presbytérien, enne

PRESBYTÉRIEN, ENNE

(prè-sbi-té-riin, riè-n') s. m. et f.
Ceux qui, parmi les protestants, gouvernent leurs Églises par des ministres et des anciens et n'ont point d'évêques. Les presbytériens sont opposés aux épiscopaux.
Adj Qui concerne les presbytériens.
Il y a des lettres écrites et précieusement conservées, où l'on voit des âmes de femmes qui ont demandé à Richardson avec une sorte d'indiscrétion, s'il m'est permis de parler ainsi, et en même temps de piété presbytérienne, que, si Lovelace était bien coupable, il le punît en ce monde, mais qu'au moins il sauvât son âme [VILLEMAIN, Litt. fr. XVIIIe siècle, 2e part. 1re leç.]

ÉTYMOLOGIE

  • Presbytère, à cause que le presbytérianisme se gouvernait par les presbytres ou prêtres, sans évêques ni hiérarchie. Au XVe siècle, presbytérien était équivalent de chapelain :
    Je, Jean Froissart, presbiterien et chapelain à mon très cher seigneur dessus nommé [FROISS., III, IV, 1]