prétendu, ue

PRÉTENDU, UE

(pré-tan-du, due) part. passé de prétendre
À quoi on s'attribue un droit.
Ma voix de chacun d'eux justement prétendue.... [ROTROU, Bélis. II, 7]
[Il] Se vit exclu d'un rang vainement prétendu [RAC., Brit. III, 3]
Supposé, faux.
Voici une histoire très tragique de Livry : vous vous souvenez bien de ce prétendu très dévot, qui n'osait tourner la tête ; je disais qu'il semblait qu'il y portât un verre d'eau, c'était un fou [SÉV., 30 mai 1672]
C'est de là [la révolution anglaise] que nous est né ce prétendu règne de Jésus-Christ, inconnu jusqu'alors au christianisme [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Et Minos, à qui rien n'impose, Au mépris de l'apothéose, Punit plus d'un dieu prétendu [LAMOTTE, Odes, t. I, p. 314, dans POUGENS]
Ne vient-on pas d'imprimer les lettres prétendues de la reine Christine, de Ninon l'Enclos.... [VOLT., Lett.]
Thiriot, (sans date) 1768 Un prétendu César, un fils de Cépias [ID., Triumv. III, 1]
La religion prétendue réformée, nom qu'on donnait souvent en France au protestantisme.
Ils demandent en 1611 de n'être point contraints dans les actes tant publics que particuliers, par écrit ou de parole, à se qualifier de la religion prétendue reformée [ROHAN, Mémoires, t. II, p. 66, dans LACURNE]
Substantivement et par dénigrement. La prétendue, le protestantisme.
Moyse ministre de la prétendue [GARASSE, Rech. des recherches, p. 303, dans LACURNE]
Un gendre prétendu, celui qui va devenir gendre de quelqu'un.
Et demain le gendre prétendu me doit être amené par son père [MOL., Mal. imag. I, 5]
....que tout le respect ici vous soit rendu Que doit à son beau-père un gendre prétendu [REGNARD, Ménechm. III, 2]
Substantivement. Un prétendu, une prétendue, celui, celle qui doit se marier.
Un jeune paysan venait chercher sa prétendue à la ferme de son futur beau-père [CHATEAUBR., Génie, I, I, 10]
Au masc. En un sens plus général, celui qui recherche une femme en mariage. Cette fille a deux prétendus.