prélude

(Mot repris de prelude)

prélude

n.m.
1. Pièce musicale de forme libre servant d'introduction ou se suffisant à elle-même : Les préludes de Bach.
2. Ce qui annonce, précède, fait présager qqch : Ces gros nuages noirs sont le prélude de l'orage signe avant-coureur ; annonce préambule, prologue

PRÉLUDE

(pré-lu-d') s. m.
Terme de musique. Ce qu'on chante pour se mettre dans le ton, pour essayer la portée de la voix. Ce qu'on joue sur un instrument pour juger si l'instrument est d'accord, et pour préparer la main.
Sorte d'improvisation dans le goût des préludes. Par suite, pièce d'introduction qui précède les fugues. Un prélude de Bach.
Fig. Ce qui précède une chose, ce qui la prépare.
Par ces délassements sa noble inquiétude De ses justes desseins faisait l'heureux prélude [CORN., Attila, II, 5]
Alors [à l'heure de la mort] s'élèveront des frayeurs mortelles et des grincements de dents, préludes de ceux de l'enfer [BOSSUET, Marie-Thér.]
Le combat de Tégyre, qui fut comme le prélude de la bataille de Leuctres, éleva bien haut sa réputation [d'Épaminondas] [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. V, p. 377, dans POUGENS]
Toute la contestation sur les idées n'avait été qu'un prélude [FONTEN., Malebranche.]
Ce fut [des massacres partiels] le prélude de cette Saint-Barthélemy qui effraya l'Europe dix années après, et dont le souvenir inspirera une horreur éternelle [VOLT., Hist. parl. XXIII]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. PRÉLUDER.

prélude

PRÉLUDE. n. m. Ce qui précède quelque chose et qui lui sert comme d'entrée et de préparation. Un apologue, un conte servit de prélude à son discours. Les actions de sa jeunesse étaient les préludes des grandes choses qu'il devait faire un jour. Les séditions qui eurent lieu à cette époque furent les préludes de la guerre civile.

En termes de Musique, il se dit de Ce qu'on improvise sur un instrument pour se mettre dans le ton. Quelques mesures de prélude.

Il se dit aussi de Certaines compositions musicales qui forment le début d'une oeuvre Le prélude de l'Or du Rhin.

Par extension, il désigne des Pièces qui constituent à elles seules un tout. Les préludes de Chopin.

prélude


PRÉLUDE, s. m. PRÉLUDER, v. n. [1re é fer. dern. e muet au 1er, é fer. au 2d.] Prélude est proprement ce qu'on chante ou ce qu'on joûe sur un instrument, ou pour se mettre dans le ton dans lequel on veut chanter ou jouer, ou pour essayer la portée de sa voix, ou pour juger si l'instrument est d'acord. = Les Musiciens apèlent aussi préludes, certaines pièces de musique, composées dans le goût des préludes, qui se font sur le champ. = Préluder, c'est jouer des préludes, ou faire des préludes sur un instrument. "Préluder de caprice. "Il fatigue, à force de préluder: il prélude sur tous les tons. = C'est aussi essayer sa voix par une suite de sons diférens, avant que de chanter un air.
   PRÉLUDE, au figuré, ce qui prépare à.. "Les fréquens bâillemens sont souvent les préludes de la fièvre. "Ces malheurs n'étoient que le prélude des calamités dont on étoit menacé. = Préluder ne se dit point en ce sens. Un Auteur moderne l'emploie activement. "Le Socinien, à l'exemple d'Abailard, qui semble avoir préludé le Socinianisme, ne veut rien recevoir, qui ne soit de la portée de sa raison. — Je ne désaprouverais pas l'emploi de ce verbe avec la prép. à pour régime: qui semble avoir préludé au Socinianisme. — L'Acad. ne le met que neutre, sans régime, et seulement au propre, en parlant des Musiciens.

Synonymes et Contraires

prélude

nom masculin prélude
Ce qui prépare quelque chose.
Traductions

prélude

preludeאקדמה (נ), אתחלתא (נ)voorspel, inleiding, prelude, prelude, preludiumpředehraPräludium, Vorspiel前奏전주곡 (pʀelyd)
nom masculin
1. ce qui annonce, introduit qqch le prélude d'une guerre
2. musique morceau de musique classique les préludes de Bach

prélude

[pʀelyd] nm
(= commencement) → prelude
un prélude à qch → a prelude to sth
(MUSIQUE) (= morceau) → prelude
(avant un concert)warm-up