prévenant, ante


Recherches associées à prévenant, ante: obligeant, prevenance, prévoyant

PRÉVENANT, ANTE

(pré-ve-nan, nan-t') adj.
Qui arrive avant (sens qui vieillit).
Et si des assiégeants le prévenant amas En bouche toutes les approches [de l'appartement du roi] [MOL., Remerc. au roi, 1663]
Fig. Qui prévient.
Il [Adam] sentait comme nous des plaisirs, et même des douleurs ou des dégoûts prévenants et indélibérés [MALEBR., Rech. I, 5]
Il y a cette différence entre le plaisir prévenant et le plaisir de la joie, que celui-là prévient la raison, et que celui-ci la suit [ID., ib. Éclairc. t. IV, p 40, dans POUGENS]
En théologie, la grâce prévenante. Les secours prévenants de la grâce.
La grâce médicinale de Jésus-Christ n'est point un vouloir, mais un plaisir prévenant, indélibéré [FÉN., t. III, p. 242]
Fig. Qui va au-devant de tout ce qui peut faire plaisir.
En vérité, ce n'est qu'en France qu'on trouve des cœurs si prévenants, comme ce n'est qu'en France qu'on trouve la perfection de votre art [chirurgie] [VOLT., Lett. Bagieux, 10 avr. 1752]
Prévenants et réservés, ils pèsent leurs paroles, ils écoutent avec attention [RAYNAL, Hist. phil. XV, 4]
Fig.
Encouragé par une récompense si prompte et en quelque sorte si prévenante, et plus encor par la gloire d'un début si brillant, il se dévoua entièrement à l'algèbre [FONTEN., Rolle.]
Agréable, qui dispose en la faveur de.
Une figure agréable et prévenante qui n'inspire pas l'amour, mais la bienveillance, est ce qu'on doit préférer [J. J. ROUSS., Ém. v.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Cela ne doit point estre attribué à l'homme, que par sa volonté il obtempere à la grace prevenante [CALV., Instit. 214]