prêteur, euse

PRÊTEUR, EUSE

(prê-teur, teû-z') adj.
Qui prête.
La fourmi n'est pas prêteuse [LA FONT., Fabl. I, 1]
Substantivement. Celui, celle qui prête de l'argent Un prêteur sur gages.
Si, pendant ce délai ou avant que le besoin de l'emprunteur ait cessé, il survient au prêteur un besoin pressant et imprévu de sa chose, le juge peut, suivant les circonstances, obliger l'emprunteur à la lui rendre [, Code Nap. art. 1889]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li presteres aime plus son detor que ses detors lui, et maintes foiz se contorbe li detors quant il encontre son presteor, porce que il li sovient de ce que il li doit rendre [BRUN. LATINI, Trésor, p. 320]
  • XVIe s.
    Je ne dy pas, si voulez rien prester, Que ne le prenne : il n'est point de presteur (S'il veut prester) qui ne fasse un debteur [MAROT, Ép. au roy.]

ÉTYMOLOGIE

  • Prêter ; prov. prestayre. Prestere, prestayre est nominatif ; presteor, prestador est régime.