prétorien, ienne

PRÉTORIEN, IENNE

(pré-to-riin, riè-n', ou préto-ri-in) adj.
Qui appartient au préteur. Dignité prétorienne.
Agrippine força le sénat à décerner les honneurs prétoriens à des affranchis [PASTORET, Instit. Mém. inscr. et belles-lett. t. VII, p. 185]
Provinces prétoriennes, celles qui étaient gouvernées par des préteurs. Droit prétorien, droit qui résultait des édits des préteurs.
Qui appartient à la troupe qui gardait les empereurs à Rome. Garde prétorienne. Soldat prétorien. Sous la république, cohorte prétorienne, la cohorte qui veillait autour du général et gardait l'espace de cent pieds carrés qui entourait la tente et qu'on appelait le prétoire. Sous les empereurs, camp prétorien, emplacement fortifie, sous le Viminal, qui servait de logement à la garde prétorienne. S. m. pl. Les prétoriens, les soldats de la garde prétorienne.
Tous les prétoriens murmurent contre lui [CORN., Othon, I, 3]
Fig. Il se dit des corps militaires qui font et défont les gouvernements. Il se dit aussi, par assimilation, de corps non armés, de compagnies qui s'arrogent un grand pouvoir.
Ces prétoriens ou janissaires du saint-siége [les jésuites] devenus odieux au saint-siége même [D'ALEMB., Éloges, d'Olivet, note 1]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Telz officiers et juges pretoriens estoient esleus par sort [ORESME, Thèse de MEUNIER.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. praetorianus, de praetor, préteur.