prétérition


Recherches associées à prétérition: litote

prétérition

n.f. [ du lat. praeterire, négliger, passer sous silence ]
Figure de style qui consiste à dire quelque chose que l'on dit vouloir taire : Dire « Je tairai le manque de soutien qui a freiné notre progression » est une prétérition.

PRÉTÉRITION

(pré-té-ri-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
L'action de taire, de passer sous silence.
Les journaux de l'opposition ont reproché au discours de la couronne la prétérition de l'existence du régent d'Espagne [LEGOARANT, ]
Figure de rhétorique par laquelle on feint d'omettre des circonstances sur lesquelles on insiste avec beaucoup de force. Terme de pratique. Omission d'un héritier nécessaire dans un testament.

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et espagn. preterition ; ital. preterizione ; du lat. praeteritionem, de praeterire, passer outre (voy. PRÉTÉRIT).

prétérition

PRÉTÉRITION. n. f. T. de Rhétorique. Figure par le moyen de laquelle on parle d'une chose en feignant de n'en vouloir pas parler.

En termes de Droit écrit, il se dit de l'Omission que faisait un testateur, dans son testament, d'un de ses fils ou d'un autre héritier nécessaire. La prétérition annulait le testament.

On le dit aussi d'une Omission analogue dans un contrat.

prétérition


PRÉTÉRITION, s. f. [Prétéri-cion; 1re et 2e é fer.] Ce mot a deux sens, qui n'ont pas beaucoup de raport: 1°. Figûre de Rhétorique, par laquelle on fait semblant de ne pas vouloir parler d'une chôse, dont cependant on parle. "Je ne vous parlerai point de sa naissance, de sa valeur, etc. = 2°. En termes de Droit Ecrit, omission que fait un père dans son testament, d'un de ses fils, ou autre héritier nécessaire. "La prétérition annulle le testament.

Traductions

prétérition

השמט (ז)