prôneur

(Mot repris de prôneurs)
Recherches associées à prôneurs: preneur, proner

PRÔNEUR

(prô-neur) s. m.
Celui qui fait un prône (peu usité en ce sens). Notre curé est un excellent prôneur.
Fig. Prôneur, prôneuse, celui, celle qui loue avec excès.
Quelle horrible peine à un homme qui est sans prôneurs et sans cabale.... de se faire jour à travers l'obscurité où il se trouve, et de venir au niveau d'un fat qui est en crédit ! [LA BRUY., II]
S'il ne tient qu'à cela, madame, de bon cœur ; Du choix que vous ferez je serai le prôneur [DANCOURT, Mme Artus, III, 5]
Rameau, dont elle est la prôneuse en titre, et qui ne veut souffrir aucun concurrent [J. J. ROUSS., Conf. VII]
Vous n'aurez point d'amis. - Les ennemis honorent. - Point de prôneurs. - J'aurai mes écrits pour prôneurs [GILB., Mon apol.]
Il [Racine] s'assurait par là d'un prôneur [Boileau] dont la voix était comptée pour beaucoup [DUCLOS, Œuv. t. x, p. 82]
On reproche au prince de Beauvau de s'être annoncé pour un des partisans de M. Necker, de s'en être rendu le prôneur [BACHAUMONT, Mém. secrets, t. XXXV, p. 194]
Fig.
Et n'ayant pour prôneurs que ses muets ouvrages, Il veut par ses talents enlever les suffrages [GILB., Le XVIIIe siècle.]
Grand parleur qui aime à faire des remontrances. Petit faiseur et grand prôneur, se dit d'un homme qui parle beaucoup et fait peu de chose.

ÉTYMOLOGIE

  • Prôner.

prôneur

PRÔNEUR, EUSE. n. Celui, celle qui loue avec excès. Cet écrivain a ses prôneurs qui le font valoir.
Synonymes et Contraires

prôneur

nom prôneur
Littéraire. Personne qui prône.
censeur, critique -littéraire: contempteur.