3°. Ordinairement parlant, présent ne fait pas trop bien devant le substantif. "Quand les présentes passions, qui divisent les Nations, seront apaisées, dit Leibnitz. — Les présentes passions ne vaut rien: les passions présentes ne vaudrait guère mieux. Il falait dire: quand les passions, qui divisent à présent les Nations seront apaisées. "C'est sur des mémoires fidèles... que je done la présente histoire, dit du Cerceau. Cette construction est vieille. = On dit seulement, en st. fam. Le présent porteur, le présent billet; aussi-tôt la présente lettre reçue. = On dit adverbialement, à présent, et pour le présent. Le 1er est de tous les styles: le 2d n'est que du st. fam. "Je n'y songe plus à présent. "Je vous en quitte dès à présent: il est à la campagne pour le présent. = À~ présent a une espèce de génitif: les Calvinistes d'à présent. * On disait autrefois, de présent. "Les Rois d'Espagne de présent, dit l'Acad. dans ses Sent. sur le Cid. — De présent apartient au style des Notaires. "De présent résidant en tel lieu. = Du tems de M. Vaugelas, bien des persones ne pouvaient soufrir à présent: lui-même, quoiqu'il avoue que tout Paris le disait, que la plupart des meilleurs Ecrivains en usaient, conseille pourtant de dire plutôt, à cette heure, maintenant, présentement. Aujourd' hui à présent, est autant et plus usité que ces adverbes. Voy. PRÉSENTEMENT.
   PRÉSENT est aussi s. m. "Le pâssé, le présent et l'avenir. On le dit aussi des persones, mais en général et au pluriel, et dans cette seule phrâse. "Les présens délibèrent pour les absens. On ne dit, ni un présent, ni un des présens: il faut dire, un de ceux qui étaient présens. On ne dirait pas, même en parlant d'une action: les présens ont raporté que, etc. Il faudrait dire, ceux qui étaient présens, etc.
   PRÉSENT est un tems dans les verbes, qui marque qu'une chôse est ou se fait au tems où l'on parle: comme quand on dit: je suis malade: que voulez-vous? Que dit-il? nous voulons: nous disons que, etc. = On se sert encôre du présent en deux ocasions: 1°. Pour exprimer des chôses, qui sont vraies selon tous les tems: Dieu est tout-puissant: la vertu seule peut rendre les hommes heureux. 2°. Pour exprimer des chôses qu'on a coutume de faire, quoiqu'on ne les fasse pas dans le tems qu'on parle; comme: je joûe des instrumens: j'étudie les mathématiques, etc. = On s'en sert aussi quelquefois pour exprimer un futur três-proche. "Je vous suis, c. à. d. je vous suivrai bientôt: j'y vais. Le Roi part pour Compiegne, etc. = Précédé de si (suposé que) il a encôre la signification du futur. "Si mon frère vient, vous m'avertirez; c. à. d. quand mon frère viendra, suposé qu'il vienne. = Les Historiens mettent souvent le présent pour le pâssé: mais alors il faut que les verbes qui ont raport à ce présent, soient aussi au présent. Les phrâses suivantes ne sont pas correctes: "Le Centurion, envoyé par Mucien, entre dans le port de Carthage, et dês qu'il fut débarqué, il élève la voix. Il falait, et dês qu'il est débarqué, il élève, etc. "Ils vinrent en diligence et de grand matin, avant que le jour fût bien décidé; ils entrent avec violence dans le palais de Pison. Il falait dire, en employant par-tout le prétérit, ils entrèrent; ou en employant le présent: il viènent, et avant que le jour soit bien décidé, ils entrent, etc.
   Rem. Aûtrefois, comme on peut le voir dans la Gramaire de R. Étienne, les premières persones des verbes au singulier ne prenaient point d's à la fin; on réservait cette lettre pour les secondes persones, et on mettait un t aux troisièmes (j'averti, je voi, tu avertis, tu vois, il avertit, il voit.) Par là chaque persone ayant sa lettre caractéristique, nos conjugaisons étaient plus régulières. Dabord les Poètes s'enhardirent à mettre une s à la première persone, afin d'éviter la fréquente cacophonie qu'elle aurait faite sans cela devant les mots, qui comencent par une voyèle, (je le di à vous, je li un livre, etc.) Comme ils n'avaient rien de semblable à craindre des verbes qui finissent par un e muet (j'aime, j'estime) parce que ceux-là s'élident, ce sont les seuls qu'ils laissèrent sans s. Insensiblement l'usage des Poètes est devenu si général, qu'enfin l'omission de l's aux prem. persones des verbes, qui finissent par toute autre syllabe que l'e muet, a été regardée comme une négligence dans la prôse, et comme une licence dans les vers. Racine en fournit plusieurs exemples: je vous en averti rime avec parti: je reçoi, je croi; je voi rime avec emploi, avec moi. = Les Comentateurs de Vaugelas auraient dû faire observer que le verbe avoir est le seul de son espèce, qui n'ait pas subi la loi comune. On écrit toujours j'ai, quoiqu'on écrive je sais. D'OLIV. On peut remarquer aussi que c'est le seul, qui ne prène point de t à la 3e persone; excepté en Dauphiné, où l'on dit devant une voyèle, il at: "Il at apris, etc.

Synonymes et Contraires

présence

nom féminin présence
Fait de se trouver quelque part.
Traductions

présence

presence, attendanceaanwezigheid, presentie, bijzijn, tegenwoordigheid, actualiteit, uitstralingהֱיות (נ) [קיום], הימצאות (נ), נוכח (ז), נוכחות (נ), הִמָּצְאוּת, נֹכַחaansyn, teenwoordigheidAnwesenheit, Gegenwart, Anwesentheitĉeestopresencia, asistenciapresenza, cospetto (al cospetto di), partecipazionenärvaroπαρουσίαحُضُورpřítomnost, účastdeltagelse, nærværelseläsnäoloprisutnost出席, 存在존재, 출석fremmøte, tilstedeværelseobecnośćcomparecimento, presençaприсутствиеการเข้าชั้นเรียน, การอยู่ในสถานที่หนึ่งkatılım, varlıksự có mặt, sự tham dự出席присъствие存在 (pʀezɑ̃s)
nom féminin
1. fait d'être là, à l'endroit dont on parle présence obligatoire à un cours Sa présence me gêne.
devant qqn parler en présence de qqn
2. capacité à réagir vite et bien Il a eu la présence d'esprit d'appeler les secours.

présence

[pʀezɑ̃s] nf
(proximité)presence
Sa présence est rassurante → His presence is reassuring.
faire acte de présence → to put in a token appearance
les forces en présence → the opposing armies
en présence de qn → in the presence of sb, in sb's presence
en présence de [+ menace, situation, choix] → in the face of
(aux cours, au travail)attendance
La présence aux cours est obligatoire → Lesson attendance is compulsory.
présence d'esprit nfpresence of mind